Behaviorisme et Finance Comportementale

Les Américains et leurs tuyaux par Beat Kappeler

Les Américains et leurs tuyaux par Beat Kappeler

  Le match entre les systèmes économiques et sociaux américains et européens est de nouveau ouvert. Il y a une année, l’Amérique semblait condamnée. Aujourd’hui, c’est la zone euro qui sombre dans l’asphyxie.

PLUS DE KAPPELER EN SUIVANT :

 On peut longuement disserter sur l’influence de l’âme des peuples, en tant que toile de fond, sur de tels développements. Pour scruter l’âme américaine, je me plonge dans les sites internet des grands portails comme yahoo.com, cnn.com, cnbc.com, mais aussi sur les annonces de contact dans la New York Review of Books.

Cette sélection un peu disparate révèle cependant les désirs les plus profonds des gens, et ceci par écrit, donc basés sur une certaine réflexion. Il n’est guère surprenant que ces désirs soient l’argent, l’emploi, la maison individuelle et l’amour. Mais les Américains sont explicites à ce sujet, ils n’y vont pas par quatre chemins. Ce qui pourrait déterminer le match en question.

Ces pages débordent de tuyaux utiles. Les meilleures villes pour s’établir. Les régions dont les maisons sont devenues les moins chères. Les dix meilleures voies pour solliciter un emploi. Les formules d’introduction à éviter quand on se présente. Comment refaire son portefeuille s’il est éprouvé par la crise. Les dix meilleurs investissements des cinq prochaines années. Comment utiliser les exemptions d’impôts. Quels trucs à employer pour accumuler un pactole en vue de la retraite. Investir comme Warren Buffett. Et ainsi de suite.

Ces recommandations se trouvent aussi dans des publications et des sites internet européens. Mais sur les sites américains, la densité et surtout l’orientation, d’un optimisme à toute épreuve, sont extraordinaires. Il n’y a pas de place pour l’échec, et surtout pas pour des excuses mettant en cause «la société». Et si on se trouve éjecté par la roue de la fortune, voilà cinq, sept, dix conseils pour rentrer dans le jeu.

Pour l’amour, les annonces paraissant dans la revue des livres new-yorkaise sont une sélection un peu spéciale, il est vrai. Car elle est l’organe des «glitterati» de la côte Est, très intellectuelle, très psychanaly­tique.

L’exhibitionnisme psychique, monétaire et intellectuel des annonces est presque gênant pour un brave Suisse (alémanique), mais très révélateur. J’en traduis une perle: «Grand cœur, peu respectueuse, passionnée, profondément chaleureuse, grand esprit de groupe avec un quotient élevé de plaisir. N’ai jamais rencontré un problème sans m’y attaquer. Je vis sur un grand pied, courageusement, mais j’aime ralentir. Svelte, sensuelle, belle.» Wow! Certains indiquent en plus le nombre d’années passées en psychanalyse. La mention d’une existence aisée sans souci du lendemain ne manque que rarement. On pourrait se demander pourquoi des personnes si extraordinaires doivent recourir à des annonces. Mais une connaissance de ces milieux me dit que cela fait partie du jeu – on s’aventure partout, toujours, par tous les moyens.

Une anecdote de plus. Après l’élection de Barack Obama, un père noir était cité par un de ces sites internet, disant «je vais rentrer tout de suite pour dire à mon gars de 13 ans qu’il n’a plus aucune excuse de ne pas réussir». Le fait le plus révélateur n’est même pas ce propos de père soucieux, mais le choix du site Yahoo de le trouver digne d’être publié.

Pris dans leur ensemble, répétés jour après jour, se trouvant dans tous les médias, populaires et intellectuels, ces témoignages dépassent l’anecdotique. Ils donnent un tableau cohérent d’un peuple qui se redresse constamment, qui est propulsé par un esprit de réussir, par un appel à l’individu et à sa volonté.

L’Européen blasé peut se sentir au-dessus de ces innombrables tuyaux, de ces livres «How-to-do», de la section «Personal Growth» dans les librairies américaines. Mais ça semble marcher. Les économistes prévoient une sortie rapide de la crise pour les Etats-Unis, avec 3,2% de croissance pendant deux ans, une légère baisse du chômage déjà, un dollar qui monte à nouveau, et avec un ministre des Finances, Timothy Geithner, qui dispense ses conseils à une Europe actuellement affaiblie.

Le match n’est pas fini. La dette américaine croît aussi, les chômeurs restent nombreux. Les Européens peuvent douter, les Américains essaient leurs tuyaux.

Par Beat Kappeler le temps mai10

BILLET  PRECEDENT : Beat Kappeler : Un coup de bluff calamiteux (cliquez sur le lien) 

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s