Analyse Technique

Trappe à Dettes : Les banques étrangères plus réticentes à prêter aux espagnoles

Trappe à Dettes : Les banques étrangères plus réticentes à prêter aux espagnoles

Exposées aux dettes d'Etat, les ban-ques rechignent à se prêter entre elles.  Les institutions financières espagnoles rencontrent des difficultés croissantes pour se faire prêter de l’argent par des banques étrangères à cause des craintes concernant le marché de la dette souveraine du pays, selon le journal Expansion de jeudi.

http://www.fortuneo.be/fr/bourse/actualites/cours-devises-taux.html (cliquez sur le lien)

PLUS DE DETTES EN SUIVANT :

Le journal cite des sources internes de plusieurs institutions espagnoles, non identifiées, qui affirment que les banques étrangères sont chaque fois plus réticentes à prêter aux banques espagnoles.

La presse espagnole reprenait jeudi une information du quotidien américain The Wall Street Journal selon laquelle la banque BBVA, une des principales d’Espagne, tentait en vain depuis un mois de refinancer un milliard de dollars (environ 815 millions d’euros).

Selon Expansion, les banques étrangères réduisent les fonds qu’elles prêtent aux banques issues des pays de la zone euro les plus frappés par la dégradation de leurs comptes publics.

Le déficit des comptes publics a explosé en Espagne en 2009 à 11,2% du PIB, et le gouvernement socialiste a dû se résoudre, sous la pression des marchés et de certains pays européens, à adopter des mesures d’austérité particulièrement impopulaires pour tenter de les ramener à 6% dès 2011.

La Grèce qui a due être sauvée de la banqueroute par l’UE et le FMI, et le Portugal, sont d’autres pays de la zone euro qui suscitent des inquiétudes quant à leurs finances publiques.

Les banques européennes peuvent toutefois recourir au refinancement à un taux fixe proposé par la Banque centrale européenne (BCE), d’un montant illimité depuis octobre 2008, après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, qui avait entravé le fonctionnement du marché interbancaire.

La BCE a également réactivé ses accords de swap avec la Réserve fédérale américaine (Fed) pour permettre aux banques européennes de plus facilement accéder aux liquidités en dollars.

source afp

EN COMPLEMENT : Trappe à Dettes/ Banques : Le système bancaire espagnol à l’épreuve des “Cajas” (cliquez sur le lien)

EN RAPPEL :  On a beaucoup parlé du Libor pendant la crise bancaire. Il s’agit du taux de référence auquel les banques se prêtent de l’argent entre elles. Il permet de mesurer le niveau confiance entre prêteurs et emprunteurs bancaires.

Le taux LIBOR à trois mois en dollars qui est celui auquel les banques se prêtent entre elles connaît une hausse ininterrompue depuis huit jours consécutifs. Il atteint aujourd’hui son plus haut niveau depuis le 29 juillet. Le spread du LIBOR-OIS en dollars qui mesure le niveau de réticence de banques à prêter est le plus large depuis le 13 août.

http://www.fortuneo.be/fr/bourse/actualites/cours-devises-taux.html (cliquez sur le lien)

Le Libor-OIS

Un indicateur plus fin encore de la mesure de la santé du système bancaire est le Libor-OIS qui est la différence entre le Libor et le « overnight indexed swap » (OIS) qui est un swap de taux.  Généralement, le spread du Libor-OIS se maintient autour de 10 points de base. En août 2008, au début de la crise bancaire, ce spread a bondi autour de 50 points de base. Pour suivre cet indicateur au jour le jour, cliquez ici 

AUTRES INDICATEURS EN ROUGE TEMOIGNANT DE PROBLEME DE LIQUIDITE INTERBANCAIRE (ce qui induit à moyen terme un nouveau crédit crunch):

Deposit facility retraçant le  dépôt overnight auprès de la Banque centrale européenne (BCE) de l’excès de liquidité des banques commerciales de la zone euro. Toujours en cote d’alerte avec un dépot a 138..

En situation normale, ce chiffre doit être proche de 0. Plus ce chiffre est élevé, plus le déséquilibre du marché interbancaire est important. Il peut être considéré comme un indicateur de l’aversion au risque des banques à se prêter entre elles. 

http://www.bloomberg.com/apps/cbuilder?ticker1=ECBLDEPO%3AIND (cliquez sur le lien)

Le Ted Spread calcule la différence de taux entre ce que le gouvernement américain et les banques paient pour emprunter.

Concrètement, c’est l’écart entre les taux du Trésor américain pour trois mois et le Libor qui détermine le taux auquel les banques se prêtent entre elles.

Ce graphique mesure la différence entre les taux des bons du Trésor américain (sans risque) et ceux pratiqués par les banques, lorsqu’elles se prêtent de l’argent entre elles (le Libor). Ces deux taux d’intérêt sont basés sur des emprunts à 3 mois.

Lorsque la courbe augmente, la déconnexion entre ces deux taux s’accroît.

On peut lire les hausses comme une chute de la confiance entre les banques. Celles-ci, craignant des défauts de paiements de la part de leurs consœurs, augmentent les taux, alors que les emprunts du Trésor, jugés beaucoup plus sûrs, ne suivent pas la même évolution.

Hors le TED SPREAD est toujours au 21/5/au dessus d’une valeur de  30  ce qui constitue une cote d’alerte :

http://www.bloomberg.com/apps/cbuilder?ticker1=.TEDSP%3AIND (cliquez sur le lien)

ON LIRA AVEC GRAND INTERET : Est-on à l’aube d’un nouveau krach ?  (cliquez sur le lien)

5 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s