Commentaire de Marché

L’été boursier sera chaud ! par Yves de Kerdrel

L’été boursier sera chaud ! par Yves de Kerdrel

  Malheureusement, nous avons eu raison ! La semaine dernière, dans ces mêmes colonnes, nous envisagions une poursuite du mouvement de repli du CAC 40, tiré à la baisse par les valeurs financières. C’est ce qui s’est passé. Si bien que, depuis le début de l’année, il affiche une baisse de 15 %. Et ce n’est sans doute pas fini.

PLUS DE KERDREL EN SUIVANT :

 Actuellement, les investisseurs surveillent principalement trois types de données.

D’abord, l’état des liquidités à l’intérieur du système interbancaire. Même si les refinancements du 1er juillet se sont déroulés sans anicroche, il existe au sein du monde bancaire une réelle aversion au risque qui amène les banquiers à mettre leurs dépôts de préférence dans les coffres de la BCE plutôt que sur le marché de l’argent au jour le jour. Cette stérilisation de la monnaie est évidemment très malsaine. Et seule la publication des « stress tests », attendue lors de la seconde quinzaine de juillet, pourra lever la suspicion qui entoure le système bancaire. D’ici là, l’incertitude va continuer de l’emporter sur la raison.

L’interbancaire se tend à nouveau (cliquez sur le lien)

Stress test Bancaires européens : l’arnaque européenne !!!! (cliquez sur le lien)

Le deuxième paramètre scruté par le marché est l’état de l’économie américaine. Les chiffres de l’emploi publiés cette semaine ne sont pas bons, sans pour autant être catastrophiques. La croissance outre-Atlantique s’avère moins forte, en ce deuxième trimestre, qu’au début de l’année, en dépit des 400 milliards de dollars injectés par Barack Obama dans les initiatives de relance. Et de plus en plus d’économistes redoutent désormais le scénario du double dip, ou double plongeon.

Comment éviter une seconde/redite récession globale par Nouriel Roubini (cliquez sur le lien)

Enfin, le troisième indicateur du moment, c’est toujours l’état des finances publiques des pays qui ont abusé de la politique du chéquier. Si comme le croient certains, l’Espagne et le Portugal doivent faire appel au FMI, en plein coeur de l’été, personne n’ose imaginer à quel niveau se retrouvera l’indice CAC 40 à la rentrée.

Dette souveraine, dette souterraine par Jean-Marc Daniel (cliquez sur le lien)

Alors, bien entendu, le pire n’est jamais sûr. Mais le problème du moment est que, chaque semaine qui passe, il ne cesse d’empirer ; et ce serait bien si le pire prenait, lui aussi, des vacances

PAR YVES DE KERDREL | JDF HEBDO | 03.07.2010

 BILLET PRECEDENT : Retour sur terre par Yves de Kerdrel (cliquez sur le lien)

Laisser un commentaire