Analyse Technique

AT / Présage d’Hindenburg toujours et encore : Un nouveau krach menace-t-il Wall Street ?

AT / Présage d’Hindenburg toujours et encore  :  Un nouveau krach menace-t-il Wall Street ?

Le «présage d’Hindenburg» est apparu sur la Bourse américaine mi-août. S’il se reproduit dans les 36 jours, un krach a 25 % de chances de se produire.

AT/Mauvais présage en Bourse ou redistribution des cartes entre bulls et bears ,l’indicateur d’Hindenburg s’est activé (cliquez sur le lien)

PLUS DE PRESAGE EN SUIVANT :

«Bonne chance.» C’est par cette formule laconique qu’un analyste financier américain termine sa note adressée aux investisseurs. Selon lui, en effet, un nouveau krach boursier est imminent. Cette fois-ci, la conjoncture – même faiblarde – n’y est pour rien. C’est l’analyse technique qui annonce une catastrophe. 

Le 14 août dernier(cliquez sur le lien), au moins 2,9 % des valeurs de la Bourse américaine ont atteint un pic. Au même moment, 2,6 % des valeurs retombaient à leur niveau plancher. Le problème ? Cette configuration rarissime, baptisée «présage d’Hindenburg» en référence à l’accident d’un zeppelin allemand dans le New Jersey en 1937, annonce souvent un krach boursier. 

Lorsqu’elle se produit à deux reprises dans un délai de 36 jours – ce qui semble déjà être le cas (cliquez sur le lien)selon certains analystes(dont Robert Pretcher) – un krach a 25 % de chances de se produire, estiment les analystes. Pour les investisseurs échaudés par la crise, la probabilité est loin d’être négligeable. Et puis, il y a cette vérité statistique implacable : tous les krachs boursiers de ces dernières années, définis par une chute d’au moins 15 % des cours, ont été précédés du «présage d’Hindenburg». Sans exception. 

Ces inquiétudes continuent de pousser les investisseurs vers les obligations, au détriment des actions. Une configuration inhabituelle en période de reprise économique. «L’écart de rendement entre les obligations d’entreprises et les actions a atteint 2 % pendant l’été», notent les experts de la Banque Léonardo. Du jamais vu ! 

Cette défiance vis à vis des actions semble partie pour durer. Car même si la Bourse échappe à un krach au mois de septembre, elle sera chahutée. En effet, les élections de mi-mandat aux Etats-Unis et les mois de septembre sont généralement mauvaises du point de vu des performances boursières. Le Wall Street Journal a déjà identifié 10 raisons d’ètre prudent. Investisseurs, attachez vos ceintures ! 

Sébastien Julian, L’Expansion.com aout 10

EN LIEN :

4 réponses »

  1. Standard and Poor’s abaisse la note de l’Irlande d’un cran, à « AA-« .

    L’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s a abaissé mardi d’un cran la note de dette de l’Irlande, à « AA- » contre « AA » auparavant, invoquant la hausse pour l’Etat du coût du soutien au système financier.

    Cette note attribuée à la dette de long terme du pays, la quatrième sur une échelle de 21, correspond à un emprunteur généralement fiable. Elle est assortie d’une « perspective négative », indiquant que S&P envisage de l’abaisser encore.

    « Le coût budgétaire projeté du soutien par l’Etat irlandais du secteur financier du pays s’est considérablement accru par rapport à nos estimations initiales », a affirmé l’agence dans un communiqué.

    « Un nouvel abaissement est possible si ce coût augmente encore, ou si d’autres événements économiques négatifs affaiblissent la capacité du gouvernement à atteindre ses objectifs budgétaires de moyen terme », a-t-elle ajouté.

    « Au vu de l’annonce récente de nouvelles injections dans le capital d’Anglo Irish Bank, nos dernières projections montrent que la dette publique de l’Irlande va augmenter à 113% du produit intérieur brut en 2012 », a précisé S&P.

    http://www.romandie.com/ats/news/100824213007.cttdwspt.asp

Laisser un commentaire