Douce France

France : le suicide par l’impôt. par Marc Touati

France : le suicide par l’impôt. par Marc Touati

« Je n’ai pas été élu pour augmenter les impôts, moi. Si on veut augmenter les impôts dans notre pays, il y a tellement de candidats pour les augmenter, vous aurez l’embarras du choix aux prochaines élections ! » Telle était l’annonce tonitruante lancée par Nicolas Sarkozy le 17 mars 2009 devant les ouvriers de l’usine Alstom d’Ornans (Doubs).

Le pire ennemi de la France est son modèle social

PLUS DE TAXES EN SUIVANT :

 Malheureusement, comme le souligne l’expression si souvent usitée par les hommes politiques français : les promesses n’engagent que ceux qui y croient. C’est dans ce cadre que le gouvernement a annoncé il y a une dizaine de jours que dix milliards d’euros de recettes supplémentaires allait être trouvée au gré de la réduction de nombreuses niches fiscales. Certes, le sacro-saint principe de la non-augmentation des impôts se voulait apparemment préservé. Cependant, personne n’est dupe et chacun sait que supprimer les niches fiscales revient mécaniquement à aggraver la pression fiscale. Pour autant grâce à des efforts considérables de marketing, la pilule est plus ou moins passée sans trop de difficultés. 

Fort de ce « succès », une nouvelle étape a donc été franchie cette semaine, avec l’annonce d’une augmentation des ponctions sur les assurances pour un montant d’au moins 3,2 milliards d’euros. Cette fois-ci, la dissimulation est évidemment beaucoup plus difficile et les Français commencent à comprendre que lorsqu’on leur parle de réduction des niches, il s’agit bien d’une augmentation pure et simple de la ponction fiscale.

L’assurance vie française perd sa niche fiscale 

Pourtant, comme si cela ne suffisait pas, le Ministre du Budget, François Baroin, en a rajouté une couche, en annonçant qu’après les élections présidentielles, les impôts allaient forcément augmenter. Il se rapproche ainsi de la position du parti socialiste qui, en cas de victoire en 2012, prévoit d’augmenter massivement les impôts sans réduire les dépenses publiques. En d’autres termes, si certains Français osaient encore ne pas y croire, c’est désormais une certitude : après 2012, quelle que soit l’issue des élections présidentielles, la France se lancera dans une phase d’augmentation de sa pression fiscale. 

Dans la mesure où cette dernière est d’ores et déjà l’une des plus élevées du monde, il est de notre devoir, en tant qu’économistes indépendants, de souligner que cette perspective constitue un important danger pour l’avenir de notre « douce France ». En effet, depuis une vingtaine d’années, les différents gouvernements français ont apporté la même réponse à l’ensemble des problèmes économiques hexagonaux : une augmentation conjointe des dépenses publiques et de la pression fiscale. Et même lorsque l’on a voulu baisser certains impôts, par exemple l’impôt sur le revenu, sous la présidence de Jacques Chirac, cette baisse a été plus que compensée par une augmentation des autres impôts et taxes, notamment sur le plan local et régional. 

Bien loin des promesses de lendemains meilleurs, les résultats de cette politique laxiste et court-termiste sont sans appel. Tout d’abord, la croissance structurelle a fondu comme neige au soleil, passant de 2,5 % en 1990 à environ 1,5 % aujourd’hui. Ensuite, le taux de chômage structurel est resté élevé, aux alentours des 9,5 %, et ce en dépit du fort ralentissement de la population active qui aurait dû réduire mécaniquement ce taux. Enfin, le taux de pauvreté est passé de 12 % au début des années 2000 à 13,4 % en 2007 (dernier chiffre officiel publié) et autour des 14 % en 2009. Autrement dit, il y a aujourd’hui plus de 8 millions de personnes en France qui vivent sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire qui ont un revenu inférieur à 900 euros par mois. A l’évidence, il n’est pas nécessaire d’être agrégé d’économie pour comprendre l’évidence : la politique d’augmentation des dépenses publiques et de la pression fiscale menée depuis plus de vingt ans est un échec. 

Pourtant, en dépit de ce bon sens, les dirigeants politiques français persistent dans leur erreur et continuent de préconiser les mêmes mesures, en l’occurrence une augmentation des impôts. Or, au-delà de l’adage bien connu « trop d’impôts tue l’impôt », il est clair que, compte tenu d’une pression fiscale et réglementaire trop pesante, une nouvelle hausse de cette dernière engendrera de nombreuses délocalisations de capitaux, d’entreprises et de personnes. Il s’en suivra une baisse mécanique des recettes fiscales, donc plus de déficits publics et plus de dette. La France perdra alors rapidement son AAA et subira une forte augmentation des taux d’intérêt à long terme. L’investissement et la consommation en pâtiront, ce qui ne manquera d’amputer la croissance économique et surtout l’emploi. 

Autant d’évolutions qui réduiront encore les recettes fiscales et accroîtront le poids des dépenses publiques par rapport au PIB, ce qui entraînera un nouveau dérapage des déficits publics… et le cercle pernicieux se terminera avec l’explosion sociétale du pays. En d’autres termes : augmenter les impôts après 2012 (et a fortiori avant) serait suicidaire pour l’économie et la société française. 

Est-ce cela que nous souhaitons proposer à nos enfants ? Voulons-nous vraiment laisser végéter la croissance structurelle hexagonale autour des 1,5 % et le taux de chômage vers les 9,5 % ? Sommes-nous d’accord pour que la France reste définitivement une économie sous perfusion qui pratique la fuite en avant perpétuelle en proposant comme seules solutions à nos difficultés la hausse des dépenses publiques et l’augmentation des impôts ? A toutes ces questions, et à l’instar de millions de Français, nous répondons clairement et depuis des années « NON ! ». 

Alors Mesdames et Messieurs les dirigeants politiques, tous bords confondus, il serait donc grand temps d’arrêter la démagogie, l’irresponsabilité économique et le manque de courage politique. La France est proche du point de non-retour, il est indispensable de réagir avant qu’il ne soit trop tard. 

Marc Touati ACDEFI – 03 septembre 2010

BILLET PRECEDENT : France-Allemagne : les écarts se creusent par Marc Touati


FAITES UN DON SOUTENEZ CE BLOG

 
Paiement sécurisé par PAYPAL  
  
 

1 réponse »

  1. ce n’est l’impôt qui est en cause mais la répartition des richesse et l’honnêté . Nous subissons depuis prés de 40 ans les cons&quences de ces agitations socialee et politiques qui profitent à des groupes au détriment de l’INTERET GENERAL . Ainsi , hier, une certaine idéologie, finalement au service de ces grandes forces financières spéculatives et patronales mondialistes d’ajourd’hui, on dénonçait le CAPITALISME PATERNALISME. Rappelons que ces patrons paternalistes , d’éducation et d’appartenance aux valeurs sociales chrétiennes,même s’ils appartenaient à la classe dite dite « bourgeois » ou comme l’on dirait aujourd’hui « dirigeante », avaient le souci de l’entreprise, du travail et même, n’en déplaise à nos gauchistes professinnels et généralement fonctionnaires, du bien-être de leurs ouvriers : les parons résidaient et vivaient prés de l’entreprise familiale et les ouvriers et autres salariés aussi , généralement dans des habitations construites par les patrons.Et aujourd’hui que constatons nous ? comme par hasard , la gauche « révolutionnaire » issue de 68 et du programme commun , se fait élire en 1981 et en 1982 jette le dit programme commun à la poubelle et opte pour , non plus le socialisme mais le capitalisme libéral « Blairien » entrainant les fermetures d’usines dans le Nord et la sidérurgie dans l’Est !!! En réalité la gauche a trahi et vendu la classe ouvrière au profit , aujourd’hui de l’immigration dont elle pense s’en faire une force électorale au détriment de nos travailleurs et de notre pays !!! l’actualité est suffisamment parlante en dépit des médias politisés et généralement à gauche malgré leurs bons salaires comme le dirait Nadine MORANO ( d’ailleurs à ce titre ce fut « SILENCE DANS LES MEDIAS ». On continue a=à dénoncer le capitalisme à la sauce bobo-gauchiste mais bizarrement pas le LIBERALISME sans régle ni morale !! Etrange non ? car le cancer et tous les maux sociaux viennent de là, non ? la MONDIALISATION est une perversité spéculative grossière et scandaleuse qui profite à un groupe de gens ou de familles qui s’acharnent  » à faire de l’argent » , à s’en mettre plein les poches , à planquer cet argent qu’on peut qualifié de « volé » dans les paradis fiscaux où se cotoient tous les gansters de la terre (mafia, trafiquants, criminels, voleurs et cette dite « grande bourgeoisie patronale » quand ils ne passent pas la frontière pour résider à l’étranger et ne plus payer l’impôt dont les salariés aujourd’hui bafoués , méprisés, mis au chômage , ont été à l’origine de leurs richesses…

    Ce qu’il faut savoir aujourd’hui c’est QUI FAIT QUOI ? QUI PAIE QUOI ?A quand un Grenelle des Salaires?

    Etrange là aussi que les politiques , la gauche , les bobo-gaucho-fonctionnaires,les syndicats, dits et c’est un euphémisme, « Acteurs Sociaux » avec le constat qu’ils sont tous situés, comme par hasard, à 80 % dans le secteur « trés confortable et sécurisant du secteur public » bien qu’archi-minoritaires dans le pays (7% du salariat), qu’aucun de ces représentant ne s’intéressent aux salaires et aux retraites réellement perçus en France si ce ne sont les leurs qui coûtent trés trés chers aux contribuables notamment aux petites gebs qui paient encore l’IMPOT ?

    Ce n’est pas une critique des RICHES mais une question MORALE de ceux qui ne sont pas à l’origine de la richesse du Pays mais qui profitent des salariés voués à l’appauvrissement mondialiste pendant que les UNS spécuelent sur leur dos et les AUTRES s’arrogent un pouvoir qui devrait leur être interdit en faisant grève sur gréve et enfaisant payer l’ADDITION au contribuable quand il constate que ses impôts continuent à augmenter sachant que dans les régions aux mains des socialistes, les fonctionnaires , communaux et collectivités territoriales ont non seuelement la SECURITE de l’EMPLOI mais de plus cumulent des PRIMES souvent des plus fantaisistes sous prétexte de rattrapage salarail et maintenant le DOUBLE MOIS payé sur le compte de nos impôts locaux !!! C’est un vrai scandale , ce pour quoi il faut abolir le statut public et rétablir l’EGALITE dans le pays car ce sont bien les salariés du secteur privé (les 3/4 du salariat en France) qui sont non seulement victimes de la mondialisation, du chômage, de la pauvreté alosr que de l’autre côté le secteur dit « public » profite des gréves à répetition et de la sécurité de l’emploi (sans production ni rentabilité, ni compétence exigée, pour demander toujours plus !!! et que dire des politiques qui se sont augmentés eux-mêmes leurs indemnités parlementaires de prés de 75% en 2002 , à l’initiative de la GFauche socialiste, sans oublier Debré qui avant de quitter son perchoir à créer d’autres privilèges parlemnatires , ni les cumuls de mandats et de retraites et autres cumul d’avantages de toutes sortes notamment en nature…

    Cette situation sociale et fiscale ne peut qu’aboutir à une réaction sociale et politique justifiée face à des gens sans morale ni loi . Alors la question de l’IMPOT, attention , je doute que l’électeur ou comme on le dit dans le pays , « le cochon de payeur » soit auusi niais qu’on voudrait bien le faire croire. L’affaire WOERTH,est l’arbre qui cache la forêt et permet surtout d’éviter de parler de tou cela n’est-ce pas ? Reste la question de l’immigration trés coûteuse en France d’autant qu’elle entre constamment alosr que les emplois dosparaissent continuellement !!! La France a t’elle vocation à recycler les chômeurs des autres pays , surtout ceux extra-européens , comme l’Afrique du Nord où je rappelle que le salaire est de 100 à 200 euros, 30 à 40% de chômage (algérie tunisie maroc) où il n’y apratiquement ni sécurité sociale ni ANPE, notamment en algérie !!! voir RAPPORT du BIT 2008 « Chomage dans le monde » à se procurer en Suisse et passé sous silence et pour cause …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s