Art de la guerre monétaire et économique

2011 Rendement du Marché Actions par Pays

2011 Rendement du Marché Actions par Pays

Source Bespoke

La performance moyenne en dollars de l’année  à la date du 24 janvier du marché boursier de 81 pays énumérés ci-dessus est de 1,33%. (Pour chaque pays, est untilisé l’indice le plus largement suivie.) Jusqu’à présent, un grand nombre de pays qui ont été mal  en 2010 sont sur le haut du  classement en 2011. La moyenne des pays énumérés a gagné 15,33% en 2010, mais trois des quatre pays les plus performants à ce jour cette année ont tous vu des  baisses à deux chiffres l’an dernier. L’Italie se classe au deuxième rang (derrière le Nigeria avec 12,11%) avec un gain de 9,83% jusqu’à présent cette année. Le FTSE pays indice MIB a diminué de 13,23% en 2010. Après avoir chuté de 17,43% en 2010, l’Espagne est en hausse de 9,70% cette année. Et la Grèce, qui a chuté de 35,62% l’an dernier, est en hausse 9,53% YTD et se classe 4ème au général.

PLUS/MOINS DE RENDEMENT EN SUIVANT  :

Un peu plus de 30% des pays mentionnés sont en baisse cette année. Le Bangladesh a été le moins performant en 2011 avec une baisse de 23,69% cette année. Le pays était le meilleur performer deuxième en 2010 derrière le Sri Lanka avec un gain de 82,79%. Avec son soulèvement ce mois-ci, la Tunisie est le seul autre pays à plus de 10%.

Parmi les pays du G7, l’Italie occupe la première place, suivie par la France (+6%), les États-Unis (2,57%), Allemagne (2,22%), et le Japon (1,14%). Le Royaume-Uni se classe deuxième à la dernière des pays du G7 avec un gain de 0,74%. Le Canada se classe bon dernier et est le seul pays du G7 qui est en panne (-0,69%).

En regardant les BRIC, la Chine continue àsous performer avec une baisse d’année à date de 4% après avoir chuté de 14,31% en 2010. L’Inde est également aux prises avec une baisse de 6,62%, mais contrairement à la Chine, l’Inde a enregistré des gains de rève  l’année dernière. La Russie est actuellement le meilleur  pays BRICavec un gain de l’exercice à ce jour de 5,39%, et le Brésil est à peine dans le positif  à 0,12%.

 Le Commentaire de Michel Santi : Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Titan WordPress Theme 

L’appréciation quasi ininterrompue des bourses américaines et européennes depuis plusieurs semaines ne constitue en rien un gage de bonne santé économique mondiale. Pour qui veut bien regarder hors des Etats-Unis (où les indicateurs semblent s’améliorer), un certain nombre d’indices démontrent au contraire que des vents contraires sont en train de se mettre en place en ce début d’année 2011. 

Notre monde, nos marchés financiers et nos activités économiques étant intégrés, il devient aujourd’hui impossible d’ignorer ou de négliger des évènements qui se dérouleraient au Brésil ou en Inde…

 Alors que les progressions de nos bourses Occidentales sont quotidiennement analysées, quelqu’un se penche-t-il sur le cas de la bourse de New Delhi qui a perdu 12% depuis le début de cette année et 17% depuis son pic de début Novembre 2010? Et pourquoi les baisses des bourses au Chili, au Pérou, en Colombie ou en Indonésie qui ont toutes reculé de 10 à 20% n’attirent-elles pas plus les attentions et ce pendant que la bourse brésilienne, elle, stagne -au mieux- depuis Octobre?

 Le Brésil qui tente de s’allier à d’autres économies en développement afin de contrer la flambée de leur monnaie nationale respective. Le Chili qui, pour sa part, intervient sur les marchés à hauteur de 12 milliards de dollars pour freiner l’appréciation de son Peso…

 Ces nations sont ballottées par des courants contraires – parfois d’une violence extrême – et ne parviennent pas à stabiliser leurs marchés financiers qui, dès lors, deviennent tout à la fois volatils et irrationnels avec, à la clé, des formations de bulles spéculatives et des implications néfastes sur leurs économies

La politique de la Réserve Fédérale US fait ainsi des ravages car ses ondes de choc se ressentent sur les coins les plus reculés de la planète. L’inconscience américaine consistant à imprimer des dollars en quantités industrielles se traduit par des poussées inflationnistes dans les pays émergents. En essayant de maintenir sous contrôle leur propre devise, les pays émergents en sont donc réduits à importer de l’inflation depuis les Etats-Unis. Pour en être convaincu, il suffit d’observer la flambée des cours de l’or, des matières premières et des denrées alimentaires vis-à-vis du billet vert. Comme d’habitude, les Etats-Unis règlent leurs conflits hors de leur pays et mettent ces pays neufs devant des choix impossibles. 

Le nouveau Congrès US parviendra-t-il à corriger – en accord avec le Président Obama – cette situation? Car si elle est le produit de la politique monétaire américaine (c’est-à-dire des manipulations abusives de leurs taux d’intérêts), les menaces inflationnistes mondiales peuvent être efficacement jugulées par la politique fiscale et budgétaire US. Une réforme de la fiscalité US accompagnée d’une volonté sérieuse de réduire les déficits fédéraux modifieront incontestablement la dynamique de l’offre et de la demande sur les Changes en se soldant par une demande accrue de dollars qui soulagera notablement les pays émergents et leurs propres devises artificiellement gonflées à bloc. Une appréciation du billet vert contribuerait donc à gommer les pressions inflationnistes sévissant dans ces pays même si l’inflation n’est – de loin – pas la seule épée de Damoclès suspendue sur les économies d’un certain nombres de nations et de blocs.

En effet, qui achètera la dette japonaise – dans une situation aussi périlleuse que celle de l’Europe périphérique – alors même que le Japon se met à acquérir la dette des pays Européens en difficultés? Par ailleurs, je suis loin d’être persuadé que la solution optimale pour ces nations fragilisées de l’Union soit de combler leurs déficits et de rembourser leurs dettes en contractant d’autres prêts…

Reconnaissons-le: les hausses boursières aux USA agissent à la manière d’un anesthésiant en entretenant un sentiment de quasi euphorie chez les investisseurs tout en convaincant les autorités américaines du bien fondé de leurs options. Le jeu de massacre sera pourtant prochainement officiellement lancé à la faveur de la remontée des taux d’intérêts

source et remerciements Michel Santi gestionsuisse.com 22 jan11

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s