Art de la guerre monétaire et économique

Les Clefs Pour Comprendre du Dimanche 1er Fevrier 2015: La monnaie, la Crise, les QE, promotion Orwell Par Bruno Bertez

Les Clefs Pour Comprendre du Dimanche 1er Février 2015: La monnaie, la Crise, les QE, promotion Orwell Par Bruno Bertez

Alors que la chose fiscale est à peu près comprise par les citoyens, la chose monétaire, elle, est un trou noir. L’évidence de la monnaie, telle qu’ils la perçoivent ou la touchent dans leur poche, est telle qu’ils croient savoir ce qu’elle est. Nous soutenons que la conception de la monnaie que les citoyens ont est anachronique et que c’est à la faveur de cet anachronisme que les pouvoirs les trompent. 

Pour la plupart, avec de l’argent, on achète des biens et services, on tente de faire des économies, on voyage et c’est à peu près tout. Les questions, pour le public, ne se posent, bien souvent, que lorsque l’inflation des prix des biens et services accélère. Alors,  là,  les gens  commencent à se poser des questions. Et, arrêtez-vous, prenez votre temps d’assimiler : c’est là que se trouve l’entourloupe majeure : comme vous ne vous intéressez à la chose monétaire que lorsque les prix montent, alors, « ILS »ont trouvé une astuce, ils ont dit, nous pouvons faire tout ce que nous voulons avec la monnaie, nous en  sommes les Maîtres, pourvu que les prix ne montent pas. Ils ont considéré que la monnaie, c’était leur chose du moment que, sur les prix, sur  l’inflation des prix des biens et services, « les choses étaient maîtrisées ». Ah la maîtrise des anticipations inflationnistes, comme ils y tiennent dans un monde où la question n’est pas celle de l’inflation. L’illusionniste a toujours les mêmes trucs: vous faire regarder dans une autre direction que celle où les choses se passent.

Ils ont parié sur le fait que vous n’y comprendriez rien, sur le fait que tous les pouvoirs politiques, de Droite et de Gauche, seraient d’accord avec eux pour vous maintenir dans l’ignorance et ils ont pris le pouvoir essentiel, majeur, celui qui seul compte dans nos systèmes, le Pouvoir de faire ce qu’ils veulent en matière de monnaie. Non seulement ils ne vous ont rien expliqué, mais ils entretiennent l’ignorance lorsqu’ils s’expriment. D’ailleurs, bien souvent, ils n’expriment que leur propre ignorance, ou leur illusion de connaissance, on l’a vu récemment quand le Français Hollande a effleuré ces questions.

Mais avant, réglons le problème de la complicité entre les politiciens et les Banquiers. Elle est structurelle, organique, parce que les politiciens dépensent et ce sont les banquiers qui les financent, exactement comme du temps des rois. Ce sont les banquiers qui font les fins de mois des politiciens de droite et de gauche. Et les politiciens ont toujours besoin d’argent, pour acheter des votes.

En fait, le système n’est pas vraiment le même que celui du temps des rois car le pouvoir a basculé. Avant, c’étaient les banquiers/fermiers généraux qui collectaient l’argent pour les rois, maintenant ce sont les rois qui collectent  pour les banquiers. Le Pouvoir, voilà ce qui est important, suivez le pouvoir et vous commencerez à comprendre le monde dans lequel vous vivez. Le Pouvoir, celui de la banque devenue finance, choisit les rois.

Vous avez une intuition de ce qu’est la monnaie et cette intuition est historique, elle est fondée sur l’histoire, sur la pratique, sur l’héritage culturel. La monnaie, telle que vous croyez la comprendre, a à voir avec les marchandises, la propriété, elle est l’équivalent général des marchandises, etc. Donc, à moins de fausse monnaie privée ou publique, la monnaie a à voir avec la création et l’existence de richesses. Ceci, c’est pour vous, les citoyens ordinaires. Vous ne savez pas qu’en fait, c’est l’inverse, la monnaie a à voir,  non pas avec l’existence de richesses et la propriété, non elle n’a plus à voir qu’avec… les dettes, les promesses… Les monnaies, ce sont des promesses empilées, pas des richesses produites. Et des promesses, il n’y a pas de limites, on peut en faire tant que l’on veut, du moment que les gens les croient. Le lien entre les richesses, les vraies, qu’elles soient tangibles ou sociales, immatérielles, ce lien a été rompu. « Ils » se sont donné le pouvoir de le rompre et, à partir de là, le pouvoir d’émettre autant de monnaie qu’ils le veulent, quand ils le veulent avec le prix, le taux d’intérêt, qui leur convient. Le pouvoir a basculé, il n’est plus au niveau des utilisateurs de monnaie, celle-ci n’est plus un bien commun, non elle est devenue un instrument. Un instrument du père UBU.

Mais il y a pire ou plus, car une nouvelle monnaie a émergé, une monnaie qui n’a même plus à voir avec les promesses ou les dettes, et cette monnaie, on ne sait même plus ce que c’est ; c’est, ce sont des écritures comptables, des chiffres dans un « ledger ». Ce sont des bits, des digits, comme le dit faussement Bernanke : « nous avons une printing press électronique qui nous donne la maîtrise de la quantité de monnaie en circulation ». Selon lui, il suffit d’appuyer sur un bouton pour faire monter tous les prix. Bernanke souffre d’un délire de toute puissance, malgré sa printing press, il n’est, en particulier,  pas maître de la quantité de monnaie en circulation. Mais là n’est pas notre propos, ce n’est qu’un incidente. Cette monnaie n’a plus rien à voir avec la propriété, elle n’a non plus rien à voir avec les promesses, les dettes etc. ; non, elle a à voir avec les lois de la finance, ses besoins, son mode de fonctionnement, ses innovations, son ingénierie, les lois bancaires internationales. Cette monnaie là, c’est ce que nous appelons, faute de mieux, la monnaie financiarisée.

Vous pouvez en sortir  1 trillion de votre chapeau  sans que le niveau des prix bouge d’un iota! Et  cela malgré les rêves des Bernanke et autres. Cette quantité monnaie peut être multipliée par 3 ou 4 sans que l’on coure le moindre risque d’hyperinflation! Eh oui, Draghi a raison sur ce point.

La réalité que l’on vous cache, c’est non pas qu’il faut de plus en plus de crédit et de monnaie pour que la croissance revienne ; non, il faut de plus en plus de monnaie pour que le système tienne, pour qu’il ne s’effondre pas! Tout simplement.

Cette monnaie a totalement changé de nature, même par rapport à celle qui était la précédente, la monnaie de crédit, empilée sur les dettes. Les monnaies précédentes, celles que vous croyiez comprendre, étaient quand même fondées, assises, sur quelque chose -et c’est cela le mot important- sur « quelque chose ». Les dettes actuelles, on ne sait plus les dettes de qui elles sont.  La monnaie dont nous parlons n’est pas assise sur quoi que ce soit, elle n’a à voir qu’avec les établissements, la plomberie, le système, les banques. Nous avons dépassé le stade où on pouvait encore approcher la nature de  cette monnaie en  disant, c’est de la « monnaie de gros », wholesale money. Non, c’est au-delà, c’est faute de mieux, refuge de notre ignorance, un opérateur du système.

Ils jouent sur le fait que vous avez une conscience monétaire d’un autre temps, sur le fait que vous êtes en retard -développement inégal- pour confisquer le pouvoir magique de la monnaie, mais d’une monnaie qui n’est plus la même que celle que vous croyez connaître. Votre conception de la monnaie est anachronique ; derrière le mot, la réalité a changé. La monnaie a cessé d’être ce que vous croyez qu’elle est, et comme vous continuez à le croire, alors ils en profitent. Promotion 2015 de  l’ENA : George Orwell.

 

Le problème de la monnaie, ils vous font croire que c’est l’inflation, mais non, ceci n’est qu’accessoire, le problème de la monnaie, c’est le Pouvoir que cela confère à celui qui la met en existence. Le problème de la monnaie, c’est son rapport avec la démocratie et le glissement vers le dirigisme et une forme de socialisme. Selon qu’il la met en existence d’une façon ou d’une autre, selon qu’il l’introduit dans le Système d’une façon ou d’une autre, selon le niveau auquel il fixe l’intérêt, le Banquier Central  appauvrit les agents économiques, les citoyens, et il en enrichit d’autres. Le Banquier Central a un pouvoir supérieur à celui de vos élus politiques, ses munitions sont par trillions, celles des politiciens se chiffrent par milliards seulement. Ainsi, la BCE vient de décider une mesure dont l’enveloppe s’évalue en trillions sur 19 mois, tandis que les gouvernements rament sur les sommes ridicules de quelques milliards! 

Le transfert de richesses que vont opérer les achats de titres à long terme de la BCE et de l’Eurosystème des banques nationales va porter sur des dizaines milliards, effets directs et indirects compris!

Pour vous aider à comprendre. Par ses achats de titres à long terme, dits QE, et sa politique de taux d’intérêts quasi nuls, la BCE prive toute l’épargne, tous les épargnants, toutes les caisses de retraites, assurances, etc., de rendement, de rémunération. Elle spolie l’épargne en supprimant tout rendement raisonnable afin de procurer de l’argent gratuitement aux banques et aux gouvernements et afin de faire léviter le marché financier. C’est un transfert de richesses colossal. Et on feint de s’étonner de l’accroissement des inégalités. Mais c’est bien plus que cela, car c’est un ordre social qui bascule. Les effets de la politique de la BCE ne sont pas les mêmes, selon que les pays sont globalement épargnants ou pas. Dans les systèmes anglo-saxons, on n’épargne pas, on s’endette, on vit de « deficit spending », donc on est bénéficiaire de la disparition de la rémunération de l’épargne; dans un pays comme la France, gros épargnant, avec un ordre social fondé sur l’épargne, c’est l’inverse. On transfère les ressources des uns au profit des autres et, surtout, on détruit l’ordre social qui était attaché à cette épargne. Ce faisant, on fait un travail politique… qui prépare une mutation sociologique et sociale qui sera favorable au… socialisme et à l’étatisme. On prolétarise en quelque sorte.

Le public fonctionne par intuition, pas forcément les bonnes, car il en reste « aux évidences » comme celle-ci : lorsque les prix montent, « c’est la faute à ceux qui vendent ou produisent les biens et services ». Ils ne savent pas que, derrière, il y a une alchimie complexe qui fait que les prix peuvent monter ou baisser, pour mille et une raisons, dont en particulier, une raison majeure, l’équilibre entre l’offre et la demande de monnaie. Ou encore l’endroit où elle est injectée. Dans nos systèmes, l’origine, la nature, la vie et le comportement de la monnaie sont occultés. Toutes ces choses fondamentales sont rejetées hors du champ de la connaissance. Et bien sûr, rien n’est fait pour y remédier, nos démocraties ne vont pas jusqu’à vouloir faire progresser la conscience et l’intelligence du peuple souverain sur la chose monétaire. Et c’est normal, car c’est là, dans nos systèmes évolués, que gît la domination des pouvoirs.

Avez-vous vu à l’occasion de l’actualité brûlante des QE, des fameux achats de titres à long terme et de son corollaire, le gonflement du passif du bilan des Banques Centrales, avez-vous vu le moindre effort didactique? Que disons-nous, le moindre effort de clarification? Non, l’obscurantisme est au contraire renforcé : il ne faut pas qu’ « ils » comprennent. La soi-disant transparence des Banques Centrales est telle qu’elle équivaut à un aveuglement. Circulez, il n’y a rien à voir. On vous parle de trillions d’achats de titres émis par les gouvernements pour financer leurs déficits, on vous parle -à peine- de la contrepartie, à savoir que l’on met une somme équivalente de monnaie Banque Centrale au crédit des comptes des banques, et le tour est joué, vous êtes censés ne plus poser de question. Vous êtes censé admettre que tout cela est juste, efficace, justifié. Ben voyons, c’est pour lutter contre le chômage n’est-ce pas ! Ils créent le chômage par l’austérité qu’ils imposent et ensuite luttent soi-disant contre le chômage par la distribution d’argent gratuit… aux chômeurs? Que nenni, aux ultra-riches et aux banquiers !

La matière est complexe, la chose monétaire est tout sauf évidente, car nous avons quitté le domaine de la monnaie empirique que chacun peut toucher, dépenser et comprendre. Les trillions dont on parle ne sont pas de la vraie monnaie, ce sont des bits, des digits. Cette monnaie-là, c’est des entrées dans les livres. Elle est créée en contrepartie de l’achat de dettes souveraines auprès des banques. Et donc elle va rentrer dans les comptes des banques. Finalement, sa nature, à la limite, dépendra de ce qu’elles en feront. Et elle ne servira pas à acheter des marchandises, elle ne constitue  même pas tout à fait ce que l’on pourrait appeler le marché de gros de l’argent. Non, c’est encore autre chose. Ce qui est sûr, c’est que ces trillions ont vocation à stimuler l’appétit pour le risque, traduisez l’appétit pour le jeu, traduisez : ils ont vocation à faire monter les cours de Bourse et des instruments de crédit.

Greenspan en 2006 a répété : « la monnaie, on ne sait plus très bien ce que c’est »; c’est vrai et faux, la monnaie, la vraie, d’avant, on sait très bien ce que c’est, mais en revanche, on ignore la nature de ces digits que l’on « printe » sur un clavier. Un dollar dans votre poche est un dollar, même s’il n’est pas sonnant et trébuchant. Pour être précis, ce billet d’un dollar n’est pas de la monnaie, c’est déjà une dérivée de la monnaie.  Mais disons que c’est de la monnaie, et vous savez ce que c’est.

Pour bien comprendre la chose monétaire, il n’y a que l’Histoire. La théorie, les abstractions ne valent rien, ce ne sont que billevesées. Billevesées dont la plus grosse est ce que l’on appelle le « chartalisme » qui confond la situation présente avec la nature profonde de la monnaie.

La genèse de la monnaie la plus claire se trouve chez Marx quand il développe sa thèse selon laquelle la monnaie est l’équivalent général des marchandises. Il montre, par sa méthode dialectique et historique, comment la monnaie est née et s’est imposée. Mais c’était avant. Bien entendu, ne cherchez pas à dériver l’analyse de Marx sur la « monnaie » présente, ce serait inadéquat. La forme,  et nous soutenons, la nature de la monnaie, ont changé, elle n’a plus de lien non seulement avec l’or, ou la quantité de travail intégrée dans les marchandises, elle a été coupée du lien avec l’effort et droit de propriété. L’une des originalités de notre position est que nous avons  étendu cette conception de la monnaie au domaine de tous les actifs financiers. Nous affirmons que l’on a unifié le champ des monnaies et quasi-monnaies tout en coupant ce champ de l’économie réelle. On a, selon nous, autonomisé les signes. On les a libérés du poids de l’or, de la rareté en général, de la pesanteur de la propriété et on les a rendus simples créatures  des Banquiers Centraux  qui ont la maîtrise du « printing ».

Un dollar en dépôt dans une banque, ce n’est déjà plus un dollar car il a été financiarisé. On a changé sa nature. La banque n’a plus à vous le rendre, elle n’a plus le statut de dépositaire, contrairement à ce que vous croyez, non, c’est un passif de la banque, une créance sur  la banque et cela fait toute la différence. Si elle fait faillite, vous devrez concourir comme les autres créanciers pour retrouver une fraction de votre argent. Les comptes bancaires ont cessé d’être des comptes de dépôt. Ceci n’est qu’un exemple, pour vous montrer simplement que la monnaie que vous avez connue a changé de nature. La monnaie est auto-dévalorisable, biodégradable, comme le démontrent les taux d’intérêts négatifs qui se généralisent. La monnaie ancienne avait rapport avec la propriété, la monnaie financiarisée, qui est encore autre, chose que la « fiat money »  a à voir  uniquement avec l’endroit, l’établissement où elle est logée. Et encore logée est un mot trompeur. Ainsi, si vous avez de l’or à la banque, sachez que si vous avez précisé que vous vouliez que votre or soit en dépôt individualisé, vous être propriétaire ;  si en revanche votre or n’est pas individualisé, il devient financiarisé. Le lien n’est plus la propriété. Vous n’êtes que créancier soumis aux lois bancaires. Pensez-y quand votre établissement sera en faillite ou avant! 

De même, et on monte dans la complexité, les centaines de milliards qui alimentent le marché de l’eurodollar ne sont plus des dollars, c’est encore autre chose, à cheval sur le réel et le virtuel. Tout a basculé, d’abord en 1933, puis quand les monnaies ont cessé d’être convertibles, fin des années 60,  et enfin quand le marché de l’eurodollar a pris son essor, quand au lieu de régler les déficits internationaux par des transferts d’or, on les a réglés par des mouvements de comptes alimentés par le crédit et que ces crédits ont été empilés… sur des dettes et qu’il a fallu alimenter le tout, pour la stabilité, par les fameux digits.

Nous ne pourrions mieux résumer qu’en disant qu’une création de l’homme a échappé à son maître.

Permalien de l'image intégrée

Disons pour simplifier que cet argent, ce n’est pas de la monnaie, ce n’est même pas une dérivée de la monnaie, c’est quelque chose de radicalement différent. Le dollar, avant, était une dérivée de la vraie monnaie qui était l’or. Maintenant c’est autre chose. Comme le mercure, cela court, insaisissable.

Le meilleur nom pour nous, c’est non plus « monnaie » ou  même le mot déjà  plus juste de l’Américain « currency », non, pour nous c’est « la liquidité ». A moins que ce ne soit que de la « fluidité » ou de la capacité à se déplacer dans la plomberie de la finance. Nous plaisantons, mais hier aux USA et en 2015 en Europe, on peut appeler les QE, du « Destop », le fameux déboucheur de canalisations. La réalité toute crue est que ces digits, on ne sait plus ce qu’ils sont. On ne sait pas vraiment où ils vont. On parle de dollars, mais ce ne sont plus des dollars, une certaine dette est au centre, mais on ne sait plus dette de qui, on ne sait plus où cette dette est localisée. La plupart des dollars qui circulent n’ont plus de rapport, ni avec les Etats-Unis, ni avec la Fed. Quand on les crée, ils font ce qu’ils veulent suivant leur caprice ou plutôt suivant la ligne de plus grande pente de l’accumulation, du profit.  Ils suivent la ligne de plus grande pente du profit, dit d’arbitrage.  Mais ce que l’on sait, c’est que, quand il n’y en a pas assez de ces dollars, qui n’en sont pas, de cette liquidité, quand il n’y en a pas assez  dans le système, il se bloque, c’est la crise comme en 2008/2009. Et c’est pour cela que l’on fait des QE et des taux réels négatifs, pour que le jeu, le manège infernal, continue. Car  ne vous y trompez pas, le manège est infernal, nous sommes dans Faust avec des gens qui ont vendu leur âme au diable.

Ne vous étonnez pas si une partie de notre  texte reste obscur. Ce n’est pas insuffisance de votre part. Très peu de personnes en Europe comprennent de quoi nous parlons. Et surtout pas au sein   des gouvernements. Seuls quelques conseillers  réussissent à suivre les raisonnements, mais cela reste superficiel…

La vogue de ce que l’on appelle « les modèles » vient de là. Comme on a renoncé à comprendre, on met en relation des choses, des agrégats, des chiffres, et on fait des équations magiques, des  régressions, on tire des corrélations. Les modèles sont le signe que l’on a renoncé à comprendre comment cela marchait. Le  modèle dit : cela a donné cela dans le passé, essayons de voir si cela fait la même chose cette fois. Et croisons les doigts.

Nous en venons à l’essentiel. Tout ce que font ou ont fait les Greenspan,  les Bernanke, les Yellen, les Fischer, et maintenant les Draghi, repose sur une seule chose, une seule, nous disons  bien: la croyance qu’ils ont compris ce qui s’était passé en 1929.

Tous partent de la même assertion dogmatique  produite par le cerveau mégalomaniaque de Milton Friedman, à savoir que c’est la Fed, en resserrant les liquidités en 1929, qui a provoqué la Crise.

[dr_evil-Milton-Fridman.jpg]

Comme ils croient que la Fed est responsable de la crise de 29 par sa politique malencontreuse de resserrement, alors ils disent « plus jamais cela »; nous, nous ne resserrons jamais, toujours nous injecterons des liquidités. Toujours nous reflaterons, toujours nous empêcherons la contraction du stock de dettes, etc.   

A ces cerveaux  prétentieux, il ne vient pas à l’idée que la crise de 1929  a été provoquée, avant,  par ce qui s’est passé pensant dix ans: la création incontrôlée de crédit et le leverage excessif généralisé. Pour eux, la crise de 1929, c’est la conjonction de l’erreur de la Fed qui a réduit les liquidités et des animal spirits!

Bien entendu, vous êtes libres de ne pas être convaincus, mais au moins vous devez vous poser la question: cela fait maintenant 6 ans que l’on applique les mêmes remèdes et avec des doses croissantes, comment se fait-il que cela ne marche pas et qu’il faille, encore aujourd’hui, faire un QE en Europe, un QE suicidaire au Japon? Comment se fait-il que les revenus ne progressent pas, que les prix du pétrole s’effondrent, que…le monde se disloque, que les conflits se multiplient…

La crise de 2008/2009 est une crise simple, quoi que l’on en dise, et facile à décoder. Pour obtenir l’emploi maximum et les revenus maximum, s’opposer aux cycles des affaires, les Anglo-saxons ont dépensé plus qu’ils ne gagnaient. Ils ont refusé de réduire leur niveau de vie. C’était dans le milieu  années 60, surtout à partir de 1963.  Ils ont  accumulé les déficits, et se sont fait drainer l’or qu’ils avaient en réserve. A partir de 1967, en fait, on était en régime d’inconvertibilité. Les Américains étaient alliés des Britanniques et ils ont tenté de les aider, de venir à leur secours. Hélas, eux aussi ont sombré dans  les déficits et l’impasse monétaire de l’inconvertibilité. Ils ont, en 1971, coupé le lien  et la convertibilité de leur devise en or. En 1973 puis 1976, les accords de la Jamaïque ont entériné les changes flottants. Les déficits, étant financés par les dettes, ces dettes se sont accumulées repoussant toutes les limites connues puisqu’il n’y avait plus de corde de rappel. A un moment donné, ces dettes sont devenues excessives. C’est un phénomène endogène, une nécessité interne  au système,  qui fait  que l’insolvabilité à un moment donné se manifeste. Les créanciers ont eu peur de ne pas être remboursés.  Il y a eu révulsion, le crédit s’est bloqué. Et pour tenter encore de repousser ces fameuses limites que l’on refuse, alors, on arrose, on inonde le monde de liquidités, on baisse le change, on « force » le système  pour lui faire avaler des dettes dont il ne veut plus, ces dettes étant déjà très excessives, on fait des QE, on met à zéro les taux d’intérêt et on prie pour que cela suffise à les rendre supportables. 

La soi-disant lutte contre la déflation est en réalité une lutte pour l’inflation, pour des taux très négatifs, car ceci  allégerait les dettes et permettrait de prolonger le cycle du crédit.

Point à la ligne, tout est simple, facile à comprendre. 

BRUNO BERTEZ Le Dimanche 1er Février 2015 

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON 

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

32 réponses »

    • oui enfin… quelqu’un qui parle comme il le fait du réchauffement climatique, ne me paraît pas très « chercheur de vérité » ou pas très éclairé en voulant embrasser trop large pour lui…

      J'aime

  1. certains pensent que la séquence 1920/1929 était planifiée. un employé de lehman dans un journal dont l’article est sur internet raconte avoir croisé Baruch et churchill dans la gallerie du nyse lors du crash et que ce truc était planifié pour que UK récupère de l’or. De la même facon qu’il y a eu une manip sur les actions en 29 (et l’immo dans les 20’s floride…) il y a eu manip sur l’oil mais pas lors du crash comme aujourd’hui mais bien dans la montée et du plateau en 2012/2013

    milton sait cela, les remèdes il s’en fout il sait qu’il faut payer c’est tout
    greenspan aussi (yellen et hollande peut etre pas lol)

    Sinon sur la monnaie:
    Nous basculons dans un système « 100% monnaie  » ou le Tresor émet maintenant directement des billets de banque
    le taux étant nul , la dette n’existe plus elle porte aucun intérêt au sein du Cartel ( mis à part pour des raisons politiques à l’extérieur du cartel : grece…).
    Le marché de la dette n’existe d’ailleurs plus: ce sont des billets de banque (plutôt des assignats ;-)))
    sauf que les banques n’ont pas encore un effet de levier de 1

    lorsqu’on y réflechit en moyenne leur levier est de 30/40 mais pour leurs operations passées ou pour les kleptos, En revanche pour les newbusiness des quidam elles appliquent le levier 1

    comment pouvons nous nous débancariser (tout en payant nos impots) et/ou utiliser légalement une autre monnaie marchandise stockage de valeur stable? comment pouvons nous nous prêter des excédents d’épargne sans passer par le cartel?
    c’est la clef de la réussite pour les prochaines années

    J'aime

    • J’apprécie les débats, mais vous avez du remarquer que je me cantonne dans le rationnel. Ce que vous dites est incohérent, faites un effort pour rester dans notre cadre.
      Je vous remercie par avance.

      J'aime

      • le rationnel certes mais le réel est il encore rationnel .
        je me souviens vous avoir entendu dire ou écrire que ce que l’on pouvais (devait)essayer de faire c’était de continuer de vivre (de ne pas se laisser emporter par leur jeux a la con) mais parfois moi aussi je pense qu’ils ont gagnés et que la seule chose qui peut les arrêter c’est leur propre stupidité et l’équilibre instable de leur système.
        si l’effondrement est notre seule espoirs de les arrêter ils faut donc casser le système en essayant de se protéger et de se préparer pour après .
        pourquoi la Russie et la chine achètent elles de l’or ?
        que dois_je faire du fruit de mon travaille le laisser dans le système et le voir s’éroder petit a petit en me satisfaisante de ne pas être le plus a plaindre ? ? ?

        J'aime

        • petit immobilier liquide , on en a deja parlé…
          pas de copro pas de banlieues semi urbain, taux de chomage raisonnable
          la ou vous avez de la famille
          pas trop d’effet de levier

          possibilité de faire du black à la loc ou à la revente
          l’immo est non standardisable non modelisable parfaitement par fisc donc c’est la ou il faut aller
          (même du cac pas d’interet sur pea, daje taxé à mort, car en tant que francais on paye plus de taxe qu’un hedge fund caiman ou une SA dans le canton d’obwald pour le détenir! alors que c’est sensé être notre pays lol: mais c’est plus notre pays)

          J'aime

        • Jusqu’à présent, à moins que vous n’ayez basculé dans la folie ou les systèmes paranormaux, le réel est encore sinon rationnel du moins intelligible. Et c’est l’essentiel. Même si le comportement des élites vous semble irrationnel en vertu de votre rationalité, de votre bon sens, il a une raison d’être qui est leur bêtise, leur avidité, leur absence de sens moral, etc ..

          L’effondrement n’est pas pour demain, il à l’échelle de l’histoire. Ainsi, il est apparu que dès le début des années 1900, le monde marchait à nouveau à la guerre, celle-ci n’est arrivée que 14 ans après!

          La nécessité de la vie, sa logique font que vous mourrez, c’est écrit dans la logique du vivant, mais avant, vous ferez je l’espère un long détour. Et bien c’est la même chose avec la gestion de vos affaires, n’ayez aucun espoir mais gérez au mieux de vos projets, de votre indépendance future et de celle, si c’est le cas, de votre famille.

          Evitez le nihilisme, le découragement, remplacez les par la dureté vis à vis des salauds et le mépris; Cela fait toujours du bien.

          J'aime

      • Bonjour Bruno
        Ce que dit yassi2 me parait mériter l’attention.
        1 – Je comprends ce que vous dites. Une astuce de plus pour prolonger le crédit et faire que le non-travail quotidien des soi-disant « élites » soit plus rémunéré que le travail de la plèbe.
        2 – mais ensuite, comment pouvons-nous faire nous, qui acceptons l’idée que tout travail mérite salaire, pour que le notre ne soit pas dilué dans le néant de la monnaie abstraite, … pour que nos avoirs ne soient pas livrés à ces kleptos alors que nous aurions besoin de leur non-monnaie pour
        bouffer ce soir ?
        Je recopie :
        comment pouvons nous nous débancariser (tout en payant nos impots) et/ou utiliser légalement une autre monnaie marchandise stockage de valeur stable? comment pouvons nous nous prêter des excédents d’épargne sans passer par le cartel?
        c’est la clef de la réussite pour les prochaines années

        J'aime

      • Nous basculons dans un système « 100% monnaie » ou le Tresor émet maintenant directement des billets de banque: comprendre à la place d’emettre des bons du Trésor
        il n’y a plus d’obligations portant intéret juste des billets de banque en circulation

        c’est tout à fait rationnel:
        ou existe t’il un marché de la dette normal actuellement?
        ce sont les faits: il n’y aplus de marché et plus d’intérêt servi et eu égard au ratio de dette /pib il n’y en aura plus jamais
        cela implique que
        =>le rendement des bons du Trésor actuellement en circulation ne remontera JAMAIS
        =>pour pouvoir retrouver un systeme bancaire à reserve fractionnaire, nous allons changer de metrique monétaire dans laquelle les bons du tresor actuels seront à jamais désuets

        sur le « 100% monnaie »

        Cliquer pour accéder à 2.gomez.pdf


        je ne dis pas que c’est une solution mais je constate que c’est le systeme actuel avec des taux à 0

        J'aime

  2. Ce rappel reste fondamental.

    Mais nous ne sommes plus en 2008-2009 ou les Banksters ont imposé leurs survies au détriment de la nôtre. (encore un énième témoignage : http://www.zerohedge.com/news/2015-02-01/nomi-prins-sinister-evolution-our-modern-banking-system)

    Derrière le pourvoir des banques, il y a une floppée, un concentré de profiteurs qui ne sont pas si tranquilles actuellement. Ils ont raison d’avoir peur et même très peur.

    Les interrupteurs se ferment un par un, et bon nombre de ces interrupteurs ne se rallumeront jamais. Depuis les événements de la BCSuisse, rien ne va plus, les jeux sont faits. Le vermillon passe au noir (guerres), le cramoisi commence à dégouliner.

    Les intérêts négatifs ! Si-si, c’est possible aujourd’hui de se faire rémunérer pour emprunter, cela devait faire réfléchir plus d’un. En 2008, lors d’un débat j’avais innocemment soulevé ce point, et pourquoi pas des intérêts négatifs ? Que de fous rires dans l’assemblé ! Pourtant, cela démontre l’impasse dans laquelle nous sommes.

    La désinformation s’amplifie, c’est aussi un signe qui ne trompe pas. Il ont perdu l’ arme de la communication, les preuves s’accumulent sur ce sujet, les NSA et compagnies ne peuvent plus grands choses. La presse officielle devient furax et ridicule.

    La récup de Charlie devient une évidence, ils sont paumés et se montre très méchant, attention, votre chien à plus de droits que vous, mais pour les devoirs c’est uniquement votre problème. Nous sommes donc d’accord, attention les chiens de la mort sont lâchés. Prenons garde, le trouble devient clair.

    Il n’y a pas de plan B, la métamorphose sociale prend son envol et personne ne nous demandera notre avis. Tous ruinés, c’est maintenant.

    Monney-Monney, c’était pourtant une belle chanson, qui rapporte toujours son pesant d’or…à défaut d’y être indexé.

    Janvier, c’est fait. Passons à Fevrier.

    J'aime

  3. Bien vu.

    Et quelles sont les conséquences politiques ?

    Réponse :

    En France, la situation est en train de dégénérer.

    Sondage publié dans l’hebdomadaire Marianne à propos des intentions de vote des Français : Marine Le Pen a entre 29 % et 31 %.

    Exemple :

    Marine Le Pen a 29 %. François Hollande a 21 %. Nicolas Sarkozy a 23 %. François Bayrou a 9 %. Jean-Luc Mélenchon a 8 %.

    Les chiffres qui font peur :

    Marine Le Pen obtient :

    24 % chez les retraités

    28 % chez les chômeurs

    34 % chez les jeunes de 18 à 24 ans

    42 % chez les employés

    42 % chez les artisans et commerçants

    45 % chez les ouvriers.

    http://www.marianne.net/choc-marine-le-pen-30%25

    Dimanche 1er février 2015 :

    Législative du Doubs : le FN (largement) en tête au 1er tour.

    Le Point – Publié le 01/02/2015 à 20:01

    La candidate du Front national frôle les 35%. Elle sera opposée au PS au second tour. L’UMP est éliminé. Les électeurs ont boudé les urnes.

    Sophie Montel (FN) arrive largement en tête au premier tour avec près de 35 % des voix, contre plus de 30% pour Frédéric Barbier (PS) suppléant du député sortant Pierre Moscovici. L’UMP Charles Demouge est éliminé avec moins de 29 % des suffrages exprimés.

    J'aime

  4. etapes possibles ! ?
    premiere : Des taux négatifs sur depots bancaires et credit
    deuxieme : Baisse des marches boursiers a chaque annonce de nouveau QE
    et peut etre tout cela, tot ou tard, sur fond de bruit de bottes …

    J'aime

  5. Le grain de sable dans l’engrenage
    Heureusement qu’il ne faut pas inventer le Blog à Lupus
    On serait trop juste
    Ce très long article,il fallait « le pondre! »
    c’est celui d’un loup qui mord les mollets de ces prédateurs
    et les crocs montrent les gencives d’un carnassier qui ne va rien lâcher
    au plus la proie se débat,au plus les crocs s’enfoncent dans les chairs
    Cette mâchoire d’acier est un broyeur
    Il est maintenant suivi par une meute affamée
    c’est si tendre un mollet de Bernanke,de Yellen et même de Lagarde quoique là c’est maigre 🙂
    En fait,dans une vision soft on dirait que Bruno finit de balayer les débris d’une société qui perd ses morceaux comme gangrénée.
    Tout le monde sent que ça bouge
    mais lui,explique
    Le graphique de l’Etat de délabrement de tous ces « cerveaux vieillissants » permettrait de savoir quand Alzheimer aura raison de cette secte de vieux débris si malfaisant
    Parkinson fera le reste
    Trop paranoïaques pour avoir formé des « héritiers »
    Dégénérés,ils deviennent les proies de leur environnement familial chéri
    Encore un peu de patience et on y est
    Profitez comme moi pour relire le texte,et le faire suivre comme Phildefer,sur les Moutons Enragés
    Hier ,le temps n’était pas terrible sur Genève 🙂
    Bonsoir à tous

    J'aime

  6. Oui, il veulent de l’inflation. Est pour cela il faut une demande supérieur a l’offre ou faire suffisement peur aux épargnants pour qu’ils cherchent a protéger leurs épargnes sous une forme physique et non monnaitaire. Une débanquarisation vers les actifs physiques relancerait alors l’inflation de certains objets et la course aux crédits. Le crédit étant l’élément essentiel a l’inflation. Mais y arriveront’il ? il semble que les japonais qui sont quand mêmes les poinniers en matiére de QE n’ait pas réussi. Même si l’inflation des consommables elle a fonctionné. Le problème et que la part disponible pour un crédit immo par example est obligatoirement dinimué si les salaires ne sont pas augmenté. Mais comme personne ne peut augmenter les salaires dans l’économie occidental, leur plan économique ne fonctionnera jamais. Il peuvent juste faire des pertes aux niveau financier, bourse, pour réduire une partie de la masse monnaitaire^pour ansuite refaire des QE. Mais là encore a quoi bon d’un point de vue économique ?

    Il semblerait que le système actuel soit en bout de course et qu’il faudra donc qu’il passe a autre chose. Mais de quelle manière se fera la transition ?

    J'aime

  7. « la monnaie, on ne sait plus très bien ce que c’est »
    « …pour nous c’est « la liquidité… »

    C’est, à mon humble avis, la meilleure description de la monnaie d’aujourd’hui : un liquide, le sang de l’organisme social peut-être.
    Et la dette exponentielle ne pouvait qu’assécher le fleuve. Un peu comme Las Vegas a pu assécher le Colorado ou une hémorragie tuer un sujet.

    J'aime

  8. Je viens de lire votre article. Chapeau pour pour l’analyse. Ce que je crois, mais vous me direz
    ce que vous en pensez, c’est que les taux zéro n’incitent les agents économiques à prêter, sachant qu’en plus en face les emprunteurs eux se désendettent. Le système a maintenant beau imprimer massivement des liquidités, il ne parviendra pas à sortir la liquidité de la trappe dans
    laquelle elle se trouve.

    Donc cela signifie, que l’on n’aura pas des taux négatifs significatifs, pour alléger les dettes qui permettrait aux agents de se désendetter plus facilement et faire
    redémarrer la croissance et les investissements. Ce qui veut dire qu’avec une déflation qui perdure, même des taux zéro vont finir par rendre les dettes insoutenables.

    Les QE en effet ne nous permettent que de pouvoir rendre moins insoutenable ce qui n’est plus soutenable. On achète du temps, mais à mon sens, on en a plus très longtemps, au mieux grand maximum 3 ans.

    Et vous, jusqu’à quand pensez vous que cet échafaudage va pouvoir tenir?

    Merci encore pour vos éclairages

    Kader

    J'aime

  9. Je vous remercie monsieur Bertez. Votre analyse est dense, très dense et comme vous le dites a juste titre nous sommes nombreux (dont je fais partie) a ne pas saisir la totalité de votre message.

    Néanmoins j’ai retenu une idée qui me semble fondamentale et qui m’évoque une réflexion sur laquelle j’aimerais avoir votre opinion.

    Il s’agit de la différence intrinsèque entre la « monnaie dans notre poche » et la « monnaie financiarisée ». Contrairement a la première, le but de la « monnaie financiarisée » n’est pas d’assurer l’échange mais de maintenir le système en place et étendre le pouvoir des maîtres. On peut imprimer un trillion de « dollars financiarisé » sans pour autant causer d’inflation dans « les dollars dans ma poche ». Les « dollars financiarisés » restent dans le vase clos du monde de la finance.

    Mais alors quel est le but de toute cette machinerie. Les maîtres sont des êtres en chair et en os. A quoi leur servirait tant de pouvoir s’il devait rester dans le monde virtuel de la finance? Ne devrait-il pas leur octroyer des privilèges sur le monde réel? Et par quel mécanisme obtiennent ils ces privilèges.

    Je pense – et j’aimerais avoir votre avis sur cette analyse- que le contrôle de la création de « monnaie financiarisée » octroie le pouvoir de fixer les prix dans le monde réel; de rendre ainsi la loi d’équilibre offre-demande inopérante la où les maîtres le souhaitent et ce sans passer par le risque politique de l’inflation généralisée.

    Autrefois, imprimer et distribuer des billets de banque conduisait a augmenter tous les prix. Donc inflation généralisée façon Zimbabwe ou Venezuela et donc in fine révoltes populaires et crises politiques. Aujourd’hui les dollars financiarisés permettent de cibler les prix réels sur lesquels les maîtres veulent agir. C’est ainsi que l’on pourrait expliquer l’inflation des œuvres d’art et de l’immobilier grand luxe NewYorkais dans un monde en récession généralisée. Autre exemple, la production de « dollars financiarisé » associée au produits dérivés pétrole-papier est ce qui a permis la hausse du prix du pétrole a des niveaux jamais atteint, avant de le voir chuter aujourd’hui. Sans doute le même mécanisme est-il à la commande derrière la manipulation du prix de l’or. Les maîtres contrôlent le dollars financiarisé qui sert a acheté de l’or papier. Et nous, nous subissons ce prix dans nos échanges d’or réel.

    Le prix c’est ce qui perpétue l’ordre social (citation de Bourdieux je crois qui pour une fois aurait fait preuve de concision …). La monnaie financiarisée, associée au produits dérivés donne le pouvoir aux maîtres de contrôler les prix du monde réel et donc d’agir sur l’ordre social a leur profit.

    J'aime

    • Cela fait plusieurs années que ce site s’emploie à répondre à toutes les questions que vous posez: Le présent texte qui me vaut votre réaction est une sorte de synthèse d’éléments disparates que je distille au fil des jours. Sorte de petits cailloux blancs facon Petit Poucet.

      -Soit vous relisez tout
      -Soit vous attendez la prochaine occasion qui me donnera envie de placer d’autres petits cailloux.

      Mais en un mot la monnaie financiarisée ne donne pas le pouvoir de contrôler les prix; et c’est ce que l’échec des QE montre à l’évidence puisque les tendances déflationnistes sont plus fortes aujourd’hui qu’hier.

      L’effet de richesse qui est le seul effet reconnu de la création de monnaie financiarisé ne produit qu’un résultat infinitésimal sur la demande et donc sur l’activité: Cet effet a été mesuré par les économistes de San Francisco. Les agents économiques ne dépensent pour ainsi dire pas les revenus et ressources qu’ils ne considèrent pas comme permanents, c’est une remarque juste, pour une fois de Friedman.

      Attention, la monnaie financiarisée ne se réduit pas aux QE, elle existe depuis que l’eurodollar a muté, depuis que ce marché de l’eurodollar au lieu de n’être qu’un auxiliaire cantonné du commerce international s’est mis à financer des achats d’assets. Il est devenu un gigantesque pool spéculatif. Si mes souvenirs sont bons, c’est lui qui s’est bloqué en premier lors de la Grande Crise Financière.

      Par ailleurs, le pouvoir de création monétaire, maintenant, est exercé par beaucoup d’autres entités que les banques traditionnelles.

      La dérégulation avait pour raison d’être la possibilité de créer plus de crédit, de gonfler les revenus et d’établir la croissance à un niveau supérieur à celui qu’elle aurait eu spontanément La monnaie financiarisée s’est développée dans ce cadre., sans que qui ce soit l’aie concue. En fait la dérégulation et les innovations financières ont crée un monstre qui dévore tout. Ses maîtres en ont perdu le contrôle maintenant, ils lui obéissent, ils sont menés par lui. Il n’y a plus d’indépendance des Banques Centrales, elles sont serves du monstre. il a sa logique, ses besoins, son appétit d’ogre. Ainsi on étudie anxieusement les moyens de pouvoir oser monter un tout petit peu les taux aux USA sans provoquer la colère du monstre, c’est à dire sans réduire les excédents de liquidités. On va d’ailleurs à cette occasion créer un autre monstre, une usine à gaz.

      Maintenant , le maintien d’une liquidité pléthorique est absolument indispensable au système. Elle sert à éviter que les tuyaux de la plomberie financière se colmatent: Son vrai rôle est de prolonger la durée de vie du système. Sans elle, il réduirait son effet de levier, son endettement, sa taille de bilan. La valeur des collatéraux bancaires s’effondrerait, le marché des 100 trillions de fonds d’état se bloquerait, les 700 trillions de dérivés se trouveraient sans contrepartie… et tous les responsables se retrouveraient la tête au bout d’une pique.

      Aimé par 1 personne

  10. En moins de deux mois, 15 pays ont dévalué.

    (Singapour, l’Europe, la Suisse, le Danemark, le Canada, l’Inde, la Turquie, l’Égypte, la Roumanie, le Pérou, l’Albanie, l’Ouzbékistan et le Pakistan, la Russie, l’Australie)

    Qui peut croire à une fumée sans feu ?

    Tout ceci n’est qu’une conséquence, pas une cause.

    Le rapport valeur/monnaie devient central.

    Que voulons-nous mettre dans la valeur d’une monnaie pour qu’elle reste un outil d’échange accepté et acceptable par tous ?

    La vitesse du flux ralentit ce qui prouve que les échanges sont de plus en plus impactés.

    (Baltic Exchange Dry Index au plus bas de 2008)

    Il n’y a pas de confiance dans une monnaie sans la solvabilité des acteurs.

    Les banques, assurances et autres acteurs financiers sont les premiers concernés.

    Les actions des BC n’ont que des effets de plus en plus limités.

    Depuis 2009, nous avons mis toutes ces questions monétaires entre parenthèses.

    Observons les diverses réponses des politiques actuelles, il y a déjà plusieurs logiques en cours, elles sont et seront déterminantes pour la suite des événements.

    La dette, toujours la dette et encore plus de dettes ?

    La monnaie n’est plus qu’un problème politique et uniquement politique, et si la réponse est « je suis Charlie « , craignons le pire dans l’horreur de la bêtise absolue.

    J'aime

  11. Je ne suis pas un inconditionnel de vos illustrations, ni de votre manière rapide d’écrire qui laisse parfois penser que vous ne vous ne prenez pas le temps de vous relire avant de publier vos articles. Et pourtant, je constate que je ne parviens pas à me passer de vos analyses, alors que j’ai abandonné bien d’autres sites. L’analyse de ce jour est magistrale et, qui plus est, bien écrite; donc bien plus facile à appréhender. Heureusement que des sites comme le vôtre sont encore accessibles (qu’en sera-t-il, en 1984, c’est-à-dire demain, M. Orwell ?), sinon nous risquerions de suffoquer, et de désespérer, sous le joug de la manipulation médiatico-politique. A ce propos, je profite de l’occasion pour vous remercier de votre prise de position « Je ne suis pas Charlie ». Je vous sais donc gré pour cette intelligence et ce courage que vous distillez jour après jour.

    J'aime

    • Je n’écris pas, je dicte et je ne me relis jamais.

      Je suis comme vous, je ne parviens pas à me passer de mes analyses, je dois être intoxiqué.

      cordialement b

      J'aime

  12. Oui.. nous ne pouvons plus nous passer de ce qui nous sort de la bêtise ambiante. Orwell est déjà là (infos stériles, séries et télé-réalités ineptes à gogo…), et nous, en lisant votre blog, avons l’impression de faire partis des insoumis. Vous représentez, n’en vous déplaise, un genre de phare pour les insoumis que nous sommes/ Espérons qu’il éclaire encore longtemps…. car sans cette lumière; tout semblerait plus noir. Nous nageons de plus en plus dans un océan de noirceur d’ailleurs, l’Histoire est en marche, alors essayons de créer un petit tunnel…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s