Commentaire de Marché

Crise : la tempête parfaite n’est jamais très loin selon John Plender (FT)

Crise : la tempête parfaite n’est jamais très loin selon John Plender (FT)

Les systèmes mis en place après la crise financière afin de protéger les marchés pourraient bien causer leur propre perte dans une dégringolade encore plus folle que la dernière s’ils venaient à faillir.

  Pourquoi? Parce que maintenant tout est concentré entre les mains de quelques institutions, ce qui rend l’éventualité de leur défaut encore plus terrifiante, explique le chroniqueur du Financial Times, John Plender.

 « Mon inquiétude la plus importante face à une crise éventuelle est la concentration grandissante des services bancaires de gros et d’investissement parmi quelques institutions financières systémiquement importantes, un groupe incluant celles qui dominent le secteur des produits dérivés qui sont, en partie, encore toxiques », soulignait-il dans une récente chronique.

 Selon lui, bien que cette solution était celle qui s’imposait durant la crise, on peut à présent se demander ce qui arriverait si ces institutions financières devaient à leur tour faire défaut : « Le problème de Too Big To Fail prendrait une toute autre mesure. » 

De plus, alors que les réformes règlementaires ne sont pas constituées, selon lui, en un tout cohérent, beaucoup de changements sont faits d’un seul coup ce qui rend les risques d’implantation très importants.Or, il faut être doublement attentif puisqu’il « reste peu d’outils dans le coffre des politiques monétaires et fiscales pour solutionner la prochaine fin du monde financière. » 

Toutefois, il ne craint pas que la prochaine crise financière soit à nos portes. Bien qu’un certain optimisme démesuré se soit installé sur côté des actions du secteur de la technologie, comme Facebook et LinkedIn, les marchés sont loin d’être dans un état de « sur-confiance », rappelle  John Plender. 

source :  Le Financial Times Juillet

Laisser un commentaire