Cycle Economique et Financier

USA: nouvelle chute des prix de l’immobilier en octobre (S&P/Case-Shiller)

USA: nouvelle chute des prix de l’immobilier en octobre (S&P/Case-Shiller)

 Les prix de l’immobilier ont connu une nouvelle chute aux Etats-Unis en octobre, selon l’enquête Case-Shiller publiée mardi par Standard and Poor’s.

En données corrigées des variations saisonnières, les prix des logements vendus dans les vingt plus grandes métropoles du pays ont reculé de 0,6% par rapport au mois précédent, après avoir perdu 0,7% en septembre. Sur un an, ces prix affichent une baisse de 3,4%, alors que les analystes tablaient sur 3,0%. « Les prix moyens des logements dans tous les Etats-Unis sont revenus à leurs niveaux de la mi-2003 », a indiqué Standard and Poor’s dans un communiqué. Et par rapport à leur pic en juin-juillet 2006, les prix dans les vingt plus grandes villes ont chuté de 32%.

Les chiffres du gouvernement montrent que les acheteurs continuent de faire la loi sur le marché puisque le prix moyen des ventes a baissé pour le cinquième mois d’affilée pour s’établir à 242 900 dollars (données brutes), son niveau le plus faible depuis octobre 2003. Les promoteurs font en effet face à deux problèmes majeurs : 

Le premier est la concurrence exercée par l’affluence de logements saisis et revendus à prix cassés par des créanciers pressés de retrouver leur mise. Selon plusieurs estimations privées et officielles, ces transactions représentent environ un quart des ventes totales de logements (neufs et anciens). Ce problème est loin d’être résolu dans la mesure où la Réserve fédérale américaine (Fed) estime que le nombre de saisies ne devrait pas baisser avant 2013. 

L’autre difficulté que rencontrent les vendeurs est liée à l’importance du stock de maisons neuves sur le marché, héritage de la bulle immobilière à l’origine de la crise économique ayant éclaté en 2007. Elle apparaît en voie de règlement puisqu’il n’y avait que 158 000 maisons neuves sur le marché fin novembre, ce qui représente le stock mensuel le plus faible depuis janvier 1963 au moins.Au rythme des ventes du moment, il faudrait six mois pour en venir à bout, indique le ministère, ce qui correspond au délai d’écoulement du stock le plus  faible depuis mars 2006.

L’activité sur le marché reste cependant bien en dessous des niveaux souhaités par les agents immobiliers américains, en dépit de la faiblesse des taux d’intérêt. Seul le secteur des appartements a connu récemment une embellie, alimenté par la demande de locations.

Les  taux hypothécaires sont tombés quant à eux à leur plus bas niveau jamais enregistré pendant que les investisseurs recherchaient la sécurité relative auprès du Trésor américain.

L’indice de la Mortgage Bankers Association a reculé de 2,6% lors de la semaine achevée le 16 décembre. Le sous-indice de refinancement a cédé 1,6% tandis que celui des demandes des prêts hypothécaires ait fléchi de 4,9%. Le taux fixe hypothécaire a été en moyenne de 4,08% au cours de la semaine dernière, en baisse de 0,04% par rapport à la semaine précédente et au plus bas cette année.

L’indice des prix immobiliers de la Federal Housing Finance Agency quant à lui  a reculé de 0,2% en octobre 2011 par rapport au mois de septembre contre le consensus d’une hausse de 0,3% et après +0,9% en septembre. Sur un an, il ressort en baisse de 2,8%. L’indice de la FHFA est calculé en prenant comme référence le prix des maisons dont l’acquisition a été financée par un prêt hypothécaire consenti ou garanti par Fannie Mae ou Freddie Mac.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s