Art de la guerre monétaire et économique

Marchés et formation des Prix : Après le Libor, la crainte d’autres manipulations

Marchés et formation des Prix : Après le Libor, la crainte d’autres manipulations

Après le Libor, la crainte d’autres manipulations Dans un rapport confidentiel, une organisation internationale s’inquiète

Il n’y a pas que le Libor qui a pu être manipulé. D’autres taux de référence ont pu être modelés, selon un récent rapport confidentiel de l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV, ou IOSCO en anglais), obtenu jeudi par Bloomberg.

Le rapport intégral de l’OICV sur la formation des prix financiers (anglais)

Moins de la moitié des taux d’intérêt de référence passés au crible aux Etats-Unis, en Europe et en Asie sont basés sur des transactions effectives. Les autres sont calculés par des méthodologies obscures et rarement soumis à des standards réglementaires spécifiques, explique le rapport. Or «le risque de manipulation sera plus important lorsque les participants au processus ont les moyens et la motivation pour soumettre des données fausses ou appliquer une méthodologie de manière inexacte».

Bloomberg ne cite pas de taux en particulier. Mais le problème se pose également avec les prix du pétrole. L’OICV s’est penchée sur la façon dont sont fixés non pas les cours de l’or noir, mais le prix physique, sur la base duquel se conclut l’échange de centaines de milliards de dollars de cargaisons. Ces prix sont compilés chaque jour par des agences privées à partir des données des négociants. «Il y a un risque que des participants du marché transmettent leurs transactions de façon sélective, afin de manipuler les prix», prévenait l’organisation dans un rapport en mars.

PLUS/MOINS DE MANIP EN SUIVANT :

Référence alternative

L’affaire du Libor a conduit Barclays à s’acquitter d’une amende de 460 millions de dollars. Elle a aussi poussé les acteurs à réfléchir à une alternative à ces taux auxquels les banques pensent pouvoir se prêter et servant de référence pour de nombreux produits financiers. Dans un sondage publié hier, l’Institut CFA souligne que la plupart de ses membres suggèrent de se concentrer sur un autre taux d’intérêt basé sur le marché ou sur des indices basé sur les taux repo. L’OICV a par ailleurs annoncé vendredi dernier la création d’un groupe de travail pour réfléchir à des lignes de conduite pour compiler et réguler les taux de référence.

Par Mathilde Farine/Le Temps Sep12

En complement : Surveiller Platts? Par P.-A. S.

Tour de vis réglementaire en vue pour les agences de fourniture de prix pétrolier 

Sorte de club des sociétés exploitant les grandes places financières, l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV ou IOSCO en anglais) vient mettre son nez dans les affaires d’acteurs méconnus du grand public: les agences privées fournissant les prix pétroliers. Pas le cours du Brent clignotant au rythme des échanges financiers de contrats «papier» à Londres. Mais le «vrai» prix – le prix «physique» – sur la base duquel se conclut l’échange de centaines de milliards de dollars de cargaisons, tous types d’hydrocarbures confondus. Ces prix sont compilés chaque jour par ces agences à partir des données fournies par les négociants. Compilées, retravaillées, analysées, elles forment la véritable matière première avec laquelle travaillent les sociétés de négoce installées à Genève. La plus connue de ces agences est Platts, une filiale McGraw-Hill, groupe également propriétaire de l’agence de notation Standard & Poor’s. Ses concurrents sont Argus Media, Asia Petroleum Price Index (APPI), ICIS London Oil Report (LOR).

A la demande des pays du G20, l’OICV a rendu un rapport consultatif le 1er mars sur leurs pratiques. Certaines de ses conclusions sont détonantes. «Il y a un risque potentiel que des participants du marché transmettent leurs transactions [à ces agences] de façon sélective, afin de manipuler les prix», avertit l’organisation. Le nombre de transactions servant de base au calcul d’un prix de référence par ces agences «peut souvent être inférieur à cinq», prévient un peu plus loin le rapport. L’OICV propose plusieurs pistes de réformes. Dont la soumission de ces sociétés à un organisme de surveillance. Platts a vite réagi, assurant que «le processus de fourniture des prix pétroliers que nous employons depuis près de vingt ans est hautement structuré et transparent». Les nouvelles règles proposées par l’OICV seront examinées le 20 juin prochain lors du sommet du G20 à Mexico. Si elles sont adoptées, elles pourraient placer sous surveillance un rouage clé du système pétrolier.

EN LIEN : Impact de la spéculation sur les prix matières premières: liste des études sur le sujet (anglais)

Source Le Temps Sep12

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s