A Chaud!!!!!

Politique Friction du Mardi 11 Décembre 2012. Depardieu s’en va! par Bruno Bertez

Politique Friction du Mardi 11 Décembre 2012.  Depardieu s’en va! par Bruno Bertez

 Gérard Depardieu n’est pas un intellectuel. Pas de raisonnement, pas de bla bla, il vote avec ses pieds. Déjà il y a quelques semaines au cours d’un déplacement en Suisse il avait éreinté la France et les Français. Comme il le fait toujours, avec ses tripes. C’est un bon vivant, il sait que la vie est courte et comme il dit, il n’a  pas envie d’être e..,,dé jusqu’à la fin de ses jours. 

    Il travaille beaucoup, se donne de la peine, on peut être populaire sans génie, mais pas sans effort. 

Son départ devrait être le prétexte, mieux, la justification d’un débat sérieux. Un débat que la fausse droite n’a pas voulu tenir quand les socialio-kleptos ont aggravé la fiscalité au point de la rendre confiscatoire. Normal quand la droite est au pouvoir, elle fait la même chose que la gauche, empêtrée qu’elle est dans son absence de principes, de références et préoccupée qu’elle est de glaner les voix des bobos et du Marais.

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

  •  Le premier point sur lequel la droite aurait du porter le fer est le pourcentage considérable de la place de l’état en France.

A 56% de la dépense nationale, la France est étatisée. Le privé, serait-il capable de se reformer et d’améliorer sa compétitivité et son efficacité, qu’il n’ y a arriverait pas tant le reste, les 56% empêchent tout ajustement. Pour économiser 1 euro au niveau de la France entière, il faut que ce soit le privé qui en économise plus de 2 puisqu’il est seul à supporter le poids des ajustements. Nous avons déjà dit que le public ne connaissant pas le chômage, le taux de chômage réel du privé doit être multiplié par deux pour donner une idée du sacrifice imposé à ce secteur. Le public c’est les frais généraux du pays. Et on ne s’ajuste que sur les couts variables, directs, pas les indirects. Les communistes disent que l’emploi est la variable d’ajustement du système, ils oublient de dire que l’ajustement serait moins lourd si tout le monde en portait le fardeau. Nous aimons l’expression de Stoléru sur les planqués de l’arrière dans la guerre économique. 

  • Le second est que le peuple est toujours d’accord pour augmenter les impôts sur les autres.

Faites un referendum et vous verrez que toute taxation sur les plus aisés est toujours plébiscitée, normal c’est l’autre qui paie. En matière fiscale, la démocratie/démagogie est mauvaise conseillère. Elle néglige les conséquences non visibles, reportées dans le temps. 

Le prélèvement fiscal devrait être la responsabilité de Sages, lesquels auraient une vision dégagée des élections et se soucieraient des effets systémiques de la taxation, de ses effets sur l’investissement, sur le futur et bien sur, sur la désincitation. Il faudrait aussi tenir compte du fait que trop d’impôt tue l’impôt en obérant la croissance et en réduisant l’assiette. 

  • Le troisième est que le gouvernement n’est pas légitime lorsqu’il augmente les impôts avec la volonté affirmée de modifier la société, de niveler, de changer les règles du jeu.

Il n’est pas mandaté pour cela, car cela est du ressort du  fondamental. Ce fut l’une des erreurs de Sarkozy de ne pas mettre le doigt sur les mesures de Hollande qui faisaient changer de société, de ne pas montrer que Hollande,  par certains aspects, reprenait en soft les patins de  Mitterrand. Le changement c’est maintenant, attrape nigaud pour la gauche extrême, produit en fait des mesures qui font changer de société.  Au lieu de faire la publicité de l’imbécile limite du déficit à 3%, il eut mieux valu limiter le pouvoir des politiciens  démagos sur le peuple et , c’est cela qui devrait être inscrit dans la Constitution. On est dans le fondamental, là, l’organique. Hélas  la politique étant faite au profit des kleptos ,  de leurs complices et des minorités , on ne pouvait espérer qu’un gouvernement de droite se soucie des classes moyennes. Résultat, on a la destruction des bases économiques de la famille avec la confiscation des héritages, la confiscation de l’effort des créateurs d’entreprises, leur interdiction de créer des lignées, la confiscation des revenus des amuseurs publics et autres bouffons qui permettent encore de supporter le quotidien. 

  • Le quatrième point est plus difficile, et on comprend presque qu »il soit hors de portée des politiques et des médias.

 Il y a une contradiction absolue à détruire l’idée de Nation par l’immigration, la distribution, répartition des revenus des Français  à ceux qui viennent profiter des largesses françaises et en même temps à clamer le Nationalisme, le Patriotisme fiscal. Les pauvres du monde entier et même les paresseux quelquefois,  procèdent à l’arbitrage des avantages sociaux, des revenus tombés du ciel,  et viennent en France. Comment imaginer que les Français ne se sentent pas légitimes à faire l’arbitrage fiscal? On ne peut légitimement dire les frontières sont ouvertes dans le sens de l’entrée, mais elles sont fermées dans le sens  de la sortie.  

Nous l’avons déjà dit la politique suivie est à courte vue, très courte vue. Pendant 30 ans on a pu se passer de l’épargne et du fonds d’investissement du pays parce que les banques ont créé du crédit qui est venu rendre inutile l’épargne. Maintenant que ce système se délite sous nos yeux, que la financiarisation vit ses dernières années, le besoin de reconstituer l’épargne et le fonds d’investissement va progressivement réapparaitre. Après avoir découragé, spolié, confisqué, viendra le temps de séduire, cajoler, sortir le tapis rouge. Personne n’y songe  et on ose dire que gouverner c’est prévoir! Ils ne sont mème pas capable de prévoir les conséquences de leur actes passés!

BRUNO BERTEZ Le Mardi 11 Décembre 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

8 réponses »

  1. Mardi 11 Decembre 2012. Pauvreté , qui veut l’ange fait la bete
    ou encore l’Enfer est pavé de bonnes intentions.

    Partout ou ils sont passés, les socialistes ont fait plus pour la pauvreté que ceux qui se reclamaient d’un systeme économique raisonnable fondé sur l’efficacité, le respect des libertés individuelles et une bonne morale. Quand nous disons que les socialistes ont fait plus pour la pauvreté, cela veut dire qu’ils l’ont entretenue, enracinée. Les socialistes ont leurs pauvres, leur clientele qui vient compléter celle de tous ceux qui vivent de repartition des produits du travail des autres.

    Pourquoi lutteraient ils contre la pauvreté , puisque c’est leur fond de commerce. Ils veulent que la population deshéritée continue d’augmenter , la preuve , ils sont pour que la France soit le receptable universel de la pauvreté et pour qu’il n’ y ait ni équivoque ni retour en arrière , ils veulent octroyer le droit de vote à ces personnes.

    Entendons nous , nous aussi nous nous sommes généreux, nous voulons de toutes nos forces lutter contre la pauvreté ou plus exactement la misère. Le spectacle, quand nous allons à Paris , des SDF grelottants , avinés , loques humaines nous revolte. Nous sommes révoltés du gaspillage de la Mairie de Paris qui distribue subventions abusives, de cette Mairie festive , méprisante des travailleurs , de cette Mairie qui se vante de faire la fete et de se coucher quand les autres se levent , joue a la culture et se prend pour Walt Disney avec les ressources qui seraient mieux utilisées a restaurer la dignité des sans abris.

    Nous sommes authentiquement généreux , pas électoralement . La bonté cela commence ici et maintenant ,autour de soi, avec son argent à soi , pas celui des autres, avec sa patience , son respect pour l’autre avec sa disponiblité pour s’interesser à celui qui agonise sous un porche alors que les employés de l’Etat payés pour s’interesser à ces personnes ne lui jettent meme pas un regard. Normal . ceux la sont des professionnels de la charité , celle qui, bien ordonnée commence par soi meme.

    Les socialistes et communistes aiment les pauvres. car ils leur sont utiles, ils leurs servent de marche pied pour leur ascension.

    En Afrique du Sud, nous etions là , au moment de la fin de l’apartheid , les autorités ont fait un travail considerable pour abattre les townships, les bidonvilles et en un temps record, ils ont fournis des logements decents et honorables. Moins d’un mois apres les démolitions , les bidonvilles etaient reconstruits , à l’identique . Les réfugiés ont afflué de toute la corne d’Afrique , attirés par la manne des aides et soutiens. Le travail du gouvernement s’est révélé digne de Sisyphe . Aucun progres : Et qui organisait les afflux clandestins, les reconstructions de bidonvilles ? Les communistes de L’ANC, ils avaient compris que pour faire basculer le pays en ces temps d’opportunité historique, il fallait importer des pauvres.

    Nous ne defendons pas les riches , au contraire et ce n’est pas un hasard si nous luttons contre les formes degenérées, scandaleuses de l’accumulation de richesse, la forme socialo -kleptocratique. Nous disons que si un systeme et juste et efficace , il est capable de produire la prosperite et de bien la repartir. A condition de se fixer pour objectif de tout faire, tout faire pour produire de la prosperite.

    La repartition des richesses monetaires existantes n’a jamais reduit la pauvreté , toutes les études le prouvent: La pauvreté ne recule que par la croissance. C’est une donnée de fait.
    Les pays qui ont réussi dans cette voie ces dernieres decennies l’ont fait par la croissance et non par la repartition: Plus l’etat se mele d’intervenir et plus la croissance se reduit , la production de richesses stagne , l’emploi cesse de progresser. C’est une constante.

    Mais encore faut il avoir la clairvoyance de penser juste, de faire l’effort de sortir des évidences politiciennes et s’interesser vraiment aux deshérités et laissés pour compte et de comprendre pourquoi ils sont dans cette situation.

    Mais encore faut il avoir le courage de lever les yeux et de comprendre que la formidable progression des inegalites ces trente dernieres années est le resultat de 30 ans non pas de priorité a la finance , mais de 30 ans de derive vers la financiarisation.

    Mais encore faut il avoir un peu d’intelligence pour comprendre que ce developpement de la finance a été rendu possible par l’explosion colossale des deficits et des dettes publiques et que c’est la speculation et l’arbitrage sur la dette qui a crée ce systeme pervers et dysfonctionnant.

    Mais encore faut il aller en Espagne, en Grece toucher du doigt la pauvreté montante que l’on crée avec bonne conscience pour sauver un systeme inique et contreproductif de socialo kleptocratie .

    Les socialistes produisent stucturellement de la pauvreté et encore plus en ces temps de crise et ils s’erigent en défenseurs des pauvres.

    Rappel cette citation de Ayrault. on ne peut faire reculer la pauvreté si ceux qui ont le plus n’acceptent pas un peu de générosité.

    Voila comment sous couvert d ‘évidence , on proclame, on ancre dans la tete des gens quelque chose de scandaleusement faux.

    Cette declaration permet de continuer comme avant .

    Et de continuer a faire marcher la pompe a produire des pauvres.

    Prochain objectif, des socialo kleptos la pauperisation des vieux et leur transformation en assistés. En attendant de les parquer dans des mouroirs par le rationement des soins, la destruction des retraites …

    J'aime

  2. Sarko a traité les immigrés de traites,
    (je parle des français à l’étranger, il a écrit avant l’élection pour dire que tout français à l’étranger qui ne travaillent pas est un traitre, et qu’il faut le taxer, il a ajouté dans un second mail (de NKM) surtout s’il est riche habite en Suisse ou en Belgique. C’est nier la devise de la République « Fraternité » : t’es plus un frère quand tu as de l’argent, c’est fondamentalement anti-démocratique, c’est nier le traité de Rome de libre circulation des personnes)
    c’est pas une question de droite ou de gauche, la droite française est autant spoliatrice que la gauche,
    c’est une question de culpabilité face à l’argent, de jalousie, d’intolérance, de connerie. ça n’a pas changé depuis Pépin le Bref, Louis XIV et les protestants, toute l’immigration française aux USA, la confiscation des biens sous la révolution, le mépris total de la propriété avec l’effondrement des assignats, et depuis 50 ans le départ des gens éduqués, des chercheurs, des entrepreneurs, riches ou pas.
    C’est un problème culturel
    L’Espagne, la Grèce, le Portugal font la même chose, ils mettent à la porte de chez eux des millions de gens éduqués, entreprenants, capables, actifs et aussi parfois riches. Et chez eux aussi c’est une vieille tradition, ces pays ont des diasporas considérables qui en veulent surtout pas revenir. ceci explique cela

    J'aime

    • Après le droit du sol, après le droit du sang, voici le droit du cens.
      Ce n’est finalement qu’un retour au féodalisme…

      Ce qui est ironique, c’est que les socialistes qui répondent habituellement à ceux qui critiquent l’oppression fiscale de quitter le pays s’ils ne sont pas contents veulent le leur interdire dès qu’ils suivent leur conseil… Quelle belle bande d’hypocrites…

      Finalement, les riches ont surtout l’avantage de quitter leur pays dès que l’impôt perd de sa légitimité, alors que les autres classes n’ont pas d’autre choix que de rester. C’est finalement le signal d’une illégitimité avancée de l’impôt, car un impôt n’est jamais juste, mais seulement supportable.
      Par contre, le seul signal d’illégitimité provenant des classes moyennes vient de leur pourrissement, de l’explosion des faillites, du chômage… Signal plus abstrait, mais aux conséquences bien plus graves que le départ de quelques personnes.
      L’arbre tombe dans le fracas mais la forêt pourrit en silence…

      J'aime

      • @ph11

        Vous mettez le doigt sur quelque chose qui me semble important et insuffisamment reconnu, à savoir que chacun s’adapte à sa façon, avec ses atouts compte tenu de sa situation.

        En particulier j’âpprécie cette idée du pourrissement, délitation sur place.

        L’adaptation de certains types de populations se fait par une sorte d’exil sur place, ils restent, mais ils modifient leurs comportement, ils cessent de monter,de grandir, comme les arbres qui pourrissent.

        C’est ce qui se passe chez les petites et très petites entreprises. Le dirigeant a compris, intuitivement ce qui se passe et son comportement social, familial et professionnel s’en trouve modifié. Non seulemnt le sien, mais aussi celui de ses enfants. En écrivant cela je pense très précisement à des exemples concrets.

        Ce n’est pas parce que l’on ne s’en va pas que l’on reste présent, en fait c’est exactement cela, on s’exile de l’intérieur, on arrète de participer. On cesse d’ètre une force vive du pays.

        J'aime

      • « Après le droit du sol, après le droit du sang, voici le droit du cens. »

        Si seulement ce « cens » était celui du suffrage censitaire (système où le droit de vote est lié au paiement des impôts)! Le discours et les actes de nos politiques changeraient singulièrement.

        J'aime

  3. Mercredi 12 Décembre. Les drones du mondialisme

    Nous allons faire plaisir à notre catégorie de lecteurs qui défendent les thèses conspirationnistes et mondialistes.

    Nous venons de relire quelques morceaux choisis de Jacques Attali car nous utilisons un de ses concepts, le cout de production de la demande, dans un article à venir un de ces jours.
    Attali est le prototype de ces mondialistes, partisan d’une banque centrale mondiale et bien sur d’un gouvernement implicite ou explicite mondial, pour sortir de la crise. Et il ne s’en cache pas. Ce n’est pas un hasard s’il a été sherpa de Mitterrand lors des sommets mondiaux mondialistes qui ont été organisés sous son règne.

    Décryptée à la lueur des thèses d’Attali, nous sommes, dans cette crise, en plein dans une contradiction entre l’économie et la finance qui sont devenues mondiales et les structures, les instruments de régulation lesquels sont restés nationaux. Cette contradiction doit être dépassée et bien sur dans le sens de la disparition des Etats Nations. Le pouvoir doit être, en vertu de cette thèse/idéologie transféré au niveau mondial et les citoyens doivent devenir les sujets/esclaves de cette nouvelle élite, non élue, auto proclamée, auto cooptée, de cette élite noire de l’usure comme on en a connu à plusieurs reprises dans l’histoire, en particulier avant la Grande Peste. S’est transposé à l’échelle globale exactement ce qui a été fait et cherche à se finaliser au niveau européen: Le gouvernement européen d’une certaine élite à laquelle s’opposent les populistes.

    Vous remarquerez que dans ce cadre de pensée la contradiction que nous soulevons, entre l’entrée libre des immigrés qui arbitrent en leur faveur les cadeaux, largesses sociales du système français, et les exilés que l’on dénigre et stigmatise parce qu’ils arbitrent l’autre coté, la contrepartie qui sert à financer les cadeaux tombés du ciel, les impôts. Cette contradiction tombe. Elle tombe puisque dans ce système nous devenons tous des immigrés ou des indigènes ? comme l’on veut, du monde global.
    La mondialisation de la finance est une réalité incontournable, elle se donne à voir chaque jour.
    Le fait que la finance globale, solidaire, qui se tient par la barbichette refuse de se faire hara kiri et cherche malgré sa faillite et la disparition de ses fonds propres à continuer comme si de rien n’était, explique le rouleau compresseur fiscal, institutionnel, moral etc… Pour se refaire la finance veut, a besoin, avec l’aide des gouvernements socialo.kleptos, de drainer les ressources des peuples vers elle.
    Elle a besoin de réaliser ce que nous appelons le Grand Transfert, le transfert historique des ressources des citoyens vers le couple maudit Etat-Banques. Il faut pour cela que l’impôt puisse être aligné partout sur le prélèvement maximum, il faut que les contrôles ne rencontrent aucun obstacle, que ce soit Orwell et 1984 réunis dans le Panopticon de Jérémie Bentham.
    Dans cet esprit la destruction des petites bourgeoisies nationales fait partie du programme obligé, car cette bourgeoisie est porteuse des valeurs traditionnelles, anti changement socialiste, elle est porteuse des valeurs nationales et familiales.

    C’est une véritable guerre qui est livrée et que les assaillants gagnent parce qu’elle n’est pas déclarée, elle est subreptice, comme les drones. Une guerre par la culpabilisation, la démoralisation de l’adversaire.
    L’impôt, les contrôles, la destruction de la famille, du mariage, de la Nation, sont autant de drones que les politiciens ne combattent pas, même s’ils y sont opposés. Le politicien de base est un professionnel et s’il veut faire carrière , comme disait Chevènement il y a longtemps, il doit aller faire son tour dans la mer des Sargasses du Mondialisme.

    J'aime

  4. Faut se calmer . Réalisme / Nominalisme , Monnaie Fiduciaire / étalon-Or .
    Alors Depardieu , il a une excuse , il ne sait méme pas ce qu’il gagne et ce qu’il a . Je m’explique . Si on veut évaluer la valeur cadastrale de votre salle de bain , le fisc a une formule trés savante , informez -vous , vous allez voir combien déjà , c’est casque à boulons . Si y a du carrelage , que c’est exposé au Sud , dimensions des fenétres etc … A un moment le fisc jette le gant , il évalue au prix de ce qui ce vend autour de vous . Mais là non plus c’est pas simple , le prix aujourd’hui ? , la moyenne jusqu’a quand .?
    C’est pire pour les revenus . Suffit que Brigiitte Bardot s’entiche du naturel , paradis terrestre de la cote de l’ésterel , là où elle a posé ses augustes pieds à St Tropez , pour que le métre carré , de nature, pour le camping grimpe à celui du parking dans le 16e . Effet Thorstein Veblen , vous n’y pouvez rien , surtout en monnaie fiduciaire . On en crée comme on veut . C’est subjectif .
    Depardieu c’est comme les chanteurs et autres artistes, il suffit qu’on passe la chanson dans un super-marché pour que les droits tombent via la sagem dans son escarcelle . Qui connait le compte excact , méme pas ces comptables et le fisc encore moins , comment s’en tire le fisc ? Il dit a un moment si çà l’arrange vous devez tant . Depardieu alors çà l’arrange ou pas . Si le fisc est trop arrogant on se barre , c’est tout .
    Y a pire que Depardieu , il y a longtemps déjà que des Français trés ordinaires se barrent , et pas seulement
    les winners qui espérent plus à l’étranger , les jeunes pleins d’avenir . Les vieux aussi , par exemple , en dépensant sa retraite au Maroc ou en Nouvelle-Calédonie on a quatre fois plus , et on se paye une nouvelle jeunesse avec des jeunes beaucoup moins exigeantes que nos Françaises .Ce n’est pas que subjectif , c’est du tangible . çà se sent .
    La masse , elle s’en tient encore à faire payer les riches , mais faute de riches elle sera contrainte a étre plus raisonnable , ou à se barrer elle aussi , restera les maghrébains et l’Afrique Noire , les plus attardés , comme aux States on aura un afflux de Noirs dans l’Ohio , au moment où l’automobile sera has been .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s