Allemagne

Les Clefs pour Comprendre du Samedi 28 Décembre 2013: Sous le sceau de la déstructuration, voici venu le temps de la Déconstruction européenne Par Bruno Bertez

Les Clefs pour Comprendre du Samedi 28 Décembre 2013: Sous le sceau de la déstructuration, voici venu le temps de la Déconstruction européenne Par Bruno Bertez

L’Europe actuelle, celle qui est en construction/destruction est fondée sur la prééminence de l’économique. C’est une Europe d’économistes primaires, à la petite semaine, pas une Europe de politiques et encore moins une Europe de philosophes. La mise en ordre de cette Europe-non Europe est une mise en ordre économique, avec hiérarchisation économique bébête, de béotiens.

EN LIENS:  L’économie cannibale Par Jacques Sapir ( Avec commentaire de Bruno Bertez)

Humeur de Loup du Mardi 17 Décembre 2013 :  La traque des Français. Le Kolossal « il faut » Par Bruno Bertez

 C’est bien la preuve que nous voyons juste quand nous la dénonçons comme une Europe de domination, car dit économique, dit compétitivité, concurrence, affrontement exactement comme on l’exprime en matière militaire. La compétition économique, c’est la guerre à outrance, jusqu’à la disparition du moins efficace. Et tant pis pour le cout de cette guerre, tant pis pour les externalités! Les pertes humaines, culturelles, la destruction de l’avenir et du futur.

Notre comparaison avec ce qui s’est passé dans les années 30 est adéquate. La mise en ordre se fait sous la férule de la loi du plus fort, qui pille littéralement les débouchés offerts par ses vassaux et leur répond : faites comme moi, sachant qu’ils n’ont ni les mêmes armes ni les mêmes outils.

La position Allemande est une position de type impériale, elle conseille aux autres de faire ce qu’elle fait, sachant que dans cette voie les pays tiers ne peuvent envisager de rivaliser. Notre comparaison avec la volonté de puissance des années 30 et le Lebensraum est pertinente. Tout comme celle qui concerne les élites françaises collabos.

La mise en ordre rencontre la complaisance des Maitres qui exercent chez les vassaux, la domination des classes dominées.

On a affaire à une sorte de Grande Alliance des classes supérieures qui se trouvent légitimées par l’idéologie « économiste », légitimés par la guerre économique. Les justifications de la destruction des dominés sont fournies par le succès des Allemands. Tout se passe comme si il y avait un discours occulte qui murmure, vous devez tout accepter, c’est la loi de la guerre, regardez les Allemands qui la respectent, eux, gagnent. Cette Europe est un alibi commode qui impute à l’extérieur, qui importe de cet étranger l’obligation de tout accepter, de baisser la tête. Importation en fait de servitude. Les Allemands imposent à leurs vassaux de faire suer plus le burnous, voilà la triste vérité. Les marxistes si il y en avait encore, diraient que les Allemands imposent une hausse du taux d’’exploitation, hausse dont se réjouissent les Très Grands Patrons, les kleptocrates, les fonctionnaires, les déviants et les marginaux.

Unit-labor-cost-index-2000-100-France-Germany-Italy-Spain-United-Kingdom_chartbuilder

Pour se développer, il faut investir, rattraper son retard d’investissement essentiellement. La baisse des salaires directs et indirects n’a d’effet positif que s’il y a en même temps un effort considérable d’équipement qui est fait. Or dans les pays du sud, d’une part, il n’y a pas assez de demande, d’autre part, pas assez d’occasions rentables d’investissement en raison de la mauvaise spécialisation de l’appareil économique. Non seulement les pays du Nord cannibalisent les économies des pays du Sud, mais les pays du Sud se cannibalisent entre eux! Ne parlons pas du retard en matière d’investissements humains, les uns construisent, les autres détruisent.

La prééminence de l’idéologie « économiste », n’est pas un hasard, car l’Europe a été voulue par les milieux d’affaires, pas par les peuples. Elle a été renforcée dans cette voie , par la crise, et à ce stade, on s’apprête à faire passer, accepter, n’importe quoi.

Une autre Europe serait une Europe de la complémentarité, de l’harmonie, mais celle-là, ils n’en veulent pas ! Ils ne pourraient supporter les prises de conscience révélatrices que cela impliquerait.

L’UE n’a de sens que dans le cadre d’une complémentarité au sein de laquelle les Allemands investiraient leurs excédents non pas pour financer de la consommation, mais de l’équipement et de l’innovation. La politique défendable n’est pas celle d’un affaissement de l’Allemagne, voulue par les socialistes français, pas celle d’une compétition perdue d’avance, mais celle d’une complémentarité conçue dans une optique mondiale.

Hélas les Allemands ne sont guère intéressés au développement de leurs vassaux , ils méprisent leur système social, leur paresse, leur peu de gout au travail etc etc.

Et c’est pour cela que soutenons qu’à ce stade le problème cesse d’être économique, il devient politique.

En raison de la lâcheté des dirigeants du Sud, de la pression de la Finance et de la Banque on accepte une Europe hiérarchisée alors que l’Europe avait été voulue comme un partenariat d’égaux

BRUNO BERTEZ Le Samedi 28 Décembre 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

SUR LE FRONT: REVUE DE PRESSE (Source et Remerciements Maitre Confucius)

EUROPE:…qui paiera désormais les faillites bancaires?

http://www.challenges.fr/patrimoine/20131220.CHA8698/epargnants-contribuables-qui-paiera-desormais-en-cas-de-faillite-bancaire-en-europe.html#xtor=EPR-14-[Quot10h30]-20131223

EUROPE:..union bancaire, réforme en trompe oeil

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20131223trib000802542/union-bancaire-une-reforme-en-trompe-l-oeil.html

FRANCE:…2014, année de l’explosion des taux d’intérêt d’emprunt de la France?

http://www.atlantico.fr/decryptage/pression-pourquoi-francois-hollande-va-debuter-annee-2014-assis-cocotte-minute-nouvelle-explosion-taux-dette-christophe-voogd-ga-934719.html

FRANCE:……SNCF moins 1432 postes….fumier devant les impôts

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20131222.OBS0476/la-sncf-devrait-supprimer-1-432-postes-en-2014.html

http://www.ledauphine.com/ain/2013/12/20/bellegarde-20-tonnes-de-fumier-deversees-devant-les-impots#jimage=8ACF9922-47DF-4D46-AC02-A70E0D701B98

FRANCE:..hausse des tarifs bancaires….Justice indemnise 7000 € un petit porteur ayant perdu 8000€ (+ frais d’avocat etc…) Natixis largement gagnante…plus de sous pour 3 universités…puise dans leur épargne

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0203203859202-les-tarifs-bancaires-standards-vont-encore-grimper-en-2014-639076.php

http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-justice-indemnise-des-actionnaires-de-natixis-23-12-2013-3434127.php

http://www.liberation.fr/societe/2013/12/22/autonomie-ces-universites-a-la-rue-a-cause-de-la-loi-lru_968473

FRANCE:…hausse du chômage

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20131226trib000802795/chomage-la-hausse-est-de-retour.html http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/debat/0203210474158-chomage-le-pari-perdu-de-francois-hollande-639678.php

FRANCE:…collecte de l’assurance-vie rebondie…conso résiste grâce à l’épagne

http://www.challenges.fr/patrimoine/20131224.CHA8747/l-assurance-vie-collecte-alors-que-le-livret-a-est-moins-attractif.html#xtor=EPR-14-[Quot10h30]-20131225

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0203208413633-la-consommation-resiste-grace-a-l-epargne-des-francais-639489.php?xtor=RSS-2005

FRANCE:…resto du cœur…explosion du black

http://www.atlantico.fr/decryptage/reprise-consommation-vacances-au-soleil-ecrans-plats-mais-aussi-restos-coeur-qui-vit-vraiment-crise-patrice-duchemin-937243.html

http://www.atlantico.fr/decryptage/cherche-desesperement-femme-menage-ou-garde-enfants-qui-acceptent-etre-declares-francois-taquet-936974.html

GRECE:…chauffage au bois = pollution mais sans chauffage = mort

http://www.lepoint.fr/environnement/athenes-pollution-atmospherique-en-raison-du-chauffage-au-bois-23-12-2013-1773677_1927.php

CHYPRE:…recours à la charité

http://www.lavoixdunord.fr/economie/chypre-recours-croissant-a-la-charite-apres-des-ia0b0n17980

ESPAGNE:…retour de Bankia en bourse (merci à qui?)

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jrosalAHWb0b1oN53Wy2l8iJ08kg?docId=73d715fe-6429-4871-9482-df7ff491e3a9

ALLEMAGNE:..économise 20 milliards grâce à ses taux bas

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20131224trib000802625/l-allemagne-economise-20-milliards-d-euros-grace-a-ses-taux-bas.html

ITALIE:..Uni Credit cède 1 milliard de créances douteuses

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/20131226trib000802764/unicredit-cede-1-milliard-d-euros-de-creances-douteuses-au-fonds-cerberus.html

47 réponses »

  1. Comment ne pas être passionné par l’évolution de la situation en 2014
    Il n’a jamais été proposé aux lecteurs autant d’articles pointus dans des domaines les plus divers
    D’accord,la TV n’aide pas beaucoup
    il faut aller « fouiner » sur Internet
    et justement pouvoir profiter de la « connaissance » aide largement à comprendre
    qu’il n’y a rien à comprendre chez les responsables de l’Etat.
    tant ils sont « limités,ficelés »
    Ils sont décidés à ouvrir sans compétences une ruche,récupérer ce qu’ils peuvent et pour le reste:basta
    Je continuerai à suivre l’évolution de l’économie,de la politique financière
    comme si c’était interdit
    La période s’annonce extraordinaire
    et vivre ça en direct:c’est pas offert à chaque générations
    Bien sûr on peut imaginer
    mais,suivre sans être dépassé par l’instantanéité de l’Information!La vraie
    ça fait presque cinquante ans que j’attends ça

    Le blog est une de mes références

    Bonne Année à tous

    J'aime

  2. Si l’ on accepte (ce qui n’est pas mon cas) « la société moderne » telle qu’ on la connaît, avec ses caractéristiques: performance, compétition, rendement, confrontation, mercantilisme, profit…. et mondialisation, à ce jeu là en effet, l’Allemagne nous dominera toujours , car leurs spécificités bien connues (travail, rigueur, consensus social etc…) s’adaptent parfaitement à ce monde; il ne sert à rien de les vilipender, c’est le bon élève qui est jalousé par les cancres de la classe et rien d’autre, et c’est leur faire un mauvais procès! N’oublions pas non plus l’Allemagne des philosophes et du Romantisme, sans parler de leur sensibilité en matière d’écologie…. On a jamais fait le poids contre eux (sauf en s’y mettant à plusieurs!). Je suis germanophile, c’est vrai et je le revendique, ce qui ne m’empêche pas d’aimer encore plus mon pays (Frankreich ist mein Heimatland ) parce que j’y suis né et que j’y ai mes racines. Par contre je hais comme vous les « collabos » qui le mettent à sac depuis plus de deux cents ans.

    J'aime

    • Ne vous y trompez pas, j’aime l’Allemagne et critiquer les collabos, les mépriser n’est pas une marque de refus de l’Allemagne et de ce qu’elle est. Chaque peuple, chaque nation a ses caractéristiques, son identité, ses particularités qui définissent les conditions de son honneur, de sa fierté, de son bonheur. Ces peuples peuvent vouloir coopérer, se compléter ou bien vouloir dominer, asservir.

      L’Allemagne ne se permet d’être dominatrice que parce que les collabos d’ailleurs le souhaitent et que les lâches l’y autorisent.

      Qui ne voit, avec un minimum de culture historique que l’Allemagne transpose au plan économique ses visées militaires des décennies précédentes: Il suffit d’analyser le dernier discours de fin d’année de Merkel pour se l’entendre dire. Personne ne le fait hélas. Il suffit de discuter avec des journalistes Allemands pour comprendre que la représentation que les Allemands se font de de l’Europe, est similaire à celle qu’ils se faisaient de la Grande Allemagne. Les Allemands sont prisonniers des représentations, c’est leur vice, leur faiblesse, ils sont incapables, et toute leur philosophie va dans ce sens, de sortir de l’Idée, et de rencontrer la vie, avec sa richesse, ses faiblesses, mais aussi sa chaleur. D’où leur mépris pour ce qui est du Sud.

      L’Allemand ne sort de la Représentation, de l’Idée que pour se vautrer dans la Scheisse, la Merde, toute la littérature le montre. Et la complémentarité avec le Sud est là, dans cette capacité qu’aurait le Sud à lui donner une alternative chaude, vivante entre l’Idée et le Merde.
      Nous avons beaucoup à apporter aux Allemands et pas seulement les putes du fameux Nach Paris.
      Nous pouvons leur apporter ce dont ils manquent, combler leurs infirmités, leurs handicaps.
      Et ce pas seulement au niveau des vacances, comme c’est le cas actuellement. Autre exemple, mais Merkel ne veut pas, bien sûr, nous pouvons leur apporter une dimension en matière de politique internationale.

      J'aime

  3. L’histoire est un éternel recommencement dit l’adage ?

    Une autre énonce que : Les mêmes causes produisent les mêmes effets.

    Un plus ancien disait :

    VAE VICTIS !

    Comme quoi, au final, c’est Scaramouche qui touche ?

    A la fin de l’envoi également. Mais qui est « Scaramouche » aujourd’hui ?

    Nous ne sommes pas dans ce camp ?

    Bon, ben comptons nos sous et serrons les fesses. Sans perdre le port de vue ?
    Des fois qu’on devrait prendre LE LARGE ….

    Dans les années 1930 au début on se gaussait de ceux qui parlaient ainsi.
    À la fin, ceux qui avaient ris ne riaient plus DU TOUT !

    Alors même causes même effets ?

    Va savoir …..

    Mais tout ceci est bien triste et JE NOUS SOUHAITE D’AVOIR TORT ?
    SURTOUT MOI D’AILLEURS !!!

    BONNE ANNÉE QUAND MÊME, SANTÉ, PROSPÉRITÉ, LIBERTÉ ?

    Bon, bon d’accord, j’exagère m’enfin quand même on peut toujours rêver … un peu non ?

    J'aime

  4. Il me semble que tout était prévu comme cela, lors de la réunification allemande. L’Allemane devait être le centre industriel européen, l’endroit où l’investissement technologique aurait lieu. Et c’est ce qui a été fait avec l’assentiment de la France et des autres pays du sud. Le travail dans le nord et les loisirs dans le Sud. Mais le Sud n’a pas joué le jeu en se lançant dans l’inflation des prix. Le travailleur du nord ne s’y retrouvant pas, un salaire sans hausse et des loisirs toujours plus chers. Le sud a créé un déséquilibre de la parité travail/loisir.
    Maintenant que les Allemands ont réussi leur conversion technologique de pointe et se taille la plus grosse part du gâteau, on leur demande de le partager au nom de la sacro-sainte coopération européenne.
    Mais qu’on fait le pays du sud à part jouer les cigales ?
    Le problème est simple : soit on continue l’expérience européenne et les allemands partagent leur surplus de balance commerciale, et si l’euro ne fonctionne pas, Il y a des chances qu’ils soient les grands perdants car les bénéficiaires de ce partage pourraient refuser de rembourser, et là ont part en guerre.
    Le problème reste celui de la confiance et franchement comment faire confiance à des cigales ?

    J'aime

  5. Sur ces questions Il faut savoir aller au-delà de l’aspect propagandiste et des préjugés qui sont autant de masques et de prétextes à ne pas penser et réfléchir !

    Lors de la construction européenne ce qu’on vendu les mercantilistes allemands aux pays du sud c’est le concept de convergence, convergence par la monnaie, convergence par les transferts d’investissements entre autres choses… Une fois les débouchés commerciaux trouvés, les ventes d’armes opérées ils ont changés de fusil d’épaule c’est le cas de le dire tout en oubliant de remplir la plus grosse partie de leur « contrat européen » préférant écouter les sirènes de l’Eurasie plus prometteuse en termes d’avantages comparatifs et de couts salariaux à la baisse…

    C’est pourquoi ici nous ne voulons pas de cette Europe allemande véritable route de la servitude et que nous défendons l’idée d’une Europe réunie/ divisée en plusieurs zones d’intérêt pas seulement réduits à l’aspect purement économique…De toute façon en cas d’incompatibilité avérée un retour à la pleine souveraineté nationale serait bien entendu préférable au soviétisme européen actuel avec pour centre la seule toute puissance allemande, le « uber alles »… Partant du principe qu’il faut mieux un petit chez soi qu’un grand chez les autres ! Les Suisses en savent quelque chose!

    Coté cigale ne pas oublier que le système allemand privé et public n’a rien à envier coté corruption et fraudes en tout genre à certains systèmes bancaires des pays européens périphériques…ce qui tend à prouver qu’au-delà de l’apprentissage culturel la nature humaine en blanc et en noir semble ètre le réel le mieux partagé… Alors le coté fourmi travailleuse contre cigale fainéante…
    Enfin et juste pour rappel, et puisque certains font dans le cliché, l’italie et la grèce étaient déjà des civilisations que les teutons en étaient encore au fuseau horaire de la barbarie!!!

    J'aime

    • Lorsque j’écris cigale, je pense que la zone sud de l’Europe a cherché les gains de PIB, non pas dans la productivité mais dans l’inflation/spéculation immo. C’est à dire produire de l’argent sans pour autant produire des biens de consommation exportable.
      Certes il y a tout de même des différences fondamentales entre le protestantisme du nord et le catholicisme du sud. Les premiers aiment la rigueur, au sens large, tandis que les seconds sont beaucoup plus désinvoltes. Il va de soi qu’à mon avis le problème majeur est celui-là. Mais qu’il sera difficile de le modifier ou que cela prendra du temps.
      Mais entièrement d’accord sur un petit chez soi plutôt qu’un grand chez les autres. Les socialistes c’est un grand pour soi et un petit pour les autres. 🙂 🙂

      J'aime

      • Plus pragmatiquement la BCE a maintenu des taux trop bas trop longtemps ce qui a entrainé une mauvaise allocation du capital et les politiciens du sud ont acheté et la paix sociale (en augmentant les salaires plus rapidement que la productivité par exemple) et la clientèle électorale par le biais et de l’endettement, et du détournement des fonds européens entre autres petites choses…

        J'aime

        • On peut ajouter à cela la manipulation des taux long inférieur aux taux court dans les années 1990.
          Ce qui a mon avis reste la cause de tout et du surendettement et de la difficulté pour l’industrie de bénéficier de cette aubaine pour faire face a la mondialisation

          J'aime

      • Vertu allemande contre laxisme du Sud = bullshit. Avant d’accepter des leçons de vertu, il faut partir des faits historiques. Le fait de base est que l’Allemagne a bâti sa prospérité sur le pillage de l’Europe. Les « germanophiles » sont durs à la comprenette. Qu’on ne connaisse pas les ouvrages d’auteurs comme Paul Manning, Pierre de Villemarest ou Adam Lebor passe encore même si c’est une sérieuse lacune. Mais de la part de Français c’est assez incompréhensible, pas seulement à cause du préjudice indicible des deux guerres mondiales – humain, politique, économique… mais aussi quand on vient d’un pays qui a été aussi brillant techniquement et scientifiquement que la France, une telle servilité est vraiment méprisable.

        J'aime

  6. Bonjour,
    Je vous trouve assez cinglant envers « les » allemands.
    Comme expliqué par vos soins, les sacrifices subis par l’allemand moyen permettent au pays d’être le bon élève. Mais est ce qu’il faut le rendre responsable de l’inflation salariale française ? Les 35h, la CMU, les APL, les médocs remboursés à 100% pour les ALD etc…
    Si le français moyen veut retrouver de la souplesse salariale, il peut voter pour une sortie de l’euro, peut être ? Ou pour une baisse des aides à tout crin, financées par … La dette ?
    Bonnes fêtes,
    B.

    J'aime

    • Eh oui que voulez-vous nous avons l’outrecuidance de nous attaquer à Ste Merkel et à ses saints (seins) socialistes, amis de toujours du SPD… qui bien sur après nous avoir fabriqué une gentille petite économie de guerre…se montreront j’en suis sur pleinement compatissants et pas du tout cinglants envers nous pauvres pécheurs ! Nos frères grecs et espagnols peuvent dailleurs déjà en témoigner ! Alors la question est maintenant de savoir : à la grande loterie de l’euro ou tout le monde gagne, à qui le tour ?

      J'aime

    • Je ne suis pas cinglant envers les Allemands, je ne suis critique qu’à l’égard de ceux que je qualifie de collabos. Je respecte l’Allemagne, son droit à être ce qu’elle est, son droit à la puissance et au rang.

      Je ne serais même pas critique de ces derniers, les collabos Français, si la majorité démocratique des Français avait voté pour cet alignement sur l’Allemagne et avait accepté de s’intégrer à la Grande Allemagne. Mais ce n’est pas le cas, aucune majorité n’a voté en ce sens.

      Ceux que j’appelle la Grande Alliance, les socio- demos de droite et de gauche, les kleptos, les ultra-riches, les fonctionnaires, les déviants, les marginaux, ce groupe ne fait pas 50% des voix. Et encore faut-il tenir compte du fait que la propagande masque les enjeux. Sur la base d’un débat éclairé, ouvert, honnête, la proportion de gens qui refusent cette évolution est bien supérieure à 50%.

      La mystification reine est celle qui divise les opposants à cette évolution en deux camps ennemis : le camp des troupes de Mélenchon et le camp des troupes de Marine Le Pen.

      Il faut s’interroger sur le choix de l’impuissance qui est celui de Mélenchon: Au leu de viser l’action sur le Réel, il se met en face de Marine Le Pen sur la base d’une projection d’un imaginaire danger fasciste. Mélenchon choisit le déclamatoire, le vocifératoire. Pourquoi?

      Ce choix conduit à une impasse dont la dislocation en cours du Front de Gauche est une manifestation. Comme il n’y a pas de résultat sur le Réel, les communistes retournent à leurs fiefs électoraux, à la soupe et recollent donc au PS pour avoir des sièges.

      Marine Le Pen étant diabolisée, les Français qui se reconnaissent dans ce refus d’une Europe façon Grande Allemagne sont orphelins, ils ne sont pas représentés.

      La somme des deux extrêmes et des gens qui refusent le vote est supérieure à 50%.

      La gestion politique française est essentiellement négative, au sens ou , refusant de prendre en compte les vœux des Français , la classe politique professionnelle gouverne par défaut , par le recours à la division systématique.

      Une gestion purement négative alors que l’avenir du pays est en jeu est criminelle. Rien ne peut être transmis sur le désordre, sur le morcellement , sur l’émiettement du corps social. Il ne répond plus à rien. Le spectacle de ce qui s’est passé avec les bonnets rouges devrait faire honte à la classe politique et aux médias. Il faut réintroduire « la honte » dans le langage politique.

      Regardez la soi -disante affaire Dieudonné. Elle n’a aucun autre sens que de lancer un débat polarisant, clivant. afin d’émietter le corps électoral, afin d’empêcher toute prise de ce que j’appelle « la mayonnaise ». Cette affaire n’est pas insignifiante, car elle est symbolique de ce qui sous tend l’action du Pouvoir: la volonté de diviser, La volonté d’instrumentaliser tout ce qui peut être source et moyen de polarisation. J’appelle cela de la destruction.

      Faites la liste des thèmes de division lancés par Hollande depuis sa venue, vous serez sidéré. Il n’y a que cela, des initiatives polarisantes, destructrices de toute unité nationale. Or, dans une situation de crise, la seule issue, si on excepte la force et la dictature, c’est celle de la recherche d’une unité, d’un minimum pour pouvoir prendre les décisions qui s’imposent.

      Hollande gère le pays comme on gère un parti. Or quand on gère un parti on n’a pas d’obligation de résultat, car l’objectif n’est que de plaire etd’ être élu. Mais quand on gère un pays, plaire non seulement ne suffit pas, mais ne sert à rien , on a une obligation de réussite, de transformation du monde réel.

      J'aime

      • Bonsoir,

        Sur Hollande, je crois que le portrait le plus juste qui en a été fait est celui-ci: « …C’est un doctrinaire, en costume cravate qui, comme Robespierre était perruqué, poudré et soigneusement habillé à la mode de la cour, s’habille comme un honnête bourgeois qui va à la banque. Il est aussi civil dans ses propos qu’aimable dans sa relation… » (http://koltchak91120.wordpress.com/2013/12/27/lintelligence-et-la-determination-dune-dictature/).
        La destruction de ce qu’a été et est encore notre pays est en cours et connaît une accélération foudroyante que ce soit au plan économique, militaire, social ou en terme de politique étrangère (où nous sommes devenus les laquais des américains) depuis bientôt deux ans. Vous avez raison de souligner que nous sommes en présence d’une gestion purement négative car jamais l’adage « diviser pour mieux régner » n’a été autant d’actualité. J’ai, sur vos conseils, lu attentivement le livre de Bruno Lussato, « Virus, huit leçons sur la désinformation » (https://leblogalupus.com/2013/08/28/la-fabrication-de-lennemi-ou-comment-tuer-avec-sa-conscience-transversaux-par-bruno-bertez/). J’en recommande chaudement la lecture même si elle n’est pas facile. Dommage que l’auteur soit décédé. Que ne pourrait-il pas écrire à la lumière des évènements actuels en particulier sur la pantalonnade autour de Dieudonné et de la fameuse quenelle? Les français, méprisés par leurs dirigeants, désinformés et décérébrés par les médias, ont fait rentrer le loup dans la bergerie. Comme l’a si bien dit Woody Allen: « Le loup et l’agneau dormiront dans la même couche mais l’agneau aura le sommeil difficile!!! ». 2014 ne sera pas une année facile.
        Quant à l’Allemagne, elle se nourrit plus des faiblesses de notre pays qu’elle est l’instigatrice de notre déclin. Ces faiblesses sont chez nous anciennes et, je dirai, culturelles d’où l’épisode logique de l’occupation et de la collaboration. Je pense que le Gal de Gaulle en avait conscience. Las, quarante ans après sa mort, il ne reste plus grand chose de sa vision et il s’est trouvé depuis autant d’hommes politiques de droite (je pense en particulier à Chirac) que d’hommes politiques de gauche (au premier plan desquels on trouve celui qu’il appelait l’arsouille) pour dilapider l’héritage et ainsi faire table rase de son passage.

        La lecture de vos billets est une aide précieuse en ces temps difficiles. Meilleurs vœux pour l’année qui s’annonce.

        J'aime

      • Merci de votre réponse.
        Au sujet de Dieudonné et tout le reste , je suis étonné que les « news reporters » (peu importe le média) en fassent autant. C’est partout, impossible d’y échapper.
        Pour tout dire, je suis francilien, je ne savais même pas que Mr M’Bala faisait encore des spectacles (hors internet).
        Ca intéresse qui, sérieusement ?

        J'aime

  7. En 1997, Milton Friedman, Prix Nobel d’économie, avait prévenu que l’euro entraînerait une désunion politique de l’Europe plutôt qu’une union monétaire.

    Voici ce qu’il écrivait : « The drive for the Euro has been motivated by politics not economics. The aim has been to link Germany and France so closely as to make a future European war impossible, and to set the stage for a federal United States of Europe. I believe that adoption of the Euro would have the opposite effect. It would exacerbate political tensions by converting divergent shocks that could have been readily accommodated by exchange rate changes into divisive political issues ».

    Je pense que Friedman avait raison.

    La crise a dévoilé des différends que la monnaie unique avait occultés temporairement.

    Mais, du fond des âges, les tensions entre le Catholique et le Réformé, entre l’industriel, l’agriculteur et le marin, entre l’homme des plaines et des montagnes ressurgissent.

    On distingue désormais le Nord de l’Europe, au sein duquel la force de la monnaie est collectivement fondatrice, du Sud du continent, où la monnaie a toujours été disqualifiée au profit des pouvoirs centralisateurs. L’euro, présenté comme un facteur de paix, garrote désormais des économies qui s’effondrent sous une dévaluation interne, faute de pouvoir effectuer une dépréciation externe.

    Demain, si des secousses traversent l’Europe, nous verrons peut-être apparaître une monnaie germanique, regroupant les pays industriels et réformés du Nord, c’est-à-dire l’Allemagne et la Hollande, autour desquels graviteront la Belgique, le Luxembourg, l’Autriche et quelques pays accessoires, favorisés par leur proximité géographique avec l’Allemagne.

    La fracture sera peut-être effectuée entre les pays catholiques et réformés. Mais d’autres agrégats sont envisageables : une Rhénanie-Westphalie étendue, une économie industrielle (qui est centrée sur ses propres capacités de production manufacturière),…

    Peut-être même que la zone monétaire ressemblerait alors l’Europe du traité de Verdun de 843, consacrant la dissolution de l’emprire de Charlemagne.

    Bruno Colmant

    Bruno Colmant est membre de l’Académie Royale de Belgique et Docteur en Economie Appliquée (ULB). Expert reconnu internationalement, il enseigne la finance à la Louvain School of Management (UCL), à l’ICHEC et à la Vlerick Business School

    http://blogs.lecho.be/colmant/

    J'aime

  8. On entend très souvent, à propos de la crise de 2007, que nous avons retenu les leçon de la grande dépression de 1929. Voici un graphique qui montre de façon très claire que non seulement ça n’est pas le cas, mais que c’est pire.

    J'aime

    • comparaisons un peu légères ,non?la structure économique des pays est totalement différente, aujourd’hui l’industrie financière tient une bien plus grande place dans le PIB qu’en 1929.seules les causes de la crise semblent les memes,l’évolution économique ou démographique ne peuvent etre comparées,sans compter qu’aujourd’hui les monnaies ne sont plus adossées a une valeur tangible.sinon,bonne année aux administrateurs du blog,merci pour vos efforts,ça fait toujours du bien de vous lire,et surtout vous nous forcez a REFLECHIR!

      J'aime

      • Tant que vous y êtes, puisque vous avez commencé à réfléchir, ne vous arrêtez pas en si bon chemin, continuez. Interrogez vous sur la raison qui vous pousse, comme les Anglo-Saxons à désigner l’activité, financière comme une industrie!

        En quoi la manipulation de signes serait elle autre chose qu’une activité magique dont le sens et le but final sont la transposition de l’exploitation et de la domination par une classe de grands prêtres. L’industrie, ce que vous appelez industrie, sert à produire un ordre social et des classes dominantes dont le Projet est de supplanter les anciennes classes dominantes fondées sur 1 ) la production 2) l’idée de nation 3) la mobilité sociale. L’industrie financière, j’y reviendrai, ne produit qu’une chose: un nouvel ordre du monde.

        Ce n’est pas un hasard si cela est perçu sous une forme vulgaire, qui ne comporte qu’une part de vérité, comme une industrie productrice d’inégalités: On fait semblant de croire que ce n’est qu’une conséquence annexe, alors qu’en réalité la soi disant industrie financière est fonctionnellement, systémiquement orientée vers cette production organique d’inégalités. La finance, produit de l’ordre social, de l’inégalité sociale, elle accélère ce que j’appelle le développement inégal. Aux uns l’excellence et ils raflent toutes les mises, et aux autres, la relégation et ils sont les laissés pour compte. Le concept d’inégalités doit être élargi et doit englober tout ce qui constitue le développement inégal. Cela inclut l’accès au savoir, au pouvoir, au sens de la vie, aux richesses, au progrès etc. En ce sens cette production d’inégalités est une production de forces destructrices de la démocratie.

        En quoi la manipulation de ce qui ne constitue qu’un ensemble de représentations serait elle une industrie? Ce n’est une industrie que dans le cadre d’une religion dont les financiers sont les grands prêtres, dont ils gèrent les mystères et la complexité et à ce titre ils sont comme les magiciens et faux prophètes qui exploitent la crédulité des peuples. La gestion des mystères , de tous temps, a permis à ceux qui s’en prétendaient les oracles, de s’octroyer le surproduit de la société, ce que Bataille appelle la part maudite. Laquelle part maudite sert à financer le luxe, le gaspillage.

        J'aime

        • industrie:entreprise qui produit des biens ou des services.pour moi la finance est une industrie de services .je suis d’accord sur votre appréciation .ce que je cherche a dire c’est que le profil global des entreprises en 1929 n’a rien a voir avec celui de 2008,donc on ne peut comparer les suites du crach de 29 ou de 2008.seules les causes se ressemblent.une grande part de la production de richesse actuelle est virtuelle,c’était beaucoup moins le cas en 29.la finance est prédatrice mais elle n’est pas la seule:EDF VEOLIA VINCI entre autres le sont aussi,ils contribuent a ruiner les gens et la on parle de services publics indispensables aux gens!

          J'aime

          • Non Balt, la finance est à l’origine de toute les crises financières.. Sinon on dirait crise industrielle ou crise sanitaire ect …
            Les mots ont un sens précis il faut faire avec et éviter l’amalgame.
            D’ailleurs la crise actuelle est bien pire que celle de 1929, mais on se contente de dire qu’elle est différente parce qu’on a réussi a éviter l’effet de souffle et de propagation destructeur. Mais le problème n’as pas été résolu, les manifestations sont juste différentes. Du coup on dit que cette crise est différente dans sa manifestation externe, mais elle est identique dans ces causes, voire pire puisque c’est l’industrie financière qui est principalement touchée pour le moment.

            J'aime

      • Cette petite comparaison ne m’a pas paru intéressante quant à son contenu mais quant à sa forme d’une part, le choix d’une vidéo, mais surtout quant à sa symbolique : à savoir et ce malgré l’intense propagande quant à la sortie de crise effective, certains comme nous, ici Jm Vittori, établissent des parallèles avec les années 30 !

        J'aime

  9. je relève ds vos propos un début trés acisif sur l’Allemagne notamment,
    puis un changement radical de ton /de style sur l’analyse,et
    là allons-y pour les voeux pieux d’Harmonisation etc…
    et que l’europe avait été voulue ,sic,

    Je trouve qu’il manque un lien entre les 2 :
    quel est-il ?

    J'aime

    • Le lien c’est la différence entre un français épris de liberté ayant la fibre européenne et un européen collabo ayant avant tout la fibre allemande!!!

      J'aime

      • Il y a aussi le français ayant la fibre allemande sans pour autant être européen. Mais cela ont en veut pas en France parce qu’ils veulent, bien travailler mais aussi être bien payés. Ce qui en France est impossible. Par contre ne rien faire et être fils de, cela paye bien. Il n’y a qu’a regarder les rejetons de nos politiciens, chose que l’ont voit très rarement en Allemagne.

        C’est clair que si on doit demander aux français de faire comme les allemands ça va pas passer!
        J’ais eu l’occasion de bosser en Allemagne et franchement avec 2,5 fois moins de personnel il était capable de fournir de la technologie bien plus efficace. M’enfin, là bas c’est le mérite qui fonctionne pas le copinage….

        J'aime

          • Je ne suis pas un mercantiliste idolâtre et j’évite la mauvaise bière, mais cela m’arrive 🙂 :).
            Mais il faut reconnaitre que le mal français est d’une nature très particulière. Nature qui préfère la bonne compagnie incompétente et évite la compétence qui est pour elle un miroir déformant.

            Il n’y a qu’à voir notre politique extérieure et intérieure pour s’en rendre compte.
            Malgré tout je suis persuadé que l’on est d’accord sur le fond du problème, même s’il n’en reste pas moins certaines exceptions très françaises 🙂 🙂

            J'aime

            • Sauf qu’ici nous ne parlons pas de la France mais de l’Allemagne et que nous nous inquiétons des visées hégémoniques de cette dernière…et encore faudrait-il savoir de quelle Allemagne nous parlons : celle de la Ruhr, de la Bavière ou celle des Landers abandonnés plus à l’Est… ? Dailleurs à ce propos il est symbolique et symptomatique de constater que les propos désobligeants que vous tenez à propos des Français et des gens plus au sud en général ce sont les mêmes que j’ai pu entendre en Bavière vis-à-vis de l’Allemagne de l’est et sur les conséquences de la réunification…Les pays changent mais la nature humaine reste !

              Dernier point toujours faire le distingo entre les peuples d’un côté et leurs gouvernements de l’autre…sans oublier bien sûr qu’il existe une internationale socialiste qui dépasse allègrement le cadre des nations et qui est à l’œuvre aussi bien en France qu’en Allemagne….si je voulais faire un peu d’humour je dirais que l’on a Pépère du peuple d’un côté contre Mémère de l’autre (Mutti)

              J'aime

              • Non je préfère de loin vivre en France on est plus jovial. Par contre la remarque de
                « Resistant Valaisan 30/12/2013 • 21:11 » est parfaitement correct.

                Perso je ne voie pas de visée hégémonique de l’Allemagne. Je dirais plutôt que ce sont les pays du sud dont la politique a été un échec qui ont obligé les allemands a devoir intervenir.

                Lorsque l’on voit l’organisation des dépenses de Bruxelles, ou les projets se superposent, ou chacun fait comme il y veut, ou on fait deux a trois fois le même projet, sans aucune cohésion. Je peux comprendre que l’Allemagne qui est le plus gros contributeur européen finisse par demander des comptes.

                Tout actionnaire a le devoir de demander des comptes aux dirigeants, c’est d’ailleurs le rôle du conseil de direction souvent formé d’actionnaires majoritaires. Comment peut on alors parler d’hégémonie lorsque les décisions sont prises à plusieurs. Les plus mauvais gestionnaires finissent par suivre les décisions des meilleurs. Ce n’est donc pas de la faute des allemands.

                J'aime

    • Merci de mettre le doigt sur quelque chose d’important et qui n’est pas superficiel.
      Il faudra un jour faire et donc exposer le lien qu’il y a entre d’un coté :

      -Reconnaitre que l’homme est un loup pour l’homme, dire que qui veut faire l’ange fait la bête, dire que si on chasse le naturel il revient au galop, soutenir que la conquête de la liberté est le seul projet individuel qui vaille!

      Et

      -La vie sociale, la nécessité de donner priorité à la recherche de l’harmonie sur l’affrontement, la nécessité de l’éthique, l’absolu impératif de considérer l’Autre comme un sujet et non pas un objet, le devoir de Vérité etc.

      Ces deux pôles, qui sont ceux que je développe ne sont pas antagoniques, mais ils peuvent donner l’impression de l’être dans le cadre d’une pensée mécaniste, positive , excusez moi, un peu bébête.

      Une lecture attentive et suivie de mes articles, je crois, fait peu à peu toucher du doigt comment réconcilier ce qui est en apparence paradoxal et contradictoire. L’humain, la vie, c’est ce mouvement de dépassement des contradictions apparentes vers quelque chose de neuf qui est temporairement plus satisfaisant.

      L’humain c’est ce dépassement des contradictions. Ainsi, le fait d’être mortel ne nous empêche pas de vivre et d’entreprendre comme si nous étions éternels, ainsi l’impossibilité d’accéder à la vérité des choses en-soi ne nous empêche pas de chercher à comprendre et à faire œuvre scientifique .

      Merci de votre intérêt.

      J'aime

      • Je partage tout à fait votre avis, à savoir le dépassement des paradoxes, économique, sociaux, politiques et religieux. Mais il faut aussi se rendre compte des réalités présentes, qui ne font que se focaliser sur les clivages, en l’occurrence l’Allemagne à l’origine de tous les maux européens.
        Il n’y a pas d’autres solutions que le temps et l’analyse pour nous sortir de ces désordres idolâtres.
        J’aime bien Krihnamurti pour cela, il fait l’effort de rendre à l’humain sa vraie nature loin des clivages de toute sorte. Mais on en est loin, même très loin. Par contre cela ne nous empêche pas de pouvoir continuer à penser et a tenter de faire que cela soit possible un jour en dénonçant les non sens.

        J'aime

  10. L’Allemagne joue sa partition avec ses moyens mais à mon avis le Roi est nu le pays est très endetté sans parler des Länder un taux de natalité trop bas qui va lui poser de grave déséquilibre sociétal un chômage en trompe l’œil une industrie essentiellement tournée vers l’exportation et pour finir une population en voie de paupérisation qui est incapable de soutenir la demande interne d’où le déséquilibre.

    Donc à mon avis le problème pour la France n’est pas l’Allemagne de la même façon en 1938 la France était bien plus solide militairement que l’Allemagne et pourtant on connait la suite non le problème de la France comme depuis des décennies voir bien plus est la France elle même où plus tôt ses dirigeants car quand on choisit des incapables pour nous mener à la bataille faut pas s’étonner d’y perdre la vie.

    Et dans ce cas précis je pose la question car je n’arrive pas à trouver de réponses comment dans notre pays avec tant de personnes qui possèdent du talent pour tant de choses et variés, nous sélectionnons avec assiduités et constances dans la sphère politique autant d’ incompétents, d’incapables voir même de traites à leurs pays avec des conséquences dramatiques pour cela même qui les ont porté au pouvoir et ceci depuis des siècles ça dépasse la raison, le comble dans le pays de Monsieur Descartes non ?

    J'aime

    • lephil : c’ est une question d’ ORGANISATION. Chez les Germains, elle est sacro-sainte. Chez les latins, elle fait sourire et personne n’ y croit.

      Le chef, chez les Germains, est soumis a des REGLES, il est d’ ailleurs tenu d’ etre exemplaire. Chez les latins, le chef est un creatif qui invente ses propres regles.

      Effectivement, la France aurait largement le potentiel d’ etre LE pays leader d’ Europe. Mais c’ est un pays a structure latine. Ceci n’ est pas un jugement de valeur. La est toute la reponse a votre question. On ne peut pas dominer avec ce type d’ organisation, pas face a des concurrents structures et organises.

      Apres plusieurs explications de Bruno Bertez j’ ai compris que la n’ etait pas le debat. Nous sommes deja hors-sujet.
      L’ enjeu est de pouvoir laisser aux pays latins vivre leur mode de vie, choisir leurs priorites, sans les forcer a vivre comme des Allemands. C’ est ce point qui est crucial a ce stade du debat.

      J'aime

      • Désolé mais je vois ici encore beaucoup de lieux communs quant à l’évocation de ce clivage culturel entre latin et germain rapport à l’efficacité industrielle ! Visitez certains centres industriels d’Italie et vous verrez qu’ils n’ont rien à envier aux centres allemands ! Idem pour certains complexes touristiques espagnols qui rivalisent d’ingéniosité en termes d’organisation et de méthode…Et je pourrais vous citer des dizaines d’autres exemples…

        Plus pertinent et explicatif me parait être le rapport à l’Etat et à son intériorisation dans l’inconscient collectif…Mais là les réponses sont peut-être à chercher davantage du coté de Hegel que dans l’économique ou la sociologie…

        J'aime

        • Nietzsche : l’État n’est pas l’incarnation d’un quelconque « intérêt général », c’est un « monstre froid » au service d’intérêts égoïstes.

          Je pense que c’est cela que vous essayez de développer ….

          J'aime

          • Là vous touchez un point intéressant !

            Mais d’une façon plus large : Hegel, Marx, Nietzsche….la trilogie du Messianisme chère aux Allemands…très en vogue aussi au Japon avec des philosophes référents différents bien évidement mais avec des résultats très similaires sur le plan de l’idée et de la représentation ….et une même stratégie mercantiliste sur le plan économique…

            Quand je pense représentation sur je ne pense pas seulement au plan étatique mais sur la manière dont on se voit, se perçoit: peuple d’élus, peuple en mission!

            J'aime

        • Pour ma part je pourrais vous citer des exemples du monde militaire, que j’ ai connu au « nord » organise et au « sud » joyeusement inefficace, sous deux drapeaux et pendant plusieurs annees. Idem avec les jobs civils d’ ailleurs…

          C’ est bien la le probleme avec les exemples tires de souvenirs personnels. On trouve toujours des exceptions et des contradictions.

          Je vous rejoins pour le rapport a l’ Etat et son interiorisation. L’ explication est presque triviale ; on ne peut survivre a un hiver nordique sans s’ organiser et voir a long terme. Tout part de la. (Derniere discussion en date sur le sujet avec des ingenieurs Portugais, sur un projet Australien, en Afrique Centrale. Je sors regulierement du Cafe du Commerce 🙂 ).

          J’ ai bien peur que les positions ici ne soient irreductibles, mais encore une fois je ne pense pas que le debat soit la. Je serais le premier heureux que les pays du sud puissent exporter leur huile d’ olive en monnaie devaluee si ca leur chante. Mais avec les taux d’ emprunt qu’ ils meritent. Et surtout, surtout, sans mendier de l’ aide.

          J'aime

    • @lephil: »un taux de natalité trop bas qui va lui poser de grave déséquilibre sociétal »……….NON!le taux de natalité influera négativement sur le système de retraites,mais ce système est de toutes façons condamné .puisque l’on compare souvent les modèles économiques et sociétaux de la france et de l’allemagne,qui semble s’en sortir le mieux?lequel a une population qui diminue,lequel a une démographie qui explose financée a crédit?lequel des deux pays est au bord de la rupture?

      J'aime

  11. Je suis d’accord à 90% avec les thèses défendues sur ce blog qui traite d’économie de manière courageuse et originale; le rôle de l’Allemagne a été évoqué incidemment et certains intervenants ont tenu des propos sur un sujet qu’ils ne maîtrisent visiblement pas. B Berthez lui-même a mis, à juste titre, un bémol à ses premiers propos, et je tiens à reprendre deux points importants qu’il avait abordés.
    – Sur le point du « transfert » quant à la volonté de domination, je crois qu’il s’agit plus d’une volonté de puissance (cf Nietzsche dans la Généalogie de la morale ); cette volonté de puissance, l’homme peut l’exercer aussi bien sur lui-même (en allant jusqu’au suicide) que sur le monde.
    Dans le rapport au travail des Allemands, je vois plutôt un irrépressible besoin de « bien faire », qui me semble d’imprégnation Luthérienne, on ne sait pas si on a été choisi pour avoir la grâce ou non, alors il faut faire de son mieux pour ne pas être honteux de soi  » au cas où « …. Et puis il y a, chevillé au corps, et c’est le cas aussi plus à l’est, le respect de la hiérarchie, si étranger à la France et aux pays latins, et qui fait que l’on veut bien faire, pour être bien vu….. Tout cela est à la source de la réussite économique de l’Allemagne. Mais les Allemands ont-ils une volonté de domination? Je crois plutôt qu’ils veulent que l’on reconnaissent leur bon travail et qu’ils en ont marre de payer pour des gens pas sérieux.
    – Sur les Allemands attirés plus par l’abstraction que par la vie, il y a plus de philosophes au nord en général, les nuits y sont plus longues….?? Plus sérieusement il y a peut-être chez l’Allemand une plus grande propension à planifier, à organiser sa vie – et à vivre ensuite- alors que les Latins auraient tendance à vivre d’abord et à théoriser ensuite?
    D’une manière générale attention aux clichés et aux théories de café du commerce dans lesquelles on a facilement tendance à tomber lorsqu’on ne connaît pas le sujet dont on traite.
    Bonnes année à tous.

    J'aime

    • Bonjour Zénith, je me permets de commenter depuis peu les articles de ce blog que je suis assidûment ( même si je n’ai aucune compétence en ceci ou cela). Ceci afin de partager mon ressenti avec l’auteur, introduire un « feedback loop ». Et d’améliorer ma compréhension du sujet, et peut être celles d’autres…
      Désolé si je tombe parfois à côté.

      J'aime

      • Je me suis fait la meme reflexion que vous. « Qu’ ai-je donc a apporter face a toutes ces impressionnantes references litteraires ? »
        Or Bruno Bertez met un point d’ honneur a prendre le pouls du monde reel, a frequenter les vraies gens, celles qu’ il defend et que l’ on voudrait laminer. Ceci n’ est pas un blog d’ enarques ou de bobos de Paris XVI. Comme il le disait dernierement a un lecteur, « si vous etes ici, vous n’ etes pas un beotien ».
        A mon humble avis, a condition d’ avoir des idees a mettre sur la table, et de solides arguments pour les defendre (theoriques et/ou pratiques sans aller jusqu’ au cafe du commerce), vous serez le bienvenu.

        J'aime

  12. Lundi 8 juillet 2013 :

    La Lettonie refuse à son peuple un référendum sur l’adhésion à l’euro.

    http://www.express.be/business/fr/economy/la-lettonie-refuse-a-son-peuple-un-referendum-sur-ladhsion-leuro/192791.htm

    Selon un sondage réalisé en Lettonie, 20 % des Lettons sont favorables au passage à l’euro, et 60 % des Lettons sont opposés au passage à l’euro.

    Vendredi 27 décembre 2013 :

    60% des Lettons ne se réjouissent pas du passage à l’euro de leur pays le 1er janvier prochain.

    Dans quelques jours, et après l’Estonie en 2011, la zone euro accueillera un 18ème membre : la Lettonie. Mais selon les sondages, l’adoption de l’euro le 1er janvier prochain ne réjouit guère le peuple letton. Le passage à la monnaie unique n’en réjouit qu’un cinquième, tandis que 60% des deux millions de personnes qui composent la population y sont opposés.

    http://www.express.be/business/fr/economy/60-des-lettons-ne-se-rejouissent-pas-du-passage-a-leuro-de-leur-pays-le-1supersup-janvier-prochain/200339.htm

    Conclusion :

    – il n’y a pas eu de référendum en Lettonie concernant le passage à l’euro.

    – La construction européenne est anti-démocratique. Mais ça, on le savait déjà.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s