Douce France

Cette diatribe du Général Delaunay, ancien CEMAT : Alors, comme ça, vous êtes des Charlie? (Avec Commentaire de Bruno Bertez)

Cette diatribe du Général Delaunay, ancien CEMAT :   Alors, comme ça, vous êtes des Charlie? (Avec Commentaire de Bruno Bertez)

perfectloops animated GIF

Vous, la meute tirant à vue depuis  des années sur tous ceux qui vous dérangent, vous vous émouvez maintenant  que la mitraille retentit contre votre camp 

Maintenant que les cadavres ont refroidi, passons aux choses sérieuses. Le choc et le recueillement s’estompant, il est déjà temps, avant qu’il ne soit trop tard, de sortir les plumes des fourreaux, de dégainer les idées brûlantes, enfin, de battre le fer tant qu’il est chaud.

« Je suis Charlie », dites-vous d’une seule et même voix. « Je suis  Charlie », annoncent les pancartes que vous brandissez dans les rédactions.

« Je suis Charlie », scandent vos avatars et vos « hashtags » sur les réseaux sociaux. Et vous avez bien raison.

Seulement…

VOUS ÊTES CHARLIE AUJOURD’HUI, MAIS VOUS N’ÉTIEZ PAS ÉRIC ZEMMOUR HIER, QUAND IL S’EST FAIT VIRER D’I TÉLÉ POUR RAISONS POLITIQUES. PIRE ENCORE : VOUS PÉTITIONNIEZ À TOUR DE BRAS POUR L’ÉVINCER DU SERVICE PUBLIC.   

VOUS ÊTES CHARLIE, MAIS VOUS N’ÉTIEZ PAS ROBERT REDEKER EN 2006, quand un papier critiquant l’islam dans Le Figaro lui valut une tornade de haine : graves menaces de mort qui le gardent encore aujourd’hui sous protection policière, désaveu et silence de la classe intellectuelle et journalistique, lynchage dans les règles de l’art sur le plateau d’« ONPC ».

VOUS ÊTES CHARLIE, MAIS VOUS N’ÉTIEZ PAS CLÉMENT WEILL-RAYNAL, MIS À PIED DE FRANCE 3 POUR AVOIR RÉVÉLÉ L’AFFAIRE DU « MUR DES CONS » DONT IL FUT LE PLUS TRISTE FUSILLÉ.

VOUS ÊTES CHARLIE, MAIS VOUS N’ÉTIEZ PAS ROBERT MÉNARD À SON LICENCIEMENT, MICHEL HOUELLEBECQ, RENAUD, CAMUS OU CHRISTINE TASSIN À LEURS PROCÈS RESPECTIFS POUR AVOIR CRITIQUÉ L’ISLAM.

Vous êtes Charlie, mais vous soutenez toutes les lois mémorielles qui empêchent les intellectuels de faire leur travail, pour le bien de l’Histoire et de la vérité.

VOUS ÊTES CHARLIE, MAIS VOUS N’ÊTES PAS RICHARD MILLET FACE À LA MEUTE, VOUS N’ÊTES PAS ALAIN FINKIELKRAUT OU ENCORE IVAN RIOUFOL, BRILLANT D’INTRANSIGEANCE, MAIS DÉCHIQUETÉ COMME UN GIGOT JETÉ AUX LIONS SUR LE PLATEAU D’« ON REFAIT LE MONDE » LE JEUDI 8 JANVIER.

Vous êtes Charlie, mais vous n’êtes rien de ce qui sentirait trop le soufre, vous êtes les dénonciateurs de tous ceux qu’on abat sur l’autel du politiquement correct, vous êtes ceux qui tenez le fusil, les bourreaux objectifs de tous les indésirables de la liberté, de votre liberté à vous et à vous seuls.

Pourtant, la liberté n’a qu’un seul visage. C’est la liberté pour les sains d’esprit, la liberté pour les fous, la liberté pour les noirs, la liberté pour les jaunes, la liberté pour les blancs, la liberté pour ceux qu’on désapprouve peut-être mais qui font la diversité et la santé intellectuelle d’un pays.

Vous n’étiez pas ces gens, et aujourd’hui vous êtes Charlie ? Vous vous mentez, vous nous mentez. Vous êtes ce qui vous arrange, quand cela vous arrange. VOUS N’ÊTES PAS CHARLIE, VOUS ÊTES CHARLOT. Et tant que vous ne défendrez pas les principes que vous dites avoir au cœur jusqu’au bout, vous le resterez.

Une chose encore, le SUMMUM DE LA CONNERIE A ÉTÉ ATTEINT PAR JEAN-MICHEL RIBES, QUI S’EST LIVRÉ SUR BFMTV À UN AMALGAME ENTRE LES INTÉGRISTES MUSULMANS ET LES INTÉGRISTES CATHOLIQUES QUI, COMME CHACUN LE SAIT, TROUVENT DANS L’ÉVANGILE LA JUSTIFICATION DES ACTES TERRORISTES QU’ILS COMMETTENT CHAQUE JOUR.

C’est vrai que c’est courant de voir aux actualités des catholiques intégristes, couper des têtes, crucifier des hommes, violer des femmes, tuer des enfants juifs, tirer au lance-roquette dans un journal … !

Les mots manquent pour dénoncer une telle débilité intellectuelle…..

Comme quoi la preuve est faite, à chaque drame, que les gens dits «  intelligents » sont souvent beaucoup plus crétins que le commun des mortels.

Mais ça nous le savions déjà…

 Général DELAUNAY ancien chef d’Etat -Major

A PROPOS PAR BRUNO BERTEZ

Bravo ! Ce qui devait être dit a été dit ! Et il faut remercier le Général Delaunay d’avoir été assez indigné pour s’être dévoué. Il faut des gens lucides et courageux pour oser bouger la chape de plomb. 

L’indignation à deux vitesses, la compassion sélective, le suivisme sans risque, voilà ce que vous pratiquez régulièrement, et c’est pitoyable. 

C’est pitoyable, non pour le contenu des indignations, car sur ce point, vous êtes libres de vos réactions, mais sur les conditions de votre indignation: pour qu’elle se manifeste, il faut qu’elle aille dans le bon sens, celui de la meute, à moins que cela ne soit celui du troupeau.

On le sait, les techniciens savent ce qu’il faut faire pour que cela marche, pour que la mayonnaise prenne, car dans leur langage et leur conversation, vous êtes la mayonnaise. Comme les femmes, pour DSK sont de la marchandise. 

Une belle manipulation en vérité qui avait pour finalité et objectif la récupération politique, la création d’un état d’esprit.

Il a suffi que les médias aillent dans ce sens, pour que vous emboitiez le pas, tombant tête baissée dans le panneau de la récupération. Si les médias aux ordres n’avaient pas choisi de battre le ban et l’arrière ban, comme ils l’ont fait lâchement très souvent, alors, vous seriez restés chez vous. On vous a dicté ce que vous deviez penser, ce que vous deviez ressentir, ce que vous deviez faire et vous l’avez fait. 

Que dire de l’opération publicitaire qui a consisté à donner un nom-je suis Charlie- au mouvement de foule: l’astuce est grossière, elle est éculée depuis les « touche pas à mon pote » et autres inventions des «bonnets rouges ». L’esprit du 11 Janvier, cet esprit dont Hollande a eu le culot, l’indécence de se réclamer il y a quelques jours pour faire avaler ses réformes, est une construction de propagande. Unis derrière l’exécutif pour aller à l’abattoir des réformes scélérates. On comprend pourquoi le MEDEF et ses médias aux ordres se sont prêtés à l’opération, ils tenaient à la remise en selle de Hollande-Nouveau, et de Rocard-Valls -l’ancien pour qu’ils fassent ces réformes qu’ils désirent tant. Ah l’Union Nationale derrière les corbillards et dans les cimetières, cela marche à chaque fois. 

L’objectif au départ était d’escamoter: Escamoter la responsabilité et les carences du Pouvoir incapable d’assurer la sécurité d’un citoyen menacé. Il était d’escamoter la cause première du terrorisme, à savoir la multiplication des interventions guerrières en pays étranger sans motif de défense et sans visée stratégique. Il était d’escamoter les contradictions des positions officielles sur la question de l’Islam. Il était d’escamoter le déshonneur de nos compromissions avec d’autres terroristes, financés par les amis Saoudiens qui ont battu leur record de décapitations l’an dernier avec le chiffre de 173. 

L’opération politique, puante dès la première heure, a réussi. La popularité est remontée en flèche pour les vrais responsables de ce drame. Ces responsables qui ont manqué à leur devoir de protection et qui, plus encore ont manqué à leur devoir politique, républicain, d’élever la conscience populaire. Ils ont joué, ils ont surfé sur l’émotion. 

Le général Delaunay a choisi de vous apostropher : « Vous êtes, vous êtes » répète-t-il. C’est rude et provocant, mais juste et efficace. Nous en prenons tous pour notre grade. Je suis ainsi fait que j’ai honte même de ce que d’autres font. 

Nous nous sentons visés, penauds, nous qui pourtant n’avons pas été Charlie et vous le savez.

12 réponses »

  1. Bravo ! Ce qui devait être dit a été dit ! Et il faut remercier le Général Delaunay d’avoir été assez indigné pour s’être dévoué. Il faut des gens lucides et courageux pour oser bouger la chape de plomb.

    L’indignation à deux vitesses, la compassion sélective, le suivisme sans risque, voilà ce que vous pratiquez régulièrement, et c’est pitoyable.

    C’est pitoyable, non pour le contenu des indignations, car sur ce point, vous êtes libres de vos réactions, mais sur les conditions de votre indignation: pour qu’elle se manifeste, il faut qu’elle aille dans le bon sens, celui de la meute, à moins que cela ne soit celui du troupeau.
    On le sait, les techniciens savent ce qu’il faut faire pour que cela marche, pour que la mayonnaise prenne, car dans leur langage et leur conversation, vous êtes la mayonnaise. Comme les femmes, pour DSK sont de la marchandise.

    Une belle manipulation en vérité qui avait pour finalité et objectif la récupération politique, la création d’un état d’esprit.
    Il a suffi que les médias aillent dans ce sens, pour que vous emboitiez le pas, tombant tête baissée dans le panneau de la récupération. Si les médias aux ordres n’avaient pas choisi de battre le ban et l’arrière ban, comme ils l’ont fait lâchement très souvent, alors, vous seriez restés chez vous. On vous a dicté ce que vous deviez penser, ce que vous deviez ressentir, ce que vous deviez faire et vous l’avez fait.

    Que dire de l’opération publicitaire qui a consisté à donner un nom-je suis Charlie- au mouvement de foule: l’astuce est grossière, elle est éculée depuis les « touche pas à mon pote » et autres inventions des «bonnets rouges ». L’esprit du 11 Janvier, cet esprit dont Hollande a eu le culot, l’indécence de se réclamer il y a quelques jours pour faire avaler ses réformes, est une construction de propagande. Unis derrière l’exécutif pour aller à l’abattoir des réformes scélérates. On comprend pourquoi le MEDEF et ses médias aux ordres se sont prêtés à l’opération, ils tenaient à la remise en selle de Hollande-Nouveau, et de Rocard-Valls -l’ancien pour qu’ils fassent ces réformes qu’ils désirent tant. Ah l’Union Nationale derrière les corbillards et dans les cimetières, cela marche à chaque fois.

    L’objectif au départ était d’escamoter: Escamoter la responsabilité et les carences du Pouvoir incapable d’assurer la sécurité d’un citoyen menacé. Il était d’escamoter la cause première du terrorisme, à savoir la multiplication des interventions guerrières en pays étranger sans motif de défense et sans visée stratégique. Il était d’escamoter les contradictions des positions officielles sur la question de l’Islam. Il était d’escamoter le déshonneur de nos compromissions avec d’autres terroristes, financés par les amis Saoudiens qui ont battu leur record de décapitations l’an dernier avec le chiffre de 173.

    L’opération politique, puante dès la première heure, a réussi. La popularité est remontée en flèche pour les vrais responsables de ce drame. Ces responsables qui ont manqué à leur devoir de protection et qui, plus encore ont manqué à leur devoir politique, républicain, d’élever la conscience populaire. Ils ont joué, ils ont surfé sur l’émotion.

    Le général Delaunay a choisi de vous apostropher : « Vous êtes, vous êtes » répète-t-il. C’est rude et provocant, mais juste et efficace. Nous en prenons tous pour notre grade. Je suis ainsi fait que j’ai honte même de ce que d’autres font.

    Nous nous sentons visés, penauds, nous qui pourtant n’avons pas été Charlie et vous le savez.

    J'aime

  2. Ce texte perd toute la valeur qu’on aurait pu lui accorder, son véritable auteur l’ayant attribué à un autre. Le Général Jean Delaunay – qui a toujours eu pour habitude d’assumer ses écrits, ses paroles et ses actes – dément avoir jamais écrit ces lignes.
    De fait, on est devant un hoax et, quelque soit leur motivation et leur bien-fondé, les hoaxes n’ont aucun intérêt (sinon universitaire pour éventuellement illustrer un cours sur Le Bon ou Tchakhotine).

    Mais un mail à France-Valeurs ou une prise de contact directe à Versailles vous éclairera plus que mon propre commentaire.
    Cordialement,

    J'aime

  3. Merci pour ce rappel, plus que nécessaire ! Et maintenant ….

    Kapo lard jeu ?

    ll est temps de hisser le grand FUCK au mat DE MISÈRE !

    Heureusement, l’âpre hess s’en au cul peu !
    Et nos polis tics les sous t’hyène de toutes leurs force eux.

    J'aime

    • @ndoshta

      Je crois que vous faites une singulière erreur d’appréciation.

      Ce texte vaut en lui même quel qu’en soit l’auteur ou .la signature. L’estampille est importante pour les suivistes dépourvus de jugements personnels et les moutons. Elle l’est beaucoup moins pour les gens qui attachent importance au sens . Nous ne sommes pas dans le domaine de la marchandise qui prend valeur par la marque ou dans l’art bidon qui ne tire son prix que de sa signature certifiée authentique par le marchand d’art.

      Le but d’un texte, ici; chez Lupus est de faire réfléchir , un point c’est tout.
      Les pièces de Molière sont remarquables, même si elles n’ont pas été écrites par lui.

      Que ce texte ait été produit par qui que ce soit n’a au fond que peu d’importance si il fait mouche.

      En fait cette question de la paternité n’a d’intérêt que pour Delaunay.

      Aimé par 1 personne

  4. Merci Monsieur pour vos analyses.
    Moi aussi je me sent honteux devant la couardise,le déni de la réalité de mes concitoyens.Que faudra t’il qu’il arrive pour qu’ils comprennent enfin?Une guerre,une de plus,c’est la ou l’on nous dirigent ,la roue tourne,l’histoire se répète.

    J'aime

  5. Je ne suis pas Charlie et pourtant je ne suis pas Delaunay non plus… Non aux pisse-froids et à l’angélisme mais dénoncer l’Islam en bloc me parait aussi ridicule qu’ irresponsable.

    J'aime

  6. Merci de mettre à notre connaissance la déclaration du Général, pouvez-vous nous dire dans quel média cette tribune a été reprise
    il faut que cela se sache , se dise

    J'aime

  7. Bien dit, oui, certes –ou plutôt redit puisque ce genre de réponse retrouve un peu partout– mais, hélas, de façon biaisée : dommage. En effet, ce général ne prend que des contre-exemples choisis dans son camp (de pensée). Que ne cite-t-il tous les autres courants de pensée ou d’expressions–et je ne pense pas qu’à un Soral ou un Dieudonné pour les plus médiatisés– ?

    J'aime

  8. La ridicule honte ne suffisait pas, le socialisme devait affirmer une fois de plus son vrai visage en plus de sa bêtise. Le mal et le vide dans toute sa splendeur.

    Nul, archi nul, notre MOI, JE, PRÉSIDENT, et pourtant c’est le commandant en chef des armées et il nous parle de guerre ! Tous aux abris !!

    Admirons une fois de plus, dans la bonne humeur, pourquoi notre malheur est à la hauteur du désastre annoncé.

    Bravo, félicitations et bon courage pour ceux qui le suivent…encore ! Il est temps que l’armée se réveille, mais pas contre le peuple de grâce, il supporte déjà l’affront du néant.

    Le mal est déjà fait, mais ils continuent. À quoi bon perdre du temps avec des Charlots qui ne sèment que de la désolation ?

    J'aime