Art de la guerre monétaire et économique

Effet dominos Par Pierre Leconte

Effet dominos Par Pierre Leconte

FORUM MONETAIRE DE GENEVE 10/7/15

Quelle que soit l’issue à court terme de la crise de la dette grecque (capitulation finale de Tsipras devant les exigences allemandes d’austérité toujours aggravée -et peut être révolte populaire des Grecs qui ne supporteront pas d’avoir été trompés-

———————————–

certains estimant que Tsipras, après son baroud d’honneur, va capituler, ce qui constituerait pour lui une tragique défaite l’obligeant sans doute à démissionner:

http://www.marketwatch.com/story/greek-overhaul-proposals-move-closer-to-creditor-demands-2015-07-09-18103535

https://fr.news.yahoo.com/gr%C3%A8ce-accepte-in-extremis-plusieurs-exigences-cr%C3%A9anciers-044131930.html?vp=1

http://www.zerohedge.com/news/2015-07-09/new-greek-proposal-backtracks-pre-referendum-draft-does-not-request-debt-haircut-ful

http://www.marketwatch.com/story/greek-overhaul-proposals-move-closer-to-creditor-demands-2015-07-09-18103535

————————————

ou retour à la drachme -et non paiement de la dette grecque devenue hypertrophiée donc non remboursable-), la zone euro et l’Union européenne sont entrées dans un effet dominos qui les affaiblira irrémédiablement jusqu’à ce qu’elles soient radicalement réformées ou qu’elles explosent. Il n’y a pas lieu de le regretter étant donné que les peuples et les États-nations qui les composent pourront alors reprendre en mains leurs propres destins et feront beaucoup mieux individuellement à moindre coût que ce qu’ils font ou ont fait ensemble dans ces constructions artificielles impuissantes, totalitaires et anti-démocratiques, dont les populations ne veulent plus.

85% des jeunes Grecs on voté non…

La victoire du "non" au référendum en Grèce apporte de l'eau au moulin des europhobes et des eurosceptiques qui voient dans ce résultat une mort annoncée de l'ensemble du projet de l'Europe. /Photo prise le 5 juillet 2015/REUTERS/Marko Djurica

 

31303d20-21cf-11e5-b919-91a20f2b06eb_I150704c

Que revienne le temps de la souveraineté des États-nations et de la liberté monétaire, c’est-à-dire politico-économique, et tout ira mieux! Ce qui signifie que, en attendant, en Europe tout ira beaucoup plus mal puisque que les superstructures bureaucratiques sur-dimensionnées ne s’effondrent jamais dans la sérénité, ainsi que l’a montré la chute de l’URSS.

Au plan des marchés d’actions, nous en tirons la conclusion suivante: vendre l’Europe et acheter l’Amérique… Telle est la raison pour laquelle le lundi 6 juillet  nous avons, à leur plus bas récent, acheté les actions US sous la forme du SPXL et avons décidé de ne plus toucher pour longtemps aux actions européennes même si, étant sur-vendues, elles remonteront vraisemblablement ces prochains jours (pour mieux rebaisser ensuite).

https://www.tradingfloor.com/posts/saxostrats-long-usa-short-europe-4592638?cmpid=ET2015-Q3-ebook

La question de la valeur de l’euro se pose en termes différents dans la mesure où le dollar US a commencé sa correction à la baisse depuis mars 2015 laquelle n’est, à notre avis, pas finie et que la plupart des banques centrales du monde soutiennent l’euro pour éviter une appréciation supplémentaire de leurs propres monnaies qu’elles jugent néfaste pour leurs économies. D’autant que, même si la zone euro et l’Union européenne se délitent, l’euro (sorte de deutschemark-bis) restera la monnaie de l’Allemagne et d’un petit noyau dur de pays européens qui ne veulent pas de son affaiblissement en termes de rapport de change avec les autres monnaies et sont en mesure de le faire monter.

http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-07-06/greek-risk-seeps-through-currencies-to-torment-ecb-s-neighbors

L’euro n’ayant pas été crée dans la clarté démocratique aux fins d’efficacité monétaire et économique mais dans la dissimulation des buts et des moyens aux fins de forcer à l’unification fédérale de l’Europe via la disparition des États-nations et de leurs monnaies nationales souveraines dans le cadre d’un Empire allemand se reconstituant, tout en dominant une zone de libre-échange et de libre circulation des flux migratoires dont il est le seul bénéficiaire, il faudrait maintenant organiser des référendums dans chaque pays de la zone euro pour consulter les populations sur la question de savoir si elles veulent ou pas le garder. Et ensuite passer d’urgence au fédéralisme intégral (budget commun, obligations fédérales communes -eurobonds-, impôts identiques collectés en commun, politiques fiscale, étrangère, d’immigration et de défense uniques, bref la grande mutualisation) entre les Etats dont les populations répondront majoritairement oui. Ceux dont les populations répondront non revenant à leurs monnaies nationales voire sortant de l’UE.

Le choix pour les populations est entre le FÉDÉRALISME INTÉGRAL et le retour à la SOUVERAINETÉ, tout autre solution bâtarde finira très mal. Inutile de préciser que nous sommes partisans de la souveraineté…

http://www.bloombergview.com/articles/2015-07-06/why-the-euro-is-failing

http://www.zerohedge.com/news/2015-07-09/euro-skeptic-william-hague-i-was-right-1998-and-i-am-right-today

Plus d’Europe signifie plus d’Allemagne!!!

http://www.zerohedge.com/news/2015-07-09/union-divided-more-europe-means-more-germany

Si cette consultation n’intervient pas rapidement dans un cadre pacifié, les partis souverainistes de droite ou de gauche arriveront au pouvoir tôt ou tard, faute de diminution drastique du chômage de masse et d’amélioration du pouvoir d’achat des populations, et alors tout cet édifice s’effondrera dans la fureur. A notre avis, la zone euro et l’UE ont été mortellement blessées le dimanche 5 juillet avec le vote négatif du peuple grec sur le traitement d’austérité déflationniste, de paupérisation et de chômage renforcés que les responsables de l’Eurogroupe et du FMI voulaient leur imposer sur ordre de Madame Merkel se prenant pour le « gauleiter » de l’UE au service des USA. En attendant, la réalisation du « modèle » allemand n’étant pas viable pour l’ensemble des pays de l’UE, qui est tout sauf homogène et suffisamment compétitive en l’absence de flexibilité monétaire intérieure et de protection douanière extérieure, il ne peut que conduire ses États-membres au désastre et leurs peuples à la révolte! Ce qui est étonnant c’est que cela ne se soit pas déjà produit, non pas que cela se produise finalement.

Incroyable mépris des dirigeants allemands et européistes pour leurs « partenaires » de l’UE:

http://www.zerohedge.com/news/2015-07-09/schaeuble-proposes-trade-us-takes-greece-germany-takes-puerto-rico

http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-07-09/schaeuble-offers-lew-a-straight-up-swap-greece-for-puerto-rico

http://www.slate.fr/story/104145/avant-discours-tsipras-verhofstadt-amusait-galerie#xtor=RSS-2

Pour ce qui nous concerne, nous avions anticipé « le grand échec européen » il y a plusieurs années…

http://www.amazon.fr/grand-%C3%A9chec-europ%C3%A9en-Pierre-Leconte/dp/2868399061/ref=la_B001K7A642_1_11?s=books&ie=UTF8&qid=1436455160&sr=1-11

Il n’y a pas que les étrangers mais aussi de plus en plus d’Allemands à rejeter l’arrogante intransigeance de Merkel et son gouvernement:

 

merkel

http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/crise-grecque-plaidoyer-en-faveur-de-la-drachme-hans-werner-sinn-635688.html

L’avenir de l’euro décrypté par un théoricien libéral allemand | Agefi.com

http://www.bloombergview.com/articles/2015-07-09/greece-is-merkel-s-failure-too

http://www.huffingtonpost.fr/2015/07/07/dominique-de-villepin-donne-bon-point-alexis-tsipras-redonne-fierte-grece_n_7741580.html?xtor=AL-32280680

http://www.newsmax.com/Finance/PeterMorici/Pete-Morici-Greece-Germany-debt/2015/07/07/id/653812/

http://www.slate.fr/story/103989/piketty-allemagne-jamais-rembourse-dettes#xtor=RSS-2

http://www.metronews.fr/info/face-a-la-dette-grecque-l-allemagne-est-elle-tout-simplement-ingrate/mogg!gCQ8UJXldvPXE/?ref=yfp

http://www.20minutes.fr/economie/1647655-20150707-crise-grecque-pourquoi-allemagne-inflexible#xtor=RSS-176

A propos de la Suisse, ayant réussi à rester largement à l’écart de cette faillite, elle devrait s’en inspirer pour renforcer ses institutions souveraines au lieu de s’illusionner sur son intégration à l’UE. On ne rejoint pas un bateau qui coule! La BNS devrait cesser de se ruiner en tentant d’empêcher le franc suisse de monter et utiliser ses réserves de change à la création d’un fonds souverain investissant dans les infrastructures, la recherche et l’éducation nationales, tout en finançant une augmentation substantielle des prestations AVS pour soutenir la consommation intérieure donc les entreprises locales.

Quant aux métaux précieux, notre théorie selon laquelle l’or ne pourra pas monter sans que préalablement: 1/ le dollar US chute vraiment, 2/ l’argent-métal remonte puissamment (et donc que le ratio or/argent-métal chute nettement), est en train de se vérifier. Nous gardons une position longue, récemment encore réduite, en argent-métal (comparativement bon marché) mais restons sans or (encore cher qui peut s’effondrer à tout moment), lui préférant certaines matières premières agricoles, industrielles et autres actuellement sur-vendues.

Excellent niveau d’achat des matières premières:

matières

Reprise en vue du pétrole brut (haussier pour les actions US):

crude oil

Pour le cas où l’or casserait par une clôture à la baisse son dernier support vers 1.130 USD l’once (avec comme perspective sa chute vers les 1.000 USD voire bien plus bas), nous le vendrions short tout en gardant nos achats limités d’argent-métal qui ne couteraient ainsi pas plus. A noter que les actions des sociétés minières, parce que non rentables aux prix actuels des métaux, sont en chute libre (en dessous de leurs plus bas de 2008)…

Rambus Chartology reste négatif sur l’or et les actions des sociétés minières:

gold-bearish-expanding-rising-wege

soc min

A propos des marchés dérivés de l’argent-métal et des matières premières, il faut savoir que deux grandes banques US (sans toutefois intervenir sur les marchés dérivés de l’or très politisé qui apparemment ne les intéressent pas) en ont pris le complet contrôle (tout à fait officiellement et en toute illégalité avec la bénédiction des autorités US qui étaient supposées avoir mis en place une législation limitant les positions des grandes banques privées prises pour leur propre compte) via des positions énormes long+short, ce qui signifie qu’elles sont maitres de leurs fluctuations à venir selon qu’elles décideront de couvrir leurs positions shorts ou bien de vendre leurs positions longues!

————————————————————————————————————————————————————————————————

Quatre commentaires importants à lire:

http://www.zerohedge.com/news/2015-07-04/why-did-citigroups-precious-metals-derivative-exposure-just-soar-1260

————————————————————————————————————————————————————————————————

Nous restons BAISSIER dollar US (toutes nos positions dans cette monnaie -actions US, ETF matières premières, silver ZKB, etc.- étant arbitrées) et haussier euros et francs suisses dans lesquels nous conservons notre cash non engagé (voir notre dernier commentaire du 6 juillet 2015), les comptes de ceux de nos clients valorisés en dollars US étant eux aussi arbitrés via l’achat de l’ETFS Bearish USD vs G10 Currency Basket Securities WKN.

usd

Évidemment, nous restons sans position sur les obligations d’États, d’entreprises ou high yield qui n’offriront pas de perspective claire tant que la Federal Reserve n’aura pas décidé en septembre 2015 de monter ou de laisser inchangé son taux directeur, d’autant que la crise de la dette grecque devrait se transformer prochainement en crise des dettes espagnole, portugaise, italienne voire française, c’est-à-dire des pays du Club Med autrement appelés PIIGS, avec un effondrement des prix des obligations qu’ils émettent. Et qu’il y a plus à gagner pour le moment sur l’achat des actions US, le dernier refuge.

http://www.zerohedge.com/news/2015-07-08/japanese-investors-lose-faith-draghi-dump-most-foreign-bonds-history

http://www.marketwatch.com/story/spain-is-trying-to-avoid-being-europes-next-debt-bomb-2015-07-02

http://www.marketwatch.com/story/why-german-bonds-could-be-even-riskier-than-greeces-2015-07-08

http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-07-07/how-a-chaotic-grexit-could-wipe-out-1-4-trillion-in-global-m-a

https://fr.news.yahoo.com/lexposition-france-%C3%A0-%C3%A9ventuel-d%C3%A9faut-grec-atteint-65-122320456.html

http://www.marketwatch.com/story/heres-how-much-greece-owes-germany-others-2015-07-09

http://davidstockmanscontracorner.com/why-the-eurocrats-are-petrified-what-the-falling-dominoes-of-grexit-look-like/

http://www.zerohedge.com/news/2015-07-07/greece-uncontained-european-bond-yields-are-soaring-portugal-next

 L’exemple portugais qui attend les pays du Club Med et la France:

20150707_PORTUG_0

Tout cela montre à quel point les banques centrales monopolistiques et les pouvoirs politiques interventionnistes ont échoué et combien le retour au libéralisme authentique comme à la souveraineté nationale est absolument indispensable pour sortir de toutes les crises qu’ils n’ont fait que provoquer puis qu’aggraver.

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenus dans ce site internet n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.

http://www.forum-monetaire.com/effet-dominos/

EN BANDE SON : 

2 réponses »

  1. « Tout cela montre à quel point les banques centrales monopolistiques et les pouvoirs politiques interventionnistes ont échoué et combien le retour au libéralisme authentique comme à la souveraineté nationale est absolument indispensable pour sortir de toutes les crises qu’ils n’ont fait que provoquer puis qu’aggraver. » Leconte voit juste mais…

    L’enchainement des crises et les thérapeutiques qui en procèdent sont motivés par l’esprit atavique de prédation des « grands argentiers ».

    Il faut dresser le piège de la dette pour tous!, ainsi pris collectivement dans son filet, empruntant toujours plus pour rouler celle-ci (facon Ponzi) on nous obligera, comme pour la Grèce qui n’est qu’un centre d’essais pour cobaye, à rembourser capital et interet en contre partie de biens tangibles: infrastructurels: -de l’ energétique, aux transports , prisons… jusquà l’armée-.
    La privatisation se doit etre totale. Elle profitera, dans un gigantesque transfert de richesse, aux entreprises trans nationales et apatrides… celles là meme qui prétèrent l’argent, via leurs officines bancaires!.

    Un exemple s’était produit avec le bail-out bancaire qui inflata la dette publique et poussa les politiques complices à exiger des citoyens des coupes budgétaires:
    -Au fonds il s’agit de légitimer une thérapie de choc qui progressivement délitera les infrastructures par anémie financiere puis, dans un ultime élan, parachèvera le sacrifice par une vente à la découpe au profit ultime du secteur privé. L’essentiel est que le paravent de la légitimité opère et que la division du peuple, par la peur véhiculée des médias aux ordres, agisse comme un anesthesique puissant. (on voudra bien pour affiner cette question se reporter aux diverses techniques d’ingénierie sociale)

    Quand chaques pays déficitaires en sera au point de la Grèce et que l’Allemagne en subira les effets douloureux (le prix à payer?), il deviendra nécessaire d’agir en décrétant un reset global sur les dettes (la situation crisique mondiale poussera en ce sens)…
    L’important est que les transferts aient bien eu lieu: les biens et les services, mais aussi les compétences juridiques, régaliennes et exécutives des état-nations. Ainsi la France, mais aussi les autres nations empetrées dans la dette,- déjà transformées en landers/régions et morcelées-, ne pourront plus éviter leur destin funeste qui est autant de se soumettre à la corporocratie apatride que de se battre pour leur survie dans un monde livré à la loi de la jungle, là ou le darwinisme social constituera l’essence de toute action (économique, sociale et financière).

    Une fois la grande remise à plat des nations défuntes, précédant celles des dettes il pourra s’instaurer un Ordre Nouveau, véritable synthèse politique ou le « grand capital » aura l’ascendance total(itaire) sur les peuples continuellement dissolus dans leur identité et rendus, à mesure, tout autant dociles par le gaz incapacitant de l’individualisme que par le sentiment d’etre un David qui ne trouverait pas son Goliath… on ne se bat pas contre une pieuvre sans tete et dont les tentacules se multiplient quand on les coupe.

    Le nouvel ordre mondial qui semble se dessiner et dont les contours restent encore flous, renforcera le Systeme qui, dans son alchimie transformatrice, laissait pourtant (illusion?) entrevoir la possibilité de sa propre dissolution définitive.
    Hors, il se pourrait qu’en fait ce ne fut qu’une étape impérative de sa mutagénicité ontologique en un Léviathan plus grandiose encore quant à son état d’Etre ignominieux et plus subversif en lui meme de par sa caractéristique expressive qui en fait la marque indéfectible de la Bete.

    On pourrait, à juste titre, penser que sa mutation -au Systeme- opère sa mue dans le cadre naturel des lois qui régissent l’existant mais pour que les Elites-systemes abondent dans ce sens il y faut, au delà de la seule logique perenne du profit, un acte de foi qui justifia un déploiement instintif mais uniquement objectivé par la nécessaire redéfinition du rapport de l’homme/serf dans la hiérarchie sociale qui définissait jusqu’alors nos sociétés modernes passées, devenues depuis post-modernes.

    Cette mutation des roles/classes, rendue ontologique par sa possible réalisation à moyen-terme, ne peut se comprendre que dans l’ environnement naissant et prometteur d’une « Robolution Conscientisée » qui dessert autant la Masse qu’elle pourrait profiter à une petite élite de transhumanistes.Ceux-ci se mettent à toucher du doigt le fait de Dieu… l’immortalité, la pleine connaissance et avec elles l’omnipotence.

    La folie gagne leurs esprits et habite leurs actes mais comme Icare ils iront se bruler les ailes car leur Hybris sera toujours leur absolus point faible… « Les dieux rendent fous ceux qu’ils veulent perdre »

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s