Art de la guerre monétaire et économique

Grèce-Révélations de varoufakis dans « the Guardian » : Schauble veut terroriser les Francais !/ Les propositions prêtées à Tsipras/ Grèce, le peuple avait dit « non », le parlement dit « oui »!

Révélations de varoufakis dans « the Guardian » : Schauble veut terroriser les Francais 

18802450923_af3d565df9_b

Varoufakis vient de publier une tribune dans the guardian : il balance !

En voici l’essentiel.  Il vient tout droit de la bouche de celui qui a été dans le saint des saints, dans le secret sinon des Dieux, mais des Maîtres. Bien entendu, on commence déjà  à tailler un costume à Varoufakis, il ne se plie pas aux comédies du politiquement correct et du penser sur mesure. L’insulte de « Marxist » commence à fleurir. 

.CJNjsNfXAAAdsxgPermalien de l'image intégrée

Greece’s financial drama has dominated the headlines for five years for one reason: the stubborn refusal of our creditors to offer essential debt relief. Why, against common sense, against the IMF’s verdict and against the everyday practices of bankers facing stressed debtors, do they resist a debt restructure? The answer cannot be found in economics because it resides deep in Europe’s labyrinthine politics.

Le drame Grec a une origine politique et non pas économique.

In 2010, the Greek state became insolvent. Two options consistent with continuing membership of the eurozone presented themselves: the sensible one, that any decent banker would recommend – restructuring the debt and reforming the economy; and the toxic option – extending new loans to a bankrupt entity while pretending that it remains solvent.

La Grèce était non solvable en 2010. On a choisi l’option toxique, au lieu de restructurer la dette, on a accordé de nouveaux prêts.

Official Europe chose the second option, putting the bailing out of French and German banks exposed to Greek public debt above Greece’s socioeconomic viability. A debt restructure would have implied losses for the bankers on their Greek debt holdings.Keen to avoid confessing to parliaments that taxpayers would have to pay again for the banks by means of unsustainable new loans, EU officials presented the Greek state’s insolvency as a problem of illiquidity, and justified the “bailout” as a case of “solidarity” with the Greeks.

Ce choix a permis de sauver les banques françaises et allemandes tout en sacrifiant la société Grecque. On a eu peur de devoir faire payer les contribuables pour un nouveau sauvetage des banques françaises et allemandes.

To frame the cynical transfer of irretrievable private losses on to the shoulders of taxpayers as an exercise in “tough love”, record austerity was imposed on Greece, whose national income, in turn – from which new and old debts had to be repaid – diminished by more than a quarter. It takes the mathematical expertise of a smart eight-year-old to know that this process could not end well.

Pour réaliser cela on a imposé une austérité record à la Grèce; son revenu national a chuté d’un quart, ce qui rendait impossible le remboursement  des dettes: Tout le monde savait que cela finirait mal.

Once the sordid operation was complete, Europe had automatically acquired another reason for refusing to discuss debt restructuring: it would now hit the pockets of European citizens! And so increasing doses of austerity were administered while the debt grew larger, forcing creditors to extend more loans in exchange for even more austerity.

Une fois cette opération sordide réalisée, l’Europe a eu une raison toute trouvée de refuser la restructuration des dettes: il aurait fallu puiser dans les poches des contribuables européens. On a choisi d’augmenter l’austérité et d’étendre encore les prêts; cercle vicieux.

Our government was elected on a mandate to end this doom loop; to demand debt restructuring and an end to crippling austerity. Negotiations have reached their much publicised impasse for a simple reason: our creditors continue to rule out any tangible debt restructuring while insisting that our unpayable debt be repaid “parametrically” by the weakest of Greeks, their children and their grandchildren.

Le gouvernement Grec a été élu sur le mandat de casser ce cercle vicieux et de demander une restructuration préalable des dettes avant de nouvelles réformes.  Les Européens ont refusé, préférant exiger que les dettes soient remboursées par les plus faibles parmi les plus faibles.

In my first week as minister for finance I was visited by Jeroen Dijsselbloem, president of the Eurogroup (the eurozone finance ministers), who put a stark choice to me: accept the bailout’s “logic” and drop any demands for debt restructuring or your loan agreement will “crash” – the unsaid repercussion being that Greece’s banks would be boarded up.

Dijsselbloem m’a fait le chantage, laissez tomber votre demande de restructuration des dettes, sinon aucun accord sur les prêts ne sera possible et vos banques tomberont.

Five months of negotiations ensued under conditions of monetary asphyxiation and an induced bank-run supervised and administered by the European Central Bank. The writing was on the wall: unless we capitulated, we would soon be facing capital controls, quasi-functioning cash machines, a prolonged bank holiday and, ultimately, Grexit.

Les Européens ont asphyxié nos banques, suscité et piloté des ruées sur les dépôts, Nous avons été acculés, avec la séquence que l’on connait. contrôle des mouvements de capitaux, fermeture des banques et finalement le Grexit.

The threat of Grexit has had a brief rollercoaster of a history. In 2010 it put the fear of God in financiers’ hearts and minds as their banks were replete with Greek debt. Even in 2012, when Germany’s finance minister, Wolfgang Schäuble, decided that Grexit’s costs were a worthwhile “investment” as a way of disciplining France et al, the prospect continued to scare the living daylights out of almost everyone else.

La menace du Grexit est utile. Elle a agi en 2010 sur les financiers lorsque leurs banques étaient gavées de créances Grecques. En 2012, Schauble a décidé que le coût de sortie de la Grèce était un investissement valable, une dépense utile comme moyen de terroriser la France pour qu’elle se discipline.

 ‘By the time Syriza won power last January, a majority within the Eurogroup had adopted Grexit either as their preferred outcome or weapon of choice against our government’.

By the time Syriza won power last January, and as if to confirm our claim that the “bailouts” had nothing to do with rescuing Greece (and everything to do with ringfencing northern Europe), a large majority within the Eurogroup – under the tutelage of Schäuble – had adopted Grexit either as their preferred outcome or weapon of choice against our government.

Lorsque Syriza a conquis le pouvoir, une large majorité au sein de l’Eurogroupe , sous la pression de Schauble, avait adopté le Grexit comme solution préférée.

Greeks, rightly, shiver at the thought of amputation from monetary union. Exiting a common currency is nothing like severing a peg, as Britain did in 1992, when Norman Lamont famously sang in the shower the morning sterling quit the European exchange rate mechanism (ERM). Alas, Greece does not have a currency whose peg with the euro can be cut. It has the euro – a foreign currency fully administered by a creditor inimical to restructuring our nation’s unsustainable debt.

La Grèce comme tous les pays tremble à l’idée de sortir de l’euro.

To exit, we would have to create a new currency from scratch. In occupied Iraq, the introduction of new paper money took almost a year, 20 or so Boeing 747s, the mobilisation of the US military’s might, three printing firms and hundreds of trucks. In the absence of such support, Grexit would be the equivalent of announcing a large devaluation more than 18 months in advance: a recipe for liquidating all Greek capital stock and transferring it abroad by any means available.

il nous faudrait créer une monnaie à partir de rien, l’exemple des difficultés de l’Irak pour le faire est présent dans tous les esprits. Nous n’avons aucun support, aucun soutien. Ce serait équivalent à annoncer une dévaluation 18 mois à l’avance, nous serions saignées à blanc.

With Grexit reinforcing the ECB-induced bank run, our attempts to put debt restructuring back on the negotiating table fell on deaf ears. Time and again we were told that this was a matter for an unspecified future that would follow the “programme’s successful completion” – a stupendous Catch-22 since the “programme” could never succeed without a debt restructure.

Entre la menace du Grexit et la ruée sur les banques encouragée par la BCE, nous ne pouvions résister et obtenir que l’on discute d’une restructuration.

This weekend brings the climax of the talks as Euclid Tsakalotos, my successor, strives, again, to put the horse before the cart – to convince a hostile Eurogroup that debt restructuring is a prerequisite of success for reforming Greece, not an ex-post reward for it. Why is this so hard to get across? I see three reasons.

Les raisons d’un refus de restructurer la dette sont au nombre de trois.

Europe did not know how to respond to the financial crisis. Should it prepare for an expulsion (Grexit) or a federation?

L’Europe ne savait pas comment faire face à la crise. Soit se préparer à des expulsions, soit aller vers une fédération

One is that institutional inertia is hard to beat. A second, that unsustainable debt gives creditors immense power over debtors – and power, as we know, corrupts even the finest. But it is the third which seems to me more pertinent and, indeed, more interesting.

D’abord il y a l’inertie institutionnelle. Ensuite il y a le fait que maintenir des dettes non remboursable permet de mater, de contrôler les débiteurs, d’avoir du  pouvoir sur eux !

The euro is a hybrid of a fixed exchange-rate regime, like the 1980s ERM, or the 1930s gold standard, and a state currency. The former relies on the fear of expulsion to hold together, while state money involves mechanisms for recycling surpluses between member states (for instance, a federal budget, common bonds). The eurozone falls between these stools – it is more than an exchange-rate regime and less than a state.

Rappelons que l’euro est une monnaie hybride, un peu un régime de changes fixes et un peu une monnaie d’état. Mais elle est plus un mécanisme de changes fixes qu’une monnaie d’état.

And there’s the rub. After the crisis of 2008/9, Europe didn’t know how to respond. Should it prepare the ground for at least one expulsion (that is, Grexit) to strengthen discipline? Or move to a federation? So far it has done neither, its existentialist angst forever rising. Schäuble is convinced that as things stand, he needs a Grexit to clear the air, one way or another. Suddenly, a permanently unsustainable Greek public debt, without which the risk of Grexit would fade, has acquired a new usefulness for Schauble.

Schauble est persuadé qu’il faut préparer le terrain pour une expulsion pour résoudre les problèmes. Il a besoin d’un Grexit pour assainir l’air Européen. Il en a besoin d’une manière ou d’une autre.

What do I mean by that? Based on months of negotiation, my conviction is that the German finance minister wants Greece to be pushed out of the single currency to put the fear of God into the French and have them accept his model of a disciplinarian eurozone.

Ce que je veux dire, c’est qu’après des mois de négociation avec lui, ma conviction est qu’il veut pousser dehors la Grèce afin de mettre « la peur de Dieu  » dans l’esprit  des Français afin de les forcer à accepter son modèle d’une Eurozone disciplinée et obéissante.

8592986916_6399a097f5_c

Les propositions prêtées à Tsipras

Le gouvernement grec a transmis ses nouvelles propositions à ses créanciers de la zone euro.  Il demanderait  vendredi au Parlement de voter un certain nombre de mesures immédiates.

Dans ses propositions mises au point jeudi et transmises en fin de soirée, la Grèce se plierait aux exigences de ses créanciers. Elle prévoit notamment une hausse des taxes sur le transport maritime et une suppression, pour la fin 2016, de la fiscalité avantageuse dont bénéficient ses îles, composantes essentielles de l’industrie du tourisme.

Permalien de l'image intégrée

 En échange des efforts consentis, Athènes réclame un financement de 53,5 milliards d’euros pour couvrir les obligations liées à sa dette jusqu’en 2018. Le gouvernement de la gauche radicale du Premier ministre Alexis Tsipras veut aussi que ses créanciers revoient les objectifs en matière d’excédent primaire pour les quatre prochaines années et un  allègement du poids de la dette à long terme.

Permalien de l'image intégrée

Nous ne voyons rien qui puisse servir au re-démarrage de la machine économique Grecque, ce qui était l’originalité et le « plus » apportés par Varoufakis.

-Les propositions adressées jeudi soir par la Grèce prévoient aussi un relèvement de la TVA sur la restauration à 23% (à 13% pour l’hôtellerie), de présenter une réforme des retraites et de fixer un calendrier ferme pour les privatisations de différentes propriétés de l’Etat dont le port du Pirée et les aéroports régionaux.

-La Grèce propose notamment de supprimer par étapes à l’horizon fin 2019 le complément de pension pour les retraités les plus modestes (Ekas).

-Elle prévoit aussi de réduire les dépenses en matière de défense d’un montant de 300 millions d’euros d’ici la fin 2016.

En clair, pour redresser l’économie Grecque, il s’agirait de réduire l’attrait et la compétitivité de sa principale industrie, le tourisme.

– Réforme de la TVA

Les nouvelles propositions acceptent un taux normal de TVA à 23%, notamment dans la restauration (qui jusqu’ici était à 13%). Un taux réduit à 13% serait maintenu pour les produits de base, l’électricité et les hôtels, et à 6% pour les médicaments, livres et places de théâtre. La hausse de la TVA était la pomme de discorde entre Athènes et ses créanciers pendant ces derniers mois de longues négociations.

– Réforme des retraites

S’agissant des retraites, Athènes propose de réduire les départs anticipés. Pour cela, le gouvernement compte sur un système de pénalités. Concernant l’âge du départ à la retraite, il est fixé à 67 ans ou 62 ans avec 40 ans de travail et sera relevé graduellement d’ici à 2022.

Longtemps opposé à la suppression de l’EKAS, une allocation complémentaire pour les petites retraites, le gouvernement accepte de la réduire progressivement jusqu’à ce qu’elle disparaisse en 2019.

– Une fiscalité accrue

Le gouvernement grec accepte de limiter la hausse de la taxe sur les sociétés de 26 à 28% comme le souhaitent les créanciers, renonçant à la porter à 29%. Les propositions prévoient également de relever immédiatement les taxes sur les produits de luxe et la publicité à la télévision. Les agriculteurs devraient subir ces nouvelles mesures d’austérité, avec notamment une baisse des subventions sur le diesel.

Le gouvernement propose la suppression des avantages fiscaux pour les îles (soit la réduction de 30% de la TVA appliquée depuis plusieurs années), à commencer par les îles les plus riches et touristiques, comme le souhaitaient les créanciers. Cette suppression va commencer en octobre et sera faite graduellement pour s’achever d’ici la fin 2016, précise le texte.

– Privatisations

Les privatisations d’entreprises publiques vont être relancées. Les aéroports régionaux et les ports du Pirée et de Thessalonique sont aussi concernés. Lors de son arrivée au pourvoir Alexis Tsipras avait gelé celles-ci.

– Des coupes dans le budget de la défense

La Grèce propose de tailler dans le budget de sa défense, avec des coupes de 300 millions d’euros en deux ans. Il s’agit d’économiser 100 millions d’euros en 2015 et 200 millions d’euros en 2016. Les créanciers suggéraient, eux, une baisse de 400 millions.

– Déréglementation de certaines professions

Des réformes pour la déréglementation de certaines professions (ingénieurs, notaires) et du secteur du tourisme sont également prévues.

Grèce, le peuple avait dit « non », le parlement dit « oui »!

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a obtenu aux premières heures de samedi le soutien du Parlement grec à son programme de reddition  présenté aux créanciers du pays dans le but d’obtenir un nouveau plan de sauvetage. Son  plan a obtenu le soutien de l’opposition, tandis qu’il n’a pas fait le plein des voix de Syriza. Plusieurs milliers de manifestants de gauche se sont rassemblés devant le Parlement vendredi soir en signe de protestation.

19387922978_7054d7527c_cPermalien de l'image intégrée

Compte tenu de l’état divisé de la société grecque, de l’absence de confiance et des chiffres qui circulent, nous ne voyons pas comment un redressement économique pourrait se produire, même en cas de mise en œuvre de l’accord. Les objectifs de surplus budgétaire primaire sont soit irréalistes, soit criminels. Notre sentiment est que, pour tout le monde, ceux qui veulent le Grexit, ceux qui veulent le maintien et le gouvernement Grec, le succès sera à la Pyrrhus.

Ces mesures ont  reçu un premier avis favorable des experts de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international.

Fort de cet avis favorable, l’Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro se réunit samedi après-midi à Bruxelles pour examiner les conditions d’un « renflouement » de la Grèce.

Les experts de la BCE, de la CE et du FMI ont chiffré à 74 milliards d’euros les besoins financiers de la Grèce pour faire face à ses obligations. Alexis Tsipras a demandé une aide de 53,5 milliards d’euros sur les trois prochaines années. Ce qui frappe, c’est que l’on ne cesse de chiffrer ce qu’il faut, comptablement, à la Grèce pour « satisfaire à ses obligations », mais que l’on n’aborde jamais celle soulevée par Varoufakis (et les votes populaires) de ce qu’il faut, pour remettre le pays sur les rails. Ceci nous fait penser que dans l’esprit de beaucoup, l’accord, même si il intervient, ne sera que provisoire. Les partisans de l’expulsion n’ont pas dit leur dernier mot.

Permalien de l'image intégrée

Une source au sein de la zone euro a déclaré qu’il était désormais « 100% certain » que les ministres seraient d’accord pour lancer des négociations. Parallèlement, ils étudieront aussi une aide à court terme pour dépanner la Grèce en attendant que le nouveau prêt sur trois ans sollicité par Alexis Tsipras ait été accepté et que les fonds soient effectivement déboursés.

Alexis Tsipras a obtenu le soutien de la Vouli à une confortable majorité – avec 251 voix sur 300 – mais le chef du gouvernement de la gauche radicale n’a pas fait le plein des voix de son parti, Syriza et a dû compter sur le vote des partis d’opposition pro-européens et notamment de Nouvelle démocratie.

Les figures les plus à gauche de Syriza avaient signalé avant le vote qu’elles ne pouvaient soutenir la hausse de la fiscalité et la baisse des dépenses proposées par Alexis Tsipras après le rejet sans appel par les Grecs de mesures similaires lors du référendum de dimanche dernier.

Le ministre de l’Energie, Panagiotis Lafazanis, le vice-ministre du Travail, Dimitris Stratoulis et la présidente du Parlement, Zoé Constantopoulou, se sont abstenus.

« Le gouvernement fait l’objet d’un chantage total pour qu’il consente à quelque chose qui ne reflète pas ce qu’il représente », a déclaré Zoé Constantopoulou.

« Les propositions ne sont pas compatibles avec le programme de Syriza », avait déclaré Lafazanis à Reuters avant le vote.

A l’issue du vote par le Parlement, Alexis Tsipras n’a pas fait mention des « frondeurs » de son parti qui n’ont pas voté son plan. Il a indiqué qu’il allait maintenant se consacrer à la conclusion d’un accord.

« Le Parlement a aujourd’hui donné un mandat clair au gouvernement pour mener à bien les négociations et parvenir avec ses partenaires à un accord économiquement viable et socialement juste », a déclaré le chef du gouvernement.

« La priorité maintenant est d’avoir une issue positive aux négociations », a déclaré Alexis Tsipras en soulignant que « le reste » viendrait après. La question du « reste » dont il est dit qu’il viendra après, est la question essentielle, puisqu’elle  recouvre celle de la mise en oeuvre effective, puis dans un second temps, celle de la faisabilité. Le reste, c’est le réel, maintenant, nous ne sommes que dans la parole et la politique.

Le vote des mesures d’austérité voulues par les créanciers ne s’est pas fait sans difficulté. Le président-fondateur des Grecs indépendants, le parti de droite souverainiste qui soutient le gouvernement Syriza, avait expliqué avant le vote que ses députés voteraient le plan de réformes « le coeur lourd ».

Permalien de l'image intégrée

Cinq membres radicaux de Syriza ont signé une lettre pour dire qu’une sortie de la zone euro et un retour à la drachme étaient préférables à un accord avec les créanciers impliquant une nouvelle cure d’austérité sans perspective de réduction de la dette.

Permalien de l'image intégrée

Lors de la réunion de l’Eurogroupe samedi, la demande grecque de rééchelonnement d’une partie de sa dette, qui représente 175% de son produit intérieur brut (PIB), devrait être également discutée. il semble qu’un glissement nuancé de la position Allemande soit en cours.

L’issue de la réunion de l’Eurogroupe, qui sera consacrée aux propositions de réformes de la Grèce, ce samedi après-midi à Bruxelles, demeure «totalement ouverte». C’est ce qu’a estimé samedi matin le porte-parole du ministère allemand des Finances, tempérant l’optimisme ambiant. Il a refusé de commenter un article du journal Bild d’après lequel le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, juge les dernières propositions d’Athènes, soumises jeudi soir, «inappropriées» et s’oppose à de nouvelles négociations.

Permalien de l'image intégrée

 Le dilemme d’Angela Merkel

Si les autres pays membres de la zone euro se mettent d’accord avec Athènes, la chancelière allemande, Angela Merkel, devra affronter une fronde sans précédent au sein de la CDU – son propre parti – et surtout de la CSU bavaroise, qui ne font aucune confiance à Alexis Tsipras. Mais si les négociations échouent, la «reine de l’Europe», comme l’a surnommée Bild, risque d’apparaître comme la principale responsable d’une crise majeure au sein de la zone euro. De plus, elle provoquera de nouvelles tensions avec Paris et sera critiquée par le Parti social-démocrate (SPD) qui, comme l’Elysée, a jugé positives les dernières propositions d’Athènes [

L’Allemagne s’est montrée circonspecte face aux nouvelles propositions mais la France, principal soutien de la Grèce parmi les grandes puissances de la zone euro, les a saluées. 

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Hollande les a qualifiées de « sérieuses et crédibles ». Si les choses suivent maintenant leur cours, et si les pays du Nord ne réussissent pas torpiller à l’accord, le grand vainqueur de l’affrontement sera la France, laquelle depuis le début, cherche à éviter le Grexit que les Allemands souhaitent. Ceci, exploité avec fermeté et intelligence, pourrait améliorer le rapport des forces entre la France et L’Allemagne.

Il est trop tôt pour faire l’analyse de l’incidence des derniers évènements sur  la politique intérieure espagnole, et l’audience de Podemos.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

EN BANDE SON : 

4 réponses »

  1. On est bien d’accord. Hollande est la cible indirecte,,,et c’est une bonne chose. Soit il se couche et continuera à faire semblant de faire des réformes, soit il se couche et commence de vraies réformes, mais dans ce dernier cas, il plombe toutes ses chances de se représenter aux prochaines prez, ses chances d’être au deuxième tour étant déjà absentes à l’appel.

    On devra remercier les Allemands, même si on des réserves….

    J'aime

  2. La Grèce propose des réformes et une augmentation de sa fiscalité qu’elle ne pourra pas mettre en action en particulier la TVA car la plus part des grecques payent en liquident et vu ce qui c’est passé la confiance avec les banques n’est pas prête de revenir et donc c’est du temps gagné à coup de milliards que nous n’avons pas en attendant que le traité transatlantique soit signé, personnellement je pense que nos élites politiciennes s’accrochent à ce dernier espoir chimérique devenir un énième état des états unis d’Amérique !….

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s