Art de la guerre monétaire et économique

L’Edito du Lundi 24 Aout 2015 : La chine, du miracle au mirage. Le système est en train de muter Par Bruno Bertez

L’Edito du Lundi 24 Aout 2015 : La chine, du miracle au mirage. Le système est en train de muter Par Bruno Bertez

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

  Les médias internationaux se sont enfin ouverts à la situation Chinoise. Par le petit bout de la lorgnette, certes, mais cela a été suffisant pour provoquer une débandade sur les marchés financiers mondiaux. Quand nous disons par le petit bout de la lorgnette, nous voulons pointer par là le fait qu’ils n’ont perçu ni la gravité, ni les enjeux de la dislocation Chinoise. Ils n’ont retenu que l’aspect chute boursière et le ralentissement économique. Ils n’ont pas compris que nous étions en train de réintégrer la grande séquence de la crise de 2008, que nous y accrochions de nouveaux wagons, bourrés de matières détonantes sinon fissiles.

Permalien de l'image intégrée  Permalien de l'image intégrée

La crise Chinoise n’est pas un accident, elle n’est pas exogène, non, c’est un développement endogène de la Grande Crise Financière, développement qui tire sa logique de la politique qui a été suivie pour faire face à la GFC au cours des années 2009 à 2015. Logique, qui nous le rappelons a consisté à déboucher les tuyaux des canalisations financières mondiales en y injectant des liquidités à haute pression et à haut pouvoir spéculatif. Ces liquidités ont noyé le Système global, recouvert et masqué tous les problèmes. Elles ont pris la forme, elles ont constitué un Mistigri puisqu’elles ne rapportaient rien. Ce Mistigri a été passé et repassé, il est allé chercher son rendement partout où il y avait du risque, partout où il y avait encore de la croissance et des possibilités spéculatives. Il est allé enfler, tous les marchés, tous les bilans bancaires, toutes les Réserves monétaires globales.

Permalien de l'image intégrée

Comme l’ont fait remarquer justement certains gourous quand vous « printez » vous inondez, mais vous ne maîtrisez pas les emplois, les lieux ou se déverse la monnaie ainsi créée; elle va ou elle veut, elle suit la ligne de plus grande pente du profit maximum et rapide, elle ne va pas forcément là où elle est utile et nécessaire. C’est ainsi que vous fabriquez une « bulle » mondiale, et que vous favorisez toute une masse d’investissements mal-ajustés, mal-adaptés qui, un jour reviendront hanter le système comme une vengeance.

Le « printing », pour parler de façon vulgaire et approximative fait chuter le prix du risque, il favorise l’allocation délirante des ressources, ressources qui sont le plus souvent à crédit et ainsi se construisent des économies potentiellement déséquilibrées. Des catastrophes en attente d’arriver comme la Chine, le Brésil, etc et indirectement la Russie, les producteurs de pétrole, l’Afrique du Sud, la Turquie. La liste n’est pas limitative bien sûr.

Si vous complétez le « printing » par d’abord les taux zéro et ensuite la manipulation du prix du risque, vous provoquez dans le système mondial, une course pour le rendement, une « search for yield » effréné. Les capitaux sont privés de rendement, on leur fait croire que les rendements exotiques ou traditionnellement pourris sont de bonne qualité et ils s’y engouffrent. La preuve qu’ils sont de bonne qualité c’est que tout le monde les recherche, tout le monde y va, le « momentum » s’y presse. Entretenues à la fois par la manipulation de la volatilité, par la fourniture de fausses assurances et réassurances, entretenues par les discours des régulateurs et des médias aux ordres bien sûr. Tout le monde y trouve apparemment son compte, les banques engrangent les profits et superprofits, les gouvernements se financent gratuitement, les firmes se refinancent et rachètent même leur capital ; les bulles, les valeurs boursières, les prix des commodities enflent, enflent défiant tous les avertissements des Cassandre.

Permalien de l'image intégrée

Le « printing » Américain doit être vu de la façon suivante. Vous vous placez en haut d’une montagne, vous déversez des tombereaux de liquidités en dollars sur la vallée, et peu à peu tout est recouvert. Tout baigne dedans au point que l’on a même oublié l’origine de la mer de liquidités. On en arrive à croire qu’elle a été là de tous temps, qu’elle sera là de toute éternité et bien sûr que sa présence ne doit qu’à son propre génie. On en oublie qu’à l’origine de la mer, il y a une source en dollars. Normal puisque ces dollars on les a empruntés ou reçus et qu’on les a converti en autre chose ; on oublie l’alchimie , les mutations ; on en oublie que ces dollars sont venus gonfler les réserves des banques centrales et inflater le crédit domestique, on en oublie que ces dollars sont venus enfler , inflater les bilans du système bancaire mondial et pire que ce sont ces mêmes dollars qui ont permis la formation d’un colossal Système Bancaire Shadow , complexe , opaque, mal-ajusté et souvent pourri.

Bref on oublie le système dans lequel on vit, celui du recyclage des déficits américains, le Bretton woods II et les pétrodollars.

Permalien de l'image intégrée

Au cours des sept dernières années, l’expansion des dettes dans le monde a été terrifiante. En particulier chez les Emergents et encore plus singulièrement en Chine. Le « printing » Américain doit être vu comme ayant, sous diverses formes simples et complexes, comme ayant permis le « printing » Chinois. Les bilans des banques y ont explosé. Ascension vertigineuse des actifs et des passifs, enchevêtrés, interconnectés, indissociables. Véritable labyrinthe, opaque, sur lequel on a volontairement fermé les yeux afin de ne pas gêner ce que l’on appelait la Grande Reflation. On était bien content quand la Chine soutenait la croissance mondiale défaillante et les prix des commodities.

Les Banques Chinoises sont en tête du classement des banques mondiales, elles occupent les premières places. A fin 2014, tenez-vous bien, les quatre plus grandes banques détenaient des assets totalisants 13,7 trillions de dollars, soit environ en chiffres ronds, 90 trillions de Yuans. Leur total de bilan a inflaté de 64% en quatre ans! Leurs engagements sous forme de prêts ont explosé de 80% en quatre ans! Depuis fin 2008, le total de bilan des quatre grandes banques a progressé de 175%. Tout ceci place le Système Bancaire chinois en tête de liste des risques mondiaux avec une exposition … de 27 trillions de dollars soit 175 trillions de yuans. Exposition à laquelle il faut ajouter au minimum 5 trillions de Shadow.

Depuis la crise de 2008, la Chine est passée à la vitesse supérieure, jouant un rôle déterminant dans le succès du Grand Reflation Trade, par sa demande de matières premières, par sa demande qui a permis de maintenir un niveau de prix sur-inflaté malgré la médiocre conjoncture occidentale. Pour ceux qui n’arrivent pas à mesurer l’énormité des chiffres bancaires chinois, il suffit de comparer à ce qui semble gigantesque, mais est en fait dérisoire, le volume des Réserves de la Banque Centrale de Chine : 3,7 Trillions de dollars.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Quand vous voyez ces chiffres n’oubliez jamais une chose : tout cela ce sont des dettes, des empilements de dettes, de promesses y compris les 3,7 Trillions de ce que l’on appelle les Réserves de la Banque Centrale de Chine. Ironie, les soi-disants Réserves des uns sont les dettes des autres. Les dettes de leurs rivaux stratégiques ! Le monde n’a quasi pas de fonds propres, le leverage est roi. Le recyclage est la mécanique du mouvement perpétuel. Les assurances et réassurances sont bidons, personne n’a les fonds propres pour faire face aux sinistres. Les seules assurances du système ce sont … les créations de monnaie, les « printing » des banques centrales. Le « Put ». Elles seules peuvent faire la contrepartie de tout … en inflatant. La seule sécurité du Système, c’est l’émission de monnaie ; la sécurité, c’est la destruction programmée. Terrible dialectique que celle d’un Système qui ne peut, en cas d’accident mortel, ne se survivre qu’en détruisant ce sur quoi il repose en dernière analyse. On le voit en Chine ou les interventions pour soutenir l’édifice atteignent en quelques jours des montants colossaux.

Tout ce que nous avons décrit et articulé ci-dessus a produit un système de fausses Valeurs, tout est faux, mal-ajusté, déséquilibré. Et c’est ce système, qui menace de s’écrouler parce que le Roi Dollar voudrait tenter de se faire plus rare et cher, parce que la Chine a entamé un processus de baisse de la valeur du Yuan, parce qu’elle ébauche une velléité d’évoluer vers les changes flottants et un système de prix moins artificiel. Parce que, en contrecoup logique, les « pegs » sautent un peu partout. Ainsi se manifeste la fragilité que nous ne cessons de dénoncer et d’exemplifier : une décision marginale, une décision de baby-steps provoque un séisme. La structure, les structures sont tellement biscornues, dys-fonctionantes qu’un mini ou micro choc met en péril l’édifice. En fait, et plus profondément, le Système change de nature sans que les observateurs s’en aperçoivent. Des décisions bénignes en apparence comme l’abandon du « peg » par le Kazakhastan sont autant de trous, de fuites dans le tonneau monétaire mondial. Tout devient cumulatif, transitif et concourt à la réduction de la liquidité. Depuis la déroute chinoise, les bourses mondiales ont perdu 3,6 Trillions, 3,6 trillions qui sont partis au money-heaven. Les pertes du secteur bancaire mondial sur les portefeuilles et en termes de capitalisations boursières sont énormes. La Commercial Bank Of China a cédé 6,1%, la China Construction Bank 7%, HSBC 6,6%, JP Morgan 6,2%, BNP Paribas 4,5%, Barclays 9%, BOFA 9%, Mitsubishi 7,5% pour n’en citer que quelques-unes.

Qu’on en juge. A vendredi la Bourse de Shanghai a perdu 11,5%. L’indice S&P 500 a chuté de 5,8%, les moyennes mobiles des 200 sont enfoncées. Les Banques ont plongé de 6,7%, le NASDAQ de 7,4%. Le Dax de la toute puissante Allemagne a chuté de 7,8%, le Nikkei de 5,3%. Nous vous épargnons le reste, car tout est à l’unisson. Sachez simplement que des géants comme le Brésil sont en déroute tant sur leur marché financier que sur leur crédit et sur leur change. Leurs entreprises nationales, des secteurs économiques entiers ne parviennent plus à se refinancer, il faut faire fonctionner la bonne vieille planche à billets.

Les primes de risque, les spreads se tendent, se dilatent et en contrepartie on se précipite sur les refuges. Les taux du 10 ans US perdent 15 pts de base, à 2,05%, tandis que les Bunds en perdent 10 à 0,56% . L’évidence est que personne n’est à l’abri, tous les pays sont touchés, tous les secteurs, il n’y a nul ilôt de sécurité, nulle forteresse ou l’on est à l’abri. Que dire de l’illusion américaine ? L’économie y serait forte, y serait saine. Alors pourquoi un tel choc, une telle sensibilité ?

Permalien de l'image intégrée

Certains parlent d’effet de contagion, d’effet psychologique, émotionnel. Nous nous élevons en faux contre cette interprétation. , c’est une erreur de plus, une tentative de mystification de plus. Contagion signifierait que le reste du monde, hormis les malades, serait sains. Et que si d’autres attrapaient la maladie c’est parce qu’on la leur aurait transmise. C’est inverser les causes et effets, les Anglo-saxons ont transmis leur mal, « l’inflationnite du crédit » au monde entier par un système monétaire pervers, mais ils l’ont gardé, en sommeil chez eux également. Tout le monde a le virus. Chez certains comme les Emergents, plus fragiles, il se manifeste de façon aigüe, chez d’autres plus résistants, plus solides, mieux équipés, il sommeille et n’attend qu’une opportunité de s’extérioriser. Nous nous élevons contre toutes les interprétations magiques, fondées sur la psychologie ou les émotions, la transmission est organique, concrète, réelle parce que le terrain est le même, parce que le mal y sommeille.

Permalien de l'image intégrée

Des observateurs sérieux, réputés écrivaient ces derniers jours que « les systèmes financiers sont comme les religions, ce sont des réseaux qui sont fondés sur la foi ». Les marchés financiers sont tenus, soutenus par une croyance commune. Nous, nous appelons cette croyance commune  « un invariant ». On pose quelque chose de fixe et on y croit, on construit du dur, sur cette fondation qui en fait, n’est que fragile et temporaire. Et dans le cas présent, l’invariant qui a laché au niveau des apparences, c’est le Yuan. Mais il entraine d’autres invariants comme la croyance dans la toute-puissance de la Banque Centrale Chinoise, comme la solidité du Système Bancaire, comme l’insularité des marchés financiers des pays développés.

Permalien de l'image intégrée

Un jour l’invariant qui cédera, ce sera la théorie financière dominante, celle qui confond les signes et les rationalisations idéologiques qu’elle produit avec le réel dont elle est censée être reflet fidèle. En particulier cette notion idiote de « risque » que l’on pourrait mesurer par des triturations de variations de signes cabalistico-statistiques prélevés ou constatés dans le passé. Comme si le réel pouvait se lire dans les rideaux de fumée des variances et volatilités.

Le système est non seulement instable, mais il est faux, abominablement faux, lui qui confond le dictionnaire, l’alphabet financier des signes avec la réalité sous-jacente. Le réel est irréductible à ce fatras de signes qui n’a de cohérence que dans les esprits de ceux qui les manipulent, eux qui ne se rendent pas compte qu’ils vivent dans un système de projections magiques. Dont l’efficacité n’est temporaire. L’efficacité des théories actuelles ne tient qu’au fait que beaucoup les pratiquent et en particulier les plus gros, les plus puissants : les Banques Centrales. Ce sont des idioties qui ne sont efficaces qu’à certains moments privilégiés de calme, de croisière, parce qu’elles sont crues et imposées par les plus forts.

La réalité, incontournable, celle qui se donne à voir dans les déchirures des crises et des dislocations, dans les lapsus des marchés, la réalité est que nous vivons dans un univers ou les Valeurs, toutes les Valeurs sont devenues incertaines et que les responsables de la conduite des affaires en ont profité pour tout souffler, tout inflater, tout faire léviter. Tout est soi-disant libéré du poids du fondamental. Tout vole libre comme l’air ou plutôt comme les illusions.

Permalien de l'image intégrée

Depuis que les actifs financiers ont été libérés de leur valeur d’usage- produire un rendement, une rentabilité interne- depuis lors, elles sont certes libres de fluctuer au gré des fantaisies du Ponzi et de l’appétit pour le risque. Mais elles sont instables. C’est pour cela, pour obtenir une stabilité, une certitude artificielle qu’il faut sans cesse intervenir, manipuler, renouveler encore et encore les promesses de « printing » et de taux zéro. Les valeurs ne valant plus par elle-même, elles ont toujours besoin de quelqu’un pour les soutenir. Il faut soutenir par la répétition des incantations. C’est la raison pour laquelle nous nous attendons à des interventions puissantes ces prochains jours.

Faute de quoi, l’Age d’or se révélera n’être que ce qu’il n’est, un mirage de tas de papiers.

Permalien de l'image intégrée

Marchés : Ventes de panique !

CM8j8s8VEAAxcE5Permalien de l'image intégrée

Les marchés sont mal, voire très mal en Asie; les pertes sont sévères ainsi que les arrêts de cotations. Au japon la Bourse de Tokyo a fini en baisse de 4,61% lundi, sa plus forte baisse quotidienne depuis juin 2013. L’indice Nikkei a perdu 895,15 points à 18.540,68 et le Topix, plus large, a chuté de 92,14 points (-5,86%) à 1.480,87 points. En Chine l’indice Composite chute de 8,5% en cloture ; les autorités chinoises autorisent les achats de caisses de pension sur le marché, mais n’injectent pas de liquidités.

Permalien de l'image intégrée

Au moyen Orient ce week end forte chute des marchés leaders également. Poursuite de la hausse de l’euro sur liquidations de carry et fuite devant le risk. Pétrole autour des 38.

Permalien de l'image intégrée

La hausse de l’euro s’accentue avec la panique, les opérations de carry sont dénouées en précipitation, l’euro monte à 116,6 contre dollar. Le CHF est également recherché.

Le dollar index est en recul de 2,3% à 92,7 ce qui va dans la bonne direction. En effet une partie du stress a pour origine les craintes de plus grande rareté du dollar et son repli est un facteur sinon rééquilibrant, du moins apaisant. Les Emergents et les sociétés des pays émergents ont, selon la BRI émis pour près de 9 Trillions de dettes en dollars. Certains craignent une déroute sur cette classe d’actifs.

Permalien de l'image intégrée

La « Vol », mesurée par le VIX enregistre sa plus forte hausse jamais vue, et rejoint le niveau de 53 atteint en 2009.

Permalien de l'image intégrée

 

Le 10 ans US est en hausse sensible bien sur, avec un rendement qui descend à 1,940 contre 2,05 %.

Les commentaires sont comme on peut s’y attendre très négatifs, ce qui ne rehausse pas l’image des boursiers qui, il y a peu étaient encore tous haussiers!

Les intervenants des chaines de TV jouent comme d’habitude les rabatteurs , ils mettent en avant le fait que la situation des USA est saine (!): les Etats-Unis seraient « the cleanest shirt »! Ils font la comparaison avec la situation de 1998 ou après une forte baisse on avait remonté dans les trois mois.

20657648710_df0e7022c8_k

BRUNO BERTEZ Le 24/08/15

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :  

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON
Image d’aperçu

14 réponses »

  1. bof, une phrase de Miss Jeannette et ca reprendra 10% en quelques heures

    Par contre si le gars Donald continue a vendre sa soupe au Yankee moyen , la ok on pourra parler d’invariant qui varie.

    J'aime

    • je respecte ce mec au moins il parait dire ce qu’il pense

      (il est normalement la pour faire sa pub: mais reagan -volker- lui aussi passait pour un blaireau et pourtant c’est un acteur qui a mis a genoux l’urss sans se soucier des lobbys -je note qu’il a été victime d’une tentative d’assassinat par un « déséquilibré »: pour moi c’était bon signe lol-)

      J'aime

  2. en apparence comme l’abandon du « peg » par le Kazakhastan sont autant de trous

    rumeur abandon peg arabie saoudite

    peut etre oil va remonter alors que normalement il devrait encore descendre

    je note que comme vous, tim cook et la fed (qui a commencé le qe 4 et est discreditée depuis hier soir apres bns boj boc…) ont fait l’aveu avec leur mail que cela dépendait de la chine!!
    la semaine derniere on a fait monter goog (j’étais short l’ai bien vu ) afin d’eviter panique, hier aapl
    le pb est que ce n’est pas trop la chine, gafa doit aussi payer des taxes a terme

    ensuite
    1929 chine forte suspicion
    1998 crise asiat avérée
    contrechoc petrolier avéré
    nous avons bien eu un mini 1987

    de la même manière que yellen n’a pu acheter de l’oil pour reflater elle ne peut acheter directement des actions chinoises
    elle n’hésitera pas à vampiriser, zombifier son marché action

    contrairement à ce qu’on lit, bien que les us peuvent nous faire un nouveau plus haut (! tout est possible) , je pense que c’est plié :
    je suis capitaliste et pas socialiste: je ne touche pas au SP tant qu’il n’ a pas fait – 50%

    J'aime

    • « It Feels Like 1997 » Warns Art Cashin, « Watch High Yield »

      sinon fin peg arabie saoudite et des autres EM:
      Why It Really All Comes Down To The Death Of The Petrodollar
      Submitted by Tyler Durden on 08/23/2015 09:59 -0400

      c’est la fin d’une époque celle de tom mcmanus (maintenant lazard!) qui nous décrivait et anticipait les cycles de recyclages des foreign dollars FORDOR(? je ne retrouve plus le nom)

      le dollar ne monte pas pour la même raison que depuis le recyclage,
      il monte car c’est un debouclage de carry trade et / ou une manipulation

      les us ont fait défaut sur leur convertibilité avec le pétrole : pour l’instant à la hausse
      c’est l’événement considérable depuis 1971 , préparé géopolitiquement et macroéconomiquement (schiste)

      de même les chinois ne recycleront plus à wall street

      yellen va devoir racheter ses propres actions (ce que fait tout le monde en fait BOJ …), s’accomoder des virtu financial, nervis lui fournissant de la liquidité (opérateurs illégaux et hors la loi normalement)

      c’est une phase de déglobalisation à l’instar de pre 1914
      c’est du communisme

      J'aime

      • juste une autre remarque

        pendant le crash d’hier , l’euro est monté comme safe heaven pas parce la fed allait decaler sa hausse (parce que le dollar c’est aapl vendeur de walkman facebook pe 300…)

        comment soutenir/piloter le dollar et instiller la confiance et imprimer un mouvement sans débourser un cent sinon en parlant d’une hausse des tx de 25bp pendant un an

        un an: une promesse de 25bp: c’est ridicule

        J'aime

        • la fed etant discreditée depuis hier soir (à la suite de la BNS (avéré) , de la BOJ (subjectif), BCE(subjectif))

          parce qu’à la suite de sa « hausse de misère », dans le meilleur des cas pour elle de deux choses l’une:

          soit son marché action est mort et illiquide
          soit elle est intervenue avec son qe4 alors qu’elle est obligé de « monter » ses taux

          j’attends avec impatience l’explication rationnel du « fine tuning » auquel nous allons assister:
          (c’est a dire hausse des tx +qe)

          il est d’ailleurs rationnel pour sauver sa face :
          que le sp doive faire un plus haut s’il y a stabilisation
          ou
          que le sp se laisse naturellement crasher d’ici quelques semaines en prétextant la chine et ne pas pratiquer de hausse des taux et débuter le qe4

          le probleme est que l’agenda est tres serré lol

          J'aime

          • De toute façon, tout le monde plie devant le Américains. Ils font ce qu’ils veulent et l’Occident ne bouge pas.
            Hélas nous n’avons plus un DE GAULLE pour les remettre à leur place.
            Mais quand on voit les crise depuis 1929 à chaque fois de leur faute et repartir avant les autres, on a le droit de se demander.
            Pas étonnant tous leurs fusibles sont en place – DRAGHI pour l’EUROPE et maintenant MACRON pou la FRANCE. Ce personnage n’a rien de SOCIALISTE pourtant dans l’équipe à HOLLANDE.
            C’est bien ces faux SOCIALISTES comme MITERRAND qui tuent la FRANCE.
            Très amicalement.

            J'aime

            • 1 Ce sont les dépenses colossales d’armement dues à une guerre involontaire d’ailleurs qui ont fait repartir les états désunis,pas du tout le new deal ultra-keynésien,exactement comme chez Hitler;2 Les vrais socialistes n’existent pas,n’ont jamais existé et n’existeront jamais:ils ont remplacé les radicaux,francs-maçons comme eux,le coeur à gauche et le portefeuille à droite et comme les radis,rouges à l’extérieur,blancs à l’intérieur:même électorat,mêmes régions sauf quelques conquêtes sur les provinces ex-catholiques,Bretagne notamment et voila tout,socialisme et radicalisme étant le catholicisme des crétins!!

              J'aime

  3. Excellent article qui fait la synthèse des conséquences de l’interventionnisme des états et des banques centrales pour tenter de relancer la machine depuis 2009. On n’a fait que masquer les symptômes mais on n’a pas guéri la maladie.

    J'aime

  4. Bravo ! Avec vous nous savons quasiment en temps réel ce qui se passe.
    Mais bon , il y a de grandes chances qu’on se dirigent ver un QE 4 comme l’a rappelé hier Delamarche sur Bfm.

    Après c’est toujours le bon moment pour changer de système monétaire. Pas un salmigondis de DTS, un vrai changement du concept de la monnaie qui ne soit plus fondé sur la dette et qui favorise enfin les vrai créateur de richesse , librement, sans l’intervention d’un banquier central qui en une seconde peut imprimer 1000 ans de votre travail et déprécier ce que vous avez déjà fait.

    C’est mon rêve.

    Et un jour je pense que les gens seront assez intelligent pour le comprendre et qu’un nouveau système se mettra en place.

    Prochainement ? Je ne sais pas.

    En tous cas c’est grâce à des gens comme vous et votre équipe que l’on progressera vers du mieux.

    Voilà ! Que ça soit dit et je ferme ma gueule pour de bon.

    J'aime

    • Qu’est-ce qui justifie une reprise de la Bourse d’Athènes de 1O% aujourd’hui? 🙂
      Tsipras?
      http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1xACSPI

      Le Hang Seng va replonger au plus vite pour faire remonter Athènes de 2O %
      Draghir va draguer le tiroir-caisse de Merkel pour renflouer les caisses des entreprises côtées dans l’UE,comme aujourd’hui à 10 h 25 et 12 h 20 (un vrai chef de gare)
      L’index sur le bouton et le majeur pour l’Allemagne

      J'aime

  5. Cette crise systémique globale est tout autant pathétique par son haut degré d’absurdité qu’elle peut etre tragique.
    Tout participe d’un scénario aux multiples rebondissements. Les confiances sont rompues, elles qui scellaient le pacte faustien d’une cohorte d’adorateurs, disciples serviles des banquiers centraux, clones post modernes d’une pythie de Delphes à la mode City. Celle-ci oracle/faux prophète leur servait une narrative et des actes, des gages, et eux suivaient confiant, assurés que les maitres du temps controleraient aussi les événements… on ne les trahirait point, pensaient-ils.!. Ils se sont trahis, ont construits des chateaux en Espagne comme on souffle dans une bulle, ont tournoyé autour du trou-noir sans meme le voir et comme Icare ont voulu voler plus haut, se sont brulé les ailes, et comme les anges… ont finis déchus.

    Cette crise systémique globale est tout autant pathétique… que mythique, elle porte en elle l’archétype de l’aveuglement par l’orgueil, le dénis de réalité par l’excès, la confusion du bien et du mal par la confusion de l’ombre pour la lumière.

    « Un jour l’invariant qui cédera, ce sera la théorie financière dominante, celle qui confond les signes et les rationalisations idéologiques qu’elle produit avec le réel dont elle est censée être reflet fidèle.  »
    L’INVARIANT véritable c’est ce que montre le territoire du reel, sans que quiconque n’en dessine la carte et que celle-ci, par manque de curiosité discriminante des etres qui la consulte, n’en devienne le pivot des rationalités et des actes. Hors l’invariant, quand il n’est que mensonge,
    implique que ceux qui s’y fient se fourvoient… et se perdent.
    En quelque sorte, les théories économiques sont comme le guide du routard, on ne demande qu’à y croire… et ainsi se laisser guider… Ah, le cheptel!!.

    Pourtant, il est des théories qui ont fait leurs preuves par l’épreuve du reel, celle de l’histoire.
    Ludwig Von Mises avait prévenu:« Un boom d’expansion du crédit doit inévitablement conduire à un processus que le discours commun appelle dépression… La dépression n’étant en fait qu’un processus de réajustement, de remise en ligne des activités de production avec l’état réel des données du marché… Toute tentative de substituer des moyens fiduciaires à des biens capitaux inexistants est vouée à l’échec… Il n’y a aucun moyen de soutenir un boom économique résultant de l’expansion à crédit. L’alternative est ou bien d’aboutir à une crise plus tôt par arrêt volontaire de la création monétaire, ou bien à une crise plus tard avec l’effondrement du Système monétaire qui est en cause… Le résultat de l’expansion du crédit est un appauvrissement général… Les crises économiques sont provoquées par les politiques monétaires expansionnistes des banques centrales ».
    Les lois naturelles sont des invariants.
    Les maitres ont refusé « l’invariant libéral » justifié par l’expérience, celui qui calque l’économique au darwinisme de la sélection naturelle et justifie les purges, comme les saignées d’antant, comme le traitement curatif ad-hoc du aux excès passés… excès organiquement délétères.

    Plus la situation empire, plus la solution naturelle sera violente et profonde… ontologique, organique… c’est l’effet élastique qui claque dans les doigts par excès d’étirement… cela surprend et fait mal.

    Nous allons faire le grand saut qualitatif et « quantique », suivant celui quantitatif… propriété du modernisme.
    Nous allons franchir le rubicon du moment Minsky et, tel un rite de passage, nous allons collectivement, malgré nous,devoir nous dépasser, nous transcender, voyager dans l’Inconnu… notre inconnu.
    Nous allons etre des Héros ou des laches, telle est la portée du sacrifice attendu, il ne saurait en etre autrement, l’agonie du Système le commande… Cet egregore, cet inconscient collectif.

    Laureline Amanieux dans « ce heros qui est en chacun de nous, la puissance des mythes » nous explique que « dans tous les cas, le chemin du héros adopte la structure d’un rite de passage: séparation, initiation, retour. Il s’agit de MOURIR AU PASSE POUR RENAITRE DIFFERENT ET REGENERER L’ AVENIR DE TOUS ».
    Dans le cas spécifique de notre époque financiarisée, « consumérisée »/consumée à outrance et globalisée, le sacrifice de notre réalité quotidienne nous séparera du « temps des reves » ou nous vivions dans la matrice. La nouvelle réalité, dans sa crudité et son horizon fermé, nous initie à l’état de veille et nous montre la réalité du monde, son insondable cruauté/absurdité ; elle nous force à un retour sur soi puis vers l’autre.

    La violence de l’Histoire élève des Etres à l’héroisme comme elle précipite ceux et celles qui ne lui ont pas fait honneur. C’est aussi celà la sélection naturelle, une sélection cognitive… « l’arbre des possibles » selon les volontés: -rejoindre la canopée pour la lumière ou bien s’enfoncer dans les racines obscures de sa primitivité- tels sont les choix qui s’imposent au moment de la mort symbolique des « invariants » factices, ils nous oblige à mourir tout aussi symboliquement.
    C’est l’épreuve absolue du feu de l’Histoire qui offre son bien le plus précieux à ceux et celles qui en sont dignes: « l’apocalypse »… la révélation de ce qui était voilée à l’égo… la disparition de ce qui violait les sens…c’est le prix du libre arbitre, de la connaissance de soi que nous devons payer pour sortir de la caverne… le cas contraire, c’est la chute…jamais définitive.
    L’aspect positif de cette « très grande crise financière » est de nous offrir une opportunité toute aussi grande et profonde de régénérer notre vision du monde et de nous meme… elle est porteuse d’espoir.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s