Art de la guerre monétaire et économique

Les vrais croyants ! Par James Howard Kunstler

Les vrais croyants !

James Howard Kunstler- Kunstler.com/24hgold.com Publié le 19 août 2015

 Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Il existe dans le monde médiatique financier une large proportion d’imbéciles qui avalent jusqu’à la dernière des salades tragiques et désespérées que notre société est capable d’inventer pour se convaincre que notre vie techno-industrielle pourra se poursuivre indéfiniment, malgré les avertissements que nous fait parvenir la réalité – et notamment les contes de fées concernant le pétrole : nous avançons jour après jour vers notre indépendance énergétique… le « miracle » du pétrole de schiste nous permettra de conduire jusqu’à WalMart indéfiniment… nos puits déborderont comme si nous étions en Arabie Saoudite… Don’t worry, be happy !

L’un de ces croyants véritables est John Mauldin, grand arnaqueur du monde de l’investissement et rédacteur du bulletin Thoughts From the Frontline, qui a jeté sur moi l’opprobre dans sa plus récente parution. Après s’être payé ma tête, il a écrit ceci :

« J’écris depuis des années déjà que le pic pétrolier est un amas de bêtises. Mes lecteurs de longue date savent que je crois en l’accélération continuelle des transformations technologiques, mais je dois admettre que je n’ai pas pu prédire la transformation exponentielle des activités de forage telle qu’elle se développe aujourd’hui. Les changements qui se produisent sous nos yeux sont à en couper le souffle, et sont jusqu’à présent largement passé inaperçus. »

Mauldin sera déçu de découvrir que les fameuses activités de forage et de fracturation dont il fait l’éloge finiront par accélérer l’épuisement des puits qui, au mieux, produisent quelques centaines de barils de pétrole par jour, et ce seulement pendant un an, après quoi leur production diminue de moitié pour s’épuiser sous quatre ans. Les comparses des intérêts publics de Cambridge Energy Research (le moulin de propagande de Dan Yergin pour l’industrie de schiste) ont sans doute forcé un gallon de Kool Aid dans l’estomac de notre pauvre John. Il croit encore en tous les bobards qu’ils sont capables d’inventer – « aujourd’hui, certains puits peuvent produire à 10 dollars le baril ».

La vérité, c’est que l’industrie de schiste ne pourrait pas enregistrer de profits même à 100 dollars le baril. Le boom du forage et de la fracturation qui a débuté en 2005 a été financé par des obligations à haut risque et à haut rendement ainsi que par d’autres sources douteuses et mal garanties. Les revenus enregistrés par l’industrie ces quelques dernières années proviennent de la location de terrains à des gens plus sots encore. Maintenant que le prix de l’or a perdu plus de 50% en un an, nous avons moins de chances de voir ces financements toxiques un jour remboursés. Puisqu’il s’est agi de financements de « fonds de tiroirs », tout laisse supposer que les producteurs de schiste auront des difficultés à emprunter plus pour maintenir le rythme de forage nécessaire au maintien d’une longueur d’avance sur l’épuisement des puits. Ils commencent aussi à manquer d’endroits à forer.

Nous finirons par observer la frénésie de l’industrie de schiste de 2005 à 2015 comme un très intéressant tour de force industriel alimenté par le désespoir. Il aura permis à une industrie chancelante d’utiliser ses infrastructures et son personnel, et aura offert de l’espoir aux rêveurs. Mais économiquement, il ne sera jamais allé bien loin. La production de pétrole de schiste ralentira
en 2015, et les financements disponibles ne seront plus jamais suffisants pour ramener la production à son niveau antérieur à l’effondrement des prix. Jamais.

D’autres vérités inconfortables devraient venir tempérer les fantaisies délurées des hipsters comme Mauldin. La première est que l’âge du pétrole abordable est passé. Tout le pétrole qui deviendra disponible à partir de maintenant coûtera très cher – qu’il vienne du Bakken, des fonds marins ou de l’Arctique. Et son coût sera trop élevé pour nous permettre de maintenir en vie notre société techno-industrielle. C’est pourquoi le système financier du monde implose : nous ne pouvons emprunter suffisamment au futur pour maintenir notre petit jeu en place, et nous ne pouvons rembourser l’argent qui a déjà été emprunté. Nous devrons commencer une nouvelle partie, plus en phase avec la contraction et une consommation énergétique réduite. Pour les personnes au pouvoir, ce n’est pas une solution acceptable. Elles sont déterminées à maintenir en place leur matrice de rackets à tout prix, et la conséquence en sera sans doute un effondrement des économies et des gouvernements.

Les économies industrielles font face à une situation qui leur sera fatale : un pétrole à plus de 75 dollars le baril écrase les économies, et un pétrole à moins de 75 dollars écrase les sociétés pétrolières. Nous oscillons depuis 2005 entre ces deux conditions. En conséquence, aux Etats-Unis, la classe moyenne s’appauvrit. Toutes les manipulations financières qui visent à soutenir Wall Street et les marchés boursiers Potemkine ont été menées aux dépens de la classe moyenne, aujourd’hui privée d’emplois, de revenus, de vocations, de stabilité et de perspectives d’avenir. Elle ne peut plus se permettre de consommer de pétrole. Cette dynamique de déflation énergétique, pour reprendre les termes de Steve Ludlum, du blog Economic Undertow, représente une boucle de rétroaction qui nous mènera tout droit vers un changement de paradigme, vers une organisation moins étendue, plus locale, plus réelle.

Les hipsters et profiteurs ne le croiront pas jusqu’à ce qu’ils se trouvent devant le fait accompli. Ce sont ces mêmes idiots qui croient que nous pourrons continuer de rouler en voiture par d’autres moyens – voitures sans chauffeur, électriques… – et qui pensent que les Hommes ont une raison de s’envoler vers d’autres planètes alors qu’ils n’ont pas pu démontrer pouvoir continuer de vivre sur celle-ci.

Comme je l’ai dit la semaine dernière, les Etats-Unis sont au plus bas d’un cycle de connaissance d’eux-mêmes et sont incapables de comprendre ce qui leur arrive. La fiesta techno-industrielle a été une expérience si spéciale que nous ne pouvons imaginer la voir toucher à sa fin. L’une des solutions est de croire en des sornettes complètement détachées de réalité. Comme Tom McGuane l’a écrit il y a quarante ans : « la vie aux Etats-Unis a changé, et seul un clown aurait pu manquer de s’en apercevoir. Être un clown était donc une possibilité ».

Permalien de l'image intégrée

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-les-vrais-croyants.aspx?article=7358119212H11690&redirect=false&contributor=James+Howard+Kunstler.&mk=2

EN BANDE SON:  

14 réponses »

  1. « Les économies industrielles font face à une situation qui leur sera fatale : un pétrole à plus de 75 dollars le baril écrase les économies, et un pétrole à moins de 75 dollars écrase les sociétés pétrolières. Nous oscillons depuis 2005 entre ces deux conditions. »

    On est sensé comprendre d’un prix qu’il soit le résultat d’une confrontation entre demande et offre, mais nous ne pouvons expliquer son envolée qu’aux procédés maffieux de la financiarisation à outrance de ce secteur comme l’expression conjoncturelle d’une volonté … géopolitique. Dans le cas inverse, on se sert de la conjoncture économique déflationniste en maintenant les niveaux d’offre antérieurs… c’est géopolitique et géostratégique (nivellement des entreprises de schiste US par l’OPEP).

    « Cette dynamique de déflation énergétique, pour reprendre les termes de Steve Ludlum, du blog Economic Undertow, représente une boucle de rétroaction qui nous mènera tout droit vers un changement de paradigme, vers une organisation moins étendue, plus locale, plus réelle. »
    L’effondrement des classes moyennes aux USA comme en Europe et in extenso dans les pays émergents implique une chute de la demande mondiale, mais pas nécessairement une chute des prix puisque les cartels pétroliers peuvent agir sur le prix en réduisant les niveaux d’extraction.
    L’idéal serait un changement de paradigme qui nous obligerait à relocaliser les sites de production avec pour effet immédiat de renforcer l’emploi des classes moyennes qui avaient été laminées par la crise systémique (qui n’a pas montré sa phase paroxystique).
    Mais si l’idéal d’un prix trop élevé a comme répercussion un remodelage des sociétés hyper consuméristes sur le long terme et, est ontologiquement le remède d’une société qui se réveille enfin à des réalités qui convergent avec les interets écologiques nécessaires à notre survie collective, on devrait alors observer dans les sociétés historiquement industrialisées et depuis converties à la tertiarisation, un reflux tendanciel des populations vers les campagnes et une régénération de la vie locale ou fleuriraient certainement des kibboutzs/éco-villages….

    N’oublions pas que le pivot des économies est pétrolifère… et toute la robolution qui a cours ne tient debout et se justifie autant que parceque le pétrole accessible est peu couteux et qu’une masse de consommateurs a acces aux produits qui sortent de ces usines à bas couts… Le cas contraire tout devient du luxe et on ne sera pas loins d’observer dans les populations touchées les effets des 5 stades du deuil (DR KUBLER ROSS).

    J'aime

  2. « Il existe dans le monde médiatique financier une large proportion d’imbéciles
    qui avalent jusqu’à la dernière des salades tragiques et désespérées
    que notre société est capable d’inventer »

    « IMBECILES »!!!!!!

    Allemagne……1,2 Milliard……14 aéroports Grecs

    FRANCE………1,2 Milliard+ 1,2 Milliard

    pour…… DU VENT ……MISTRAL….:-)

    Ce qui soulage
    dans cette plaisanterie
    c’est que pour la semaine du 24 au 29 Août 2015,
    « on » remet les compteurs à …..0….

    AOÛT a un COÛT

    De la quasi instantanéité d’une réaction adaptée dépend votre situation

    Le Blog à Lupus,vous ne pouviez espérer mieux pour vous aider

    Bon Dimanche à vous

    J'aime

    • Encore un prophète d’apocalypse, Kunstler (bienvenue au club) et une ribambelle d’affirmations autoritaires non corroborées par les faits. Si la société techno s’effondre, c’est l’humanité qui s’effondre, rien de moins. La seule façon pour l’Homme de changer c’est de disparaître. Apparemment, c’est le souhait de certains.

      J'aime

      • La société « techno est dépendante d’une « Carrington »
        http://news.nationalgeographic.com/news/2011/03/110302-solar-flares-sun-storms-earth-danger-carrington-event-science/
        Phénomène qui se répète tous les 150 ans environ
        1859
        « Si la société techno s’effondre » on sera nombreux à s’en sortir
        La prévoyance n’est pas côtée en Bourse
        ça inquiète ceux qui ont mis tous leurs oeufs dans le même panier
        1OOO points perdus en ‘4 heures à WS le 24 08
        c’est bien plus que les 777 de 2OO8
        c’est de l’observation
        L’évolution cette semaine est conforme à la notion de ruine pour tous ceux qui ont un doigt dans l’engrenage
        le reste n’est que maquillage
        Il ne vous reste AUCUN moyen de récupérer vos billes
        Les impôts finiront de vider vos poches
        Réalisme
        Essayez seulement de récupérer le contenu de votre livret A 🙂

        Quant à l’Humanité ,ne la réduisez pas à votre cas et à celui des drogués au profit
        L’Humanité c’est 7,3 milliards et la majorité se tape des mésaventures que vous rencontrez

        Tsipras finit encore à la hausse 🙂
        http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1xACSPI

        J'aime

        • La Bourse, je m’en moque : je ne joue pas aux jeux d’argent. La civilisation technologique, c’est ce qui te permets d’avoir du courant chez toi et d’envoyer ce type de messages. Et pour avoir ton PC en état de marche, il faut des industries, des raffineries, des supertankers, des routes, des aéronefs (qui marchent à autre chose qu’à l’énergie solaire tant qu’à faire), des lignes électriques, des mines, des centrales énergétiques, des villes où se rassemblent les gens qui vont fabriquer tout ça (ou les robots qui les fabriqueront), une agriculture suffisamment performante pour nourrir tous ces gens. C’est ça la civilisation technologique. On ne retournera ni à l’âge de Pierre ni à l’âge des diligences : on n’en est plus capable. Souhaiter la fin de cette civilisation, c’est souhaiter la fin de l’humanité à relativement court terme.
          Souhaiter la fin du système financier actuel, c’est autre chose : un retour (très douloureux) aux fondamentaux, une sorte de reset général, mais où les structures dont j’ai parlé restent en état de fonctionner.

          J'aime

          • Le problème est que la financiarisation de l’économie (la bourse n’est pas seulement à un casino) sert à masquer un gaspillage éhonté et une mauvaise allocation des ressources en capital financier, humain et en matières tangibles ce qui met en danger la société techno dans son ensemble …le plus bel exemple étant le schiste US…. Bref pendant que certains rêvent de s’envoler sur Mars d’autres retournent et retourneront à l’Age de pierre, c’est ce que dénonce Kunstler…qui est davantage un localiste (pourfendeur des faux semblants) qu’un malthusien comme vous semblez le penser…

            J'aime

          • jeanl
            La réalité est douloureuse
            Les guerres contemporaines sont climatiques et électromagnétiques
            Il s’agit de la décision de « dirigeants déconnectés »
            Ils sont en passe d’utiliser cette arme électro magnétique
            car ils la maîtrisent
            Cette guerre est comme la bourse ,elle se fera en 1 seconde
            Elle ciblera des continents entiers
            En Asie des milliards de gens vivent loin de la technologie
            En Europe ce sera désastreux
            et les USA utilisent l’Europe à la manière d’un bouclier humain (chantage)
            Principaux blocages/Transports Energie Internet et toutes transmissions,Banques et CB,Grandes Surfaces et Distribution
            et une armée Américaine sur place pour « rétablir l’ordre » après avoir créé le désordre
            et imposer TAFTA
            C’est ainsi qu’ils ont décidé de réquisitionner l’Europe
            Sauront-ils tirer ce profit?
            D’autres ont les mêmes armes
            La vente des bonds US par la Chine ,la déstructuration du commerce et des Bourses,vulnérabilise les USA
            Lundi et les jours suivants seront passionnants comme l’ont été ces 1O derniers jours
            Bon après-midi

            J'aime

      • La preuve par Daech : la lumière (technologique) au service de l’obscurantisme….ou comment faire disparaitre les vieilles pierres au profit de l’homme nouveau !

        J'aime

  3. ce n’est pas faux

    mais
    toure à l’heure une emission sur le petrole sur france culture, un extrait des années 60? us certifiait qu’il n’y avait plus de petrole aux us

    deuxio sur les 100 dollars facteur limitant de la production us:
    c’est faux puisque même à 5doll si les banques prêtent ils produiront ,
    puisque qu’ils impriment eux mêmes les dollars!!!

    J'aime

  4. lorsque l’ on pense pétrole on agit pétrole et on ne peut faire ni autrement ni autre chose. quant au leurre technologique …c’est un leurre et la prise de conscience se fait peu à peu au sein du peuple américain lui-même…bernie sanders fait une campagne magistrale même si la clinton se pavane : elle a le cigare ! chez les clinton c’est normal 🙂 intéressant de noter que les inventions de nicolas tesla refont surface …un autre rêve ? celui de la réalité ? l’armée américaine en possède tous les droits . un comble ! à suivre

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s