Belgique

Attentats de Paris: Les terroristes belges figuraient sur une liste de l’Occam!

Les terroristes belges figuraient sur une liste de l’Occam!

12227653_1169659896395850_6174040369936003793_n

Ou il est de plus en plus évident que tout pouvait être déjoué contrairement aux affirmations des pouvoirs en place en France et ailleurs. Le succès des terroristes n’est pas une fatalité, il a pour origine des défaillances non pas dans la collecte d’informations, mais dans l’utilisation de ces informations, c’est un vice radical, vice des administrations et des fonctionnaires en général. …

Les irresponsables qui gouvernent collectent des informations, le cul sur une chaise, et ils s’en contentent, leurs dossiers sont de mieux en mieux tenus et remplis et … c’est tout. Les technologies progressent, mais eux non, ils stagnent. Or que font-ils? Ils augmentent encore la collecte  restreignant  encore plus les libertés privées et ne réforment pas leur mode d’action ou plutôt leur mode d’inaction.

Il est vrai que c’est plus fatigant et plus dangereux de se coltiner des terroristes que de se coltiner des citoyens paisibles.

Le chef de l’état se permet de faire des guerres sans les déclarer, sans accord du peuple souverain, mais il oublie le préalable pourtant évident: s’assurer que toutes les mesures sont prises pour assurer la sécurité intérieure  de son peuple. L’incompétence se double du mépris….

11693902_1054137391276122_5124395514584098369_n

« Quatre des hommes soupçonnés d’avoir joué un rôle-clé dans les attentats de Paris –Abdelhamid Abaaoud, Brahim et Salah Abdeslam et Mohamed Abrini– figuraient surune liste de 85 personnes radicalisées transmises par les services de renseignement belges à la commune de Molenbeek, a-t-on appris jeudi auprès des autorités locales.

Je confirme qu’il figuraient sur la liste transmise en juin 2015 par l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) à la bourgmestre (maire) de Molenbeek (Françoise Schepmans) et au chef de corps (de la police locale), a déclaré à l’AFP une source proche des autorités communale ayant requis l’anonymat.

L’organisateur présumé des attaques du 13 novembre, le belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud, tué à 28 ans dans l’assaut de la police française contre un appartement de Saint-Denis, au nord de Paris, y figurait comme radicalisé, parti en Syrie.

Brahim Abdeslam, un Français de 31 ans résidant en Belgique, membre du commando des terrasses, qui s’est fait exploser à Paris, et son frère Salah, 26 ans, qui avait rejoint la Belgique quelques heures après les attentats et qui est toujours recherché, y figuraient eux comme étant radicalisés, appartenant à la mouvance islamiste, selon la même source.

Mohamed Abrini, 30 ans, identifié en compagnie de Salah Abdeslam deux jours avant les attaques et qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international, était quant à lui répertorié dans la catégorie présumé (parti) en Syrie et présumé de retour.

La liste avait été établie par l’Ocam après le démantèlement d’une cellule jihadiste à Verviers (est) ayant des connexion avec Molenbeek pour avoir une vue d’ensemble sur le nombre de personnes pouvant être liées aux jihadistes partis combattre en Syrie ou qui pourraient en être revenus, a précisé cette source.

Des listes similaires ont été envoyées à d’autres communes belges.

Le but était de tenter de diminuer le nombre de départs, par exemple en retirant les passeports ou en rayant les gens des registres de population, ce qui a pour conséquence de les priver de toute aide sociale, a relevé la source.

La police locale, qui dispose d’une centaine d’hommes pour l’ensemble de la commune (de près de 100.000 habitants), peut faire remonter des informations aux services de renseignement ou à la police fédérale, mais elle n’a pas de compétences propres dans la lutte contre le terrorisme, a-t-elle observé.

C’est nous, les bourgmestres de communes concernées, qui avons demandé au (niveau) fédéral ces informations, a expliqué de son côté jeudi à la télévision française iTELE la bourgmestre (maire) de Molenbeek, Françoise Schepmans.

La police locale a été en contact avec certaines familles, la police locale a obtenu des informations, a ajouté Mme Schepmans, estimant important d’avoir ces informations.

Toutefois, a-t-elle argué, si les autorités locales pouvaient prendre des mesures administratives, telles que la radiation des registres communaux de population, pour le reste, c’est à la police fédérale de pouvoir identifier les personnes et de les arrêter et à la Justice de pouvoir les incarcérer.

Demander à des autorités locales, à des maires, de pouvoir être à l’avant-garde du combat contre le terrorisme, je pense que ce n’est pas prendre la juste mesure les actions qui doivent être menées. Ce qui est important, c’est la collaboration qui doit exister nécessairement entre le niveau local et le niveau fédéral, a jugé Mme Schepmans.

Elle a aussi plaidé pour aller plus loin dans les mesures à prendre. Il est important que toutes les personnes concernées par ce radicalisme ou supposées l’être puissent avoir un bracelet électronique, que toutes les personnes qui reviennent de Syrie puissent être incarcérées, a estimé la bourgmestre de Molenbeek.

Les autorités belges ont été vivement critiquées pour avoir laissé se développer des cellules terroristes ayant fomenté depuis Bruxelles les attentats commis à Paris, qui ont fait 130 morts. »

SCANDALEUX : la maire de Molenbeek possédait depuis des semaines une liste de terroristes potentiels dont ceux de Paris11986454_10153213369058365_8262747839825960490_n

565617a2c46188ac568b456eAlors que les autorités françaises et belges se renvoient la responsabilité des attentats de Paris, la mairie de Molenbeek aurait été informée, avant les attentats, du caractère dangereux de certains de leurs auteurs, dont l’organisateur présumé.Le quotidien américain New York Times révèle que la maire belge Françoise Schepmans avait reçu, un mois avant le massacre, une liste de plus de 80 noms et coordonnées d’individus suspectés d’être des militants islamistes. Parmi eux, on retrouve les noms d’Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attaques du 13 novembre, ainsi que les frères Brahim et Salah Abdeslam, qui y ont participé. Les trois djihadistes vivaient dans la commune de Molenbeek.La maire a nié toute responsabilité : «Qu’est-ce-que j’étais censé faire avec eux [les noms des militants islamistes] ? Ce n’est pas mon boulot de traquer de possibles terroristes», a-t-elle estimé dans le journal new-yorkais, ajoutant que cela était la «responsabilité de la police fédérale» (…)Abdelhamid Abaaoud était fiché, comme étant « radicalisé, parti en Syrie et les deux frères Abdeslam, Salah et Brahim, y figuraient comme étant « radicalisés, appartenant à la mouvance islamiste »
http://civilwarineurope.com/2015/11/25/scandaleux-la-maire-de-molenbeek-possedait-depuis-des-semaines-une-liste-de-terroristes-potentiels-dont-ceux-de-paris/
Permalien de l'image intégrée

INCROYABLE MAIS VRAI:

Le directeur de Frontex, l’agence européenne de surveillance aux frontières, refuse de porter une responsabilité dans les attaques de Paris et regrette le manque d’appuis juridiques.

Ce mardi, Fabrice Leggeri explique dans les colonnes du Parisien que « Frontex n’est en rien responsable » des attentats perpétrés le 13 novembre à Paris parce que « nous n’avons aucun mandat en termes de contrôles de sécurité ».

Ce type de mission a été refusé à l’agence par les parlementaires européens « il y a quelques années », rappelle le patron de Frontex, qui explique que ses agents n’ont pas accès aux bases de données des différents services de police et de renseignement, notamment le système d’information Schengen – SIS, une base de données européenne.

Dans les faits, l’agence coordonne les patrouilles aux frontières de l’Union européenne et recueille des informations sur ces frontières.

En Grèce, Frontex détecte les « franchissements irréguliers » de la frontière européenne et enregistre les migrants dans un fichier baptisé Eurodac. Nationalités, photographies, empreintes y sont recensées.

Depuis les attentats, le conseil Justice et Affaires intérieures de l’UE a fait part de sa volonté pour que Frontex contribue à la lutte contre le terrorisme. « Nous aurons donc bientôt un cadre juridique pour consulter » les fichiers d’information Schengen et les bases de données d’Europol, se réjouit Fabrice Leggeri. « Nous devons collectivement faire tout ce qui est en notre possible pour garantir le niveau le plus élevé de sécurité », estime-t-il encore.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, a réclamé après les attaques « un renforcement considérable des contrôles aux frontières extérieures de l’UE, par une montée en puissance des moyens de Frontex ».

Frontex avait déjà réclamé le mois dernier 775 garde-frontières supplémentaires pour gérer l’afflux de migrants aux frontières de l’UE. L’objectif était de porter à 920 le nombre des hommes déployés sur la terre ferme. L’agence dispose de quelque 700 membres d’équipage surveillant les côtes grecques et italiennes.

12278967_1172190449476128_1175807180356522412_n

EN BANDE SON : 

4 réponses »

  1. Hollande et Valls devaient savoir mais ils ont laissé faire pour avoir le bénéfice de la confusion.
    Une population qui est terrorisée, pensent moins bien, alors Hollande et Valls peuvent faire de lois qui violent la Constitution,

    Le management de la Terreur. Interview de Christoph Hörstel, journaliste allemand.

    Extrait : (…) Ce qui nous est rapporté par les médias de masse et qui n’est pas fidèle la vérité, ce n’est pas un hasard. (…)

    Les gouvernements mentent, TOUS, tous les gouvernements des pays de l’OTAN. Ils ne mènent pas un combat contre le terrorisme, mais ils pratiquent le management de la terreur. Les personnes qui sont mis en scène et qui perpétuent les attentats sont, dans 95% des cas, très très bien connues des services de sécurité. (…)

    Le problème est que nous savons aujourd’hui que l’état islamique (ISIS, EI, etc, peu importe quelle abréviation on leur donne), on ne pourrait pas les imaginer sans la CIA qui a commencé à entraîner des parties importantes de ses troupes en Jordanie il y a quelques années, Et ce qui se passe maintenant est qu’ils arrivent ici maintenant en Europe parce que les managers les veulent ainsi. Ils ont pour cela des motifs très concrets. Nous nous trouvons devant un crash financier et nous avons d’énormes problèmes de politique intérieure, de politique monétaire, de politique financière, de politique économique et nous ne voudrions pas que la population se défoule sur le gouvernement comme celui-ci le mériterait. Alors on les distrait avec ce genre d’attentats. L’attentat de Paris sur Charlie Hebdo est très clairement un attentat terroriste manipulé. Il y a assez d’indices pour cela. (…)

    Un gouvernement qui pratique le management de la terreur via le ministre de la défense, le ministre de affaires étrangères et le ministre de l’intérieur, ce sont ces trois qui dans tous les pays de l’OTAN sont coupables et devraient être mis en prison. Ils vont réfléchir “Quand allons-nous mettre en œuvre un attentat terroriste ? Nous allons y recourrir lorsque nous aurons l’impression que la population devient nerveuse, d’une manière ou d’une autre, parce que le système politique de son pays ne lui convient pas.” Ils le mettront en œuvre lorsqu’ils auront l’impression qu’ils en ont besoin parce qu’ils n’arriveront pas à faire passer certaines restrictions des droits civiques ou des lois hostiles à la démocratie.

    Si on regarde où cela nous mène à l’avenir, il suffit de regarder quelles sont les données générales. Si on a une crise, alors le gouvernement s’assure de garder la population dans la confusion par ce genre d’attentats orchestrés; cela est, en principe du point de vue du management de la terreur, les attentats autorisés. C’est une accusation extremement virulente, il serait temps qu’elle se fasse entendre de plus en plus fort. (….)

    Cela fonctionne. L’attention de tout le monde est détournée, le président Hollande qui est absoluement impopulaire remonte un peu dans les sondages. On se trouve dans un vol par la mafia financière dirigée par la Banque Centrale Européenne. On ne peut pas laisse les gens penser à attaquer les mafias financières qui ont le (vrai) pouvoir. C’est pour cela qu’on a besoin d’une attaque terroriste. (…)

    J'aime

  2. Pour être élu a Molenbeek , il faut avoir fait obédience aux populations majoritaires ! Ce qu’a fait le bourgmestre précédent et ce que fait …..peut-être l’actuelle ! Rien d’étonnant, c’est des socialos

    J'aime

  3. Dans les années 90 a Molenbeek , Monsieur Mourreau finançaient des campements islamistes , vu de mes yeux vu ! , des Scouts Islamistes . Madras a la Molenbeekoise, l’argent des contribuables sert aussi à ça!

    Il a toujours eu un penchant très prononcé pour sa population , il s’est marié avec une belgo-marocaine.

    Depuis Madrid, cordialement,

    Marian

    J'aime

  4. Vous savez pour me lire depuis longtemps les uns et les autres que je ne partage pas les théories dites conspirationnistes. Mon expérience personnelle, mes informations sur certains dessous des cartes, mes analyses me permettent de considérer que les analyses « conspi » sont souvent redevables d’interprétation rationnelles plus simples. Bien sur il y a de vraies conspi », il m’ a été donné de participer à certaines d’entre elles lorsque j’étais comme l’on dit « aux affaires », mais elles sont rares.

    L’une de ces interprétations rationnelle est l’influence des services de Com: les communicants des pouvoirs tordent de façon concertée et insidieuse les faits, les évènements , les propos et ainsi propagent des scénarios faux. Ils le font avec l’aide inconsciente mais intéressée des journalistes des médias MSM. En fait ces journalistes dans leur majorité sont plus paresseux et incompétents que menteurs. Ainsi on a eu un bel exemple de ce qui pouvait passer pour une « conspi », il y a peu avec la question des « migrants »: les communicants ont conseillé aux pouvoirs politiques et aux fonctionnaires européens de mettre en avant l’apport des migrants à la croissance future, Cela a été fait avec un bel et touchant ensemble. Vous avez vu cette imbécilité reprise par exemple par Moscovici et le sinistre Gattaz. Il n’y a pas concertation, il y a source d’inspiration commune, Quelqu’un tire les ficelles. C’est souvent le cas. Tout ce qui se passe et se dit en ce moment sur la guerre au Moyen Orient et le terrorisme est à analyser à la lueur de cette affirmation selon laquelle il existe une source d’inspiration commune.

    Ce qui passe pour des « conspi » , pour des complots résulte souvent de la convergence d’intérêts communs; les pouvoirs politiques, les kleptos, les fonctionnaires internationaux ont des intérêts objectifs qui sont communs et même sans se concerter, le seul fait qu’il aient des intérêts communs et une culture commune, rien que cela, fait que ce qu’ils font et disent apparait comme des conspirations. C’est plus un effet de la logique du Système que le résultat d’une intentionalité.

    En fait ce que je propose c’est qu’au lieu d’ invoquer des thèses « conspi », on commence par poser des questions, relever des anomalies flagrantes, des contradictions, c’est didactique et convaincant. Beaucoup plus que les affirmations péremptoires. Je propose que dans ces situations , redevables d’une critique forte, on remplace ces thèses « conspi » par une locution prudente et raisonnable qui se formulerait de la sorte; « tout se passe comme si … et derrière, on enfile la suite sans excès verbal, sans exagération. Pourquoi sans excès? Tout simplement parce que la réalité est assez scandaleuse en elle même sans avoir besoin d’en rajouter. L’understatement minimaliste est souvent plus efficace que l’emphase. .

    Je soutiens que l’abus du conspirationnisme a été dialectiquement retourné et que finalement il se retourne contre ceux qui s’y réfèrent et surtout contre les idées qu’ils essaient de faire passer. Les « conspi » marquent contre leur camp.

    Mais il faut oser analyser l’utilisation de l’insulte « conspirationniste » qui est lancée dès qu’un observateur s’étonne de certains faits ou de certaines coïncidences. Qualifier une analyse de « conspi » c’est la déprécier avant toute critique et surtout empêcher que le public la lise.

    Taxer de « conspi » c’est un moyen de rendre nulle et non avenue une réflexion sur les anomalies que l’on relève dans tous les comptes rendus des faits graves qui se multiplient dans nos sociétés.

    Il existe des associations, des organisations financées, largement, et ces associations, ces groupes ont précisément pour fonction de dénoncer et d ‘épingler l’étiquette « conspi » sur un certain nombre de faits ou de révélations. Et sur des personnes.

    De la même façon qu’il y a des groupes « antifa » qui sont organisés et financés, il y a des groupes qui font la chasse à ce qui est »conspi »; par extension, ces gens qui sont des sortes de mercenaires des « dominants » font tout le sale boulot, boulot qui consiste à dénigrer les expressions raisonnables de doutes, de critiques sur les versions officielles abracadabrantes qui nous ont régulièrement servies.

    De la même façon que le qualificatif d’extrême droite est utilisé pour museler et tenter de salir environ 30% de la population; le qualificatif de « conspi » a pour but de cataloguer les personnes, et ainsi, indirectement de les faire taire, ou prêcher dans le vide.

    La pratique du « conspirationnisme  » comme théorie du mode de fonctionnement du monde répond en fait à un objectif et à un besoin: il faut rendre concret, visible ce qui est caché et inconscient. Mais c’est compliqué et difficile. D’ou le recours à la facilité de tout faire remonter au conspirationnisme.

    C’est une tentation que d’utiliser cette théorie/ vision du monde pour convaincre , car elle donne à voir en désignant des coupables, des conspirateurs en chair et en os. Mais en donnant à voir, on commet une approximation, un à peu près qui se retournent contre la thèse, elle devient elle même incohérente et invraisemblable, difficile à croire pour de gens de bon niveau, des gens non-primaires.

    Rien que cela doit faire réfléchir, la vérité ne se propage, ne se diffuse que de haut en bas, des couches supérieures leaders d’opinion , vers les couches inférieures, preneurs d’opinion.

    Et le conspirationnisme n’est pas un bon vecteur pour toucher le haut de la société.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s