1984

Humeur de Loup : A lire absolument, la lutte « anti-conspi » Par Bruno Bertez

Humeur de Loup : A lire absolument, la lutte « anti-conspi » Par Bruno Bertez

« Souvenons-nous que le propre du totalitarisme est d’aliéner les individus en niant leurs aspirations mais surtout en détournant leurs actions vers des buts choisis par le pouvoir. Ce totalitarisme est certes vécu avec plus de douceur et de confort parce que les dirigeants sont devenus habiles… » H

Ce matin, j’entends les imbéciles de France Info présenter le média « lesobservateurs .ch » comme un média complotiste.

J’avoue que cela me plait bien. Ces journalistes passe-plats, qui n’ont jamais du regarder le site lesobservateurs, qui n’ont jamais pris la peine de réfléchir sur le complotisme, ces journalistes qui ne connaissent pas le BABA de la théorie de la communication, œuvrent à augmenter la notoriété du site !  Ah les braves gens. Ils ont dû se faire frapper sur les doigts car il y a quand même bien quelqu’un d’intelligent dans la station.

Il faut les en remercier. Car de deux choses l’une, ou bien les gens s’en fichent et donc cela n’a pas d’importance pour le site ; ou bien les gens ne s’en fichent pas, ils sont intéressés et ils vont découvrir ce site avec sa richesse, sa compétence exceptionnelle et bien sur ses convictions. La fréquentation va encore augmenter, comme cela s’est passé lors des attaques par les médias MSM suisses et la télévision.

Tout ceci constitue un symptôme

Symptôme de la montée en puissance des médias non alignés, de l’explosion de la demande des citoyens pour comprendre la situation qui leur est faite, pour avoir des réponses. Les citoyens en ont assez de se dire : mais nom de nom, est ce que je suis le seul à penser ce que je pense, à trouver tout cela répugnant ? Et ils ont besoin de voir qu’ils ne sont pas seuls, que leurs réactions sont partagées par d’autres, informés, compétents, expérimentés et honnêtes, qui équivalent largement à ceux qui gèrent la désinformation et la propagande officielles. De plus en plus de professionnels des médias, des affaires, de la fonction publique, de la diplomatie, de l’armée, de la police « balancent », révèlent ce que les Pouvoirs en place dissimulent ou truquent. C’est un phénomène classique dans les périodes de trouble et de dislocation des sociétés.

Les pouvoirs en place utilisent une technique de désinformation fondée non pas sur la raison, la logique ou la preuve, mais sur l’évidence. Ils donnent à voir du monde une image fragmentée, sans cohérence, une image éclatée. Tout n’est que juxtaposition sans causes et sans effets. Dans ce monde tout n’est que perception sans distance, sans réflexion. Le secret de leur propagande c’est de bannir le recul, l’intelligence qui articulent et met en forme et donne le sens. Leur ennemi c’est le sens ; leur allié c’est la perception, la surface, l’apparence. C’est cela la technique de désinformation : escamoter les liaisons organiques entre les faits et les évènements.

Nous en venons à l’essentiel et nous vous demandons toute votre attention.

Le sens dans notre monde c’est ce qui est caché, c’est ce dont les pouvoirs ne veulent pas entendre parler. L’information oui, le sens, non ! Le sens, l’interprétation, c’est ce qui est banni de l’officiel, du politiquement correct et c’est normal car son projet est de vous faire prendre les légendaires vessies pour des lanternes. Le sens est ce à quoi vous devez à tout prix ne pas avoir accès. Le sens c’est ce qui ressort d’un travail, de l’usage d’outils, tout   cela pour bien insister sur le fait que le sens, cela se mérite, c’est réservé à une élite ai-je coutume de dire. . .Cela demande un effort à la fois pour celui que le donne et pour celui qui le partage.

La recherche du sens des évènements, des faits ou des discours est, pour nous le préalable à toute action, préalable à toute tentative de faire changer les choses. Pour lutter, pour combattre la servitude il faut d’abord mettre à jour les chaînes qui nous enserrent.

Et c’est l’astuce des grands salopards de la Com et de la psychologie :  au lieu de mettre leur savoir au service du progrès de l’homme, ils l’ont mis au service des Maîtres. Ils ont trahi…

Ceux qui ont réfléchi sur la Com, sur les neurosciences, sur les théories de la manipulation, tous ceux-là, toute cette clique, a compris qu’il fallait discréditer, ou tenter de discréditer toute démarche qui se proposait de faire ressortir au grand jour, tout ce qui était caché, enfoui, dissimulé. Tout le non-dit du système, tout son inconscient, tout le non-su.

Et à partir de là, ils ont implanté l’amalgame colossal : tout ce qui prétend donner sens, faire sens, tracer des causes et des effets, tout ce qui prétend faire échapper à la tyrannie de la perception immédiate et de l’évidence, tout cela est de la merde, tout cela est honteux. Bref tout ce qui démonte le jeu des pouvoirs est nul, non avenu, forclos, dévalorisé, culpabilisé.

La démarche est terrible de subtilité. Les gérants du tribunal de l’inquisition complotiste jouent sur la paralysie de l’intelligence. Ils comptent sur les miasmes de l’inconscient collectif qui fait assimiler le complotisme aux thèses antisémites, aux négationnistes, aux illuminés des UFO, au fascisme, à l’extrême droite …

Je vous invite à réfléchir sur les parades que l’on peut apporter à cette situation. Pour lutter contre l’asservissement, la destruction de nos identités, de notre genre, contre la destruction de tout ce qui fait ce que nous sommes, il faut mettre à jour, révéler. Mais le fait même de révéler est considéré comme sulfureux.

Lisez la réflêxion proposée par Alain de Benoist , elle date de 2013.


Notre époque ne peut que favoriser le conspirationnisme…

Complot jésuite, complot franc-maçon ou « judéo-maçonnique », complot synarchique, complot bolchevique, complot néonazi, complot islamiste, ne mettrait-on pas le complot à toutes les sauces ? Et d’où viennent toutes ces théories du complot ?

CcGeVksWIAADfUb

Il n’y a pas de théories du complot. Il y a d’une part une mentalité conspirationniste et, de l’autre, une série d’interprétations complotistes d’un certain nombre d’événements. J’avais publié, en 1992, une étude sur la psychologie du conspirationnisme. Depuis lors, Pierre-André Taguieff a consacré à ce sujet une série d’ouvrages qu’on peut considérer comme définitifs. La mentalité conspirationniste consiste d’abord à considérer de manière systématique que tout discours officiel est mensonger, que tout ce qui est important est dissimulé, bref que « la vérité est ailleurs ». Et, dans un deuxième temps, à affirmer que les vrais auteurs des événements sont des puissances malignes, des « forces obscures » tapies dans l’ombre, qui « tirent les ficelles en coulisses » et agissent de façon souterraine pour parvenir à des fins inavouables. On désigne ainsi un bouc émissaire intemporel, transhistorique, omniprésent – « Ils sont partout ! » –, qui poursuit son intérêt particulier au détriment de l’humanité. Ces puissances ténébreuses s’incarnent généralement dans une catégorie d’hommes qu’il suffirait d’éliminer pour que les choses retrouvent leur cours normal. Cette catégorie répulsive correspond à ce que Claude Lefort appelle très justement les « hommes en trop ».

Il n’est pas difficile d’apercevoir les soubassements religieux de cette mentalité. Ces « hommes en trop », quelle que soit l’étiquette qu’on leur attribue, sont une figure du Diable, dont ils ont d’ailleurs tous les attributs. Mais dans la mentalité conspirationniste, on observe aussi l’écho du mythe de la « Caverne » chez Platon : ce que nous voyons autour de nous, et que nous croyons bien réel, n’est qu’illusions et tromperie. C’est un théâtre d’ombres. D’où cette coupure dualiste qui double le monde réel, décrété illusoire, d’un arrière-monde où s’activent les « chefs d’orchestre invisibles ». Le discours conspirationniste est un discours de l’apparence et du masque.

S’interroger sur le conspirationnisme, ne serait-ce pas d’ailleurs déjà prêter le flanc à l’accusation de complotisme ?

Critiquer le conspirationnisme vous fait en effet placer immédiatement au nombre des complices ou des idiots utiles. Pour la mentalité conspirationniste, rien n’est neutre. Il y a d’un côté les agents du complot, de l’autre les affidés et les crédules. Toute contradiction, tout démenti, devient alors une preuve supplémentaire de l’existence du complot. Les thèses conspirationnistes, autrement dit, font un usage systématique du soupçon freudien : la dénégation confirme le symptôme. C’est bien connu, la ruse suprême du Diable est de faire croire qu’il n’existe pas ! De même, dans l’histoire, rien pour les conspirationnistes ne relève du hasard. L’action sociale-historique est débarrassée de tous ses aléas grâce à une théorie linéaire de la causalité qui est censée tout expliquer : les événements sont produits mécaniquement par des agents cachés, qui manipulent les hommes comme on appuie sur un bouton pour obtenir l’effet désiré. Ni marge d’erreur ni zone d’incertitude : tout a été prévu, tout a été « orchestré ». Ce simplisme fait bon marché de ce que Jules Monnerot appelait l’hétérotélie, les « effets pervers », l’accident, l’exception, les dynamiques systémiques, etc., bref tout ce qui fait la complexité de la vie sociale-historique réelle.

Quant aux conspirationnistes, ils se posent d’emblée comme une élite d’initiés, d’experts autoproclamés, titulaires d’un savoir qui surplombe le savoir caché de ceux contre lesquels ils se dressent. Magiquement exemptés de l’aliénation où baignent leurs contemporains, ils sont ceux qui « savent » (on ne sait par quel miracle), dès lors fondés à regarder de haut les « naïfs » qu’on « mène par le bout du nez ».

L’histoire de l’humanité abonde néanmoins en vrais complots. Il y a d’abord les assassinats politiques, réussis (Henri IV, John Fitzgerald Kennedy ou Anouar el-Sadate) ou manqués (Ronald Reagan, Jean-Paul II ou Jacques Chirac). Mais comment faire la part des choses entre « vrais » et « faux » complots ?

Bien sûr qu’il y a de vrais complots. Tout comme il y a des secrets d’État, des mensonges d’État, des actions secrètes menées par les services de renseignement, des lobbies, des groupes d’influence, des attentats sous « faux drapeau », etc. Si le conspirationnisme se bornait à vouloir faire toute la lumière sur tel ou tel événement, ou à s’interroger sur ce qui se passe à l’arrière-plan de la vie politique et sociale, il n’y aurait rien à lui reprocher. Ce qu’on peut en revanche critiquer, c’est son systématisme obsessionnel, sa « logique » paranoïaque, ses interprétations fantasmatiques, ses bouffées délirantes.

À propos des attentats du 11 septembre 2001, Roland Dumas, ancien ministre des Affaires étrangères, assure ne pas croire en la version officielle des événements pas plus qu’à son avatar conspirationniste. Y aurait-il une sorte de troisième voie, fondée sur le principe d’opportunité ?

La position de Roland Dumas me paraît assez sage. Il n’y a pas besoin d’être conspirationniste pour constater que la version officielle des attentats du 11 septembre laisse pour le moins à désirer, ou pour penser que Lee Harvey Oswald n’était sans doute pas le seul homme impliqué dans le complot pour tuer Kennedy. Il y a une vertu du doute, et le « dubitationnisme » va souvent de pair avec l’esprit critique. Mais ce qui frappe chez les conspirationnistes, c’est qu’ils ne sont capables de douter que d’une manière unilatérale. Hypercritiques vis-à-vis des « versions officielles », ils sont d’une crédulité sans bornes pour toutes les « versions alternatives ». Or, comme l’esprit critique ne se partage pas, il faut examiner les unes et les autres avec la même rigueur. Cela dit, nous sommes à une époque qui ne peut que favoriser le conspirationnisme : à un moment où les gens « ne comprennent plus ce qui se passe », parce que leurs repères se sont effondrés, les « explications » simplistes, qui prétendent rendre intelligible ce qui paraît incohérent, ne peuvent que trouver une oreille complaisante chez un public toujours plus grand.

EN BANDE SON 

8 réponses »

  1. Bonjour,

    Je suis assez flatté de voir repris en introduction un extrait de texte me citant en signature. L’honnêteté m’oblige à rendre à César ce qui lui appartient, en l’occurrence Philippe le psy, qui a commis un article remarquable sur la situation présente et d’où j’ai extrait cette citation. Voici la quasi-intégralité de mon commentaire paru sur le blog de Bruno Bertez (http://brunobertez.com/2016/03/11/a-lire-absolument-la-lutte-anti-conspi/):
    « Je crois utile de porter à votre connaissance ce billet paru sur le blog Psychothérapeute (http://psychotherapeute.blogspot.fr/) et intitulé « KO Debout ». C’est, à mon sens, une excellente analyse de la situation politique présente.
    Extrait: »…Nous vivons un vrai totalitarisme même si ce terme peut sembler outré. Souvenons-nous que le propre du totalitarisme est d’aliéner les individus en niant leurs aspirations mais surtout en détournant leurs actions vers des buts choisis par le pouvoir. Ce totalitarisme est certes vécu avec plus de douceur et de confort parce que les dirigeants sont devenus habiles… »

    Vous y trouverez le lien vers l’article original, article dont je recommande vivement la lecture. Je rajoute cet autre extrait tant il me paraît juste: « …Mais jamais je n’aurais cru que le fascisme, dont on nous rappelle toujours le bruit des bottes, soit le fruit de gens ternes en costumes gris… ».
    Ce sont effectivement les plus ternes des ternes qui génèrent ce fascisme rappelant, pour ceux qui en doutaient, la pertinence de l’adage qui dit  » l’enfer est pavé de bonnes intentions ». Ça n’a jamais été aussi juste.

    Je suis sincèrement heureux de voir que je suis loin d’être le seul à être inquiété par l’évolution de notre société. Les lecteurs du blog à Lupus y retrouveront quelques unes de leurs préoccupations (qui sont également les miennes).

    Bon après-midi

    J'aime

  2. Il faut éteindre son téléviseur, sa radio et en finir d’écouter toutes ces bouches puantes pour enfin aller chercher des réponses à ses propres questionnements… il faut creuser, creuser, creuser…
    J’ai disparu mais je n’ai pas perdu mon temps… fervente « défenseuse » (ouais ça se dit) du libéralisme, j’ai lu tout et n’importe quoi… et puis j’ai coupé les cheveux en quatre, j’ai « nuancé » (tant pis pour l’enfumage)… et ma conclusion est terrible…

    Après avoir emboîté toutes les pièces du puzzle, je rejoins Hegel, qui disait : « le libéralisme anglo-saxon est la forme la plus dangereuse du bolchévisme »…

    Je viens de terminer un livre : le communisme de marché… Charles Gave en parle et l’explique fort bien… j’adhère.

    Et je vous invite à lire : https://books.google.fr/books?id=NzmGZaWkSaAC&pg=PA1821&lpg=PA1821&dq=anglo+saxon+sont+musulman&source=bl&ots=hrvWZkSPs1&sig=dB1vAxVdFRHGYdT7rrWo4YHb6Go&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjp29a54L3LAhWIWBoKHZ-bCDQQ6AEIMjAF#v=onepage&q=anglo%20saxon%20sont%20musulman&f=false

    Pour ce qui me concerne : que la lumière soit et la lumière fut et on est mal… très mal !!!

    PS : interessez vous au PPP (Partenariat Public/Privé) comment ils sont financés (Carlyle, Blackstone, KKR), pour qui (Vinci, Bouygues etc) et comment l’état français rachète ses propres infrastructures sous forme de leasing entretien compris… vous allez voir que la dette publique n’est rien à comparer de la dette privée (non inscrite à la comptabilité nationale)…

    Il est tant de partir d’ici…

    J'aime

  3. Bonjour,

    Pour connaître les Observateurs.ch depuis pas mal de temps, on peut ajouter que dans la présentation de ceux qui pensent mal, le timing joue beaucoup.

    Le mouvement Pegida est forcément raciste, fasciste etc, et, crise des migrants et de l’€ qui n’en finit pas d’être réglée à coup de « sommet de la dernière chance », il est intéressant de noter que subitement l’AfD est désormais présenté comme un parti d’extrême droite, je ne me rappelle pas avoir lu ce raccourcis discutable dans les premières heures de ce mouvement.

    C’est peut être le cas, je n’ai pas vérifié et je ne parle pas allemand. Les mêmes procédés de désinformation ayant été utilisé contre UKIP mais les faits donnant tort à la clique au pouvoir, ces procédés ne font que retarder encore un peu les échéances.

    Comme le dit régulièrement Charles Gave, la vérité triomphe forcément un jour.

    Cdlt

    J'aime

  4. Je n’adhère pas totalement au texte  » Notre époque ne peut que favoriser le conspirationnisme…  » dans la mesure où je trouve qu’il caricature le conspirationnisme. Je crois que le terme « complotisme » aurait été plus judicieux. Personnellement, je suis conspirationniste, et d’ailleurs je crois qu’en réalité, nous le sommes plus ou moins tous : même avant Internet, on « savait » ( secret de polichinelle – comme la surveillance de masse qui n’a été révélée qu’en 2013 par Snowden ) que les politiciens étaient « tous pourris » et agissaient pour leurs intérêts, que les médias nous manipulaient, qu’ils servaient principalement à « fabriquer notre consentement » aux guerres qui n’avaient rien d’humanitaires ainsi qu’à l’asservissement, etc… Y a qu’à voir les propos de Coluche, qui du coup à pas mal « pollué » la mentalité Française… ( je dis pas que l’ensemble de la population pensait ça, mais même si on « jouait le jeu », on était une grande partie à ne pas être complètement dupes, et donc, selon moi, on était déjà conspirationnistes )

    Autant le « complotisme » peut mener à croire qu’on a tout compris et que seule notre vérité est la bonne ( je suis passé par là, suite au choc psychologique du « complot » de 9/11, et à force de me gaver de théories conspi, j’ai perdu pendant quelques temps mon esprit critique, accentuant ma parano ), autant je crois que le conspirationnisme se vit avec du recul, donc sans certitude globale, en gardant à l’esprit qu’on peut toujours être manipulés.

    Etre conspirationniste, à mon avis, c’est croire que des complots existent à l’heure actuelle, et quoi de plus logique qu’un Capital qui, possédant tous les outils nécessaires, à commencer par la compromission de ses vassaux par l’argent et la carrière, manipule les masses pour accroitre ses profits ? Sans conspiration, donc sans politique du secret dans les hautes instances, en serait-on arrivé à de telles disparités dans les richesses ?

    ( Merci à la liste des 1203 pour m’avoir fait découvrir ce site ! )

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s