Le Spectacle de la Société

Attentats de Bruxelles: la bien-pensance mode Cavada Par Eric Verhaeghe

Attentats de Bruxelles: la bien-pensance mode Cavada

attentats de Bruxelles

 J’ai participé à l’émission Ça vous regarde consacrée aux attentats de Bruxelles, notamment en compagnie de Jean-Marie Cavada, député européen centriste, perdu depuis lors sur une liste dissidente de Nous Citoyens.

Voici le débat qui a eu lieu:

Je me devais bien évidemment de relever l’accusation insupportable de « grand méchant » que Cavada m’a adressée pour mon manque d’europhilie béate. Je pousserai donc la méchanceté jusqu’au bout en confiant mon admiration pour l’avant-gardisme de Cavada: dans son genre, il constitue une sorte de point le plus abouti de la pensée par mot-clé, et il préfigure probablement ce à quoi nous nous exposons à l’avenir à cause de l’algorithme de Google qui réduit toute pensée à un empilement de termes-marqueurs.

Cavada, en effet, pense par mot-clé. Il suffit qu’il entende l’un d’eux prononcé pour s’enfoncer immédiatement dans l’alcôve doxique qui se cache derrière la porte soudain ouverte.

Les attentats de Bruxelles et la pensée par mot-clé

Par exemple, l’expression-clé « terrorisme en Europe » et attentats de Bruxelles appelle forcément le déroulé minutieux de la petite fiche « il faut une riposte européenne ». Fort d’excellents conseillers qui lui préparent ses éléments de langage, il peut alors réciter les trois ou quatre « bullet-points » qu’il connaît sur le sujet. Cet art de la récitation explique qu’au terme d’un débat où il mobilise tous ses souvenirs, le pluriel de « bullet-points » soit, en anglais, « bullet-shit ». On ressort avec le sentiment que la pensée du député centriste est une sorte de longue énonciation de platitudes qui veulent dire tout et son contraire.

Autre exemple: prononcer le mot « Europe » devant Cavada, et c’est la petite fiche « l’Europe, projet de civilisation » qui sort du four à micro-ondes. C’est bien connu, la construction communautaire visait à garantir la paix en Europe et la fin de la barbarie, et c’est ce projet de civilisation qui explique que tous les gens intelligents et dignes d’entrer dans les salons parisiens soient europhiles. N’essayez pas de rappeler à Cavada que, jusqu’en 1989, tout le monde savait que la paix en Europe ne tenait pas à la Communauté Européenne, mais à la dissuasion nucléaire liée à l’existence du bloc soviétique. N’essayez pas de constater qu’à la chute du Mur, une guerre a éclaté sur le continent européen (en l’espèce dans les Balkans). La particularité des petites fiches de Cavada est qu’elles se terminent toutes par une phrase simple: « bien entendu le contraire de ce qui est écrit sur cette fiche peut se défendre ».

Troisième exemple: prononcer le mot « réfugié », et vous enfoncez la porte du « l’Europe qui a mis des millions de réfugiés sur les routes en 1945 peut bien recevoir ceux des autres ». N’essayez pas de lui dire: l’Europe n’a jamais envoyé ses réfugiés sur d’autres continents que l’Europe, sauf quelques Juifs survivants des camps qui ont été accueillis à coups de fusils et de chars d’assaut par les Syriens. Il vous explique que, forcément, vous êtes un révisionniste, un blasphémateur, pire, un provocateur probablement faux nez du Front National.

Je ne puis cacher mon admiration pour ce mode d’argumentation, qui n’accorde aucune importance au sens, et qui ne fonctionne que par étiquette de la Cour. Est vrai et défendable non ce qui est rationnel, mais seulement ce qui est dit et répété dans les dîners du Siècle, ou dans les planches de la loge élitiste où il est bon d’être initié.

Les amateurs de Flaubert se souviennent que ce mode de raisonnement est celui du pharmacien Homais dans Madame Bovary. Et c’est la très grande force, que dis-je? le génie, de l’élite parisienne, que d’avoir choisi le pharmacien Homais comme modèle de pensée. L’exaltation de la médiocrité et de la paresse intellectuelle n’est pas donnée à tout le monde.

La puissance immortelle de la Cinquième République et de l’Union Européenne tient à sa capacité à faire de cette exaltation le principe fondamental de sa gouvernance.

http://www.eric-verhaeghe.fr/7822-2/

5 réponses »

  1. C’est un peu le mode actuel de débat,entre ceux qui te posent questions sur questions sans le laisser le temps de répondre à une seule. Ou ceux qui comme le Sieur Cavada , donnant des cours de civisme pour les nuls… Perso, il me gonfle.Du bla-! -bla sans intérêts.
    Comparer ces Syriens à nos compatriotes en 40 est limite indécent de la part de ceux qui font ce comparatif. Oui nos anciens sont belle et bien rester coincer dans notre hexagone .N’ont pas été en Espagne ni ailleurs. C’est le propre de certains Français de nier la vérité.
    Nos anciens dont mon père agé alors de 10 ans et a tracer de Paris à Bézier avec sa mère et son frère, pendant que mon grand-père lui était prisonnier et ce jusqu’à la fin de la guerre.
    Tu auras compris que ceux qui ont commenter ton article sur ce ton du mépris ne m’ont guère laisser de marbre.
    Enfin,on ne peut empêcher la connerie de contaminer les p’tites gents…CQFD!!
    PS:J’ai apprécier le ton de ton article. Bonne continuation!

    J'aime

  2. Ce que Cavada ne veut pas dire aux télespectateurs :

    Attentats de Bruxelles : deux terroristes sont arrivés en Europe cachés au milieu des migrants.

    Naim Al Hamed et Sofiane Ayari se sont infiltrés parmi les « vrais » migrants. Ils se sont fait passer pour des réfugiés syriens. Ils sont arrivés en Europe en débarquant sur l’île grecque de Léros le 20 septembre 2015.

    Lisez cet article du journal LE MONDE :

    Selon les informations du Monde, « Naim Al Hamed » est arrivé en Europe le 20 septembre par l’île de Léros, en même temps qu’un autre suspect des attentats de Bruxelles : Sofiane Ayari, porteur lui aussi d’un faux passeport syrien au nom de Mounir Ahmed Alaaj.

    Si les deux faux migrants sont arrivés en Europe pour commettre des attentats, la présence de l’un dans un appartement rempli d’armes laisse craindre que les trois hommes qui se terraient dans l’appartement de Forest avant d’en être délogés par la police pouvaient constituer une troisième équipe censée frapper Bruxelles ce jour-là.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/03/25/attentats-de-bruxelles-la-police-recherche-un-homme-presente-comme-naim-al-hamed_4890109_3214.html

    Mais ce ne sont pas les seuls terroristes infiltrés au milieu des migrants.

    Attentats de Paris : six terroristes sont arrivés en Europe cachés au milieu des migrants.

    Ukashah Al-Iraqi, Ali Al-Iraqi, Adel Haddadi, Muhammad Usman, X et Y sont arrivés tous les six sur l’île grecque de Leros le 3 octobre 2015. Ils se sont fait passer pour des réfugiés syriens. Ensuite, ils ont traversé plusieurs pays d’Europe, cachés au milieu des migrants.

    Exemple : Ukashah Al-Iraqi, de nationalité irakienne. Il avait été formé au terrorisme par l’Etat Islamique. Il avait pris un faux-passeport syrien au nom de Ahmad Al Mohammad. Il était arrivé en Europe caché au milieu des « vrais » réfugiés syriens le 3 octobre 2015, date de son enregistrement dans le fichier Schengen Eurodac lors de son arrivée sur l’île grecque de Leros.

    Le journal LE FIGARO a reconstitué le parcours de ce djihadiste irakien :

    – Syrie, puis Turquie, puis arrivée sur l’île grecque de Leros le 3 octobre 2015 au milieu des « vrais » réfugiés syriens. Contrôlé et enregistré par la police grecque.
    – Passage en Macédoine, puis en Serbie. Contrôlé dans le camp de réfugiés de Presevo par la police serbe.
    – Passage en Croatie. Contrôlé dans le camp de réfugiés de Opatovac par la police croate.
    – Passage en Slovénie, puis en Autriche, puis en Allemagne, puis en France. Il se fait exploser devant le Stade de France.

    La carte est ici :

    Les six terroristes ont débarqué sur l’île grecque de Leros. Ensuite, ils ont pris un ferry pour rejoindre Le Pirée. Le djihadiste qui a acheté les six billets de ferry n’a pas été identifié. A Leros, le patron de l’agence de voyage témoigne :

    « Je ne sais pas s’ils se connaissaient tous, mais celui qui a payé m’a acheté six billets », confirme au JDD Dimitri Kastis, le patron de l’agence de voyage qui a vendu au faux réfugié les tickets du ferry Leros-Le Pirée.

    http://www.lejdd.fr/Societe/L-insaisissable-Salah-Abdeslam-762845

    J'aime

  3. De toute façon tout ces messieurs comme Cavada auraient le nez dans la merde qu’ils continueraient à te dire que cela sent la rose !…

    J'aime

  4. Dimanche 27 mars 2016 :

    Une centaine de quartiers similaires à Molenbeek en France.

    « Une centaine de quartiers français présenteraient des similitudes avec le quartier bruxellois de Molenbeek », a déclaré dimanche le ministre de la ville, de la jeunesse et des sports Patrick Kanner. Il a précisé que le gouvernement oeuvrait contre ce problème.

    Plusieurs membres du commando responsable des attentats du 13 novembre dernier à Paris et Saint-Denis étaient originaires de ce quartier de l’agglomération de Bruxelles, dans lequel Salah Abdeslam a été arrêté le 18 mars après quatre mois de cavale.

    « Il y a aujourd’hui, on le sait, une centaine de quartiers en France qui présentent des similitudes potentielles avec ce qui s’est passé à Molenbeek », a dit Patrick Kanner lors du Grand Rendez-Vous Europe 1-Le Monde-iTELE.

    Selon lui, « Molenbeek, c’est une concentration énorme de pauvreté et de chômage, c’est un système ultracommunautariste, c’est un système mafieux avec une économie souterraine, c’est un système où les services publics ont quasiment disparu, c’est un système où les élus ont baissé les bras », a-t-il précisé.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s