Cela se passe près de chez vous

Géopolitique Friction : Ca chauffe au Caucase !

Ca chauffe au Caucase !

3 Avril 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Chroniques du Grand Jeu

La situation dégénère sérieusement au Caucase entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Erevan reconnaît18 soldats tués et Bakou 12, sans compter les hélicoptères et chars détruits des deux côtés, lors des violents affrontements qui ont soudain éclaté dans le Haut-Karabagh.

Cette région est une pomme de discorde entre les deux pays depuis l’éclatement de l’URSS et même un peu avant (1988). Enclave arménienne en Azerbaïdjan, réclamant son rattachement à l’Arménie, elle se proclama indépendante en 1991, marquant le début d’une guerre qui fit environ 25 000 morts et mit sur les routes un million d’Azéris qui se réfugièrent en Azerbaïdjan. Depuis 1994, le Nagorno-Karabadh est de facto contrôlé par l’Arménie mais aucun traité de paix n’a été signé et Bakou revendique régulièrement ses droits sur la région.

Ca chauffe au Caucase

Des escarmouches ont régulièrement lieu sur la ligne de cessez-le-feu mais la flambée de violence de ce week-end interroge : il s’agit des plus importants combats depuis 1994 et aucun des deux pays ne veut reculer. Tandis qu’Erevan met en alerte son aviation, Bakou se dit prêt à une solution militaire. Diantre. Comme si la zone ne connaissait pas suffisamment de conflits… Guerre civile turco-kurde juste à l’ouest, guerres syrienne et irakienne à quelques encablures au sud, conflits gelés en Géorgie voisine (Ossétie du sud et Abkhazie), crise ukrainienne à l’horizon septentrional.

Alors qu’Arméniens et Azéris se renvoient la faute, Poutine a compris le danger et appelle à un cessez-le-feu immédiat tandis que Lavrov use de son entregent pour ramener les deux parties à la raison. Car la Russie est un peu en porte-à-faux sur la question : alliée de l’Arménie où elle a des bases, elle ne veut pas s’aliéner l’Azerbaïdjan, lui-même en froid avec l’Occident ces derniers temps. Les Russes ont une intéressante carte à jouer, mais la condition sine qua non est le gèle du conflit du Nagorno-Karabagh, évitant à Moscou de prendre ouvertement parti.

A qui profite donc le crime, en l’occurrence le net regain de tension ? Pas à l’Occident en tout cas, qui appelle comme le Kremlin à une cessation immédiate des hostilités. L’Azerbaïdjan est le point de départ du BTC qui amène le pétrole caspien en Méditerranée en squizant la Russie, grande victoire énergétique des Américains au début des années 2000. Quant à l’Arménie, même si elle est dans l’orbite russe, Washington ne voudrait pas tout à fait la perdre, sachant également que le petit pays caucasien chrétien bénéficie d’un capital sympathie évident dans les opinions publiques occidentales.

Qui alors ? Et si c’était Erdogan… Ankara a immédiatement assuré Bakou de son soutien moral. Rien de plus logique : l’Arménie est l’ennemi historique tandis que l’Azerbaïdjan, malgré qu’il soit chiite, est un pays cousin, de population et de culture turciques. Chose intéressante, le sultan fait ici passer le fait national avant le fait religieux, lui qui a pourtant, selon le roi de Jordanie, des rêves de « sunniser » le Moyen-Orient (nous reviendrons dans un prochain billet sur les déclarations explosives du roi Abdallah).

Le vice-président de la Douma a en tout cas embrayé, dénonçant une « troisième force » à l’œuvre derrière la récente flambée de tension. S’il n’a pas nommé la Turquie, l’accusation est claire comme un verre de vodka (ou d’arak en l’occurrence) : « La force qui continue d’attiser les flammes au Moyen-Orient, en Asie centrale et au Caucase n’est pas satisfaite de nos réussites et de celle de nos alliés dans la lutte anti-terroriste en Syrie et joue à exacerber du conflit du Nagorno-Karabagh ». Info, intox ? Difficile à dire en ces temps incertains nimbés de mystère…

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/04/ca-chauffe-au-caucase.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

LA CARTE DU NAGORNY KARABAKH

Ce n’était qu’une question de temps. La guerre est de retour au Nagorny Karabakh. On s’y attendait depuis des mois ou plus exactement depuis la déterioration à vue d’oeil des relations bilatérales entre Moscou et Ankara.

Tandis que l’Azerbaidjan et l’Arménie s’accusent mutuellement d’agression, Ankara joue sa carte maîtresse: allumer le feu le long des frontières méridionales de la Russie.

Les frontières méridionales de la Turquie sont non seulement  la proie au chaos suite à l’échec de l’interventionnisme turc en Syrie mais ce dernier a abouti à une résurgence sans précédent de la question kurde. Pour le régime autiste et pusillanime d’Erdogan, Moscou devait payer tôt ou tard son rôle dans l’échec de la politique turque. Mais les russes sont prévoyants: la Tchétchénie est sous le contrôle d’un dirigeant sunnite, ami personnel de Vladimir Poutine, et très haut en couleurs, n’ayant aucunement froid aux yeux. Le Daguestan? De plus en plus difficile pour les agents turcs. Les autres républiques d’Asie centrales? Elles sont plus tournées vers la Chine et ses fonds de développement dans le cadre de la nouvelle route de la Soie. Restait Bakou, dont le gouvernement est allié aux turcs (panturkisme oblige) et à Israël (coopération militaire très avancée) Quoi de mieux de rallumer la guerre contre l’Arménie « ennemie » et par ricochet embêter l’Ours russe sur son front Sud non loin d’une Géorgie Otanisée?

Le président russe Vladimir Poutine a appellé samedi à un « cessez-le-feu immédiat » entre Arméniens et Azerbaïdjanais à la frontière du Nagorny Karabakh.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s