Art de la guerre monétaire et économique

« Panama Papers » ou le Crépuscule des Idoles : L’enfer comme le paradis fiscal sont pavés de mauvaises intentions…

« Panama Papers » ou le Crépuscule des Idoles : L’enfer comme le paradis fiscal  sont pavés de mauvaises intentions…

Attention un Paradis peut en cacher un autre…STORYBOARD

Cette affaire dite “Panama Papers” est une affaire à plusieurs coups. Par les moyens du discrédit et du chantage, elle vise d’abord à éliminer concurrents et opposants de l’Empire occidental, qu’ils soient eux-mêmes mondialistes (mais d’une autre faction) ou souverainistes. Ensuite elle doit permettre derediriger les flux de capitaux des paradis fiscaux montrés du doigt vers LE paradis fiscal que sont les Etats-Unis, la nation exceptionnelle qui s’arroge tous les droits. Mais ce scandale est également une arme dirigée contre les citoyens lambda : il s’agit de réprimer les citoyens/épargnants auxquels il reste encore un peu de liberté et dont les prédateurs de la finance globalisée veulent siphonner toujours plus les richesses… Olivier Demeulenaere

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2016/04/07/panama-papers-fuite-organisee-faire-avancer-repression-financiere/

De l’enfer au paradis le Pourquoi du couple maudit banques/gouvernements

12932556_1079575278768708_7561828696181586056_n

L’initiative de Soros et de sa bande vise à débusquer l’argent qui est à l’abri soit qu’il soit argent noir , soit qu’il soit argent à l’abri des prédations fiscale des états. Elle exprime une lutte, une compétition, au sein des fractions capitalistes, lutte géographique et lutte sectorielle.

Une fraction du capitalisme est devenue purement financière, elle ne peut se valider, assurer sa pérennité que si les états/gouvernements remboursent leurs dettes ou redeviennent solvables. Pour cela il faut que leurs tentacules fiscaux ne rencontrent plus de limites.

La collusion de certaines fractions du monde financier avec les Etats est normale, puisque cette fraction du capitalisme assure sa base de richesse en pratiquant l’usure, le prêt, le financement des/aux Etats ; cette fraction du capitalisme n’est pas intéressée au développement des outils de production, elle est intéressée à la stabilité sociale, (d’où sa lutte contre le populisme et Trump), et elle est intéressée au rendement maximum des taxations.

Cette fraction du capitalisme inverse la situation qui a prévalu dans l’Histoire :  avant, les ancêtres des banquiers étaient les fermiers généraux qui collectaient les impôts pour les rois, maintenant ce sont les gouvernements qui collectent les impôts pour rembourser les banquiers, héritiers des banquiers d’alors. C’est le 19e siècle inversé. Maïs le couple reste un couple maudit.

Bruno Bertez

 

EN BANDE SON : 

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s