Art de la guerre monétaire et économique

L’Edito de Bruno Bertez : L’idéologie des grands prêtres de la monnaie vous tue. Ils se trompent, ils vous trompent et ils vous ruinent (Avec Note du Lupus)

L’Edito de Bruno Bertez :  L’idéologie des grands prêtres de la monnaie vous tue. Ils se trompent, ils vous trompent et ils vous ruinent

En économie, on utilise des modèles. Modèles pour prévoir, modèles pour agir et conduire. L’économie est devenue mathématique. Les équations et les abstractions remplacent la compréhension et l’analyse objective des phénomènes. Les modèles ne cherchent pas à comprendre, mieux, même ils servent à masquer l’ignorance. Les modèles sont le refuge de l’ignorance.

On utilise les modèles parce que l’on est incapable de mettre en place des théories explicatives qui rendent compte des phénomènes observés. Les modèles ne peuvent jamais dire autre chose que ce qu’on leur fait dire, ils tracent des rapports entre les variables sur la base de constatations historiques et ils font le pari, ils reproduisent le pari que les choses vont se répéter. Un modèle est fondé sur la répétition, ce qui remplace, en fait, l’expérimentation scientifique abusivement. La fausse efficacité des modèles vient du fait que ce sont les modèles des « dominants », ils ne reconnaissent jamais leurs échecs, on n’en a jamais fait assez. Quand ils échouent, ce n’est jamais de leur faute, c’est de notre faute, témoins les diatribes de Draghi contre nous, les citoyens et nos Gouvernements.

Les relations entre les variables d’un modèle sont, dans la plupart des cas, historiques, c’est à dire relatives et constatées pour une période donnée, caractérisée par un état de la société, par un état du monde, par un état du développement humain, une certaine conjoncture. Vous nous avez compris. Mais l’énumération devrait être beaucoup plus longue. Certes, on peut penser qu’il y a des relations éternelles, immuables, qui traversent l’histoire, certaines écoles d’économistes le pensent et d’autres le rejettent. Mais, pour la réflexion qui nous occupe, cela n’a guère d’importance.
Venons-en à cette question des taux d’intérêt.

On a constaté dans le passé une relation entre les taux d’intérêt et la hausse des prix. Inflation et taux semblent corrélés. La hausse des taux d’intérêt administrés par les Banques Centrales semble faire chuter l’inflation, et l’exemple est celui de la hausse opérée par Volcker qui a « cassé » l’inflation en portant les taux à 19%.

De là à conclure le symétrique, à savoir que si on baisse les taux, l’inflation augmente se trouve stimulée, il n’y a qu’un pas, que les modélisateurs ont bien sûr franchi. Ils ont constaté une relation entre les taux et l’inflation et ils en tirent des conclusions, pour agir, pour piloter, pour prétendre diriger. Ils ont constaté que la hausse des taux « casse » l’inflation et que la baisse des taux « soutient les affaires », soutient la demande et donc la tendance à accélérer la hausse des prix, ils en concluent à une relation modélisable.

Cela est bien sûr totalement idéologique et anti-scientifique car :

  • -d’une part, il aurait fallu s’interroger sur le sens de la relation, à savoir est-ce que les taux produisent l’inflation ou est-ce que l’inflation produit les taux ;
  • -d’autre part, il aurait fallu s’interroger sur l’importance de l’environnement et de la conjoncture des affaires et de la société, car selon l’état du monde, telle décision peut produire tel effet ou tel autre ;
  • -et enfin, il aurait surtout fallu s’interroger sur l’incidence de la position, de la croyance de celui qui administre les taux. Sur la position du maître apparent du système. Selon la théorie dominante et le dogme qui est utilisé, les effets de telle ou telle décision peuvent être différents. C’est ce que l’on épingle sous les mots confiance et crédibilité de celui qui agit.

Bernanke croyait au monétarisme et à la possibilité de piloter les prix par le biais de la quantité de monnaie et des taux, donc il a émis des prévisions, guidé les agents économiques dans ce sens. Sorte de prophéties qui se réalisent d’être crues, à court terme, mais qui ne préjugent pas de leur efficacité à long terme.

Bernanke est tombé dans le piège idéologique de ses maîtres à penser, c’est maintenant un acquis. Et les agents économiques s’aperçoivent eux aussi qu’ils ont été trompés… et ils redeviennent encore plus pessimistes.

27405420312_079ae245c0_b

Non seulement Bernanke s’est appuyé sur une idéologie, sur des théories fausses, sur des modèles bidons, mais il n’a rien compris au fonctionnement du système bancaire. Il continue de croire que le système bancaire prête à partir de réserves, qu’il est intermédiaire alors que le système bancaire ne prête pas à partir de réserves, il « produit » des réserves à partir de l’acte originel qui est la création de prêts. Pour parler techniquement, Bernanke croit à la théorie endogène de la monnaie, alors que tout prouve maintenant que cette théorie est fausse, tout comme son prolongement, la « théorie des loanable funds ». Bernanke, en plus, a mal lu Keynes, mais c’est une autre histoire: quand on a la grosse tête, on lit mal les autres.

Nous sommes ces jours-ci au cœur du problème avec le conflit qui émerge entre les banques et les Banques Centrales et singulièrement entre les banques allemandes et la BCE; c’est un fait nouveau, les banques se révoltent, elles se rebellent. La connivence a cessé, c’est selon nous un tournant du système.

Soros

Les banques savent que la théorie des Banques Centrales est fausse car elles exercent leur pratique quotidiennement. Elles savent que le crédit progresse quand les débiteurs ont la capacité à payer les intérêts et à rembourser, quand les emprunteurs ont des occasions profitables d’investir. Elles savent qu’elles ne regardent absolument pas leur position en réserves ou en dépôts avant de faire un prêt. Elles savent que si leur marge, leur spread est insuffisant, elles n’ont aucun intérêt à « user », à « engager » leurs fonds propres. Pire, elles savent qu’un jour les taux remonteront et qu’elles perdront de l’argent si elles font correctement l’évaluation de leurs actifs. Les banques ont compris que ce qui était déterminant, c’est la solvabilité, et que celle-ci ne faisait et ne ferait que se dégrader si la politique actuelle persiste.

La chaine causale de la création de prêts et de la mise au monde de monnaie est l’inverse de celle que croit Bernanke. Les banques sont originatrices des prêts et donc de monnaie, elles ne prêtent pas à partir des réserves. Ce qui est premier, c’est la volonté, le désir de prêter et de s’endetter, c’est l’état du système: il incite ou non à créer du crédit. Et les taux ultra-bas, la compression des spreads de tous ordres, la peur de perdre sur les inventaires lors de la future régularisation des taux, la rareté des fonds propres, tout cela fait que les banques n’ont pas d’incitation à prêter. Ce n’est pas de la mauvaise volonté ou de la méchanceté, c’est de la logique, de la raison pure. La création de réserves dans l’espoir que cela incite à prêter est une idiotie. Et la preuve, c’est l’évolution historique depuis 7 ans. C’est le démenti cinglant aux thèses de ces gens.

Certains économistes et commentateurs ont eu peur de l’hyper-inflation lors de la mise en place de la politique ultra-accommodante, ils se sont ridiculisés. Créer des trillions de réserves dans l’espoir que cela encourage la propension à emprunter, d’une part, et la propension à prêter, d’autre part, s’est révèle une erreur colossale. Pourquoi?

Parce que nous étions en situation de surendettement, de « peak debt », parce que les revenus ne progressent pas et que les banques sont vulnérables, fragiles, Parce que l’humeur est frileuse, à la rétention. La préférence pour la liquidité et la sécurité domine.

Parce que la fameuse transmission magique de nos autorités ne se fait pas; leur modèle bancaire idiot les empêche de comprendre; le modèle bancaire idiot adossé à la théorie des « loanable funds » ne tient pas debout.

C’est ainsi qu’il faut comprendre l’échec de la politique monétaire non conventionnelle des Banques Centrales; elles ont mis les taux à zéro, ou en-dessous, avec l’objectif de hausser l’inflation. Elles ont acheté des titres à long terme, claironné qu’elles voulaient fabriquer de l’inflation pour influencer les comportements, rien n’y a fait ; depuis 7 ans, elles échouent. L’objectif d’inflation n’est toujours pas atteint, au contraire, on s’en éloigne. Mais il ya un domaine où elles ont réussi et cela, c’était prévisible!

Les autorités ont réussi a à créer de l’inflation dans un secteur précis, le secteur du prix des assets. Ceux-ci sont à des niveaux records et ils se situent dans des zones de valorisation qui sont en moyenne 50% au-dessus de ratios historiques les plus fiables, ceux du ratio Q de Tobin ou Shiller améliorés.

Cela démontre une chose: quand l’humeur est positive, favorable à l’exubérance, alors, la création monétaire, les taux zéro et les guidances provoquent des achats et une augmentation de la vitesse de circulation dans cette sphère donnée, c’est ce qui est arrivé dans la sphère des assets. La vitesse de circulation de la monnaie dans la sphère des assets de capital a fortement progressé.
Mais quand l’humeur, l’exubérance de consommer ne sont pas là, la politique monétaire ultra-accommodante fait un gros « plouf ». L’incidence de telle ou telle politique dépend de l’état du terrain auquel elle s’applique, tout comme une semence lève ou ne lève pas en fonction du terrain et du climat.

Nous soutenons que les taux bas sont la cause de la prolongation de la crise, qu’ils sont la cause des dislocations sociales en cours et que les seules solutions, certes un peu douloureuses à court terme, sont, d’abord, l’abandon des politiques non-conventionnelles et,ensuite, la mise en place d’une restructuration des dettes, la proclamation d’un Jubilé.

Nous sommes tous des Grecs.

BRUNO BERTEZ LE 13/6/2016

NOTE DU LUPUS

a-the_soul_of_the_wolf-1578368

Milton est mort, vive Friedman !

Ce texte de BB est à marquer d’une pierre blanche…D’un point de vue théorique il est le chainon manquant au « dézingage » en règle du monétarisme (le bréviaire des Néolibéraux en matière économique)…

40 ans après sa naissance le monétarisme apparait ici pour ce qu’il est à la fois une escroquerie intellectuelle sur le plan théorique et sur le plan économique le faux nez d’un keynésianisme délirant qui aura servi d’un point de vue politique de marche pied à une idéologie totalitaire de type fascisante. Idéologie totalitaire qui n’a de libérale que le nom s’accommodant fort bien au  passage d’un pouvoir fort et de l’absence d’ état de droit……Sous l’égide du droit du plus fort… en cela l’école de Chicago porte bien son nom  et son parrain Milton aurait pu s’appeler Al…Rien à voir dans ce  néolibéralisme à connotation monétaire avec le libéralisme classique des lumières ou les apports inestimables de l’école autrichienne…On est là face à une idéologie entièrement au service des Etats Unis avec une Banque centrale totalement dépendante  du pouvoir politique et des marchés non libres entièrement faits à la main et servant la soupe aux initiés copains et coquins…Avec à la clef un leitmotiv : privatisation des profits et socialisation des pertes…

Après avoir été le fer de lance économique et politique des Néo-libéraux aux Etats Unis, le monétarisme a ensuite façonné à sa botte le visage de la Mondialisation qui s’en est suivi….et a ainsi gagné peu à peu l’ensemble de la planète tant d’un point de vue théorique que pratique….Aujourd’hui les nouveaux globalistes tendent à vouloir récupérer le monétarisme à leur profit UNIQUE car ils voient dans l’arme monétaire le moyen d’asseoir et de consolider leur FUTUR pouvoir oligarchique…

EN BANDE SON

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

9 réponses »

  1. Milton est mort, vive Friedman !

    Ce texte de BB est à marquer d’une pierre blanche…D’un point de vue théorique il est le chainon manquant au « dézingage » en règle du monétarisme (le bréviaire des Néolibéraux en matière économique)…

    40 ans après sa naissance le monétarisme apparait ici pour ce qu’il est à la fois une escroquerie intellectuelle sur le plan théorique et sur le plan économique le faux nez d’un keynésianisme délirant qui aura servi d’un point de vue politique de marche pied à une idéologie totalitaire de type fascisante. Idéologie totalitaire qui n’a de libérale que le nom s’accommodant fort bien au passage d’un pouvoir fort et de l’absence d’ état de droit……Sous l’égide du droit du plus fort… en cela l’école de Chicago porte bien son nom et son parrain Milton aurait pu s’appeler Al…Rien à voir dans ce néolibéralisme à connotation monétaire avec le libéralisme classique des lumières ou les apports inestimables de l’école autrichienne…On est là face à une idéologie entièrement au service des Etats Unis avec une Banque centrale totalement dépendante du pouvoir politique et des marchés non libres entièrement faits à la main et servant la soupe aux initiés copains et coquins…Avec à la clef un leitmotiv : privatisation des profits et socialisation des pertes…

    Après avoir été le fer de lance économique et politique des Néo-libéraux aux Etats Unis, le monétarisme a ensuite façonné à sa botte le visage de la Mondialisation qui s’en est suivi….et a ainsi gagné peu à peu l’ensemble de la planète tant d’un point de vue théorique que pratique….Aujourd’hui les nouveaux globalistes tendent à vouloir récupérer le monétarisme à leur profit UNIQUE car ils voient dans l’arme monétaire le moyen d’asseoir et de consolider leur FUTUR pouvoir oligarchique…

    J'aime

    • Agh… c’est pas vous qui me disiez que je faisais l’erreur de parler de la finance anglo-saxonne… que selon vous la finance est globale, pas de pays, pas de race et pas religion… 🙂

      Bon… ça va pour cette fois…

      Et pour l’inflation, on sait bien que tous les gouvernements quels qu’ils soient, se sont servis de ça pour faire baisser le chômage… d’où la corrélation entre « inflation » et « taux »…

      Est ce l’inflation qui fait monter les prix et baisser le chômage ou Est ce le chômage en baissant qui fait monter les prix…

      Nos Zénarques en sont encore à se demander si c’est la poule qui fait l’œuf ou l’œuf qui fait la poule…

      J'aime

  2. Mardi 14 juin 2016 :

    Coup de tonnerre : The Sun appelle à voter pour le Brexit !

    Le quotidien populaire britannique The Sun a appelé ses lecteurs à se prononcer en faveur d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, lors du référendum du 23 juin, en une de son journal aux couleurs de l’Union Jack.

    « BeLEAVE in Britain », peut-on lire en toutes lettres dans l’édition de mardi 14 juin du journal. Un jeu de mots qui phonétiquement signifie « croire en la Grande-Bretagne » mais qui contient le terme « sortie » de la Grande-Bretagne.

    « Nous sommes sur le point de prendre la plus grande décision politique de nos vies. Le Sun exhorte aujourd’hui tout le monde à voter pour la SORTIE », écrit le journal.

    Selon une nouvelle enquête d’opinion ICM publiée lundi après-midi par l’édition en ligne du quotidien The Guardian, le camp du Brexit est en tête de six points sur le « Remain » (rester), avec 53% des intentions de vote.

    Déjà deux sondages publiés au cours du week-end ont donné le « out » en tête, tandis que désormais la moyenne des six derniers sondages calculée par le site WhatUKThinks le donnent également gagnant avec 52% des intentions de vote contre 48% pour le « in ».

    Dans son éditorial, le Sun soutient qu’une « sortie permettra de réaffirmer (notre) sa souveraineté – embrassant un avenir en tant que puissante nation autonome enviée de tous ».

    L’avenir de la Grande-Bretagne serait « bien plus sombre » au sein de l’UE et serait absorbé par « l’expansion sans relâche de l’Etat fédéral allemand », poursuit le journal.

    « Notre pays a une histoire glorieuse. C’est notre chance de rendre la Grande-Bretagne encore meilleure, de reprendre notre démocratie, de préserver les valeurs et la culture dont nous sommes fières à juste titre », a-t-il encore commenté.

    « Nous devons nous libérer de la dictature de Bruxelles », qualifiant l’UE de « plus en plus cupide, dépensière et harcelante ».

    J'aime

  3. Mardi 14 juin 2016 :

    Royaume-Uni : les partisans du Brexit ont 7 points d’avance sur les partisans du maintien dans l’Union européenne.

    Sondage de l’institut TNS :

    Maintien dans l’Union européenne : 40 % des personnes interrogées
    Sortie de l’Union européenne : 47 % des personnes interrogées
    Ne savent pas / N’iront pas voter : 13 % des personnes interrogées

    Leave campaign ahead in latest TNS poll.

    London, 14th June –

    The latest EU referendum voting intention survey by TNS gives the Leave campaign a significant lead nine days out from polling day.

    The survey of 2,497 adults in the UK gives the ‘Leave’ campaign a lead of 7 points over ‘Remain’. Voting intention among likely voters (including those not fully decided but leaning in one direction) is as follows :
    Remain 40%, Leave 47%, Undecided/Would not vote 13%

    http://www.tnsglobal.co.uk/press-release/leave-campaign-ahead-latest-tns-poll

    J'aime

  4. Mercredi 15 juin 2016 :

    Brexit : le chef de la diplomatie allemande met en garde contre une désintégration de l’Union Européenne.

    Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a mis en garde mercredi contre le risque d’une désintégration de l’Union européenne en cas de sortie de la Grande-Bretagne suite au référendum du 23 juin.

    « Un vote des Britanniques en faveur d’une sortie constituerait un choc pour l’UE, suite auquel il faudrait s’assurer que l’UE soit préservée et qu’un processus réussi d’intégration de plusieurs décennies ne finisse pas en désintégration du bloc », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse dans la ville de Brandebourg (est), après une rencontre avec son homologue français Jean-Marc Ayrault.

    http://www.romandie.com/news/Brexit-le-chef-de-la-diplomatie-allemande-met-en-garde-contre-une-desintegration-de-/712239.rom

    J'aime

  5. -d’une part, il aurait fallu s’interroger sur le sens de la relation, à savoir est-ce que les taux produisent l’inflation ou est-ce que l’inflation produit les taux ;

    oui! et cette expérimentation va rester dans les annales.
    Dans 50ans à mon humble avis, les manuels d’histoire ne parleront que de ça, du traitement catastrophique de la crise de 2009(?) comme on évoque aujourd’hui le traitement catastrophique de 29

    LOL

    J'aime

  6. ce n’est pas un echec pour tout le monde…destruction programmé dollar?
    le dollar a peut etre fait son temps? (aussi technologiquement , blockchain)
    =>favorise reset? nouveau bretton wood?

    J'aime

  7. Quand on sait qu’en Février, c’était bouclé pour Cameron.. il avait obtenu tout ce qu’il voulait, c’est à dire que les traités européens ne doivent pas s’appliquer à l’UK..
    L’UK ne veut pas de l’euro, ne veut pas que les traités s’appliquent à elle, que la politique migratoire de l’UE ne s’applique pas… grosso merdo, l’UK veut bien rester dans l’UE mais sans entrer dans l’UE… elle n’y est déjà pas… alors Brexit ou pas, ça ne changera pas grand chose pour eux c’est certain… Cameron après avoir dit qu’il allait soutenir le Brexit, il repart de Bruxelles avec tout ce qu’il a demandé et aujourd’hui il plaide pour que l’UK reste dans l’UE…
    Cette histoire de Brexit c’est pour moi, un vaste enfumage… et Brexit il n’y aura pas. Une députés anglaise pro européenne vient d’être sacrifiée pour ça… ça va encore être la faute d’un islamiste ou mieux encore un « patriote » d’extrême droite… Vas savoir !!!

    J'aime

  8. Vendredi 17 juin 2016 :

    Les rotatives sont-elles prêtes ?

    Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, zone euro, Japon : les rotatives sont-elles prêtes ?

    La réponse est : « Oui, les planches à billets sont prêtes ! »

    Les banques centrales s’apprêtent à une injection coordonnée de dollars en cas de Brexit.

    http://www.romandie.com/news/Les-banques-centrales-sappretent-a-une-injection-coordonnee-de-dollars-en-cas-de-_RP/712731.rom

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s