Art de la guerre monétaire et économique

Quand les peuples bousculent la politique : La vraie signification du débat sur le BREXIT

La vraie signification du débat sur le BREXIT Par Charles Gave

« Ce débat sur l’Europe touche donc à quelque chose de vital et de très profond chez TOUS les sujets de sa Majesté.

Ce qui m’amène à une première réflexion : ce vote n’a rien, mais rien à voir avec l’économie, puisque pour eux l’économie est tout à fait contingente et sans grande importance.

Ce débat fait donc à l’évidence remonter à la surface quelque chose de très profond qui touche à ce que j’aimerais appeler « l’âme » de la Nation (Anglaise) si cette notion d’âme d’une Nation n’avait pas été galvaudée pendant une grande partie du XIX eme et du XX eme siècle. Mais le fait que cette notion ait été mal utilisée par le passé ne veut pas dire qu’elle est fausse. Elle existe, et existera toujours.

Et donc la première question que tout observateur doit se poser est la suivante : qu’elle est cette « chose » qui est en train de remonter à la surface en Angleterre ? Et cette première question en appellera automatiquement une deuxième. Est-ce que « cela » est aussi en train de remonter ailleurs ?Et ici, je voudrais revenir une fois de plus à Renan, qui expliquait qu’une Nation, c’était une volonté de vivre ensemble, et que cette volonté s’ancrait dans une Histoire-Légende que tout le monde partageait. Et cette Histoire-Légende en Grande-Bretagne est intimement liée au développement de la Démocratie en tant que système politique.

Depuis la « Magna Carta » octroyée par Jean sans Terre il y a plus de 800 ans, à « l’élection » de l’ancêtre de la Chambre des Lords présidée par Simon de Montfort (celui la même qui fut tué devant Toulouse au moment de la Croisade contre les Cathares), à la glorieuse révolution de 1689 en terminant avec la suprématie des « Communes » sur les Lords au XIX eme, l’arrivée du suffrage universel, le vote des femmes…le mouvement a toujours été vers plus de Démocratie. Or ce mouvement a été très nettement interrompu depuis la ratification du Traité de Lisbonne bien que les électeurs Français et Hollandais l’aient rejeté sous son nom précédent de Constitution Européenne. Et ce Traité entérine des abandons de Souveraineté considérables en particulier dans les domaines de la Justice et de la prépondérance du Parlement Britannique sur les directives de la Commission Européenne. Qu’il ait été imposé à tous les pays faisant partie de la Communauté alors même qu’il avait été refusé par les deux peuples à qui l’on avait demandé leur consentement pour les Anglais était tout simplement incompréhensible.

Et donc deux choses ont choqué les Anglais dans ces évolutions initiées à Bruxelles.

Le premier fût que ce texte, refusé par les peuples Français et Néerlandais leur soient imposé quand même, et à tout le reste de l’Europe en plus, en utilisant la bonne vieille méthode de Jean Monnet.Les non élus présentent les textes leur donnant de plus en plus de pouvoir sans aucun contrôle démocratique, et souvent ces textes sont rejetés PAR LES PEUPLES comme cela a été le cas pour la Constitution Européenne.Qu’à cela ne tienne, nos « élites » présentent et représentent le même texte sous des formats différents et un jour il est accepté, de guerre lasse.Et de ce jour, il devient intangible et éternel comme les Dix Commandements.  C’est ce qu’il est convenu d’appeler le « cliquet » Monnet, le mouvement ne peut avoir lieu que dans un sens-de plus en plus d’Europe- et les erreurs ne peuvent donc être corrigées comme on le voit tous les jours avec l’Euro.Que le Président Sarkozy ait été à l’origine de cette forfaiture le disqualifie à mon avis à tout jamais pour occuper à nouveau la fonction Présidentielle. Cet homme ne respecte pas le Peuple.

La deuxième fut la mise sous tutelle de la Justice Britannique par la Justice Européenne. S’il y a une idée à laquelle les Britanniques sont attachés, c’est bien d’être jugés par leurs pairs et en fonction de Lois qui ont été rédigées sous le contrôle de leurs représentants puisque c’est cela l’essentiel de ce qu’ils avaient obtenu avec la Magna Carta.Or tout cela n’existe plus.

La Démocratie, depuis le Traité de Lisbonne, a reculé en Grande-Bretagne un peu comme elle l’avait fait au moment du rétablissement des Stuart et cela s’était mal terminé…pour les Stuart  Et j’en arrive à ce qui me parait essentiel : Tout le XIX eme et une partie du XX eme ont été marqués par l’émergence d’une notion essentielle qu’il est convenu d’appeler « le Droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes ».Or, toute la politique de Bruxelles revient à annihiler ce qui avait été obtenu au prix de guerres et de révolutions sanglantes.

Et donc ce qui est en train de remonter des profondeurs, c’est simplement ce Droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes que Bruxelles, lentement mais surement a pour ambition ultime de faire disparaitre.  Et tous les totalitarismes ont comme ambition de faire disparaitre cette notion.Et n’importe quel survol historique montre que cela n’a pas très bien marché dans l’histoire récente comme on l’a vu avec l’effondrement de l’union Soviétique, suivi de la re-émergence de Nations que chacun croyait avoir disparu depuis longtemps.Et j’en arrive au deuxième point, cette réalité qui arrive des profondeurs est en train de remonter partout en Europe.

On le voit en Hongrie, en Pologne deux pays qui comme la Grande- Bretagne ont le bonheur de ne pas faire partie de l’Euro et donc ont gardé une certaine Souveraineté.On l’a vu en Autriche où nous saurons bientôt si des fraudes électorales ont permis aux partis pro- Bruxelles de rester au pouvoir de façon illégitime. On commence à le voir aussi en Espagne, où les déficits budgétaires et donc les dettes explosent et où Podemos risque de l’emporter.

On le voit au Portugal, le pays le plus endetté au monde et qui crève sous le joug de Bruxelles et de l’Euro.On le voit en Italie où la montée du mouvement des cinq étoiles semble se confirmer, aux dépens encore une fois des pro-Bruxelles. Quant à notre pays, je constate avec stupéfaction une totale déliquescence de l’Etat sans que l’opposition « officielle » réagisse en identifiant le vrai problème dont souffre la France. Et ce problème est le suivant : nous avons perdu la maitrise de notre destin et ce qu’il est convenu d’appeler la Droite de gouvernement ne nous propose que des recettes de cuisine pour redresser l’économie. Redresser l’économie quand on a perdu le contrôle de la politique budgétaire, de la monnaie et de ses frontières est une aimable plaisanterie.

Bref, nous sommes en train d’assister à l’échec du coup d’Etat organisé par les hauts fonctionnaires Français à la suite de la réunification de l’Allemagne. » (EXTRAITS)

http://institutdeslibertes.org/la-vraie-signification-du-debat-sur-le-brexit/

CHARLES GAVE  Le 20/6/16

Quand les peuples bousculent la politique Par Ivan Rioufol

« Les délires apocalyptiques annoncés par les européistes en cas de Brexit rappellent, en France, les propagandes à gros sabots des « ouistes » contre les « nonistes », lors de la consultation populaire de 2005 sur la Constitution européenne. 55% des Français avaient alors fait un bras d’honneur au Système, avant que Nicolas Sarkozy ne viole leur vote en réintroduisant le texte rejeté par le biais du traité de Lisbonne. C’est ce mépris pour la démocratie qui entache l’Union européenne, confisquée par des technocrates et des commissaires populophobes et xénophiles.

A cette première raison, qui avait suffi à faire s’écrouler l’Union soviétique, s’ajoute une constante fascination de l’UE pour l’immigration de peuplement qui devient de plus en plus problématique.

Pour elle « l’immigration est une caractéristique permanente de la société européenne ».

Un document de 2004, cité par Michèle Tribalat dans un livre paru en 2013 (1), affirme même : « Si le flux d’immigration (…) est géré correctement et méthodiquement, les Etats membres seront gagnants sur de nombreux plans. L’économie sera plus forte et la cohésion et le sentiment de sécurité seront plus grands, sans oublier l’avantage que représente la diversité culturelle ». Or cette même stupidité persiste encore aujourd’hui. La Commission Juncker explique que, pour elle, « la migration est une des dix priorités politiques ». C’est, à l’évidence, une autre Europe qui faut construire. Pour cela, il faut laisser les peuples raisonnables décider de leur propre sort. »

(1) Assimilation, la fin d’un modèle français

IVAN RIOUFOL Le 20/6/16

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2016/06/quand-les-peuples-bousculent-l.html

EN BANDE SON:  

 

    NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

1 réponse »

  1. Comme le dit très bien l’article, les méthodes employés par les pro-européens n’ont rien de démocratique, que ce soit le non-respect de la volonté du peuple, les mensonges et les menaces permanentes contre les peuple européens s’ils ne vont dans le sens de l’Europe font davantage penser à la mise en place progressif d’une dictature.
    Le fanatisme des collectivistes qui veulent à tout prix mettre en place le ‘ » nouveau vivre ensemble » après l’échec du communisme, et ne supportent pas l’idée de nation et tout ce qui va avec, culture, identité, Histoire, fait peur.
    Leur stratégie de se réclamer du camp pro-démocratie luttant contre la  » peste brune » ne fonctionne plus car de plus en plus de gens comprennent qu’ils sont bien plus proches de la  » peste brune » que le camp d’en face.
    Je pense que le Brexit se fera même si je crains des fraudes.
    Au fur et a mesure que le scepticisme des gens vis à vis de l’Europe progresse, les europhiles sont de moins en moins démocratiques, ils montrent leur vrai visage, ceux de fanatiques anti-démocratie.

Laisser un commentaire