Cela se passe près de chez vous

POUR INFO – Geopolitique Friction : Bruits de guerre !

Bruits de guerre

28644896236_2b75c37793_b

20 Août 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Chroniques du Grand Jeu

La chaleur de l’été semble avoir gagné les esprits, ça se frotte et se triture un peu partout sur la planète. Achtung : même si cela reste pour l’instant dans les limites du raisonnable, un dérapage est si vite arrivé…

En Syrie, où la Chine décide de s’impliquer davantage en soutenant l’effort de guerre syro-russe, les loyalistes avancent sur la majorité du territoire. La poche rebelle de Daraya dans la banlieue de Damas ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir et la Ghouta ne lui survivra pas beaucoup plus longtemps. Au nord d’Homs, les jets russes viennent de décapiter l’état-major barbu.

Mais c’est à Alep que se décidera le sort de la guerre. Là, le Hezbollah et l’armée syrienne sont en train de lentement mais sûrement refermer la brèche ouverte par les coupeurs de tête modérés début août. Une partie des territoires a été récupérée et l’on commence à tâter et piquer les défenses djihadistes restantes. Une attaque d’envergure vient d’ailleurs d’être déclenchée il y a quelques minutes. Pendant ce temps, les enfants de Ben Laden se font KALIBRer le portrait, à partir de la Méditerranée cette fois.

Guère étonnant dans ces conditions que les barbus aient lancé une nouvelle opération de com’ avec la complicité intéressée de la MSN occidentale. Comment s’appelle l’enfant cette fois ? Ah oui, Omran… Pauvre gosse utilisé à des fins de grossière propagande. A quand la photo des mômes de la zone gouvernementale bombardés par les salafistes ?

Tout au nord, la situation dégénère entre Kurdes et armée syrienne a Hassaké. Certes, ce n’est pas la première fois : des clashs éclatent tous les deux-trois mois, vite éteints par le grand-frère russe qui a l’oreille des deux camps. Mais cette fois, cela semble plus sérieux. Difficile de dire comment a commencé la querelle (coup de menton kurde face au rapprochement russo-turc ?) mais elle est suffisamment importante pour que l’aviation syrienne ait bombardé des positions kurdes dans la ville pour la première fois depuis le début de la guerre.

Ce faisant, des « conseillers » américains présents avec les YPG kurdes sont passés bien près de la grande faucheuse, ce qui fait les gros titres aux Etats-Unis. L’excellent Moon of Alabama démonte l’hypocrisie US : que font donc ces « conseillers » si loin du front contre Daech ? Washington a-t-il le droit de répondre quoi que ce soit aux avions syriens survolant leur propre pays ?

Franchissons la frontière turque où il se passe également bien des choses. Le PKK est tout feu toute flamme et multiplie les attentats contre les policiers et militaires turcs. Le dernier en date a fait entre 3 (source Ankara) et 105 (source PKK) morts. Erdogollum, déjà aux prises avec le gülénisme et le séparatisme kurde, doit passer par tous les sentiments en ce moment… Mes rebelles syriens se font dézinguer mais je dois être gentil avec Moscou… Ah oui, je vais aussi à Téhéran dans quelques jours pour m’aligner sur la position russo-iranienne… Oh, les Américains retirent leurs armes nucléaires de ma base d’Incirlik, supposément sous la menace « terroriste ». C’est vrai que je n’ai plus confiance en eux et ils n’ont plus confiance en moi… Mais qui donc me reste-t-il comme allié ? La vie est dure…

Et voilà que ça reprend dans le haut Karabagh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, et cette fois, le très occupé sultan n’y est sans doute pour rien. Erevan et Bakou s’accusent mutuellement d’avoir rompu le cessez-le-feu difficilement trouvé après la crise du mois d’avril.

Dans ces conditions, comment l’Ukraine pourrait rester à l’écart et ne pas y aller de sa clownerie ? Nous avons vu comment l’affaire a débuté et que Moscou avait peu à y gagner, au contraire de la junte maïdanite au bord du gouffre et paniquée que le gaz russe ne transite plus par l’Ukraine. C’est maintenant l’escalade, verbale et symbolique pour l’instant. Poutine s’est envolé pour la Crimée tandis que Chocochenko évoque, comme d’habitude, une invasion russe. Ca doit être la 97ème depuis deux ans…

L’estomac est repu de tant de conflits mais vous reprendrez bien une lichette de Mer de Chine où la guerre des nerfs pour contenir le Heartland / percer le containment (barrez la mention inutile) bat son plein entre l’empire du Milieu et l’empire tout court. La tension est montée tout au long de l’été, Pékin s’exerçant même en vue d’une guerre « courte, soudaine et cruelle » (!) La militarisation des deux mers de Chine, méridionale et orientale (où Tokyo est prêt à déployer des missiles contre Pékin), n’est guère rassurante même si une ligne spéciale a été établie entre la Chine et l’ASEAN.

Il n’y a décidément pas que le réchauffement climatique qui enfièvre la planète… L’automne sera-t-il plus calme ? Rien n’est moins sûr.

NB : Je vous fais grâce du Yémen – où la coalition wahhabite prend l’eau, les Houthis commençant d’ailleurs à multiplier les incursions et les bombardements en territoire saoudien – et de la Corée du Nord où Kim III redouble ses vraies-fausses menaces…

 

Pas d’ISIS à Hasaka…

28906564480_480fb88460_b


Mais des soldats américains qui « conseillent » aux Kurdes d’attaquer l’armée syrienne ?


Moon of Alabama

Le 19 août 2016 – Source Moon of Alabama / Le Saker Francophone

Hier, une bagarre a éclaté entre les troupes de l’Armée arabe syrienne (AAS) et les forces kurdes locales, dans la ville majoritairement kurde de Hasakah au nord-est de la Syrie. Hasakah, qui compte environ 200 000 habitants, abrite une garnison de l’Armée arabe syrienne (AAS) depuis des années. Il y a une certaine inimitié entre les Kurdes et les soldats, mais habituellement le calme règne.

Il y a déjà eu des heurts, mais il s’agissait de rivalités locales entre les Forces de défense nationales auxiliaires syriennes, des minorités arabes locales (chrétiennes) et des gangs qui forment une force de sécurité intérieure kurde sous le nom d’Asayish. Ces combats se terminaient habituellement au bout d’un jour ou deux quand les adultes des deux camps réglaient le désaccord sur tel ou tel point de contrôle ou voie d’accès.

L’État islamique (en gris sur la carte) a autrefois menacé Hasakah mais le danger est maintenant écarté.

Hier, une nouvelle bagarre a éclaté, mais cette fois, elle a pris un tour sérieux. L’armée de l’air syrienne a été appelée pour contrecarrer des attaques directes contre la garnison de l’AAS et les quartiers des minorités :

Des avions de combat du gouvernement syrien ont bombardé des parties de la ville de Hasaka tenues par les Kurdes au nord-est du pays, jeudi, pour la première fois en cinq ans de guerre civile, selon la milice kurde syrienne YPG (Unités de protection du peuple) et un groupe de surveillance.
[…]
Le gouvernement syrien a encore des points d’ancrage dans les villes de Qamishli et Hasaka, toutes les deux situées dans le gouvernorat de Hasaka, qui coexistent largement pacifiquement avec les parties du territoire tenues par les YPG.

La cause de la flambée de cette semaine n’est pas claire.
[…]
Xelil dit que l’artillerie des forces gouvernementales a bombardé des districts kurdes de Hasaka, et qu’il y a eu des affrontements violents dans la ville.

 L’Observatoire syrien pour les droits de l’homme, qui suit la guerre à travers un réseau de militants, a déclaré que des avions de combat avaient ciblé les positions des forces de sécurité kurdes dans le nord-ouest et le nord-est de la ville de Hasaka.

Il semble que ces combats aient éclaté à cause de l’arrivée, pour une raison inconnue, de troupes américaines à Hasakah. L’armée américaine se plaintmaintenant que ses troupes aient essuyé des tirs de l’armée de l’air syrienne :

Les frappes aériennes syriennes ont eu lieu au nord-est de la ville de Hasaka, un endroit où les affrontements au sol entre les combattants kurdes des YPG et les forces du régime syrien ont augmenté. Il y avait là un petit nombre d’agents spéciaux américains agissant comme conseillers des YPG lorsque les frappes aériennes syriennes ont commencé.

 « Après que les Su-24 syriens ont commencé à frapper, les États-Unis ont immédiatement contacté les Russes », a dit Davis qui a précisé que l’aviation américaine rétorquerait si les forces de la coalition étaient attaquées.

Les Russes ont expliqué que ce n’était pas eux qui avaient effectué ces frappes et les États-Unis ont envoyé précipitamment des avions de chasse pour protéger les Américains et leurs alliés.

 Quand les avions des États-Unis et de la coalition sont arrivés, les jets syriens étaient partis.

Il n’y a pas État islamique dans la région qui est maintenant loin de la ligne de front.

  • Pourquoi les troupes américaines, qui n’ont aucun fondement juridique pour être en Syrie, se trouvent-elles dans la ville de Hasakah ou dans sa région ?
  • Qui conseillent-t-elles ? Et dans quel but ?
  • Pourquoi les rares conflits locaux s’enveniment-ils juste au moment où les troupes américaines arrivent dans la région ?

Les États-Unis ont la chutzpah [culot en hébreu, NdT] d’avertir les Syriens de ne pas défendre leurs propres troupes sur leur propre sol :

Des nouvelles patrouilles aériennes de combat américaines ont été envoyées sur la zone, hier, et l’ont survolée aujourd’hui aussi.

 Davis a dit que les Syriens seraient « bien avisés » de ne pas interférer avec les forces de la coalition sur le terrain à l’avenir.

Les forces gouvernementales syriennes sont attaquées par les troupes kurdes qui sont conseillées par les forces spéciales américaines. Et, si l’on en croit le porte-parole américain, les forces de l’air syriennes n’ont pas le droit de les défendre ? Qu’est-ce que cela a à voir avec la lutte contre ISISdans l’est de la Syrie, qui est soi-disant la seule raison pour laquelle les troupes américaines sont en Syrie ?

L’armée de l’air syrienne est revenue à Hasakah aujourd’hui et a continué de bombarder la position à partir de laquelle l’armée syrienne est attaquée. Ils ne seraient pas là sans l’accord des Russes. Est-ce que l’armée des États-Unis veut entamer le combat contre l’armée de l’air syrienne et ses alliés russes ?

Les YPG kurdes disent qu’ils évacuent actuellement les civils de certains quartiers de la ville. Ils semblent s’attendre à un conflit prolongé.

Tout mouvement contre l’armée syrienne à Hasakah sera attentivement examiné par Ankara. La Turquie craint, avec raison, que les États-Unis ne soutiennent l’objectif kurde d’une entité nationale kurde à cheval sur la Syrie et l’Irak. Ce qui mettrait en danger la Turquie du fait de sa propre grosse minorité kurde.

Si les Kurdes expulsent les forces syriennes de Hasakah avec le soutien des États-Unis, la Turquie saura que toutes les assurances américaines de ne pas œuvrer contre les intérêts de son allié turc sont mensongères. Cela augmentera l’animosité turque, déjà profonde, contre les États-Unis et cela accélérera ses démarches en vue d’une alliance avec la Russie et l’Iran.

Traduction : Dominique Muselet

http://lesakerfrancophone.fr/pas-disis-a-hasaka-mais-des-soldats-americains-qui-conseillent-aux-kurdes-dattaquer-larmee-syrienne

Erdogan, bientôt meilleur allié d’Assad?

Par Eric Verhaeghe jusqu’ici tout va bien le 23 aout 2016

Erdogan demandent-ils des conseils pour tuer les rébellions?

On se demande bien ce que ces espions ont pu se tenir. Les sujets n’ont pas dû manquer, y compris la meilleure façon de traiter les prisonniers politiques, sujet sur lequel les Syriens ne manquent jamais d’idées. Blague mise à part, tout concorde pour laisser penser que les deux pays devraient entamer une collaboration assez poussée, sous les auspices de la Russie.

Les canons se tournent contre les Kurdes

Les deux dictateurs commencent par ailleurs à avoir une vraie communauté d’intérêts.

Le plus évident est la lutte contre les autonomistes kurdes, qui déplaît encore plus aux Turcs qu’aux Damascènes. Après avoir laminé le Kurdistan turc, Erdogan entend étouffer toute velléité d’indépendantisme en Syrie. Il a mêmelancé de premiers bombardements sur le territoire syrien pour affaiblir les troupes kurdes.

Parallèlement, Erdogan vient de rappeler son ambassadeur en Autriche, où avait lieu un meeting de soutien au PKK.

La Turquie combattra-t-elle Daesh?

Reste une inconnue: Erdogan va-t-il aider Assad dans la lutte contre Daesh? La question est posée, et la réponse risque d’être très nuancée. On le sait, le gouvernement turc a largement aidé l’Etat Islamique et lui a apporté des soutiens logistiques. Une série d’attentats laisse à penser que l’Etat islamique a cherché à déstabiliser Erdogan.

Assistons-nous à un retournement massif des alliances? Cette hypothèse est fort probable et demandera à être confirmée dans les prochaines semaines.

Le gouvernement allemand veut que ses citoyens conservent assez de nourriture et d’eau à leur domicile pour survivre pendant 2 semaines à un attentat ou une catastrophe potentielle, rapporte le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. C’est la première fois depuis la fin de la Guerre Froide que le gouvernement allemand donne un tel conseil à sa population.

L’Allemagne a été placée en état d’alerte au plus haut niveau suite à une série d’attentats survenus le mois dernier.

Le journal cite un document préparé par le ministère de l’Intérieur en 2012 dans le cadre du “Concept pour la défense civile”. Il appelle les gens “à se préparer de manière appropriée pour un développement qui pourrait menacer notre existence et ne pourrait pas être totalement exclu à l’avenir”.

Dans ce rapport de 69 pages, on peut lire entre autres que “la population sera obligée de détenir une ration de nourriture individuelle pour 10 jours”.

Les forces armées doivent également être mieux soutenues par les citoyens

Les gens devront aussi stocker un approvisionnement en eau potable de deux litres d’eau par personne et par jour suffisant pour tenir 5 jours.

Le document exhorte également le pays à se doter d’un système d’alerte fiable, d’une meilleure protection structurelle des bâtiments et d’une plus grande capacité en matière de soins de santé. Il estime que les forces armées devraient être mieux soutenues par les citoyens.

Plus tôt ce mois-ci, le ministre allemand de la Défense a appelé l’armée à s’entraîner plus étroitement avec la police en prévision de possibles attentats de grande échelle.

4 réponses »

  1. La Chine est présente depuis le début en Syrie mais ils sont très discrets. Concernant la guerre, j’ai également obtenu des informations concernant des préparatifs en cours dans d’autres pays qui semblaient indiquer qu’eux aussi se préparent à la guerre y compris en France ou de nombreuses mesures ont été mises en place en toute discrétion.
    Poutine a en tout cas prouvé qu’il était un bien meilleur stratège que les américains.
    Si la guerre éclate, que feront tous ces migrants fraichement arrivés qui sont assistés par le système pour le logement et la nourriture et qui donc se retrouveront démunis puisque le système sera en faillite…ils iront chercher de la nourriture et des logements là où il y en a, chez vous…
    Et bien sûr il n’y aura pas de  » vivrensemble », ce sera eux ou nous, et je préfère que ce soit nous.
    L’Histoire se souviendra qu’un abruti, la veille du grand clash, a dit  » ca va mieux »

    J'aime

  2. En cas d’un conflit qui se généralise Otan versus Russie on aura aussi droit à quelques missiles Russes …!!!
    Seule MLP préconise la sortie de l’enfer Otanesque..
    Notre survie sinon ..!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s