Cela se passe près de chez vous

Douce France : Jérôme Cahuzac a financé Rocard Par Bruno Bertez

Jérôme Cahuzac a financé Rocard,

Par brunobertezautresmondes le 5 Septembre 2016

Le premier compte bancaire en Suisse ouvert par Jérôme Cahuzac a servi, dans un premier temps, à financer l’activité politique de Michel Rocard, après sa démission, a déclaré lundi l’ex-ministre du Budget. C’est exactement la thèse que nous avons soutenu dans  Lupus lors de l’éclatement de l’affaire. Mais cela ne s’est pas arrêté là.

Il faut rapprocher tout ceci des révélations du socialiste Dalongeville en 2013 sur les liens et filières de financement de certaines fédérations du PS. Dalongeville n’a évidemment pas pu apporter la preuve de ce qu’il avançait devant le tribunal, mais c’est toujours ainsi, il est quasi impossible d ‘apporter les preuves dans ce genre d’affaires et cela permet aux tribunaux de ne pas faire leur travail tandis que les autres, ceux qui sont ainsi blanchis crient qu’ils ont été diffamés.Il faut remonter toute la filière de l’industrie pharmaceutique et du médical, est ce que cela sera fait?

Jérôme Cahuzac, actuellement jugé pour fraude fiscale et blanchiment à Paris, est accusé d’avoir dissimulé des avoirs sur un compte bancaire ouvert en 1992 en Suisse, puis transféré à Singapour en 2009, via des sociétés écrans établies au Panama et aux Seychelles.

Les sommes virées entre novembre 1992 et mai 1993 sur le premier compte, ouvert en 1992 à la banque UBS en Suisse au nom d’un avocat, n’étaient pas le fruit de son travail, mais constituaient le financement des activités politiques de Michel Rocard, a-t-il annoncé lundi à la barre à la surprise générale.

« La vie politique coûte cher », a déclaré Jérôme Cahuzac, expliquant qu’à l’époque, le financement occulte était « la règle ». L’ouverture de ce compte, « c’était du financement politique pour un homme dont j’espérais qu’il aurait un destin national », a-t-il ajouté.

Michel Rocard, décédé le 2 juillet dernier, a été Premier ministre de 1988 à 1991, période durant laquelle Jérôme Cahuzac a travaillé au cabinet de son ministre de la Santé, Claude Evin. Après sa démission, en 1991, il l’a suivi, et travaillait pour lui, en plus de ses activités de conseil auprès des entreprises pharmaceutiques et de chirurgie esthétique.

Humeur de Loup du Mercredi 22 Mai 2013 : Cahuzac, y en a marre! Par Bruno Bertez

Y en a marre, c’est le cri de guerre des anars, sous la bannière de gens comme Ferré, Brel, Brassens ou même, à certains moments,  Ferrat. Y en a marre de l’hypocrisie, des mensonges, qui ne servent qu’à détourner l’attention sur des pseudo-larcins pour mieux couvrir des vols de grande envergure.

   « Y en a marre » est le cri de révolte de ceux qui en ont assez d’être pris pour des c…s et des idiots. Y  en a marre des diversions sur le mariage homo, le vote des étrangers, les affaires Cahuzac, les expéditions au Mali et autres.

Entendons-nous bien, avant d’être anar, il faut être démocrate. Tout comme avant d’être bourgeois marchand, il fallait être féodal. L’histoire, c’est l’histoire d’un progrès balbutiant et il ne faut pas rater les étapes. Donc, d’abord et avant tout, ce qu’il faut réclamer, c’est la démocratie. La souveraineté du peuple contre la représentation mystifiante et aliénante. Il faut refuser ces cliques qui récupèrent la raison d’Etat et s’en servent pour vous mettre au pas.

Y en a marre de de la grande campagne de la moralité fiscale qui lave plus blanc, sauf les comptes des hommes politiques, dont je me fiche; les comptes des banquiers offshore, dont je ne me fiche pas. Ce qui est important, ce ne sont pas les faiblesses humaines, mais… le système. Le système de la connivence cher à des précurseurs comme Montaldo, le système klepto-maffieux.

Tout le milieu politique ment, triche, sur ses ressources, sur ses revenus réels, sur l’origine des fonds de campagne; on triche sur le financement des services de renseignements, sur le financement des grands contrats d’exportation, sur les moyens de réaliser les grosses transactions d’Etat, sur le financement des amitiés africaines, sur tout, tout.  Et même sur les ressources des maîtresses, des larbins et des enfants adultérins. On ment pour financer les journaux amis; on ment pour acheter les alliances et ralliements, on ment pour arroser les syndicats. Qui croit qu’ils vivent de leurs cotisations? On pompe sur tout, sur les fonds de formation, sur le 1% logement, sur les assurances des élèves à l’école, sur les mutuelles, sur les cotisations des syndicats étudiants, etc. etc. Qui croit que Mitterrand payait sur ses fonds de l’Elysée ses conseillers et autres?

Depuis 40 ans, nous avons été au cœur de toutes ces dérives, nous avons connu celles de la bande d’Edgard Faure, celles des amis de Giscard; celles des TPG, celles des Tribunaux de Commerce, celles des différents ministres du budget, même ceux du Général, nous avons assisté à la constitution d’un trésor de guerre pour Bérégovoy quand ses amis francs-maçons le pressaient de faire une cagnotte pour le cas où il se présenterait à des présidentielles, nous avons vu passer l’argent des fonds publics et bancaires pour financer les entreprises défaillantes proches des Pouvoirs, les entourloupes des  Ciasi et autres, pour financer un candidat Front National face à un radical de droite, etc. etc.  Nous omettons bien entendu l’essentiel, trop précis,  car notre but n’est pas de scandaliser, de stigmatiser, mais de dire haut et fort que la France fonctionne comme cela. Tout le système du Pouvoir fonctionne sur l’argent occulte. Tout ce qui dépend du Pouvoir, tout ce qui conduit au Pouvoir fonctionne de la même façon. 

Alors, y en a marre que l’on tape sur Cahuzac et que l’on s’en serve pour renforcer les contrôles sur les citoyens, les terroriser fiscalement, les démoniser. L’affaire Cahuzac a une fonction systémique, celle de faire peur aux citoyens et de faire  entrer dans leur tête que frauder le fisc est un crime, que l’Etat est légitime à confisquer ce qui ne lui appartient pas. On désigne un coupable et on le marque d’infamie pour crédibiliser la terreur fiscale, pour affirmer que tenter de conserver son argent est un crime et, en même temps, autoriser la mise en place du Panopticon fiscal, voire bientôt institutionnaliser la délation. Le tout pour masquer la vraie politique en cours, le grand transfert des richesses le plus important que l’histoire ait connu, celui des citoyens vers les banques d’abord et l’Etat ensuite. Le grand transfert qui sert à financer la prise et le maintien au pouvoir d’une élite illégitime, à acheter les voix des marginaux qui constituent les troupes d’appoint de la pseudo-démocratie et du réel remplacisme. L’affaire Cahuzac, c’est la Grande Inversion, elle devrait terroriser les Pouvoirs, elle leur sert à terroriser les citoyens tout en se maintenant en place. Un comble, il faudrait un chansonnier, une Anne Roumanoff.

Au lieu de tomber dans le piège du scandale Cahuzac, il  faut oser dire chiche, chiche, on fait le grand nettoyage ! On y va, on lave plus blanc que blanc à la Coluche. Cahuzac change de rôle, ce n’est plus un coupable, cela devient un témoin, un témoin protégé, un héros. Il a menacé d’écrire un livre, qu’il l’écrive s’il est un homme, pas un politicard. Qu’il reconquiert sa dignité.

capturerocard

BRUNO BERTEZ Le Mercredi 22 Mai 2013

7 réponses »

  1. Bonjour,

    Assez d’accord avec votre constat d’autant plus que dans ce pays, la Justice est soigneusement tenue en laisse par le politique qui lui a même passée un collier étrangleur (le financement) pour faire bonne mesure. Cahuzac n’étant pas un gibier de potence, il serait exceptionnel qu’il soit condamné à une forte peine de prison ferme. Et quand bien même cela serait, il y a également de forte chance qu’il bénéficie d’un bracelet électronique, après tout il a toutes les garanties de représentation possibles, ce qui relativisera sa condamnation. On a déjà le cas avec un député qui siège avec cet appendice. La honte, hélas, n’est plus de ce monde.
    Pour autant, Cahuzac joue facile. Incriminer un mort est une technique assez facile. Le défunt n’est plus là pour se défendre et dans la galaxie socialiste, Rocard apparaît comme un parangon de vertu, presque une rosière. Ils ne sont pas si nombreux à pouvoir se prévaloir de cette réputation. Enfin, je note ce matin les dénégations d’un grand laboratoire pharmaceutique quant à d’éventuels financements occultes. Il indique que les investigations menées n’ont pas permis d’en trouver trace, pas qu’ils n’ont pas eu lieu. La sémantique à des charmes discrets.

    Bonne journée

    J'aime

  2. Je suis toujours heureux de vous lire. Même s’il avait été là, Roacard n’aurait pas eu à se défendre, les financements occultes sont conçus de telle façon que celui qui est promis à de grands destins n’en sache rien, ne puisse jamais en être inquiété. C’est le cloisonnement le plus total. Au plus haut niveau « on n’en veut rien connaître », c’est la règle et elle est toujours appliquée.

    La situation est différente pour ceux qui ne sont pas au sommet et qui tentent de monter une écurie présidentielle; ils sont obligés prendre des risques, de faire des promesses.

    Tout ce que l’on peut révéler sur ces sujets sera toujours attaqué et contesté comme diffamation.
    Les tribunaux ne jugent pas sur les faits ils jugent l’action de diffamer. Et si la personne qui produit les révélations ne peut fournir les preuves, ce qui est presque toujours le cas, alors elle est condamnée pour diffamation.

    Cela m’est arrivé sur une affaire « béton » pour attaques envers une personne soupçonnée d’atteinte à la sureté de l’état et intelligence avec l’ennemi à l’époque de Mitterrand. J’ai perdu et j’ai été condamné à 1F alors que le dossier m’avait été fourni par les Services Français!

    J'aime

  3. Il faudrait que les Français sortent d’une contradiction intenable et très fâcheuse : les hommes politiques sont à la fois idéalisés et discrédités.
    Idéalisés : et la corruption scandalise alors qu’elle est vieille comme le monde particulièrement dans ce milieu.
    Discrédités : aucune confiance, aucune adhésion quant à leurs projets et choix.
    Symétriquement, lors des campagnes particulièrement, les politiques jouent à fond sur l’idéalisation en actionnant ses ressorts.
    Au pouvoir, ils se fichent complètement du peuple qu’ils ont bien dupé..

    J'aime

  4. Ce Monsieur se présenterait à une élection il serait élu en vendant son savoir faire en terme de blanchiment !…..
    La politique n’est que le reflet de ce qu’est devenue la société Française où le moindre boulot confortable est négocié et remis n’ont pas au plus méritant mais à celui qui possède le plus de relation !….
    Nous avons abandonné le mérite, l’honneur et la franchise pour le mensonge, la duplicité et la paresse aussi logiquement les politiques sont à l’image des Français avant de regarder la saleté chez son voisin je préconise d’abord de nettoyer chez soi….

    J'aime

  5. Il y a quelque chose d’étrange dans cette affaire.Tandis que M.Cahuzac est condamné en appel (puisqu’il avait fait appel de la décision des juges) pour avoir placé d’importantes sommes d’argent dans des « paradis fiscaux » (c’est ainsi qu’on les nomme)afin d’échapper à la fiscalité ordinaire M.Macron explique benoîtement à des millions de télespectateurs (peut-être confits en dévotion ?)que l’évasion fiscale n’existe pas en France.M.Cahuzac n’était pas vraiment n’importe qui puisqu’il avait précisément en charge les finances publiques,les finances de l’Etat.En réalité ces deux points de vue (ceux de MM Cahuzac & Macron)se rejoignent bien sur un point.Selon ces « responsables » publics l’évasion fiscale est une fiction,une vue de l’esprit,une sorte de mythe.Ils ne sont pas vraiment en désaccord avec M.Sarkozy selon qui « les paradis fiscaux c’est fini ».L’évasion fiscale selon toutes les estimations sérieuses s’élève à la somme dérisoire de 80 milliards d’euros par an.Il s’agit d’une estimation car s’il s’agissait d’une certitude ce colossal manque à gagner serait bel et bien dans les caisses de l’Etat.Les responsables actuels de l’Etat français sont très discrets sur le jugement historique qui vient d’être rendu par la cour d’appel.On peut le comprendre.En effet les juges viennent d’infliger un cinglant démenti aux appréciations pour le moins erronées des plus hauts responsables de l’Etat.Les paradis fiscaux existent et l’Etat français ne fait strictement RIEN pour que les 80 milliards de manque à gagner viennent abonder chaque année les caisses de l’Etat.La conséquence d’une telle dépense fiscale ?C’est l’austérité à perpétuité,ce sont des services publics à l’abandon,c’est le malthusianisme de l’investissement public,c’est une activité économique atone,c’est une transition écologique au point mort.Cette question est hautement politique.Pour le petit patron de P.M.E. (et nombre de Français qui travaillent dur)c’est 30 % d’impôts,pour M.Cahuzac comme pour M.Bernard Arnault ou M.Bolloré c’est plutôt 5%.Où se trouve l’égalité face à l’impôt ?Mais l’évasion fiscale qui semble bien être pratiquée à une échelle industrielle n’existe pas j’oubliais…..Soit ces responsables politiques sont de tristes clowns soit ce sont de fieffés menteurs soit de dangereux délinquants.Dans tous les cas de figure ils finissent tous par DEGAGER (un peu comme au Portugal ou en Italie…)!


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :