1984

Éric Zemmour : « L’élection de Trump, les Européens pleurent comme des enfants » / «Angela Merkel, le pilier d’un complot européen anti-Trump»

Éric Zemmour : « l’élection de Trump, les Européens pleurent comme des enfants » / 15 novembre 2016

crying-game-ben-garrison_orig7394974-11389680

Va-t-on devoir dépenser plus pour s’armer davantage après l’élection du milliardaire américain ? La question taraude certains dirigeants de l’UE.

Quand Barack Obama vote pour Angela Merkel…

cxezyadw8aa6hio

Par Nicolas Gauthier Le 19 Novembre 2016

L’homme, qui ne manque pas d’humour, a réservé à l’Allemagne les honneurs de ses ultimes pérégrinations en notre vieux monde.

Arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche et tournée européenne d’adieux de Barack Obama. Ce n’est, certes, pas la fin du monde, mais celle « d’un monde », pour reprendre les heureux propos de Marine Le Pen.

30973700881_55ab67719f_b

À l’heure du bilan, celui du président sortant ? Avec son discours du Caire, Barack Obama avait commencé le premier de ses deux mandats sous les meilleurs augures, annonçant enfin la construction d’un monde multipolaire. Mettant ses pas dans ceux d’un autre président, Jacques Chirac, il faisait quasiment siens les propos qu’on prêtait alors à ce dernier : « Je ne crois pas au choc des civilisations, mais j’entends combattre ceux qui entendent le provoquer… »

Assez logiquement, et ce, au vu des institutions américaines, la machine est plus forte que l’homme censé la diriger. Au crédit de ce président inattendu ? Avoir signé la paix des braves avec Cuba et aidé l’Iran à rejoindre le grand concert des nations. À son débit ? Une politique plus interventionniste que jamais et singulièrement aventureuse quant à la Russie. Pour le reste, aux Américains de juger ; ce qu’ils viennent de faire.

cxksqpgwiaarpry

L’homme, qui ne manque pas d’humour, a réservé à l’Allemagne les honneurs de ses ultimes pérégrinations en notre vieux monde, mais avec ce codicille, toutefois : « Je ne sais pas si ça aide Angela Merkel ou la pénalise. » Chancelière qu’il tient, par ailleurs, pour « gardienne des valeurs libérales occidentales », à en croire le New York Times, jadis arbitre des élégances démocratiques, mais désormais en sévère perte d’influence ; la preuve par Donald Trump. Cité par Le Figaro, Obama en ajoute une couche dans un entretien accordé au très prestigieux Der Spiegel : « La chancelière et l’Allemagne forment un appui central pour la protection des principes démocratiques fondés sur la liberté et le marché qui ont assuré la prospérité et la sécurité en Europe et dans le monde. »

Ben tiens… On rappellera seulement que, depuis la mise en œuvre de cette politique de la canonnière ayant de force imposé ces mêmes « principes démocratiques », les guerres ravageant notre planète n’auront jamais été aussi nombreuses, aussi cruelles, aussi meurtrières.

L’occasion de rappeler, encore, que les USA ne font pas la guerre, mais seulement la guerre à la guerre ; une guerre pour la paix, somme toute. Insurpassable dialectique de faux-culs protestants…

Pourtant, en tenant compte de deux conflits mondiaux qui ne sont pas tout à fait points de détail, il pourra aussi être objecté que l’axe germano-américain demeure tendance aussi lourde qu’ancestrale : à l’origine, il s’agit du même peuple anglo-saxon et il s’en est fallu de peu pour que la langue officielle des Américains ne soit… l’allemand. C’est l’Histoire qui se répète et la chenille qui redémarre.

Et la France, dans tout ça ? Même en scooter, Berlin est à un saut de puce de Paris. Mais là, rien… Comme si François Hollande n’existait pas, comme si nous n’existions plus. En vouloir à ce Président si fringant ? Même pas : l’homme sait qui sont ses puissants affidés et, surtout, où se nichent ses alliés si versatiles.

cxjwlzexaaaka4h

Pour finir, on relèvera que Barack Obama s’inquiète de son successeur, s’interrogeant sur le fait qu’il puisse « avoir la volonté de tenir tête à la Russie lorsqu’elle ne respecte pas nos valeurs et les normes internationales ». Message reçu cinq sur cinq. Sauf qu’aujourd’hui, c’est Donald Trump à la Maison-Blanche et peut-être Marine Le Pen, demain, à l’Élysée.

La fin d’un vieux monde, était-il écrit plus haut ? Le futur commence toujours demain, serions-nous tentés d’ajouter, juste histoire de paraphraser les discours du maire de Champignac, chers aux lecteurs de Spirou et Fantasio, là où la main de l’homme n’a pas encore mis le pied.

http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/quand-barack-obama-vote-pour-angela-merkel,294789?mc_cid=1cb86f0c4c&mc_eid=b338f8bb5e

«Angela Merkel, le pilier d’un complot européen anti-Trump»

cxfpdxjweaa640q

1028772665Pour certains hommes politiques américains, la chancelière allemande Angela Merkel est le « dernier pilier de la résistance au nouveau président américain Donald Trump » en Europe, a déclaré vendredi à Sputnik Willy Wimmer, ex-vice-président de l’OSCE et ancien secrétaire d’État allemand à la défense.« Je suis prêt à souscrire aux propos émis par un professeur américain dans une interview au journal Süddeutsche Zeitung. Ce professeur Davis a fait partie de l’équipe des conseillers d’Hillary Clinton pendant sa campagne électorale. Il a clairement indiqué que beaucoup dépend actuellement de l’ingérence allemande dans les affaires intérieures des États-Unis. Selon lui, Mme Merkel joue le rôle du « dernier pilier de la résistance au nouveau président américain Donald Trump » », a indiqué M. Wimmer.Selon M. Wimmer, il existe un « complot » anti-Trump aux États-Unis et en Europe et l’Allemagne s’y voit réserver une place de choix. Ce n’est pas par hasard que le président américain sortant Barack Obama, en tournée en Europe, a préféré se rendre à Berlin pour rencontrer Angela Merkel au lieu d’aller à Bruxelles, la capitale de l’Union européenne. « Nous voyons que l’Amérique est gouvernée par des forces qui s’accrochent au pouvoir malgré l’élection d’un nouveau président et poursuivent leur politique présentant un danger pour le monde entier (…). Une sorte d’ »establishment militaire » des démocrates et républicains s’est formé à Washington. Ils font tout pour passer des menottes virtuelles aux mains du président et lui faire comprendre qu’il ne pourra pas changer la politique belliqueuse des dernières années qui a pris forme sous la présidence Obama », a déclaré l’expert. Selon M.Wimmer, le milliardaire George Soros « et ses amis ne cachent pas qu’ils débloqueront des fonds considérables pour lutter contre le président élu des États-Unis ».« Cela rappelle une « politique collective » qu’on n’a pas vue depuis 1945. Il est clair que l’Allemagne y participe très activement, puisque le New York Times en a déjà parlé : « Mme Merkel est l’élément central de la résistance à M. Trump » (…). Si on analyse les déclarations faites la semaine dernière par Mme Merkel à propos de la présidentielle américaine, on comprend qu’elle est prête à jouer ce rôle », a noté l’expert. La preuve, les autorités et les partis allemands ne se pressent pas pour nouer des contacts avec l’équipe du nouveau président américain qui demeure pour eux un inconnu.Pourtant les partis allemands ont jusqu’ici dialogué avec tous les candidats à la présidentielle américaine et « cela a été un instrument politique normal pour l’Union chrétienne-démocrate (CDU), le Parti social-démocrate (SPD) et le gouvernement fédéral », a rappelé M. Wimmer.Même les médias allemands sont déjà « antiaméricains » parce qu’ils ne reconnaissent pas le droit du peuple américain d’élire le président qu’il veut, poursuit-il. « On ne fait pas de la politique comme ça ! Cela montre que nous, les pays européens, avons régressé depuis la réunification de l’Allemagne », a conclu M. Wimmer.Source : https://fr.sputniknews.com/international/201611181028772743-merkel-complot-anti-trump-europe-usa/

Merkel comme dirigeant ferme pour l’Europe, le trouble devant Trump est une drogue puissante

cxzwo0kw8aaoe9i

Nulle autre part qu’en Allemagne, l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis n’a généré autant de trouble.

Si la surprise devant un événement dont on avait au fond refusé de sérieusement envisager la possibilité est compréhensible, certaines réactions sont tout de même surprenantes…

Depuis que la victoire de Trump a été annoncée le 9 novembre, les commentaires et articles surpris et inquiets voire furieux n’ont pas manqué dans la presse européenne. Dirk Kurbjuweit, rédacteur en chef adjoint du plus grand magazine d’informations allemand Der Spiegel, écrivait ainsi le 14 novembre un essai soutenant rien de moins que L’Amérique a abdiqué la direction de l’Occident (lien en anglais, ici l’original en allemand)

Sans doute, ce genre de réactions se voit aussi en France et dans les autres pays. Il est cependant difficile de ne pas remarquer que la tonalité est de manière générale au moins d’un niveau plus stridente et stupéfaite en Allemagne qu’ailleurs.

Et ce qui est particulièrement intéressant dans l’essai de Kurbjuweit c’est cette idée comme quoi Washington aurait « abdiqué » son « droit » à diriger l’Occident, que ce serait donc nécessairement à l’Europe de reprendre ce rôle, et que, « hasard » qui pourrait porter à sourire, tiens c’est justement l’Allemagne qui est la mieux placée pour tracer la route et regrouper tout le monde à sa suite. Surtout étant donné que l’Allemagne, c’est Angela Merkel, et qu’elle a « de forts principes moraux, comme elle l’a prouvé lors de la crise des réfugiés« .

Lisons donc Kurbjuweit :

L’Amérique a abdiqué la direction de l’Occident

Pendant 100 ans, les Etats-Unis ont été à la tête du monde libre. Avec l’élection de Donald Trump, l’Amérique a maintenant abdiqué ce rôle. Il est temps pour l’Europe, et pour Angela Merkel, de prendre la place vide.

En janvier 2017, quand Donald Trump prêtera serment comme 45ème président des Etats-Unis, l’Age américain célébrera son centième anniversaire – et ses funérailles.

L’Occident a été constitué dans sa forme moderne en janvier 1917 (déclaration de guerre américaine à l’Allemagne)

(…) Nous sommes maintenant face au vide – la peur du vide. Qu’arrivera-t-il à l’Occident, à l’Europe, à l’Allemagne sans les Etats-Unis à leur tête ?

(…) C’est la peur qui règne maintenant, plus que jamais, mais ce n’est pas seulement la peur du terrorisme. Ce n’est pas tant non plus la peur de perdre la liberté, mais la peur de la liberté elle-même. Voilà le changement de paradigme qui a ouvert à Donald Trump la voie de la Maison Blanche.

(…) Jean-Paul Sartre disait : l’enfer, c’est les autres. On pourrait ajouter : s’ils sont libres.

Libres de traverser les frontières à la recherche de nouveaux lieux où s’établir. Libres d’exporter leurs produits et donc entrer en compétition avec les biens d’autres pays. Libres de se battre pour des droits égaux en tant que femmes, qu’homosexuels ou que non-blancs.

(…) La tragédie peut être résumée dans cette seule phrase : Ce qui est unique à l’Occident – la liberté – est perçu comme une menace. Aucune crise ne saurait être plus fondamentale que celle-là.

(…) L’Amérique a longtemps été la référence de l’Occident. Mais si Trump gouverne comme il l’a promis, le « pays des libres » (NB : l’hymne américain loue « the land of the free ») abdiquera son rôle de guide du monde libre. Alors, ce sera le tour de l’Europe.

(…) (les Européens ont longtemps eu) ce luxe de pouvoir ne poursuivre que tièdement l’idée européenne, parce que les Américains étaient là. (…) Aujourd’hui l’Europe devra sans doute assurer sa propre sécurité – ceci à l’époque de Vladimir Poutine, de Recept Tayyip Erdogan et d’un Etat islamique qui existe dans le voisinage de l’Europe.

Les chefs de l’Occident, moins l’Amérique, sont face à des tâches immenses. Ce sont des tâches pour la chancelière allemande Angela Merkel. Elle représente un pays fort, et elle a de forts principes moraux, comme elle l’a prouvé lors de la crise des réfugiés. Elle n’a pas à être un Woodrow Wilson, mais elle devrait devenir un dirigeant ferme pour l’Europe.

Trump_Merkel.jpg

Face à Trump, un « dirigeant ferme » pour l’Europe ?

S’il faut résumer d’un trait le propos de ce grand éditorialiste allemand, il y a là un composé :

  • de trouble halluciné devant le président Trump, dont l’élection signerait une véritable déchéance des Etats-Unis
  • d’ambition basée sur une perception de sa propre supériorité morale, ambition européenne et allemande à la fois, supériorité que l’accueil en désordre d’un million de migrants en 2015 aurait prouvée
  • et d’attachement perinde ac cadaver à la compréhension de la Liberté la plus démesurément étendue et donc la plus floue et détachée des contingences, liberté qui suivant l’auteur devrait inclure libre-échange et liberté d’immigration, comme si la victoire du Nord protectionniste dans la guerre de sécession américaine en 1865 avait été une défaite de la liberté, comme si le Japon contemporain avec sa politique d’immigration très restrictive n’était pas une démocratie

Ce composé n’est guère convaincant, si l’on s’en tient à des arguments raisonnables, mais… il y a lieu de soupçonner que c’est une drogue puissante.

Et qui souffre de dissonance cognitive et de peur – mais où est donc le protecteur attitré de notre pays ? qu’est devenu notre référence et notre exemple ? – pourrait bien être tenté par cette drogue. Peut-être en doses de plus en plus fortes ?…

Il faut souhaiter plutôt que ce trouble ne dure pas, que les éditorialistes allemands se reprennent et qu’Angela Merkel refuse cette drogue. L’heure pour ceux qui ont toujours prôné le « dépassement » des souverainetés nationales au nom d’un idéal européen doit être à la réflexion et au retour sur soi, non à la fuite en avant. Les Européens n’ont en aucun cas besoin d’un « dirigeant ferme » autoproclamé.

Citation_Kipling.png

Attention aux drogues, surtout les plus dures…

http://www.noeud-gordien.fr/index.php?post/2016/11/17/Merkel-comme-dirigeant-ferme-pour-l-Europe%2C-le-trouble-devant-Trump-est-une-drogue-puissante

curzgouweaarfdo

EN BANDE SON : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :