Aristote contre Platon

Discours d’investiture de Donald Trump : déclaration de guerre contre l’oligarchie mondialiste

(Vidéo) Discours d’investiture de Donald Trump : déclaration de guerre contre l’oligarchie mondialiste

inauguration-cartoon-ben-garrison_orig

« … La classe politique se protège et devient riche, mais pas les citoyens de notre pays. Les politiciens s’enrichissent tandis que le peuple les finance, mais les usines ferment et les emplois disparaissent. Tout ceci va changer à partir d’ici et de maintenant parce que ce moment est le vôtre, il vous appartient »

By Guerrecivileeneurope, civilwarineurope.com janvier 20, 2017

Donald Trump n’a pas tremblé. Il n’a fait aucune concession à l’Establishment. C’est même tout le contraire. Nous avons eu droit à une véritable déclaration de guerre contre l’oligarchie mondialiste, l’ouverture des frontières, le libre échange incontrôlé et les islamistes. Nous devons soutenir cet homme. Nous devons souhaiter sa réussite. Il s’agit peut-être de notre dernière chance. Alors oui à l’AMERICA FIRST si cela peut servir d’exemple aux Européens pour reprendre à leur tour le contrôle de leur destinée.
trump-stomp-nrd-600-578x420

Le Commentaire de Bruno Bertez

LA GRANDE AVENTURE COMMENCE : Des Marchés et des Trumps !

img_6153383d2-janetmycar4

Trump a attaqué sévèrement l’establishment. Dans son adresse inaugurale, originale et semblable à aucune autre dans l’histoire, il a mis en accusation le système politique, affirmé son indépendance face aux groupes de pression, stigmatisé les élites qui empochent les bénéfices et laissent les coûts sur le dos du peuple. Il a osé réaffirmer son populisme : « l’establishment s’est protégé mais il n’a pas protégé les citoyens de ce pays ». Le vocabulaire utilisé a été dur, « hard » et surtout pas « cool » ! Bref c’est un Trump combatif, non œcuménique, qui a pris le pouvoir. Il n’a nullement cherché à élargir sa base de supporters, presque au contraire. Trump  a promis un nationalisme pur et dur et une politique étrangère sans faiblesse , en particulier vis à vis de l’islamisme radical , « les intérêts du pays seront placés au-dessus de tout ».

Tout le monde, dans la nouvelle administration s’exprime durement sur la Chine. Tillerson le nouveau secrétaire d’état a parlé d’interdire aux chinois l’accès à leurs îles artificielles et d’en organiser un blocus. Wilbur Ross a répondu au plaidoyer de Xi Jinping à Davos en faveur de la globalisation en affirmant que la Chine était le pays le plus protectionniste du monde ! Selon lui, les Chinois parlent beaucoup de libre échange, mais ils le pratiquent très peu. Il s’est attaqué aux surcapacités chinoises dans le secteur de l’acier. Il a confirmé la volonté de Trump de voir redéfinies les relations commerciales avec le Mexique et le Canada, de se retirer du Trans-Pacific Partnership, le TPP,  et de renégocier le NAFTA.

Trump a fait baisser le dollar en disant que le dollar était trop fort, « too strong ». Le dollar index a reculé de 0,4% à 100,74, ce qui porte son recul à 1,6% depuis le début de l’année.

Les opérateurs ont cru que le Président annonçait une nouvelle politique et renonçait à celle proclamée depuis 20 ans du dollar soi-disant fort. Avec la politique annoncée, il est évident que Trump ne peut que souhaiter une baisse du dollar, mais il est tout aussi évident qu’il est maladroit de le dire ! Le langage utilisé a été fort : le dollar trop fort nous tue, « it’s killing us ».

On ne peut reconquérir le marché intérieur qu’à la faveur d’un change favorable, bien sûr. Rien de ce que Trump va essayer de faire ne serait facilité par un dollar en hausse. Il reste que les fondamentaux comme les taux vont dans le sens de la montée du dollar et que tout ce que Trump pourra faire, c’est tenter de freiner le mouvement ce qui augmentera la volatilité. Déjà les positions spéculatives à la hausse sont parmi les plus encombrées de l’histoire ce qui peut donner des marchés agités.

Le nouveau Secrétaire au Trésor Mnuchin a précisé la pensée de Trump: un dollar fort est très important pour le long terme, mais la devise est « actuellement très très forte ».

Ceux qui attendaient des reculades ou de lourdes contradictions à l’occasion du discours inaugural en ont été pour leurs frais ; Trump persiste et signe, il ne met pas d’eau dans son vin, il ne recherche pas le consensus, à ce stade il cherche à passer en force. Et c’est certainement ce qui impressionne les marchés habitués à plus de politiquement correct et de tergiversations. Même ceux qui critiquent la faisabilité, la cohérence et les résultats des trumponomics hésitent à attaquer ou à « shorter ». Les récents propos de Warren Buffett , positifs sur les orientations de Trump en font également réfléchir plus d’un.

A notre sens les espoirs des opposants à Trump sous tous les aspects, et les espoirs des baissiers sur les marchés, reposent sur la Fed.  Nombreux sont ceux qui font valoir que la politique de Reagan et ses succès de 1982 et suivantes n’auraient pu être acquis si la Fed n’avait pas été complaisante. Yellen a posé quelques jalons pour baliser le champ de bataille cette semaine, mais elle est restée très prudente, se gardant bien de se placer dès maintenant sur le chemin de Trump.

Comme nous l’avons dit très souvent, c’est l’Aventure, rien n’est écrit, il n’y a pas d’initiés. Pour nous il convient de rester ouvert, tout peut arriver, aussi bien la chute sévère que l’emballement : la masse d’argent mort qui peut ressusciter est tellement colossale que si un mouvement de foule, si des animal spirits se déclenchent, personne ne pourra se mettre en travers. En un mot : le fiscal peut réveiller les zombies du monétaire.

c2qrvnwxuailmvrc2tgtcgxuaah8ju

Ivan Rioufol : L’effet Trump, ou la fin des bons sentiments (Extraits)

« Donald Trump, éreinté par les prêcheurs d’amour, la gauche morale, qui refuse de se dire vaincue, dévoile l’intolérance qu’elle dissimulait du temps de sa domination… Les artistes de variétés se glorifient de ne vouloir chanter pour lui. Des stylistes de mode font savoir qu’ils n’habilleront pas la First Lady, Melania. Des peintres demandent à Ivanka, la fille, de décrocher leurs œuvres de son appartement. Au pays de la démocratie, le choix du peuple et des grands électeurs est refusé par une caste convaincue de sa supériorité. Une victoire de Marine le Pen, en mai, aurait les mêmes effets en France, en plus violent sans doute. Le sectarisme des prétendus bienveillants montre leur pharisaïsme. Les masques n’ont pas fini de tomber.

C’est un monde ancien qu’enterre Trump à la Maison-Blanche : celui des bons sentiments étalés et des larmes furtives, alibis des lâchetés. D’autant que ses procureurs se ridiculisent. Le mondialiste George Soros, qui avait parié sur la frayeur des marchés, aurait perdu près d’un milliard de dollars. L’effet Trump s’est déjà mis en branle. L’éléphant va casser de la porcelaine. Mais la révolution des œillères, ôtées grâce à lui, est à ce prix. Il va être difficile, pour les orphelins de l’obamania et les pandores du bien-pensisme, de faire barrage à l’insurrection populaire qui s’exprime…. »

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2017/01/bloc-notes-leffet-trump-ou-la-.html

c0glvrbviaaalzv

EN BANDE SON : 

8 réponses »

  1. Nouveau maidan?…à nouvelle manip, nouvelle couleur cette fois on a droit au rose »:bonnets roses » ..ça va lui couter cher à Soros a raison de 2.500 dollars par tête..!
    Tweet de soutien de la sorciére à la marche des hystériques associées du diable.
    Obama reste à Washington genre gouvernement de l’ombre?
    Ca va durer longtemps ce cirque?

    J'aime

  2. LE « TRUMAN SHOW » DES MARIONNETTISTES:

    L’espoir qu’incarne Trump pour une frange des américains est tout à fait légitime, et son discours anti-establishment ne peut que vibrer à nos oreilles que comme un doux message pour ceux et celles qui ont l’esprit de justice. Nous sommes alors très nombreux à espérer voir apparaitre une nouvelle ère de changement… un nouvel ordre mondial qui signifierait une inflexion décisive tranchant avec des décennies de mondialisme porteur d’injustice sociale, de guerres pour de faux nez humanitaristes, d’exploitations abusives, de soumission aveugle à un système insensé…

    Et pourtant, ceci ne pourrait etre qu’une parenthèse dans cette tendance longue liberticide, une pause nécessaire, une respiration, afin de modifier une donne fondamentale: la PAX AMERICANA.

    La pax americana n’était que l’expression d’une redistribution des cartes du pouvoir signifiant alors, après les accords de Bretton wood en 1944, qu’une élite américaniste allait pouvoir diriger les affaires du monde et profiter d’un instrument de pouvoir absolutiste -le dollar- pour s’ériger comme pivot/axis mundis du système économique et financier mondial.
    La pax britannica enterrée, la nouvelle aristocratie dominante se voyait, certes comme mondialiste, mais aussi comme le « gendarme du monde » et donc le maitre de cérémonie de toute l’Histoire du monde moderne.

    Le plan général n’incluait nullement qu’une telle position/vision persista, rappelez-vous la une de « the economist » (http://www.bibliotecapleyades.net/sociopolitica/sociopol_globalbanking408.htm), rappelez-vous les J.O de 2012 et leurs messages destinés aux initiés (http://openyoureyes.over-blog.ch/article-le-symbolisme-occulte-des-ceremonies-d-ouverture-et-de-cloture-des-jo-2012-article-109414826.html).
    Les USA sont amenés à connaitre un déclin plus prononcé qu’il ne l’est aujourd’hui, ne serait ce que par l’usage d’un dollar en perte de vitesse dans les échanges et l’introduction du yuan dans les DTS ou encore plus simplement, plus « physiologiquement » parce que la dynamique entropique est irréversible, à la manière de celle qu’eut connu la défunte Union Soviétique, une descente continue vers les abimes.
    Les USA sont, à leur tour, dans l’attente de leur symbolique « chute du mur »… ne serait-ce pas la chute du « mur de la rue »… Wall-Street ?. On ne peut rever mieux comme symbole réflexif, pied de nez de l’Histoire.

    Les mondialistes de la City ont pris le pouvoir aux USA, ils ont placé leurs hommes aux postes les plus sensibles, ils jouent le jeu d’une nouvelle partition isolationniste, protectionniste et affichée comme anti-establishment… bref, un retour au souverainisme et aux frontières, un retour à la Nation et à son Peuple!.

    Mais tout cela n’est qu’un interlude judicieux pour permettre le transfert du pouvoir -en tant que maitre de cérémonie- vers un véritable nouvel ordre mondial qui, n’en déplaise, vise avant tout à se défaire des USA, comme puissance directrice du monde, puis ensuite par boucle de rétro-action positive, des populismes en tant qu’ils étaient les expressions sincères des peuples asservis par le rouleau compresseur mondialiste promus par des élites corruptrices et spoliatrices.

    L’ennemi apatride ne vise que le pouvoir supreme et centralisé dans des instituts qu’il controle entièrement (BRI, FMI, Banque Mondiale…) et par lequel le « trickle down effect » décisionnel, son effet percolatif comme instrument pyramidal efficace et efficient de l’état de puissance hiérarchique des maitres sur les peuples, décidera de nos existences, dans les grandes lignes mais aussi dans les plus petits détails, puisque les représentants des état-nations en seront réduis à courber l’échine face aux lobbys trans-nationaux, faiseurs de monde, ou bien à jouer tout simplement leur jeu satanique s’ils peuvent ainsi récupérer un peu des miettes comme salaire de leur zèle.

    On aurait tord de penser et d’espérer trop du new deal à la Trump, il ne pourrait etre qu’un moyen malicieux pour la 6ème colonne d’entrainer une nouvelle destruction créatrice du Système, acté par lui meme, c.à.d une démolition controlée de l’intérieur du Système incarnant l’ancien ordre mondial en vue de le faire transiter par une étape d’espoir contagieux, alors meme qu’une énorme épée de Damocles flotte au dessus de nous et tombera sur nos tetes comme un déluge quand ils le décideront: le système financier et sa sphère économique sont aussi des instruments sacrificateurs.

    Pour que naisse le véritable nouvel ordre mondial, les USA seront sacrifiés, à un point tel que l’on pourrait se demander si les USA seront encore les USA après la grande crise de convulsion qui nous attend… une naissance est toujours précédée de contractions et de convulsions, un point de non retour ou les choses doivent se faire dans la logique propre à un mouvement dont on aurait du mal à en fixer la génèse… telle une vague scélérate gagnant sa puissance exceptionnelle par le concours conjugué de forces anciennes venues à se rencontrer à un moment donné, moment propice amené à se prolonger dans une insondable durée de chaos.
    NB: je vous conseille de méditer sur la Une de « the economist », elle montre le point de vue des alchimistes sur ce que nous devons attendre de 2017: https://ukshop.economist.com/products/the-world-in-2017?_ga=1.95236437.893748296.1483213376

    Les peuples sont manipulables, les élites savent leur faire prendre des reves pour des réalités, ceci alors meme que l’Histoire nous prouve que les espoirs d’un jour peuvent facilement devenir des lendemains cauchemardesques. Quand Trump a dans son entourage une équipe composée d’anciens de Goldman Sach et certains ayant travaillé pour les Rothschild… cela laisse songeur sur la véracité des engagements de Trump contre l’establishment… sauf si ce message s’adresse à la 5ème colonne qu’il va très certainement annihiler.

    Trump est l’ennemi irréductible de la 5 ème colonne et une pièce décisive pour les mondialistes de la 6 ème colonne apatride… l’empire US doit disparaitre de l’échiquier mondial et la 5ème colonne ne lachera rien… il en va de sa survie… un futur attentat est hautement prévisible.

    J'aime

    • Merci de ces quelques clefs …le satanic magic circus va continuer …the show must go on
      Entre » le Mariage du ciel et de l’enfer »:

      « Si les portes de la perception étaient nettoyées, chaque chose apparaîtrait à l’homme comme elle est, infinie. » (« If the doors of perception were cleansed everything would appear to man as it is, infinite. ») (Le Mariage du ciel et de l’enfer) William Blake……!!!
      . Cette formule a inspiré le choix du nom de l’essai d’Aldous Huxley, Les Portes de la perception, .

      J'aime

      • Dans les Temps, on aura droit à un magiçien ..pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes ..couv 2017 ..bref des fake » révélations » aprés des turbulences
        explosives pour être modéré.
        Aprés le paradis l’enfer.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s