Douce France

Douce France-LE PEN-MACRON… stratégie de la tension Vs stratégie de l’attention Par Master T

LE PEN-MACRON… stratégie de la tension Vs stratégie de l’attention Par Master T

L’oligarchie financière avait créé son golem : Macron. Hollande avait trahis son électorat en 2012 en désignant le monde de la finance comme l’ennemi invisible et sans visage… puis s’était précipité en Angleterre rassurer, lors d’une interview au Guardian, les pseudo-anonymes de la City sur le fait qu’il n’avait aucune conviction anti oligarchique mais qu’il s’agissait d’un attrape-gogo pour touriste sarkophobe.

Macron c’est le hérault de la finance apatride et manipulatrice, celle qui détruira les états nations avec le consentement des veaux à qui on fait le coup -du vote utile- de manière récurrente. Ils ont peur du Frexit, le clergé anone que l’excommunication euro-zonarde équivaut à l’épreuve du feu de la géhenne et comme l’intelligence n’est pas contagieuse, les veaux se précipitent dans le corral qui mène à l’abattoir… C’est « en marche » vers l’abattoir.

La servitude est toujours volontaire, volontariste, chez les peuples et les faiblesses stratégiques et intellectuelles du FN sont de l’avoine bénie pour les oligarques.

J’avais annoncé fin 2016 (1) que nous aurions MACRON-LEPEN au 2nd tour, nous y sommes ! Maintenant, nous devons mesurer la suite probable des événements :

La vacuité du personnage Macron, celui dont on peut affirmer qu’il bénéficia de l’onction suprême en disposant d’un ascenseur médiatique extrêmement efficace, ne peut pleinement se révéler que dans un débat télévisé et à plus forte raison si Le Pen consentait à tacler son adversaire systématiquement là où cela fait mal (son immigrationnisme merkélien, ses liens incestueux avec les Attali, Minc, Rothschild, Pigasse…, son fanatisme eurodolatre qui nous promet le dépeçage néolibéral de la France par les bouchers de la commission européenne puis un retraitement sanctuarisé dans les cuisines fast-foods de la franchise politique nationale UMPSMODEM devenu un produit génétiquement modifié de con-sommation intellectuelle de masse ré-labellisé EM .)

Le 49.3 démocraticide par absence de débat

Il ne devrait pas y avoir de débat entre les 2 tours et c’est logique en soi puisque Macron a tellement de talons d’Achille qu’il pourrait perdre cette élection aussi facilement qu’il est passé au 2nd tour.

Dans l’hypothèse inverse, on devra s’interroger sur les intentions véritables des oligarques, car n’oublions pas que la 2nde phase crisique de la Finance poubelle est sur le point, telle l’épée de Damoclès, de s’abattre soudainement sur les économies intriquées du monde -déjà bien fragile- et dont les institutions financières sont majoritairement infectées d’actifs et de passifs pesant sur leur santé comptable et psychologique et compromettant ainsi leur survie future.

Faire un débat d’idées quand celles-ci sont imprégnées de l’idéologie mortifère du mondialisme, c’est se risquer bêtement à gouter l’échec… mais encore une fois, tout est encore possible puisque l’objet même de la stratégie de la tension -qui n’a qu’un adversaire véritable : la stratégie de l’attention- est d’agiter la PEUR, car c’est bien elle le véritable vainqueur de ces élections. L’avantage que l’on retire de la peur c’est qu’elle détourne l’attention et donc la pleine capacité analytique à extraire d’une problématique donnée les solutions les plus sures et avantageuses pour soi. La peur du Frexit fournit cet avantage certains de la victoire sur l’intelligence et démontre combien les français se condamnent à la servitude volontaire dans un pathétique déni de réalité collectif.

Le grain de sable dans les rouages et les soupapes bien huilés de nos huiles mondialistes pourrait venir d’Erdogan si celui-ci décidait d’ouvrir les vannes de l’immigration afin de bousculer les élections, mais d’autres événements, tel un vol de cygnes noirs, ne peuvent être exclus… Nous touchons là les limites de la prospective… soyons patientset gardons à l’esprit que tout ceci s’inscrit dans une tragédie grotesque qui n’a pour unique critère que de s’inscrire dans un mouvement général d’entropisation. La route est longue et de plus en plus chaotique, notre destin est encore au delà de l’horizon mais la pente est de plus en plus raide vers le gouffre.

« Le Pen-Macron, voilà une belle lutte qui renverra nos fidèles spectateurs de la série des primaires droite/gauche au stade d’une grotesque perte de temps. Si j’osais caricaturer cette situation pré-élective, pire cauchemar à l’alternance bicéphale des connivents habituels, on pourrait parier sur la victoire de Le Pen, Macron empruntant quelques qualités héritées d’Hillary C, à savoir : libre-échangiste notoire, immigrationniste forcené, medefomaniaque… bref, le baygon incarné du peuple, par excellence, et pas seulement destiné aux parasites assistés puisque son spectre délétère va bien au-delà. »

J’anticipais dans mon commentaire du 29.12.2016 et repris le 22.01.2017 (quelques jours avant l’affaire Fillon) sur ce blog, que le 2nd tour verrait Le Pen-Macron… mais je ne suis plus aussi certains de la victoire de Le Pen qui serait malgré tout une victoire à la Pyrrhus puisque l’oligarchie trouverait le moment idéal pour actionner son programme de démolition contrôlé du système financier lui permettant de bondir vers un nouvel ordre mondialisé de la finance supra-nationalisée en y instaurant son PHOENIX/DTS.

La présence d’une Le Pen au pouvoir nous ouvrirait la voie vers un durcissement de la crise politique en France et d’une guerre civile larvée (au départ) puisque l’on peut imaginer les nombreux fronts institutionnels nationaux (politique/médiatique) et étrangers (politique et financier) qui concourraient à générer une paralysie des décisions politiques s’accompagnant d’un bouillonnement social -l’un n’étant que la contrepartie de l’autre-. Le bouc-émissaire serait tout désigné puisque le FN aurait à payer les frais de ses inactions alors même que ses engagements de campagne resteraient lettres mortes… On aurait le remake du trumpisme dans une version totalement plagiée.

MASTER T

EN BANDE SON : 

4 réponses »

  1. il va peut etre falloir qu’un jour nous, qui ne sommes pas des moutons,
    prenions tous les choses en main et montions tous à l’Assaut de la forteresse,
    afin d’acter notre reprise en main du pouvoir et d’évincer ces imposteurs qui ont fait un véritable Hold-Up sur notre destin et sur la démocratie ( si la « Démocratie » ça existe encore …)

    J'aime

  2. MACRON DISCIPLE DE L’ENTROPIE… ANTHROPOLOGIE D’UNE DÉCADENCE PREVISIBLE.

    Macron l’illusionniste, qui fait prendre des vessies pour des lanternes, est aussi une marionnette du Système. A t-on besoins de rappeler qu’il fut promu par ses maitres Attali, Minc… pilotés depuis la maison mère: les indéboulonnables Rotschild et leur cartel.

    Derrière les apparences néo-libérales, ce marche-pied, il y a le mondialisme. Derrière le mondialisme, il y a une idéologie messianique. Le messianisme c’est l’intime conviction sous le vernis consumériste, c’est une foi en un modèle et une finalité qui prend assise sur l’Hybris.
    Le messianisme de l’Homme Dieu.

    Qu’on le nomme Samyaza (dans le livre d’Enoch), Iblis chez les musulmans ou encore Lucifer « ils » -mais ne faisant qu’un- ont tous traditionnellement en commun d’avoir été excommuniés du royaume divin -représentant l’idéal de perfection- et jetés auprès des humains pour les séduire, les tenter et les égarer. Tous ces êtres mythiques représentent un Etat de la réalité, une force dominatrice et puissante sise dans le monde car fidèle parasite de l’Humanité puisqu’ils sont avant tout dans le cœur de chacun, actif , dans nos actes/pensées.

    Vous vous demandez, si vous êtes athées, ce que font de telles fadaises sur ce site sérieux qui traite de sujets divers et variés concernant la sphère économique, politique, géopolitique et financière. Ces sphères de réalité n’existent que parce que en leur centre insondable (inconscient/nouménal), leur matrice, l’Humain, en est autant le réceptacle, le créateur, l’acteur que l’interprète. Il nous faut donc connaitre l’Humain selon ses mobiles et quelles valeurs sont défendues à travers eux. De ce constat, il ressort ce conseil comme une nécessité de responsabilité: « connais toi toi même »… et agis en conséquence!

    Si, tout comme moi, vous faites le constat que ce monde est terriblement injuste, permissif et violent alors vous êtes enclin à vous interroger sur la raison d’être de votre présence dans ce monde, puis -par ricochet réflexif-, à vous interroger sur votre propre monde… celui de vos intimes.

    Existe-il une sorte de résonance entre « l’en dehors » et « l’en dedans »?
    Votre imperfection, a t-elle son reflet dans l’existence?

    Après vous êtes sondés vous même, et dans un même élan vous étant porté à disséquer les événements, les structures… et les comportements qui font les ingrédients de l’Histoire humaine, vous conviendrez alors que « l’en dehors » est la réponse phénoménologique aux forces qui agissent dans « l’en dedans ». N’était-ce pas le message de Platon que voulait nous faire comprendre le « mythe de la caverne », n’était-ce pas aussi le mythe du Minotaure (Lucifer, Iblis… ) ou encore celui de Thésée quêtant la Toison d’Or, symbole de perfection que l’on revêt en tant qu’Homme Nouveau s’étant conquis?

    La séparabilité entre le sujet-acteur, qui perçoit et conçoit, et l’environnement vivant et abiotique n’existe pas. L’intrication est si forte que l’on pourrait conclure que c’est le principe anthropique fort qui est à la fois cause et effet des phénomènes sensibles. Pourtant cela peut être à la fois vrai et faux puisque sans l’Humain le cosmos serait identique… ou pas… intrication oblige.
    Et comme l’avance la science thermodynamicienne, l’entropie est l’élan vital qui anime le monde dans son entièreté suivant en cela plusieurs concepts comme l’irréversibilité des phénomènes… historiques en ce qui nous concerne puisqu’il s’agit là d’anthropie (1) constructalisée.(1bis)

    Le mondialisme est la nouvelle fausse lumière du monde (2), vessie du modernisme rayonnant puis, chronologiquement, celle du post modernisme comme expression contemporaine de notre « progression involutive » sur l’échelle anthropique/entropique. La tragédie grecque reflète cette entropie ou le destin enveloppe ses acteurs comme son théâtre… le scénario s’accommode des libre-arbitres ceux-ci n’ayant qu’une induction relative sur le cours des événements… mais significatives en ce qu’ils peuvent amenuiser, court-circuiter ou amplifier l’amplitude de la « charge »(émotionnelle/tension) des événements.

    Macron est l’instrument choisi par l’élite oligarchique, elle qui se distingue par son pouvoir exercé sur « la masse des peuples », comprise en tant que corps social et organique de par ses dispositions acquises, multiples et variées.
    C’est par le pouvoir que lui confère l’argent que la séduction sur la masse des peuples devient efficace. L’idéal de puissance comme moyen cherche à exercer son pouvoir mais ce pouvoir n’est vraiment pouvoir que dans la jouissance pleinement réalisée qu’elle prodigue en retour, si bien que le 1er degré de servitude est pleinement atteint chez l’élite et peut alors se propager jusqu’au plus bas de la hiérarchie sociale comme une onde scélérate irréversible.
    L’entreprise de servitude volontaire implique l’abdication des êtres à raisonner dans l’axe du Vrai comme du Juste. Ainsi, en laissant choir l’outil de discrimination au seul profit du « parasite » (l’Ego dans sa dimension pathologique c.à.d soumise aux forces instinctuelles, limbiques) voilà notre humain justifiant l’injustifiable au nom de je ne sais quel alibi moral ou prétendument pragmatique lui permettant de s’acheter une vérité pour le prix du compromis. Au symbolisme de l’Ange Déchu se reflète alors celui de l’Humain dans sa propre déchéance, déchéance qui n’échappera pas à ceux et celles doués encore de suffisamment d’humanité face à un monde métastasé par sa folie contagieuse… Pandémie des pandémies.
    « La main (parasitaire) qui donne est au dessus de celle (soumise) qui reçoit ».

    Dans le monde parallèle de l’anthropie (« l’en dedans »/l’endo-gène)) nous nous confrontons à la finitude entropique du monde (« l’en dehors »/l’exo-gène). Les leçons que l’on tire d’un domaine de réalité (anthropique) se reflète parfaitement dans l’autre (mondain) car des 2 l’on retiendra une unité formelle des lois qui les régisse, une clé de voûte conceptuelle qui les sur-détermine dans un jeu sémantique d’interpolation.

    A titre d’exemple, l’élan planificateur (de nos mondialistes) des diversités culturelles par le choix instinctuel du « sans frontiérisme », et poussé jusqu’au bout de sa logique, devient mortifère pour l’Humanité puisqu’il élimine l’idée même de Civilisation qui ne peut en fait se concevoir et exister que dans la diversité, la pluralité.
    Dans l’axe du développement thermodynamique, la finitude du processus entropique peut se concevoir comme une dissipation de l’énergie totalement aboutie où l’homo-généité des systèmes jusqu’ici ouverts (comme les civilisations, les espèces…) signifie la « mort » de ces systèmes car ils sont rendus, pour solde de tous comptes, à leur état primordial, indifférencié c.à.d incréé. Incréé puisque la VIE se confond avec son ELAN et donc sa DYNAMIQUE en tant que PROCESSUS ÉVOLUTIF puis INVOLUTIF (chaos), ceci en regard d’une chronologie longue ou les saisonnalités se valent comme cycles, compris eux-mêmes dans des Ages ou des Ères. Du point de vue anthropique, nous serions donc dans l’anthropocène… cycle existentiel porteur de sa propre finitude, comme un produit à obsolescence programmée. Ce diagnostique nous dit intuitivement toute l’étendu du cancer qui nous ronge et qui progresse au rythme de la dégénérescence.

    Voter Macron c’est comme voter pour que le cancer se répande plus vite… c’est bien là le caractère essentiel qui anime les êtres sous perfusion médiatique: la folie collective d’une société malade par son ignorance et le compromis qu’elle opère en vue de son bien-être (légitime au demeurant). L’ignorance des causes et une méconnaissance des effets volontairement brouillés entremêlent à la naïveté comme le syndrome expressif d’une infantilisation généralisée par des média aux ordres (propagande et ingénierie sociale) pour s’accoupler aux promesses mirifiques de nos politiques-système et concourir ainsi à la déchéance des serfs et, dans un semblable élan à la chasse aux sorcières de ceux qui osent remettre en cause la doxa.

    Bienvenu dans le meilleur des mondes… finissant.

    NOTES:

    (1) « Anthropie » et « entropie » : L’un intéresse l’homme et son action, l’autre mot « entropie » qualifie le degré de désordre d’un système dynamique ouvert. Dans son acception originelle Anthropie nous vient du grec « Antrôpos » qui désigne, non l’homme par rapport à la femme, ou l’être vivant par rapport aux animaux, mais la femme ou l’homme, c’est à dire l’être humain par rapport aux dieux.
    (1bis) ce concept introduit l’idée d’une évolution de l’Humanité sur le modèle parallèle du développement des formes vivantes. En effet, la phylogenèse se conçoit à plusieurs échelles et peut se recouper avec celle de notre espèce. L’entropie imprime sa dynamique et reprend l’idée de flux (énergétiques et informationnelles) nécessitant des « véhicules » d’informations/énergie qui changent d’état par le procédé des échanges intra et inter-systèmes et donc aussi intra et inter-humains exprimant de concert leur dissipation mutuelle. La constructalité repose donc sur l’idée d’une évolution formelle programmée/déterministe (gène/mémoire), de contraintes exogènes associées (déterministes) constituant une variable d’état comme mesure inductive des échanges… et donc de l’entropie. On retrouve les 4 stades constructaux de la vie humaine (enfance, adolescence…) reflété dans les 4 saisons ou encore les 4 ages de l’Humanité (age d’or…) tous reposant sur le thème central de l’entropie.

    (2) Lucifer signifie « porteur de lumière » du monde par opposition à celle divine.Cette tentation à se vouloir « Homme Dieu » par les artifices technologiques est la finalité de l’élan primordial (mythique) qui justifie l’enseignement des anges déchus et de leur chef. La connaissance fournie n’est pas synonyme de sagesse mais se révèle comme une « boite de Pandore » offerte et ouverte par une Humanité naïve, puisque située au sortir de son innocence, et dont -génération après génération- il va falloir assumer les effets en recouvrant l’innocence primordiale en pleine conscience… c.à.d aux antipodes de cette naïveté. ( voir le symbole de la balance égyptienne où le cœur est représenté par la plume représentant la nature qualitative parfaite des actes en équilibre absolu avec le plateau de la conscience).

    J'aime

  3. L’Univers est ordonné par des forces secrétes .,des énergies irréductibles que notre esprit ne peut pas comprendre et que nos sens ne peuvent atteindre ..Une foi de feu brille au sommet inaltérable comme le diamant.
    L’energie qui s’incarne permet tous les miracles…..Le cosmos évolue de façon cyclique d’Eres en Eres ….

    Que peut le messianisme de » l’homme dieu  » contre les forces du cosmos?

    Rira bien qui rira le dernier!!
    Santé!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s