Art de la guerre monétaire et économique

#Genou à terre

Il y a de quoi se plaindre dans cette république dérangée qu’est la nôtre – si tant est qu’elle puisse encore être qualifiée ainsi – mais les tracasseries de joueurs de football américain ne devraient pas être en tête de liste. Je trouve pour ma part quelque peu étrange de jouer l’hymne national avant un évènement sportif. Pour moi, le fait que nous ayons sans cesse à démontrer notre amour pour notre pays de manière si obsessive n’est rien de plus qu’un signe de profonde insécurité. Il en va de même pour les membres du Congrès et leurs pin’s idiots au drapeau américain, ou encore les drapeaux qui flottent au vent devant tous les restaurants Denny’s du pays. Leurs clients sont peut-être si désorientés quand ils en sortent qu’il leur faut un drapeau pour leur rappeler où ils se trouvent.

Ce qui m’irrite plus en revanche, c’est de voir des joueurs de baseball en uniforme camouflage, comme s’ils étaient une extension de l’armée des Etats-Unis. Mais personne n’en dit rien. San Diego est-elle soudainement devenue le théâtre d’une guerre ? Et pourquoi nos militaires se baladent-ils en tenue de combat quand ils vont acheter des lunettes de vue ? Nous faisions autrefois une distinction entre la tenue de combat et ce qui était porté le reste du temps, même en temps de guerre. Et pourquoi diable est-il nécessaire de faire voler des avions de chasse au-dessus du stade avant le Super Bowl ? Qui autorise de telles dépenses ? A qui tentons-nous de faire peur ?

Bien évidemment, la nouvelle vague de ressentiment générée par notre immodéré président, le Grand Golem à la toison d’or, a été gonflée par les courants océaniques d’animosité raciale qui forcent le pays plus proche encore de la perdition que les récents ouragans. La campagne de genou à terre était déjà présente avant que M. Trump ne s’en mêle. Réjouissons-nous au moins du fait qu’il nous ait épargné la tirade habituelle sur la « diversité » et l’entente entre tous les citoyens. Avec sa franchise et sa maladresse habituelles, il pourrait forcer la nation à clarifier le problème.

Il n’est certainement pas question des déboires d’athlètes professionnels. Ils se sont chargés de représenter le grief d’une autre sphère de l’Amérique noire, peut-être celui des ghettos urbains ou du fin fond du Dixieland, ou peut-être encore des banlieues ennuyeuses comme celle de Prince George County, dans le Maryland. La question qui se pose, pour être tout aussi abrupt, est de savoir si c’est vraiment l’Amérique non-noire qui limite l’Amérique noire.

Je dis non-noire, parce qu’il existe bien d’autres groupes ethniques aux côtés de la majorité en déclin de « Blancs ». Et il existe peut-être même plus d’animosité entre les Asio-Américains et les Noirs Américains qu’entre Noirs et Blancs. Mais les Asio-Américains n’ont jamais fait des Noirs leurs esclaves, alors ce n’est pas à eux qu’on reproche ce péché originel. 

Ce que les nouveaux arrivants asiatiques ne cessent de prouver, c’est qu’il est tout à fait possible de s’en sortir financièrement et scolairement même lorsque l’on débarque dans ce pays avec une culture et une langue complètement étrangères à la vie américaine. C’est quelque chose qui est particulièrement visible dans la Silicon Valley. A vrai dire, si les Asiatiques se plaignent d’une chose, c’est qu’ils s’en sortent si bien à l’université que ces dernières doivent réduire leurs quotas d’admission pour laisser une chance aux autres groupes ethniques.

Il semble y avoir un tel décalage psychologique entre les sentiments de l’Amérique noire et de l’Amérique blanche qu’il est désormais impossible de savoir comment régler le problème. Les Blancs démocrates-progressistes (anciennement libéraux) semblent tant rongés par leur consternation anxieuse face au devenir du combat pour les droits civils qu’ils se tiennent prêts à commettre une sorte de hara-kiri de leur blancheur impardonnable. Dans une certaine mesure, ils ont tenté de compenser en se battant pour une liste grandissante de groupes « marginalisés », dans l’espoir d’être un jour la source de changements sociaux positifs – il est simplement plus simple de mettre un nombre significatif d’homosexuels dans les comités de direction que d’y faire entrer des Noirs – mais les démocrates-progressistes restent coincés face à la réalité : une importante sous-classe noire dysfonctionnelle. Ils ne peuvent cependant pas admettre que leurs propres remèdes artificiels tels que le financement de naissances hors-mariage ont quoi que ce soit à voir avec le problème, ou encore reconnaître les effets dévastateurs du multiculturalisme sur une sorte de culture universelle commune basée sur des valeurs partagées par tous.

De la même manière, l’Amérique noire impose son désir d’opposition à ce qui reste aujourd’hui de la culture nationale commune sous couvert de « racisme systémique et d’injustice ». Cette opposition s’est infiltrée dans la culture noire depuis les années 1960, probablement en réponse à l’anxiété causée par la législation sur les droits civils de 1964-65. Tout est véritablement question de comportement, notamment à l’école. Est-il nécessaire de parler dans un Anglais correct ? Croyez-moi, la société s’en trouverait bien avancée. Ella Fitzgerald ne chantait pas en noir ou en blanc à l’époque. Elle se contentait de chanter.

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent–genou-a-terre.aspx?article=11523544538H11690&redirect=false&contributor=James+Howard+Kunstler.&mk=2

EN BANDE SON : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s