1984

L’affaire Weinstein : une symphonie nommée Révolution, avec ses thèmes dominants et ses harmoniques

L’affaire Weinstein : une symphonie nommée Révolution, avec ses thèmes dominants et ses harmoniques

Affaire Weinstein Révolution Thèmes Dominants Symphonie Harmoniques

L’affaire Weinstein déclenche et nourrit une symphonie de campagnes politiques qui convergent au profit du mondialisme. Plusieurs thèmes s’y développent, dominants ou harmoniques selon les circonstances. Les stratèges de la Révolution montrent une grande plasticité tactique au service d’un processus déterminé.
 
La campagne de délation francophone Balance ton porc, lancée par les féministes après l’affaire Weinstein, a pour thème principal de « combattre la culture du viol » et « le harcèlement sexuel » des femmes par les mâles dominants du système patriarcal, mais il n’est pas exclu que, parmi ses harmonique, elle ait aussi pour objectif collatéral de discréditer… les porcs et la consommation de porc à travers la figure vouée à l’exécration publique de Harvey Weinstein. Ce serait une harmonique subliminale insolite. De telles idées fantaisistes viennent aisément à l’esprit, mais il est impossible d’en mesurer exactement la pertinence : il faudrait savoir avec précision comment images et sentiments s’associent…
 

Après Weinstein une autre affaire : Joxe est-il un vieux porc ?

 
Parmi les thèmes plus évidents, dominants, évidemment primordial aux États-Unis, figure l’anti-trumpisme. Trump a été accusé, dès le début de la campagne présidentielle américaine, en 2015, d’être non seulement raciste, réactionnaire, capitaliste, mais encore vulgaire, machiste, et coupable de comportements et de paroles « inappropriés » avec les femmes : les médias de la côte Est, les universitaires, les féministes, le parti démocrate, les people, Hollywood, ont constitué un faisceau de médisance ou de calomnie contre lui. Deux exemples parmi d’autres : le film produit contre lui en pleine campagne où plusieurs stars, dont Robert De Niro, le conspuent, et la cérémonie des oscars où Meryl Streep, notamment, l’a piétiné. Je ne compte pas les marches de protestation qui ont suivi son élection, organisées conjointement par les féministes et le parti démocrate, auxquelles ont participé de nombreuses vedettes de cinéma. Aujourd’hui, l’affaire Weinstein est l’occasion de réactiver les thèmes qui suscitent la haine contre le machiste blanc américain. Cela transcende les oppositions traditionnelles entre partis. Et cela se remarque jusqu’en France, on vient de le voir avec l’accusation portée par la fille d’Eric Besson, ancien ministre de Sarkozy, contre l’ancien pilier du socialisme et ami de Mitterrand Pierre Joxe, qui l’aurait agressée lors d’une soirée à l’opéra de Paris (il dément) !
 

La Révolution, symphonie des « minorités défavorisées » ?

 
Ainsi peut-être pourra-t-on résoudre un paradoxe apparent, le fait qu’Harvey Weinstein est un ami des Clinton, un donateur généreux du parti démocrate et des campagnes d’Hillary Clinton et d’Obama. Un producteur de gauche, ami des metteurs en scène de gauche et des acteurs de gauche américains : il a même, on l’a rappelé, participé à plusieurs événements ayant pour but de protester contre la vulgarité machiste de Trump.
 
Un esprit simple pourrait en tirer la conclusion que l’affaire Weinstein a été lancée en sous-main par le clan Trump pour atteindre ses adversaires démocrates. Et il est certain qu’elle est plus complexe qu’il n’y paraît. Parmi ses harmoniques on peut reconnaître par exemple l’instrumentalisation de l’antisémitisme. En Amérique les statistiques par communautés et les attaques entre communautés existent : les Noirs et les femmes sont par exemple considérés comme des « minorités » défavorisées par les féministes et les penseurs radicaux de la révolution, tel Saul Alinski, le mentor d’Hillary Clinton et de Barack Obama. Vu de cette manière, Weinstein n’est pas seulement un membre puissant de l’upperclass, un mâle blanc dominant, mais aussi un producteur juif de Hollywood. On ne le dit pas, mais on le suggère, on n’a pas manqué de rappeler le dossier de viol de Roman Polanski, acteur et réalisateur juif. Les mêmes faits peuvent ainsi « parler » aux femmes, et aux Noirs, qui sont ouvertement montés contre les juifs.
 

Obama prononce un discours de guerre civile mondiale

 
Le dernier discours de Barack Obama donne à penser que la Révolution joue sur ce registre racialiste. Venu à Richmond soutenir le candidat démocrate, Ralph Norman pour l’élection au poste de gouverneur de la Virginie, Obama a été acclamé par une foule à très grande majorité noire qui l’a ovationné comme un « nouveau Martin Luther King ». Obama, qui dès son élection en 2008 a travaillé à altérer les institutions américaines à l’aide des « minorités défavorisées », notamment les Noirs, a tenu un discours de guerre civile enveloppé de miel. Il a fait référence aux récents événements de Charlottesville, accusant la droite de « rabaisser les gens », et surtout accusé à mots couverts Trump de « diviser la population », le déclarant « pas capable de gouverner » la nation américaine. Avant cela, il avait pris soin, plus rapide qu’Hillary Clinton, d’exprimer tout son « dégoût » de Weinstein, de manière à conserver son image, acquise grâce au couple qu’il forme avec sa femme Michelle, de chef politique conforme aux canons de la morale raciale et sexuelle dominante.
 

Thèmes dominants racialistes, harmoniques sexistes

 
Le thème dominant dans la symphonie politique dont Weinstein n’aura été que le coup de cymbale ou le pipeau d’ouverture, est bien le rapport entre ethnie et sexe. Dans la réalité, l’Europe et le monde demeurent K.O. debout depuis le déferlement de migrants qui a submergé l’Europe depuis 2014 et devant le nombre incalculable d’agressions et de viols que cela a provoqué, dont la nuit de la Saint Sylvestre 2015 à Cologne est l’épisode le plus connu. Dans la réalité, aux États-Unis, pour l’année 2015 (ce type de statistiques par communauté n’est pas facile à obtenir en ligne pour toutes les années), 36.000 Blanches (soit 33,6 % des Blanches violées) ont été violées par des Noirs (alors que ceux-ci ne formaient alors que 12 % de la population) : par comparaison, moins de 10 femmes noires l’ont été par des Blancs.
 
Dans la fiction politique répandue par la Révolution, c’est la société patriarcale et ses prédateurs tolérés qui sont un danger pour les femmes. Ce sont eux qui agressent et violent. Or, chacun le sait, par l’exemple serbe récent, comme par l’exemple plus ancien de l’armée soviétique en Allemagne, le viol de masse est une arme, qui signale une situation de guerre et une volonté de domination territoriale et ethnique. Il y a donc une guerre sexuelle, sexiste et ethnique, menée par « les minorités défavorisées » soutenues par Obama, orfèvre en la matière, les féministes et la Révolution mondialiste, contre les nations d’Europe et d’Amérique du Nord, contre le mâle blanc de plus de cinquante ans qui seul peut avoir la capacité sociale et financière à s’opposer au Nouvel Ordre Mondial. On la masque par le fantasme fabriqué grâce à Weinstein. L’enjeu du mensonge est la domination mentale de notre société.


 

Pauline Mille

http://reinformation.tv/affaire-weinstein-revolution-themes-dominants-symphonie-harmoniques-mille-76041-2/

Se joue en ce moment une formidable partie dialectique où l’islam, le féminisme, la pornographie, la pruderie, l’anti-trumpisme et la lutte contre le harcèlement sexuel s’opposent et se conjuguent pour promouvoir la Révolution. L’affaire Weinstein en est le détonateur, et elle en annonce d’autres.
 
Il y a un aspect de l’affaire Weinstein que je n’ai pas assez développé, c’est l’utilisation qu’en fait le féminisme. Et d’une manière générale, la question : comment font les stratèges mondialistes pour promouvoir leur Révolution en s’appuyant sur l’actualité qu’ils orientent.
 
Weinstein, rappelons-le une fois encore, était un producteur « progressiste » s’appliquant à promouvoir par le cinéma une vision de la sexualité et de la famille conforme à la révolution mondialiste. Il cotisait aux caisses démocrates, était ami des Clinton, avait participé à des galas contre Trump – tout comme Larry Flint, le magnat de la pornographie, qui vient de promettre dix millions de dollars à qui trouve moyen de faire destituer Trump. Par conséquent, par son métier et son engagement politique, Weinstein était utile à la révolution des mœurs et des esprits.
 

Weinstein prétexte d’une campagne contre le harcèlement sexuel

 
Mais il l’est une deuxième fois comme objet de répulsion offert à la haine et au mépris des citoyens par le biais d’une campagne médiatique orchestré par le féminisme. Il ne suffit pas en effet de souligner, comme reinformation.tv l’a déjà fait, que beaucoup des starlettes qui se posent aujourd’hui en victimes de Weinstein en ont été les complices souriantes, qu’elles ont participé, par le jeu de la distribution-canapé, à ce qu’il faut appeler par son nom, un système de prostitution. Il faut aussi, partant du constat que la campagne de délation d’aujourd’hui ne correspond à nulle réelle nécessité morale, regarder de plus près ses ressorts. En fait, elle est orchestrée par les médias et tend à dénoncer une prétendue « culture de viol » et, plus généralement, le « harcèlement sexuel », comme en témoigne une vidéo devenue virale. C’est une campagne mondiale et mondialiste.
 

Le féminisme confond désir et prédation pour faire la Révolution

 
En d’autres termes, ce ne sont pas les agissements de Weinstein, et d’autres individus analogues, ni le système de corruption en vogue dans les show-biz, système de corruption qui englobe celles qui s’y prêtent et se posent aujourd’hui abusivement en victimes, c’est, à travers le « harcèlement sexuel », les restes abhorrés d’une prétendue société patriarcale et l’oppression masculine qui sont dénoncés. La pornographie et la licence des prédateurs sexuels sert de repoussoir à la pruderie du féminisme pour faire passer sa révolution – en assimilant, grâce au groin de cochon du citoyen Weinstein, toute poursuite amoureuse maladroite à un acte répugnant et condamnable. Car enfin, si on change de contexte, quand un homme tente étourdiment de manifester son désir à une femme qui lui plaît et que celle-ci n’en a pas envie, cela relève d’une simple remise à sa place, avec une claque dans les cas graves, non d’une dénonciation au tribunal révolutionnaire du féminisme. Ce qui est répugnant dans les avances de Weinstein, ce n’est pas qu’il ait tenté d’embrasser telle ou telle starlette, c’était que l’acceptation de celle-ci était la condition sine qua non de la carrière de la donzelle.
 
La preuve du caractère révolutionnaire de la campagne en cours, c’est qu’elle est le fait de femmes et de médias qui ont une vue très « progressiste » des relations sexuelles et de la famille : la campagne visant à susciter dans le public une réaction de pudeur n’est ici qu’une grimace de la Révolution. Comme donateurs et comme effigies du mal, Weinstein et Larry Flint servent donc deux fois la révolution progressiste.
 
Cerise sur le gâteau, l’affaire permet de relancer les accusations contre Trump, ce qui est pain bénit pour Hollywood dont les réseaux pédophiles étaient dans le collimateur de celui-ci.

http://reinformation.tv/weinstein-pornographie-feminisme-revolution-servent-islam-mille-75854-2/

EN BANDE SON :

3 réponses »

  1. Jubilatoire Mocky (francs-tireur)balance en 2009 sur les « putes »dans le cinéma
    A l’intention des pauvres victimes………..
    Ceci ne pourrait plus être dit aujourd’hui…
    Le vice et la vertu ….
    Bien entendu toutes les actrices ne sont pas des putes
    Sinon toutes les putes seraient des actrice…plus confortable d’être sur un plateau que sur le trottoir
    Bon ben… il y aussi désormais les papys sugar des vieux moches qui « sponsorisent  » les études de trés jolies étudiantes ….
    Le cul plus un cerveau ….
    Ah la con-cu-rence risque d’être rude pour les demoiselles qui cherchent a se vendre…
    Spécial dédicace aux pseudo féministes fausse victimes et alibi d’un systéme dégénéré.
    La chasse aux méchants mâles blancs sont l’arbre qui cachent la forêt des pédophiles…
    autrement plus grave…
    J’attends j’attends le jour ou sortira la vérité ….
    Il parait qu’elle apparaît toujours.


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s