1984

Le mauvais coup du Lapin : En l’espace d’un An « Nixon Trump » aura réussi la double performance de couler définitivement le Nationalisme US et de préparer l’avènement du Mondialisme pour 2020

En l’espace d’un An Trump aura réussi la double performance de couler définitivement le Nationalisme US et de préparer l’avènement du Mondialisme pour 2020

NOTE DU LUPUS

Quelques tweets bien clivants assortis de quelques phrases bien senties auront fait de Trump le fossoyeur du nationalisme US…Par l’opprobre générée d’abord, par le ridicule ressenti ensuite…En incarnant un nationalisme d’opérette Trump n’a pas revêtu la robe d’Avocat mais le costume du Procureur chargé des basses œuvres du Mondialisme….Bannon qui aura vu trop tard les coups portés par celui qu’il pensait être son disciple aura fini  dans le discrédit de celui qui a perdu ses esprits pour connaitre l’infamie du Brutus qui a trahi…Mission réussie donc pour Mister Trump ! et bon anniversaire !  Oui ! vous êtes un génie mais un génie de la manipulation !

Avec Trump c’est le Magistère de la Parole ou tout devient « effet de com », qu’importe le contenu du flacon pourvu qu’il ait l’ivresse d’exister lui et de rentrer dans l’histoire d’un Pays qui n’existe déjà plus : frontières perméables, de la chnouf à perte de vue et des classes moyennes qui sombrent allègrement au son de l’orchestre titanesque qui leur susurre que tout va bien et que tout ira bientôt mieux dans le Meilleur des Mondes…des sans dents, des sans genre et des sans patrie…

Alors que reste-t-il de ses Amours au Donald, si furtives qu’elles ne furent qu’ «  élictives » et pas très « érectives » :   Maitriser la parole, avoir le dernier mot, le dernier bon mot, le dernier bon tweet en 140 mots montre en main, c’est devenu son combat à lui ! Dégainer, être plus rapide que son ombre Rocket Man et meilleur golfeur que son « pote » Obama…Trump tel un John Wayne de l’éjaculation précoce a « baisé « le Peuple Américain en lui murmurant des Mots d’Amour et en lui promettant du long terme sur ce qui n’aura été au final que le coup d’un soir ! En ruinant le dernier rêve américain d’un retour à l’Amérique, la vraie, celle de notre enfance, Trump aura rendu caduque toute possibilité de changement et d’évolution d’un système qui se nourrit de son anti système sans jamais changer sa feuille de route et son Agenda… Mais qu’attendre d’un type qui ayant toujours marché dans les pas de son Père a fini par s’embourber dans les pas de ses Pairs, les pieds pris dans la gadoue et bientôt enseveli par le Marais dont il prétend nous tier !

 Pour le reste les Mondialistes mènent la Danse et il s’avère que Trump au final est un excellent Danseur, moins Tango que Charlie Obama mais bien plus Rock que Georges W met les bouchées doubles….Cela suffira t il à lui éviter une autre promesse de campagne : subir le déshonneur nixonien ..Pas sûr !  En 1972 Nixon faisait rentrer l’Amérique dans l’Ere communiste, en 2018 Trump l’aura fait swinguer au son des tambours battants du Mondialisme ! Décidement les époques changent mais les perspectives restent les mèmes !

LE LUPUS

OK++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

La fonction systémique, historique de Trump : la destruction , mieux, la déconstruction. The job is done!

« Trump , c’est le show perpétuel, alors pourquoi ne pas lui opposer en 2020 un, une autre professionnellle du show? Trump est milliardaire, pourquoi ne pas lui opposer une autre milliardaire?

Nous soutenons que la chute de Trump, son effondrement aux abysses sont conformes à ce que nous avons diagnostiqué lors de la campagne: la fonction de Trump est de tout entraîner vers le bas, de détruire, de déconsidérer, de saboter pour ainsi dire.

Oprah est une sorte de  décalque direct de Obama ( les Obama sont ses amis) d’une part et de décalque inversé de Trump; mais les décalques ne sont pas des créations, ce sont des caricatures. Elle est milliardaire du show business, africaine-américaine, féministe, progressiste, néocon, belliciste,  elle ne se définit que par sa capacité à incarner l’opportunisme anti, contre Trump.

Elle s’inscrit dans le grotesque, la dérision.  Entre elle et Trump, nous avons les deux faces de cette Amérique qui accélère sa décomposition.  Ce qui est extraordinaire, c’est qu’aucune voix de s’élève pour montrer à quel point tout cela est clivant, « divisive » comme on dit! La société américaine vole en éclats! A la division par le machisme blanc répond la division par le féminisme  noir!

L’Histoire visiblement accélère; nous ne sommes qu’en 2018, Trump n’est même pas installé, il est sur un siège éjectable,  et déjà on prépare sa sortie, avec des élections qui n’auront lieu qu’en 2020.

Si jamais Oprah Winfrey venait à être élue, sa fonction serait d’accélérer la décomposition, de précipter la destructuration, la déconstruction des Etats-Unis,  de la société américaine, de l’ordre occidental ; elle serait son continuateur systémique. »

BRUNO BERTEZ

L’essayiste à succès (¡Adios, America!) avait fanatiquement soutenu Trump pendant sa campagne électorale. Elle s’était illustrée à la télévision dès les élections primaires républicaines en affirmant, sous les fous rires des journalistes, que Trump serait le prochain président. Elle avait insolemment dit à Trump qu’il commettait une grave erreur d’installer sa fille et son gendre à la Maison-Blanche : deux symboles du mondialisme. Puis, récemment, elle a émis des doutes sur la sincérité du président quant à sa politique d’immigration, en particulier sur la frontière sud.

Survient l’affaire du livre Fire and Fury de Michael Wolff. Un livre qui provoque une hyper-réaction (haineuse et probablement jalouse) de Trump contre Steve Bannon. Un livre dont l’insinuation centrale présente un Trump atteint de troubles mentaux. De là à invoquer le 25e amendement de la Constitution et le révoquer…

Mais le populisme est mort : l’establishment républicain (qui ne sera pas gêné par Bannon lors des prochaines législatives) soutient donc mordicus son nouveau poulain, George W. Trump.

Le président a présidé, le 9 janvier en direct devant les caméras, une réunion bipartisane de parlementaires sur le thème de l’immigration sud-américaine, concluant publiquement qu’il entérinerait la décision de tous les participants présents quant à l’amnistie de 800.000 « enfants » (beaucoup sont maintenant adultes) d’immigrants illégaux. Si l’on considère que 100 % des démocrates et bien des républicains sont pour l’importation massive de populations sud-américaines, la suite est claire : Trump va lâcher sur le sujet qui l’a fait élire et « amnistier » sans contreparties (un budget pour financer le mur, suppression du rapprochement familial élargi [pour un immigrant, de 12 à 20 nouveaux entrés, et ainsi de suite, suppression de la loterie à visas…]).

Réaction immédiate sur Fox News des chroniqueurs Tucker Carlson (« À quoi ça a servi, de voter pour Trump ? ») et Laura Ingraham (« Attention, ne vous coupez-pas de votre base et de vos promesses ! »). Mais – in cauda venenum – le pire est venu d’Ann Coulter. Le 10 janvier, elle se livre, dans The Daily Caller, à un assassinat impitoyable (« It turns out Bannon was Trump’s brain »). Elle affirme :

« Afin de prouver qu’il n’était pas sénile, Trump a organisé une réunion télévisée […] Il a ensuite vendu sa base, apparaissant encore plus sénile […] Lors d’une demi-douzaine d’échanges […] il a démontré qu’il n’avait aucune idée de ce que disaient les gens […] et disait oui à tout. »

Coulter cite les échanges. Puis elle livre le résultat :

« À gauche ils sont contents. Ils croient toujours que Trump est un imbécile. À droite, ils sont mécontents et pensent à leur tour que Trump est un imbécile. »

Trump a senti le danger. Il a corrigé le tir par tweet et, furieux de voir la discussion d’un groupe du sénat lui proposer, depuis, d’élargir les amnisties pour ceux qui sont venus de pays dysfonctionnels, il a lâché des mots sur ces pays, probablement calculés afin de rassurer sa base. Pour se trouver ensuite pris dans un nouveau maelström racial, avec pour risque l’arrêt des services publics dès le 19 janvier, faute d’accord budgétaire. Bref, la Reconquista est au coin de la rue. Juste retour des choses ? Un vrai « merdier », quoi… comme à Hawaï !

Trump et l’establishment ont pu trouver un terrain d’entente majeur sur l’économie. La crise avec Steve Bannon illustre ainsi une rupture : de perturbateur, Trump devient « raisonnable ». Le général Kelly, son directeur de cabinet, l’a dit sur Fox News : la campagne, c’est la campagne, la présidence, c’est la présidence… Ainsi, en politique étrangère, Trump poursuit la stratégie « néocon » de changement de régime, armant l’Ukraine, allant maintenant jusqu’à menacer directement la Russie (accusée de soutenir la Corée du Nord) tout en ménageant la Chine (qui, pourtant, triche).

Les lobbies économiques américains, acquis aux frontières ouvertes, semblent (selon le site Axios) dire à Trump de se « calmer » sur les négociations commerciales (Chine, Mexique, Canada) autant que sur l’immigration ou le mur, arguant du fait que les chrétiens étant maintenant dans la poche (nominations judiciaires conservatrices et positions pro-vie), la croissance économique suffira à rassembler le populo avant les prochaines législatives et présidentielles. Donc, inutile de divaguer sur les questions migratoires ou le nationalisme économique. Est-il en train de se faire endormir par Mitt Romney, qui va bientôt entrer au Sénat ? On en reparlera…

http://www.bvoltaire.fr/ann-coulter-bannon-etait-bel-bien-cerveau-de-trump/

EN BANDE SON : 

4 réponses »

    • Bien vu Keriadenn, car si je me fais le Trump c’est pour ne pas faire le Mac…. Les Européens adorent faire la Pute avec les Américains : ils les détestent, dénoncent leur impérialisme à tour de bras mais adoptent goulument leur système, leur attitude et leur réalité première… tout en prétendant bien entendu le contraire….Pour parler crument ce sont des fils de pute qui marchent dans les pas de leur Père et qui chialent après leur Mère !

      J'aime

    • Une fiche de lecture de Michel Drac dans la série de ses lectures sur » l’origine »!!!! de Daesh
      Comment les Etats deviennent dans le monde entier des états Potemkine
      sapés de l’intérieur par le bas par les « insurrections de gangsters » et par le part haut les par les »insurrections de ploutocrates »
      Des nouveaux barbares nomades contre les sédentaires……………..!!!

      Un nouveau concept :la Théorie des hybrides
      Hybridation /collusion/ narco trafique / politique/terrorisme
      Avec en prime de nouvelles « religions » -sectes alliant parfois comme au Mexique une resucée des cultes sacrificiels précolombiens avec magie noire et anthropophagie a 29mn 11
      Idem dans toute l’Afrique particulièrement en Somalie
      Purement hallucinant livre écrit par un commissaire divisionnaire français
      Ce qui s’installe comme vous dites Lupus: » au son de l’orchestre titanesque qui leur susurre que tout va bien et que tout ira bientôt mieux dans le Meilleur des Mondes…des sans dents, des sans genre et des sans patrie »
      Notre massacre.Notre extermination.
      Merci Keriadenn de m’avoir fait découvrir ce formidable lecteur qui lit et décrypte ..


      https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s