Art de la guerre monétaire et économique

Europe : Un accord bidon sur l’immigration !

Ce matin vos médias proclament que l’Union européenne a accouché d’un accord sur les migrations au bout de la nuit. Vraiment ? Quelle bonne blague. Cet accord, pour peu que l’on puisse qualifier ainsi ce texte, est surtout un formidable fourre-tout où tout le monde peut y trouver ce qu’il veut ou ce qu’il ne veut pas. C’est selon… Bref un « accord » pour rien, un « accord » sur rien et surtout, un « accord » qui ne résout rien !Le texte de cet « accord » insiste sur la création, dans les frontières de l’Union européenne, de «centre contrôlés» où seraient débarqués et accueillis les migrants et réfugiés secourus près des côtes libyennes. Sur une base volontaire, d’autres États membres pourraient donc prendre le relais de l’Italie, qui refuse désormais l’accueil des bâtiments affrétés par les ONG. Les conclusions du sommet, publiées au lever du jour, ne dresse pas la liste de ces pays de l’UE, forcément méditerranéens. Les migrants éligibles à l’asile seraient ensuite répartis dans d’autres pays de l’UE, sur une base également volontaire.

L’Italie fait semblant de se réjouir en proclamant qu’elle n’est plus seule car il y aurait désormais une responsabilité partagée. Ah ? Le texte de cet « accord » insiste pourtant sur le fait que «Toutes les mesures prises, notamment la relocalisation et la réinstallation, se feront sur la base du volontariat». Autrement dit, l’Italie dépendra toujours de la bonne volonté de ses partenaires pour partager le fardeau. L’italie n’a rien obtenu de concret. Bref, le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, s’est déballonné. Non seulement les clandestins continueront d’affluer vers la péninsule mais l’Italie sera toujours en première ligne. Seule. Qu’en pense Matteo Salvini ?

Quant aux pays européens, comme l’Autriche, qui exigeaient que les centres de migrants soient créés dans les pays extérieurs aux frontières de l’UE (en Libye par exemple) ils obtiennent exactement l’inverse. Seuls les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, Tchéquie, Slovaquie) peuvent afficher ce matin un large sourire. Emmanuel Macron et Angela Merkel n’ont pas réussi à leur imposer des quotas d’accueil contraignants. Et comme le reste du texte insiste sur le volontariat concernant le partage du fardeau ce n’est pas demain que les Hongrois ou les Polonais verront débarquer des hordes de clandestins.

Pour résumer, en dehors des pays du groupe de Visegrad, cet « accord » ne satisfera personne. On peut même le qualifier vulgairement d’attrape-couillons : il ne règle en rien le problème de la submersion migratoire ; les centres de rétention étant installés sur le sol européen, cet « accord » contribuera à alimenter l’appel d’air ; la répartition des migrants se faisant sur la base du volontariat l’Italie s’apercevra rapidement qu’elle n’a rien gagné du tout ; les quelques pays qui accepteront de jouer le jeu de cet « accord » seront toujours les mêmes. Avec Emmanuel Macron à sa tête les Français peuvent s’attendre à voir arriver des milliers de nouveaux clandestins. Même punition pour les Espagnols dont le Premier ministre illégitime (ici) est un immigrationniste fanatique qui envisage de donner le droit de vote aux migrants. Le suicide de l’Europe se poursuit et tout le monde s’en félicite. Les cons !

D.B.

brunobertez

Ne prenez jamais les commentaires qui suivent les réunions européennes pour leur valeur faciale. C esont toujours des trompe l’oeil qui ne résolvent rien.
Ces trompe l’oeil sont destinés aux opinions publiques afin de les persuader « que l’Europe, cela marche ».
Ce n’est qu’avec le temps que l’on mesure la portée des échecs des uns et des autres. Les informations dans l’actualité sont concues pour ne pas … informer.assez vagues pour que chacun y trouve son compte.
Les pots aux rose seront révééls ces prochains jours par nos « amis » britanniques, eux se chargent de décaper méchamment, en particuler le Financial times et Open Europe.
De premiers doutes commençaient à émerger sur l’accord bouclé dans la nuit de vendredi entre les dirigeants de l’UE sur les migrations, certains d’entre eux se montrant déjà peu enclins à faire preuve de solidarité quant à la prise en charge des arrivants réclamée par l’Italie, qui…

Voir l’article original 1 875 mots de plus

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s