Art de la guerre monétaire et économique

Europe : Matteo Salvini dénonce le sale business des passeurs sur les migrants et ramène ces derniers… en Libye

Matteo Salvini dénonce le sale business des passeurs sur les migrants et ramène ces derniers… en Libye

 

Dimanche, dans un tweet enthousiaste, le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini s’est félicité du sauvetage de 40 migrants africains… mais surtout de leur retour en Libye, opéré par ses garde-côtes. « Quand on veut, on peut » a-t-il lancé ! Non seulement le nombre de morts en Méditerranée a été réduit de plus de la moitié par rapport à l’année dernière, mais des migrants interceptés sur des bateaux affrétés par des passeurs avides et sans scrupules sont retournés à leur point de départ – comme quoi tout est possible, n’en déplaise à Bruxelles.
 
Maintenant la politique signée Salvini survivra-telle à l’hydre européiste qui garde un pied dans le gouvernement populiste italien… ? Sa tête dirigeante, Giuseppe Conte, parle plus « répartition » qu’« interdiction ».
 

Moins de migrants… moins de morts !

 
« Si les gouvernements font leur travail, le sale business de l’immigration clandestine peut être arrêté » a déclaré le chef de la Ligue. Matteo Salvini a également posté une vidéo sur sa page Facebook lundi dans laquelle il exprime son espoir que les tentatives récentes de navette des migrants à travers le détroit de Sicile représentent les « derniers soupirs » des trafiquants et que ce sera « le dernier été des tragédies en Méditerranée ».
 
Comme le fait remarquer Breitbart, le pape François a fait semblable vœu à l’heure de l’Angélus, dimanche, sur la place Saint-Pierre : le vœu que les morts tragiques de migrants en Méditerranée prennent bientôt fin. La différence de perspective entre les deux hommes est pourtant de taille : Matteo veut faire cesser ces arrivées récurrentes, François veut les accueillir toujours plus…
 
N’empêche que Salvini a trouvé la solution pour réduire le nombre de morts de migrants (Bruxelles n’y avait sûrement pas pensé !) : réduire le nombre… de migrants. Et très visiblement, comme on l’a déjà rapporté, ça marche ! Les données récentes sur l’immigration publiées par l’Agence des Nations unies pour les réfugiés et l’Organisation internationale pour les migrants montrent une corrélation remarquable entre la réduction de l’immigration et la réduction des décès de migrants… en toute logique.
 
Comme les dirigeants populistes ont envoyé le message que leurs ports ne sont plus ouverts aux migrants économiques, leur nombre s’est fortement réduit, autant que le nombre de noyés : moitié moins très exactement, par rapport aux six premiers mois de l’année 2017, soit environ 1 000 personnes. En 2016, alors que 181 436 migrants avaient passé la Méditerranée, 4 578 migrants avaient trouvé la mort…
 

Les migrants, trésor de guerre des passeurs, doivent retourner en Libye

 
Malgré cette évidence de chiffres, la mauvaise foi idéologique trouve encore des souteneurs. Un article d’Infomigrants, daté du 9 juillet, s’affolait ce que les naufrages « s’accéléraient » : « Proportionnellement au nombre des départs, on constate une nette augmentation des décès en mer pour l’année 2018, notamment en juin », a précisé le porte-parole de l’OIM. Comme si les rapports de proportion étaient plus à préserver que les vies…
 
Depuis juin, les navires des ONG tels que l’Aquarius ou le Lifeline ne croisent plus en Méditerranée et sont à quai. Et les garde-côtes italiens doivent désormais renvoyer vers Tripoli, la capitale libyenne, les appels d’urgence d’embarcations en détresse, à la suite de l’accord-éclair obtenu il y a un mois.
 
Mieux, comme en témoigne le tweet dominical de Salvini, certains migrants récupérés par les garde-côtes italiens peuvent être ramenés gentiment à leur point de départ – encore une chose à laquelle Bruxelles ne devait pas penser…
 

Bruxelles et la grande alliance populiste rêvée de Salvini

 
Seulement Salvini, même ministre de l’Intérieur, n’est pas seul dans le gouvernement d’union populiste italien. Bien qu’il affiche face à un Soros la même répulsion qu’un Viktor Orbán (il l’a accusé de vouloir remplir l’Europe de migrants « parce qu’il aime les esclaves ») il n’a pas les mains aussi libres que son homologue hongrois. L’épisode de 14 juillet dernier l’a démontré : s’il refusait fermement d’accueillir le Diciotti et ses 67 migrants, la présidence italienne a fini par permettre à ses passagers de débarquer en Sicile.
 
Pour Giuseppe Conte, chef du gouvernement, l’important est que l’Italie ne soit pas « seule ». Et qu’une « répartition équitable » se fasse – et Salvini fait avec. Il vient officiellement de demander à Bruxelles de ne plus être le seul pays de débarquement identifié dans le mandat de l’opération Sophia qui a été lancé en juin 2015 et qui se termine à la fin de l’année
 
Il sera intéressant d’en voir l’issue. Bruxelles a tout intérêt à négocier avec ces gouvernements populistes, d’opinions moins « tranchées » et surtout moins unanimes que ceux du groupe de Visegrad. Surtout s’ils réalisent la grande alliance populiste dont rêve Matteo Salvini pour les élections européennes de 2019… « Je veux unir les partis qui formeront la nouvelle majorité au Parlement européen, les partis en Autriche, aux Pays-Bas, en Suède, en France et en Allemagne (…) Je veux donner une voix à un autre type d’Europe, l’Europe de l’espoir du travail et de la certitude, et tous les partis devront choisir de quel côté se placer », a-t-il dit, fustigeant la migration de masse et les politiques économiques.
 
Les pions bien placés de Bruxelles joueront à coup sûr leur rôle.
 
Clémentine Jallais

https://reinformation.tv/salvini-migrants-passeurs-libye-jallais-86640-2/

OK++++++++++++++++++++++++++++

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s