A PROPOS

Les forces et les faiblesses des gauchistes par rapport aux conservateurs

Les forces et les faiblesses des gauchistes par rapport aux conservateurs


Par Brandon Smith – Le 8 août 2018 – Source alt_market


Avant de me lancer dans ce sujet, je devrais probablement aborder une idée fausse répandue parmi les gens qui sont nouveaux dans l’activisme du Mouvement pour la Liberté. La première fois que les gens entendent parler du concept du « faux paradigme gauche/droite », ils supposent à tort que cela signifie qu’il n’y a « aucune idéologie de gauche ou de droite », que tout est fabriqué pour diviser les masses. C’est une idée fausse.

Lorsque nous parlons du faux paradigme gauche/droite dans le Mouvement pour la Liberté, nous faisons généralement référence aux élites au sommet de la pyramide politique et financière. Ces gens n’ont PAS de loyauté envers un parti politique, et ils n’adhèrent pas non plus aux croyances d’un côté ou de l’autre. Ils sont heureux, cependant, d’exploiter les gauchistes ou les conservateurs en ciblant leurs faiblesses. Ils le font dans le but de créer un résultat social qui favorise leurs objectifs, mais c’est tout. En d’autres termes, ces gens sont des globalistes et ont leur propre agenda séparé de la gauche ou de la droite politique, mais ils feront semblant de se tenir d’un côté ou de l’autre pour contrôler le récit. D’où la « fausseté » de leur théâtre politique gauche/droite.

Le citoyen ordinaire, cependant, a en effet tendance à faire reposer légitimement ses idéaux sur un spectre de gauche à droite, du progressiste au conservateur. Et dernièrement, la séparation entre ces deux parties s’élargit de plus en plus.

Pour être clair, ce n’est pas faire le jeu des globalistes que de souligner les différences entre les deux camps. Les deux côtés sont concrets, ils sont le prolongement naturel de processus humains, et ils existeraient même si les globalistes n’existaient pas. Les globalistes n’ont pas créé de différences philosophiques entre la gauche et la droite, c’est leur donner trop de crédit. Ils ne cherchent qu’à profiter des divisions de la pensée qui existent déjà.

Là où les choses tournent horriblement mal, c’est lorsqu’un côté ou l’autre est poussé artificiellement vers le fanatisme. C’est là que les globalistes créent le chaos, en influençant la gauche ou la droite pour subvertir leurs propres principes et abandonner la diplomatie au nom de la destruction de l’autre partie. C’est alors que les désaccords se transforment en guerre et que le processus politique devient une querelle sanglante. Les globalistes tentent parfois de conjurer des conditions aussi violentes lorsqu’ils veulent effacer l’ardoise et introduire un nouveau système social. En général, leur but est encore plus de centralisation et de contrôle.

Au fil des ans, j’ai critiqué les DEUX côtés de l’éventail politique, et parfois encore plus les militants du Mouvement de la Liberté lorsque j’ai vu le mouvement être égaré par la désinformation. La réalité est que tant les gauchistes que les conservateurs perçoivent de graves déséquilibres dans le fonctionnement de notre société et de notre gouvernement. Ce qui nous différencie beaucoup, c’est la façon dont chaque partie rejette la responsabilité de nos problèmes et la façon dont elle prévoit de résoudre ces déséquilibres.

Pour comprendre pourquoi la gauche et la droite sont si près d’une guerre ouverte, nous devons sortir de la bulle politique et regarder nos différences d’une manière plus objective. Commençons d’abord par un examen de la mentalité gauchiste…

Comment les gauchistes voient le monde

La clé pour comprendre les gauchistes réside dans leur inclination vers le collectivisme comme moyen de protection et de pouvoir. Pour dire les choses plus directement, les gauchistes aiment et embrassent la mentalité de foule.

C’est pourquoi la gauche politique semble s’organiser beaucoup plus efficacement que les conservateurs dans de nombreux cas. Alors que les conservateurs s’engagent dans des débats internes les uns avec les autres sur les principes et les solutions pratiques, les gauchistes sont beaucoup plus déterminés dans leur quête d’influence sociale. Ils semblent graviter l’un vers l’autre comme des fourmis autour d’un cube de sucre, et en cela ils peuvent être efficaces pour éliminer les obstacles et gagner des territoires politiques. Cela peut être considéré comme une force, mais aussi comme une faiblesse.

L’idéal gauchiste est un idéal dans lequel tous les gens sont généralement d’accord – ils pensent que tous les gens sont liés les uns aux autres dans une grande chaîne sociale, que chaque action individuelle a des conséquences pour tous les autres dans cette chaîne et, par conséquent, que toutes les actions individuelles, aussi petites soient-elles, devraient être réglementées afin d’éviter qu’une personne ne vienne s’ajouter à une catastrophe potentielle pour le reste de l’humanité. Le véritable individualisme est perçu comme étant « égoïste » et perturbant les perspectives de survie du groupe.

Ainsi, la notion de « société » devient un mécanisme de contrôle utilisé par les gauchistes. « Nous faisons tous partie de cette société, que cela nous plaise ou non. »Ils disent souvent : « Les gens doivent accepter les règles pour le plus grand bien du plus grand nombre ».

Lorsque nous regardons cela objectivement, il s’agit clairement d’un totalitarisme se posant comme une rationalité humanitaire. Qui décide de ce qui est « le plus grand bien » ? Eh bien, notre conscience inhérente fait cela, mais la conscience est un trait individuel. Quand les foules se réunissent et s’engagent dans une pensée de foule, la conscience a tendance à sortir par la fenêtre.

Par exemple, il est impossible d’instituer une telle chose comme la « justice sociale » ; homogénéiser arbitrairement un groupe entier en fonction de la couleur de la peau, de l’orientation sexuelle, de la situation financière, etc. et décider ensuite comment ils devraient être récompensés (ou punis). Cela efface les réalisations individuelles et les crimes des personnes au sein de ce groupe que vous venez de créer arbitrairement.

Il est vrai que certains comportements ont tendance à être culturels, et dans ce cas, le mieux que l’on puisse faire moralement est de signaler ces comportements en les encensant ou en les critiquant. Dans le cas des globalistes, vous avez un exemple réel de criminalité organisée au sein d’un groupe de personnes définissable. Cela peut en effet être jugé sur une large échelle mais doit encore être puni sur la base d’actions individuelles.

Nous pouvons juger un individu pour son comportement basé sur des preuves, mais personne sur Terre n’est dépourvu de préjugés, et personne sur Terre n’a la sagesse omnipotente requise pour distribuer des punitions ou des prix à toute une sous-culture de gens en masse.

Ces gauchistes avec de bonnes intentions désirent un monde sans souffrance. C’est peut-être une chose noble. Malheureusement, ce monde n’existe pas et n’existera jamais. Il y aura toujours une inégalité des résultats parce que tous les gens ne sont pas égaux en capacité ou en volonté. Je me rends compte que les gauchistes ont subi un lavage de cerveau en pensant que tous les gens sont également capables, si ce n’est pas complètement les mêmes de toutes les façons imaginables. Mais, croire cela n’en fait pas un fait.

Le mieux que nous puissions espérer est la liberté de poursuivre la recherche de prospérité en tant qu’individus, mais dans leur quête de l’égalité totale, les gauchistes encouragent l’effacement de la liberté individuelle et des opportunités. Ils croient que le mieux pour l’individu est qu’il sacrifie son individualisme au profit de la foule composée du plus petit dénominateur commun. Quand on comprend que la foule est moralement relative, qu’elle n’a ni âme ni conscience, cette suggestion sonne comme de la folie. Et franchement, c’est de la folie.

Inutile de dire que la pensée collectiviste des gauchistes en fait une proie facile pour les élites sociopathes mondiales. Cependant, pour être juste, les conservateurs sont également visés par la manipulation parce qu’ils représentent la menace la plus viable pour le succès du globalisme en tant que construction.

Comment les conservateurs voient le monde

Alors que la gauche politique s’enfonce dans les erreurs du fanatisme, les conservateurs ne sont pas à l’abri de l’aveuglement idéologique. Ce n’est un secret pour personne que je considère la position conservatrice comme étant de loin supérieure à celle de la gauche – je résumerai les forces de cette position aussi brièvement que possible afin que nous puissions passer à la question plus importante des faiblesses.

La gauche voit le monde comme un nœud gordien complexe qu’il faut couper en deux et démêler méticuleusement jusqu’à ce que tout soit égal. Les conservateurs considèrent que les problèmes de la société sont beaucoup plus simples – les problèmes de chaque individu sont les siens. Chaque individu doit travailler dur pour s’élever et résoudre ses problèmes sans embarquer d’autres personnes dans le processus. Chaque personne est une île, et bien que nous puissions parfois nous allier les uns avec les autres, nous ne sommes pas liés de façon permanente les uns aux autres dans une sorte de relation symbiotique sans fin. Comme l’indique le principe de non-agression, vous me laissez tranquille, et je vous laisserai tranquille, et tant que personne ne tentera de voler les autres, d’asservir les autres ou d’assassiner les autres, je resterai tranquille et paisible.

La dynamique conservatrice tourne mal, cependant, quand les conservateurs abandonnent leurs principes fondateurs pour tenter de gagner un combat contre une menace imminente.

Comme les gauchistes vénèrent la foule et le pouvoir gouvernemental, les conservateurs ont tendance à vénérer des héros, dont certains sont de faux prophètes. Les conservateurs sont toujours désespérément à la recherche de l’homme au cheval blanc pour les mener vers la terre promise. Ils sont toujours à la recherche d’un autre messie. Et en cela, ils se rendent faibles.

Ce qu’ils devraient développer, ce sont leurs principes et leur héritage seulement. Seuls les principes et les vérités comptent, car ils sont éternels.  Ils ne sont pas corrompus comme les gens peuvent l’être. Mais que l’homme de spectacle ou la mascotte de droite viennent réciter le bonne rhétorique d’une manière excitante, et beaucoup de conservateurs deviennent de la pâte à modeler entre les mains des élites politiques.

Je crois que c’est dû au problème d’organisation dont souffrent les conservateurs. Les individualistes ne sont pas toujours d’accord sur tout et abhorrent normalement la pensée de foule. La droite politique est frustrée de voir à quel point il est facile pour les gauchistes de se rassembler en une foule efficace, et la tyrannie de la majorité est horrifiante pour le conservateur moyen. Ainsi, en réponse, les conservateurs cherchent des leaders unificateurs, des gens qui semblent avoir les mêmes valeurs et dans lesquels les conservateurs peuvent déverser tous leurs espoirs et leurs rêves pour l’avenir. Quand cela se produit, la pensée de groupe peut se propager et se propage aussi comme un cancer à travers la droite politique.

Lorsque les conservateurs se concentrent sur le leadership, ils se centralisent sans le vouloir et deviennent facilement contrôlables. Les globalistes peuvent soit coopter le leader, soit ils peuvent détruire le leader et donc les espoirs de tous ceux qui se sont investis en lui. Ils peuvent utiliser le leader comme un placebo, ce qui fait que les conservateurs attendent que les choses changent alors qu’ils devraient agir eux-mêmes. Et, les globalistes peuvent aussi lier toutes les bévues perçues ou réelles de ce leader autour du cou de sa base politique ; ce qui signifie que les conservateurs peuvent se rallier autour d’un faux prophète et que lorsqu’il tombe en disgrâce, toute pensée conservatrice tombe également avec lui.

Lorsque les conservateurs concentrent tous leurs efforts et leur énergie en un seul leader, ils se préparent à l’échec. L’organisation n’a pas besoin d’être modelée du haut vers le bas. Elle peut être construite à partir de la base et de manière décentralisée. Lorsque les conservateurs ignorent leurs propres principes et commencent à centraliser, des choses très laides peuvent se produire. Le zèle n’est pas seulement un vice de la gauche. Je me souviens de la folie de la guerre en Irak, par exemple, et dans ce cas, j’ai vu des conservateurs autoproclamés agir comme la foule qu’ils méprisaient. Cela s’est produit parce qu’ils étaient effrayés par ce qu’ils percevaient comme une menace imminente et qu’ils cherchaient un leadership dans tous les mauvais endroits au lieu de penser de façon critique.

Les deux côtés du spectre politique sont une réalité de la vie (à moins, bien sûr, que les globalistes obtiennent ce qu’ils veulent et remplacent tout par leur propre relativisme moral). Un côté est souvent utilisé contre l’autre pour obtenir en sous-main une réponse autodestructrice. Comprendre d’où viennent les uns et les autres nous aide à rester vigilants et à éviter l’exploitation par les pouvoirs en place.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

http://lesakerfrancophone.fr/les-forces-et-les-faiblesses-des-gauchistes-par-rapport-aux-conservateurs

OK++++++++++++++++++++++++++++

EN BANDE SON : 

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s