Brazil

Election de Bolsanaro au Brésil : définition de l’extrême droite ?

Election de Bolsanaro au Brésil : définition de l’extrême droite ?

Election Bolsanaro Définition Extreme Droite

Qu’est-ce que c’est que l’extrême droite au Brésil ? Le fascisme plus la samba ? A considérer la personne et le programme de Jair Bolsanaro, ça ne ressemble pas à l’extrême droite chez nous. Et si ce mot sans définition servait à discréditer tout ennemi du Système ?
 
Quand j’étais jeune fille j’avais un copain dont les profs disaient qu’il était d’extrême droite. Il aimait bien se faire remarquer, portait cravate et une fleur de lys au revers de son veston, se disait monarchiste de la sous-espèce légitimiste, féru de coutumes, de décentralisation, amoureux de la France seule, ses armes, ses arts et ses lois, très critique envers l’Amérique et qui se fermait comme une huître dès qu’il entendait le mot libéralisme, fût-ce en matière d’économie, catholique jusqu’au bout des ongles, le genre, que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni, très porté sur l’environnement, la cause palestinienne et la poésie grecque, au demeurant Antillais, natif de Case Pilote à la Martinique.
 

L’extrême droite de Bolsanaro diffère de celle de mon copain Alcide

 
Jair Bolsanaro n’a pas le même profil. C’est un républicain épris d’ordre militaire, il aime l’Amérique et le marché, se surnomme lui-même le Trump tropical, il pose entouré de sa troisième épouse et d’un pasteur de l’évangélisme, secte qui a sa faveur, il préfère le foot à Anacréon, les stars de foot le lui rendent bien, il est à fond pour Israël, dont la capitale intangible et éternelle demeure pour lui Jérusalem. Si sa victoire à l’élection présidentielle du Brésil sur son concurrent Haddad est extrêmement nette (55 – 45), la cohérence de son programme le semble beaucoup moins. Il condamne l’avortement, mais préconise la stérilisation forcée des pauvres et des illettrés. Il n’aime pas les ONG, est climato-sceptique et veut supprimer le ministère de la culture, ce qui est sympathique, mais tient des propos incohérents et contradictoires sur le communisme et sur Chavez.
 

Selon cette définition, Lénine était d’extrême droite

 
Avec tout cela, on voit mal pourquoi on le « classe à l’extrême droite sur l’échiquier politique », pour parler comme notre excellent confrère le Monde. La seule esquisse de justification que j’aie pu trouver est qu’il semblerait penser que le coup d’Etat militaire au Brésil en 1944 répondait à la volonté du peuple. Mais Othello de Carvalho a mené au Portugal la révolution des oeillets, et il n’était pas précisément d’extrême droite ; et Lénine a organisé le coup d’Etat de novembre 17. Etait-il d’extrême droite sans que nous le sussions ?
 
Une autre question peut aider dans la définition de l’extrême droite : en quoi l’extrême droite de Bolsanaro et celle de mon copain martiniquais se ressemblent-elles ? En rien, apparemment. Cela implique que la dénomination extrême droite ne dépend pas de l’objet qu’elle désigne, mais de l’intérêt politique qu’y trouve celui qui l’utilise.
 

Election à bascule au Brésil

 
Dire de quelqu’un qu’il est d’extrême droite est une manière de le dévaloriser, de le discréditer, justifiant ainsi ipso facto toutes les mauvaises manières ou procédures inhabituelles qu’on lui fera subir. Un exemple, la presse française dans son ensemble, des gratuits en ligne au quotidien de référence, utilise pour parler de Jair Bolsanaro un vocabulaire qui suggère au mieux à la méfiance. Il est « sulfureux ». Il est « méprisé par ses pairs, réputé pour ses outrances et sa vulgarité ». Avec son élection le Brésil « bascule » dans l’extrême droite. Son adversaire malheureux, Hadad, ne le félicite pas de son élection. En tout autre cas, la presse dénoncerait ce manquement aux usages démocratique. Là, non. Elle l’approuve tacitement et cite la réaction du mauvais perdant : « Les droits civiques, politiques, du travail et sociaux sont en jeu maintenant ». Comme si l’élection de Bolsanaro mettait la république du Brésil en danger.
 

Bolsanaro entre burger et démocratie

 
Or on sait qu’il n’en est rien puisque Bolsanaro, en bon évangéliste amateur de serment, a juré devant Dieu de respecter la Constitution, et que celle-ci garantit de solide contre-pouvoirs au président, Cour suprême, congrès, presse, juges.
Ses concurrents savent aussi qu’il n’est en rien fasciste, qu’il n’utilise même que marginalement l’argumentaire populiste, évitant en général les tirades contre les élites et leur mépris du peuple. Au Brésil, les politologues le tiennent pour « un conservateur du XIXème siècle », dont ils pensent que, loin d’être un candidat anti-système comme il se présente, il est soutenu par l’Eglise évangéliste, les forces de l’ordre, et un complexe agro-alimentaire qui attend de lui qu’il déforeste le bassin de l’Amazone afin de le soumettre au soja et aux bêtes à cornes.
 

L’antiraciste qui poignarde le mec d’extrême droite respecte-t-il les définitions ?

 
On doit en conclure que l’extrême droite est une étiquette qui permet de ranger celui sur qui on la colle, non parmi les adversaires politiques ordinaires, mais parmi les ennemis absolument mauvais contre qui tous les coups sont permis et pour lesquels les usages démocratiques sont suspendus. Quand Jair Bolsanaro a reçu en septembre plusieurs coups de couteau dans l’abdomen lors d’un bain de foule, ce qui a mis sa vie en danger et nécessité plusieurs opérations, les médias n’ont pas eu la réaction qu’aurait suscité un attentat semblable sur Macron ou Obama, par exemple. Ils ont rappelé au contraire que Bolsanaro avait refusé de condamner l’attaque d’une caravane de Lula par des opposants. Comme s’il récoltait en quelque sorte ce qu’il avait semé.
 

L’extrême droite est en dehors de la nature humaine

 
Là est la définition de l’extrême-droite : c’est ce qui justifie le deux poids deux mesures, ce qui est tout autre, absolument exclu, quasiment hors de la nature humaine, et avec quoi l’on ne saurait donc débattre.
On est au-delà de la politique, dans la morale. Des présidents condamnables selon nos critères, corrompus, folkloriques, peu soucieux de droit, ubuesques parfois, le Brésil en a vu : parmi les derniers, Rousself et Lula, et voilà plus de vingt ans, Fernando Color. Ce n’était pas grave. Bolsanaro, lui, est bien peigné, on ne lui connaît nulle affaire, mais il est hors jeu. D’extrême droite.
 
Alors pourquoi ce politicien mal connu, qui pourrait être classé parmi les conservateurs libéraux démagogues, est-il catalogué ennemi numéro un du Système. Qu’est-ce qu’il a fait de si mal pour cela »
 

Gardien du Brésil contre les mutants de la Révolution

 
Le Monde nous l’explique en partie. Son élection est « la revanche du Brésilien moyen » après des décennies d’aventure gauchiste. Il ose être ce qu’il est et dire ce qu’il pense, et cela libère ainsi des dizaines de millions de Brésiliens courbés sous la propagande du politiquement correct, de la nouvelle morale mondialiste. Les gens que la dictature féministe exaspèrent ricanent au comptoir quand il suggère à l’une de ses collègues du parlement qu’elle est trop moche pour qu’on la viole. C’est déplorable, mais ça soulage des millions de machos battus.
 
Il repose aussi les Brésiliens fatigués de la logorrhée pleurnicheuses des spécialistes de la repentance, lorsqu’il rappelle, simple évidence historique, que « ce sont les Noirs eux-mêmes qui livraient les esclaves » aux négriers blancs (les tribus dominantes vendaient en effet leurs prises pour alimenter la traite transatlantique). Et tout à l’avenant. Bolsanaro aimerait retrouver « le Brésil d’il y a cinquante ans ». Il veut une remise en ordre globale d’un Brésil traditionnel dont il se présente comme le gardien face aux mutants de la révolution sociale et morale que la gauche a déversée depuis trente ans sur le pays.
 

L’extrême droite est la définition de la Nation par ses ennemis

 
C’est en cela qu’il mérite d’être dit d’extrême droite par la gauche et ses médias. Ce n’est ni un fasciste ni un doctrinaire, mais il est le représentant d’un monde qui est appelé à disparaître par la révolution marxiste et par la révolution mondialiste. Il n’a encore rien fait, ni même dit quoi que ce soit de vraiment significatif, mais on sait qu’il aime la famille traditionnelle (de loin) et que la propagande LGBT le fatigue. Il a parlé, même, un jour, de « perversité ». Voilà un mot qui n’est pas acceptable par la nouvelle morale mondialiste : ce qu’elle tient pour une libération et un progrès, il pense que c’est une décadence, une perversion. Il y a là une opposition irréductible, qui dépasse bien la politique.
 
L’assassin manqué de Bolsanaro l’a expliqué par la bouche de son avocat. Il a agi « en raison des préjugés que montre Bolsonaro à chaque fois qu’il parle de race, de religion et des femmes ». La religion s’ajoute ici aux reproches partout répétés de « racisme, homophobie, misogynie ». C’est au nom de l’antiracisme que l’homme a cherché à tuer Bolsonaro. C’est la nouvelle morale mondialiste qui a armé son bras, visant l’homme qui incarne pour elle le monde à éliminer. Dans sa rhétorique simpliste, l’extrême droite est le nom qu’elle donne à la nation qu’elle a entrepris d’éliminer. Par tous les moyens.
 
Pauline Mille

Ok++++++++++

https://reinformation.tv/election-bolsanaro-definition-extreme-droite-mille-89658-2/

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s