Art de la guerre monétaire et économique

Douce France : J’accuse ! Voici que j’aurais écrit, si j’avais été porte-parole des Gilets Jaunes

J’accuse !

Voici que j’aurais écrit, si j’avais été porte-parole des Gilets Jaunes

J’accuse le président Macron de sa coupable indifférence au sort d’une grande partie de ses compatriotes, ceux qui n’ont pas l’heur de profiter comme ceux de la caste à laquelle il appartient, des fruits de la finance globalisée.

J’accuse le président Macron de faire constamment preuve d’un immense mépris envers ces Français, mépris qu’il ne parvient à masquer et qui se révèle lorsqu’il évoque « ceux qui ne sont rien » ou qu’il qualifie d’ « illettrées » les employées d’un abattoir en Bretagne.

J’accuse le président Macron de n’accorder aucune compassion aux Français qui se trouvent dans une situation difficile, et d’asséner d’un ton docte à certains qu’il suffit de « traverser la rue pour trouver un job » ou à d’autres « (qu’) au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller voir s’il y a du travail à Ussel ».

J’accuse le président Macron de faire a contrario preuve d’une indulgence surprenante envers les jeunes délinquants, en relativisant systématiquement leur responsabilité et la portée de leurs actes et semblant leur accorder une impunité de fait.

J’accuse le président Macron d’assommer les classes moyennes et les retraités sous l’imposition et de réduire les aides pour les étudiants dans le même temps qu’il accorde des privilèges inédits à une frange de milliardaires qui n’ont plus de français que les papiers.

J’accuse le président Macron de favoriser le capitalisme de connivence et les grandes multinationales au détriment de l’initiative individuelle et de la subsidiarité.

J’accuse le président Macron d’accorder plus de considération et de moyens aux populations issues de l’immigration qu’à celle de la France périphérique, dont il ne fait aucun cas et qu’il prive peu à peu des conditions matérielles d’une vie décente, notamment en termes de services de proximité.

J’accuse le président Macron de ne rien faire pour juguler l’arrivée de nouveaux migrants économiques alors que de nombreux Français n’ont pas de travail, et qu’il s’apprête à signer le pacte de l’ONU en faveur de la poursuite des mouvements migratoires de masse.

J’accuse le président Macron de minimiser la gravité des exactions qualifiées de terroristes mais commises au nom du djihad islamique, de refuser de s’attaquer sérieusement à leurs racines profondes en considérant qu’elles appartiennent désormais à un passé révolu.

J’accuse le président Macron de ne sacraliser que sa propre personne au détriment de la fonction présidentielle, fonction dont il devrait être l’obligé mais qu’il n’a de cesse d’avilir, n’hésitant pas à s’afficher avec des voyous arborant une pose obscène ou à célébrer indignement la fête de la musique sur le perron du palais présidentiel.

J’accuse le président Macron de ne jamais manquer l’occasion de ridiculiser ses compatriotes lorsqu’il se rend à l’étranger, les qualifiant tantôt de « Gaulois réfractaires au changement », tantôt de « fainéants », ou de dénigrer la France en déclarant à l’ONU : « Je viens d’un pays qui a fait beaucoup d’erreurs, beaucoup de mauvaises choses ».

J’accuse le président Macron de ne pas hésiter à salir l’Histoire de France pour flatter une partie de son électorat, en proférant que le colonialisme est « un crime contre l’humanité ».

J’accuse le président Macron de nier l’existence de la France en tant que nation, en affirmant que « la culture (et) l’art français n’existent pas » et en leur préférant un universalisme désincarné et vidé de toute substance.

J’accuse le président Macron de brader la France sur l’autel du cosmopolitisme, quand il songe à partager le siège de la France à l’ONU avec l’Allemagne ou encore lorsqu’il abandonne spontanément la langue française au profit de l’anglais quand rien ne l’y oblige.

J’accuse le président Macron de se prosterner devant la gouvernance de l’Union européenne, de s’incliner devant les diktats imposés par sa technocratie au mépris total des intérêts du peuple français et de la nation française, jusqu’à renoncer en définitive à la souveraineté de la France pour la mettre sous tutelle bruxelloise.

J’accuse le président Macron de faire semblant de méconnaître les ressorts profonds de l’action et du travail de l’homme, en faisant comme si tout pouvait se résumer à de simples considérations socio-économiques.

J’accuse le président Macron d’attribuer une valeur à une personne selon sa seule efficacité économique, au mépris de la dignité fondamentale et intangible de tout homme.

J’accuse le président Macron de n’avoir d’autre perspective, pour la France et les Français, que celle de l’argent et de la rentabilité.

J’accuse enfin le président Macron de ne pas être celui qui préside avec dignité et humilité à la destinée de ceux qui l’ont désigné, à la destinée du peuple français.

Diane de Bourguesdon

OK+++++++++++++++++++++++++++++++

EN LIENS :  https://nicolasbonnal.wordpress.com/2018/12/03/les-42-propositions-des-gilets-jaunes-vous-croyez-que-je-vais-accepter-ca/

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2018/12/03/150-000-manifestants-et-1000-fusilles-samedi-prochain-les-marches-les-teles-accuseront-les-francais/

EN BANDE SON : 

8 réponses »

  1. Un truc sur l’ami Todd, dont j’ai avalé pas mal de vidéos concomitamment à la sortie de sir Anders (ainsi vont les choses de la vie) et que j’ai écouté en d’autres époques (mais non lu) : il le dit lui-même, son regard se porte sur le monde anglo-saxon. Ses analyses sont quasi-silencieuses sur le monde musulman.
    Mais en regardant à la va-vite à l’instant, sa « fiche » Wikipedia, je vois que son livre sur Charlie pourrait confirmer mon impression.
    Je crois me souvenir que sa femme ou qui le fut un temps, en est issue ou musulmane elle-même, ceci expliquant en partie cela. mais laissant un vide qu’on aimerait voir un peu remplir de sa part, en tout cas, que j’apprécierais voir se remplir.
    Toute importance accordée aux constitutions familiales historiques à relativiser, aussi intéressantes et opératoires en certaines circonstances soient-elles.
    L’importance d’un idéal (ou d’idéaux) à l’échelle de la nation, et d’une tentation universaliste en jeu par ex., en France. Beau pays !

    J'aime

    • Juste une chose le mouvement des gilets jaunes est un mouvement qui émane des campagnes françaises confrontée à la désindustrialisation, à la désertification médicale, à l’absence de services publics, à une vétusté des infrastructures de rails et de routes, et à un vieillissement de la population. Pour l’heure ils sont peu confrontés aux migrants qui préfèrent se regrouper dans les grandes villes ou les bobos et les parvenus MAOISTES les adorent…

      J'aime

      • Je parlais de Todd en général et non pour les migrants. Face à l’un de ses manques criants (à mes yeux). Pour l’ensemble d’un pays qu’il ausculte souvent avec finesse, le nôtre, et pour le monde, face aux défis que certains disent imposants (Stephen Smith) si je complète mon propos suit au vôtre, et d’autres enjeux. J’aimerais l’entendre dans toute la composition démographique du pays et à l’échelle du monde, l’entendre déployer sa grille d’analyse à davantage de dimensions. Remarque en passant et limite sujet, je vous l’accorde..
        Salutations du mon fond de campagne.

        J'aime

        • Ce que je voulais juste dire c’est que Todd a un point de vue urbain qu’il emprunte en contrefeu au modèle anglo-saxon comme vous l’avez bien souligné.Ce qui fait qu’il est mauvais juge d’une situation qu’il ne connait pas, ses silences sont autant d’aveux d’impuissance théoriques, son logiciel de pensée a besoin d’une mise à jour car il est obsolète mème si il peut parfois se révéler pertinent. Pour survivre la résistance, la vraie celle qui n’est pas subventionnée ni invitée , devra prendre le maquis contre les petits marquis. Bien à vous

          J'aime

    • Bonne vue Keriadenn son livre sur « Charlie » était un condensé de « détestation » de la France chrétienne. »Dans cet ouvrage, l’auteur entend démontrer à partir d’une cartographie des manifestations, « l’hégémonie du bloc MAZ » (c’est-à-dire des classes moyennes, des personnes âgées et des « catholiques zombies « extrait wiki sur Todd.
      Catholiques zombies…!!!!!
      Concernant Todd et les autres je crois qu’au point ou nous en sommes toute personne pouvant encore s’exprimer dans les « presstituées » délivre obligatoirement un discours contenant des éléments qui servent le système.

      J'aime

      • Son livre sur Charlie a l’air aberrant. Pour ce que j’ai compris des manifestants d’alors, j’ai du mal à voir de la pertinence en plus de trouver, dans votre sillon, des attaques inconsidérées et grossières, typiques non plus d’un scientifique mais d’un homme du sérail ou d’une culture bien précise qui sait se déchainer… contre ceux qui seraient ses ennemis… de classe ou je ne sais.
        Deux ou trois détails de plus sur Todd, que je continue d’apprécier dans ses dernières sorties et sa lecture par la structure familiale et ses valeurs.
        – Souvenir d’un soutien misérable à Hollande lors de la candidature de celui-ci, en contradiction totale avec ses discours del’époque etc. peu avant. Peut-il raconter désormais l’humour qui en serait le ressort, et/ou sa haine de Sarkozy alors. Même s’il n’est pas le centre de mes préoccupations et intérêt, et donc ne me laisse pas de souvenir impérissable, je me souviens avoir été choquée il y a quelques années donc et l’avoir écarté de mon écoute. Thinkerview l’invite, ok, on prend (avec la fournée d’autres des jours derniers),et votre vidéo dans la foulée, et d’autres, mais restons tranquille !
        – Et constaté, une capacité à vraiment retourner sa veste, sur l’Europe et peut-être l’euro (eurexit), contrairement à ce qu’il affirme aujourd’hui :il aurait été constant et clair. Euh…
        – Saurait-il aussi changer son discours en fonction de son public ? C’est une subtilité humaine et sociale à laquelle on peut rendre hommage, mais dans certaines limites. Beau parleur, et clown ? On ne tranchera pas pour garder le jaune de son écharpe et le sympathique du personnage public.
        (Ce que je perçois finalement, c’est aussi sa distance avec la France. – J’ai consommé pas mal de vidéos lui donnant complète paroles ces jours-ci) L’aime, l’aime pas, partira si nécessaire ?
        Je dis cela de Bretagne (fond rural donc), là où l’on sait ce qu’est partir, et loin.)
        Amicalement.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s