1984

Le peuple aura-t-il vraiment du pouvoir dans cet espace mondialisé ou bien sera-ce le 1% avec le soutien de ses gouvernement et de ses médias qui émergera triomphant ?

L’idée qu’un gouvernement républicain ou démocratique finira par se transformer en une forme de tyrannie n’est pas exactement nouvelle.Thomas Jefferson a préconisé une nouvelle révolution chaque génération pour que l’esprit du gouvernement reste responsable devant le peuple.

Appelez cela comme vous voudrez – néolibéralisme, néoconservatisme ou mondialisme – le nouvel ordre mondial, comme l’a récemment appelé le président décédé George HW Bush, embrasse de manière caractéristique une communauté mondiale dans laquelle règnent le libre-échange, la libre circulation des travailleurs et la démocratie. Elles semblent toutes bonnes, mais elles ont un caractère autoritaire, détruisent les communautés et les systèmes sociaux existants tout en enrichissant ceux qui promeuvent les changements. Ils ont également été à l’origine de la plupart des guerres menées depuis la Seconde Guerre mondiale, des guerres visant à «libérer» des personnes qui n’avaient jamais demandé à être envahies ou bombardées dans le cadre du processus.

Et, bien sûr, il existe des différences majeures entre néolibéraux et néoconservateurs en ce qui concerne la manière dont on crée le nirvana universel, les libéraux englobant une sorte de processus par lequel la transformation a lieu parce qu’elle représente ce qu’ils voient, peut-être cyniquement, comme la morale. élevé et est reconnu comme étant la bonne chose à faire. Les néo-conservateurs cherchent toutefois à appliquer ce qu’ils définissent comme des normes internationales, car les États-Unis ont le pouvoir de le faire dans un processus qui le rend impossible à contester, ainsi que leurs alliés. Ce dernier point de vue est promu sous le faux slogan «Les démocraties ne combattent pas les autres démocraties».

Le fait que les mondialistes de tous les types considèrent le nationalisme comme une menace pour leurs ambitions plus larges signifie que les intérêts locaux ou nationaux sont souvent ignorés, voire rejetés. Dans cet esprit, et en se concentrant sur deux problèmes – une immigration généralisée et un gouvernement corrompu dirigé par des oligarques – on pourrait raisonnablement affirmer qu’un grand nombre de citoyens ordinaires se croient désormais à la fois véritablement privés de leurs droits et manifestement plus pauvres, car il est de plus en plus difficile de trouver du travail gratifiant. les communautés sont détruites par des vagues d’immigration légale et illégale.

Aux États-Unis, par exemple, la plupart des citoyens croient maintenant que le système politique ne fonctionne pas du tout alors que presque aucun ne pense que même s’il fonctionne, il fonctionne pour le bien-être de tous les citoyens. Pour la première fois depuis la Grande Dépression, les Américains ne pensent plus à la mobilité ascendante. Les projections de sociologues et d’économistes suggèrent que la génération actuelle grandissant aux États-Unis sera probablement beaucoup plus pauvre que leurs parents. Cette angoisse et le désir de «faire quelque chose» pour que le gouvernement soit plus attentif aux intérêts des électeurs sont la raison pour laquelle Donald Trump a été élu président.

Ce qui s’est passé en Belgique, en France, avec le Brexit en Grande-Bretagne, lors des récentes élections en Italie, ainsi que dans les avertissements de l’Europe de l’Est sur l’immigration et les politiques économiques communautaires de l’Union européenne, sont motivés par les mêmes préoccupations que celles appliquées en Amérique. Le gouvernement lui-même devient l’ennemi. Et n’oublions pas les pays qui ont déjà ressenti les coups et qui ont été soumis à l’ingénierie sociale d’Angela Merkel – l’Irlande, l’Espagne, le Portugal et la Grèce. Toutes sont des économies plus faibles écrasées par la taille unique de l’euro, ce qui a empêché certains gouvernements de gérer leurs propres économies. Ils et tous leurs citoyens sont plus pauvres pour cela.

Il y a eu des périodes dans l’histoire où les gens ont eu assez d’abus et se sont révoltés. On pense aux révolutions américaine et française comme à celle de 1848. Peut-être vivons-nous à l’heure actuelle une révolte contre la pression de se conformer aux valeurs mondialistes qui ont été adoptées à leur avantage par les élites et par l’établissement le monde. Cela pourrait bien devenir un conflit dur et parfois sanglant, mais son issue façonnera le prochain siècle. Le peuple aura-t-il vraiment du pouvoir dans le monde de plus en plus mondialisé ou bien ce sera le 1% avec le soutien de son gouvernement et de ses médias qui émergera triomphant?

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2018/12/15/la-question-du-jour-posee-damerique-il-y-a-eu-des-periodes-dans-lhistoire-ou-les-gens-ont-eu-assez-dabus-et-se-sont-revoltes-le-peuple-aura-t-il-vraiment-du-pouvoir-dans-ce-monde-de-plus/

EN BANDE SON : 

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s