Antifa

Seattle, Paris, Minneapolis, Barcelone…Découvrons l’évier comportemental avec John Calhoun

Seattle, Paris, Minneapolis, Barcelone…Découvrons l’évier comportemental avec John Calhoun  : Les effets remarquables du phénomène comportemental incluent hyper-agressivité, déficience dans l’élevage des jeunes, cannibalisme infantile, augmentation de la mortalité à tous les âges et habitudes sexuelles anormales. Souvent, la population atteint un pic puis s’effondre. Les maladies physiques, les maladies mentales et psychosomatiques, les troubles alimentaires augmentent.

Bleak live matters : une vie lugubre importée – et nous attend. Pourquoi nous finissons surpeuplés et dégénérés comme des rats amoncelés. Par le savant américain John B. Calhoun, reçu par le pape Paul VI (le dernier, en ce qui nous concerne, puisqu’il fut remplacé) en son temps. En 1984 nous écrivions la Nuit du lemming sur le même sujet, simplement habités par la prescience de notre catastrophe. De la dévastation par le règne de la quantité et notre ochlocratie…

L’évier comportemental (behavioral sink), ou cloaque comportemental (le choix du mot « cloaque » pour traduire l’anglais sink semble venir d’une traduction d’un ouvrage de Edward T. Hall) est un concept développé par l’éthologue John B. Calhoun en 1962 : c’est « la résultante de tout processus qui rassemble les animaux en nombre anormalement élevé[1] ».

Le terme cloaque (lieu destiné à recevoir les immondices) est choisi à dessein car les comportements observés sont en fait une augmentation de l’apparition des pathologies observées dans un groupe donné. Les animaux mis dans une situation anormale de surpopulation vont être plus agressifs, des perturbations de l’activité sexuelle et des perturbations dans l’organisation sociale vont apparaître.

En 1958, l’éthologue John B. Calhoun a mené des expériences de surpopulation chez les rats. Il a effectué ses expériences sur une terre agricole à Rockville, Maryland d’où l’expression d’expérience de Rockville. Cette expérience a abouti à la publication dans Scientific American d’une étude de comportement dans des conditions de surpeuplement (Calhoun 1962). Cette étude, qui a eu une influence considérable (Ramsden & Adams 2009), est devenue une pierre angulaire de la sociologie urbaine et de la psychologie en général (Hock 2004) ; le terme est passé dans l’usage commun.

Calhoun a fourni une cage à des rats avec de la nourriture et de l’eau en quantité suffisante pour soutenir toute augmentation de la population. En revanche la cage était fixée à une taille jugée suffisante pour seulement 50 rats. La population a culminé à 80 rats et, par la suite, a montré une variété de comportements anormaux, souvent destructeurs. Sa conclusion était que l’espace lui-même est une nécessité. Des études ultérieures impliquant les humains ont montré que ce n’est pas le simple manque d’espace qui provoque ce phénomène. C’est la nécessité pour les membres de la communauté d’interagir avec l’autre. Lorsque les interactions forcées dépassent un certain seuil, les normes sociales se cassent. Ainsi la densité sociale est considérée comme plus importante que la densité spatiale géométrique.

Les effets remarquables de ce phénomène comportemental incluent hyper-agressivité, déficience dans l’élevage des jeunes, cannibalisme infantile, augmentation de la mortalité à tous les âges et habitudes sexuelles anormales. Souvent, la population atteint un pic puis s’effondre. Les maladies physiques, les maladies mentales et psychosomatiques, les troubles alimentaires augmentent.

Au-delà d’une certaine densité de population, ils cessent de se comporter comme des rats et le changement est permanent. Dans son étude publiée en 1962, Calhoun décrit ainsi le comportement des rats :

« Lorsqu’une population de rats de laboratoire est laissée libre de s’accroître sans limites dans un espace délimité, les rats développent des comportements extrêmement anormaux pouvant mener à l’extinction de la population. […]

De nombreuses rates furent incapables de mener leur grossesse à terme ou de survivre à leur mise bas. Un nombre encore plus grand, après avoir donné naissance avec succès, échouèrent à remplir leurs fonctions maternelles. Chez les mâles, les troubles du comportement allaient de la déviation sexuelle jusqu’au cannibalisme, et de l’hyperactivité frénétique jusqu’au retrait pathologique, dont les individus émergeaient seulement pour manger, boire et se déplacer, et ce uniquement lorsque les autres membres de la communauté dormaient. L’organisation sociale était tout autant perturbée. […]

La source commune de telles perturbations fut mise en évidence avec les populations de la première série de trois expériences, au cours desquelles nous avons observé le développement de ce que nous avons dénommé un « évier comportemental ». Les animaux s’entassaient ensemble en grand nombre dans un seul des quatre enclos interconnectés où résidait la colonie. Jusqu’à 60 des 80 rats de chaque population expérimentale se rassemblaient dans un enclos pendant les périodes d’alimentation. Les rats seuls mangeaient rarement, sauf en compagnie d’autres rats. En conséquence, une surpopulation s’est développée dans l’enclos dédié à l’alimentation, laissant des populations clairsemées dans les autres enclos. […]

Dans les expériences dans lesquelles le cloaque comportemental s’est développé, la mortalité infantile a atteint 96 % parmi les groupes les plus désorientés de la population. »

— John B. Calhoun, Population Density and Social Pathology[2]

L’effondrement des villes dirigées par les démocrates est désormais imminent, Les camionneurs refusent de livrer de la marchandise aux villes dont les budgets de police ont été coupés

Aujourd’hui, près de 4 camionneurs sur 5 refusent d’effectuer des livraisons dans des villes où les démocrates ont aboli la police.

Les camionneurs sont les bouées de sauvetage des villes, apportant nourriture, carburant, médicaments et autres articles essentiels. Malheureusement, ils obtiennent peu de reconnaissance pour leur rôle crucial dans le maintien de la société et ils mettent leur vie en danger lorsqu’ils livrent dans des villes dirigées par les démocrates, qui s’effondrent dans le chaos et le terrorisme des Black Lives Matter. (BLM signifie désormais Burn, Loot and Murder.)

La violence folle, les pillages et les demandes de «réparations» des groupes terroristes de gauche, font que les camions pleins de fournitures sont devenus des cibles à haut risque. Les camionneurs ne sont pas des imbéciles, et ils décident de plus en plus d’éviter de se rendre dans les villes où les gauchistes/démocrates, orientés vers l’anarchie, ne financent plus ou abolissent la police.

Pas plus tard qu’hier, le conseil municipal de Minneapolis a voté la dissolution complète du département de police. Cela plongera Minneapolis dans un scénario d’anarchie et de chaos total, faisant qu’Ilhan Omar se sente chez elle, alors qu’elle réussit à amener l’anarchie de son pays d’origine en Amérique (Minneapolis, avec un nombre énorme d’immigrants somaliens, est maintenant la première ville de recrutement du terrorisme islamique radical en Amérique)

77% des camionneurs précisent qu’ils refuseront de se rendre dans les villes où la police n’est plus financée.

«La conduite de camions est historiquement classée comme l’un des emplois les plus dangereux du pays. En 2018, le Bureau of Labor Statistic des États-Unis a déclaré que la conduite de camions était le travail le plus meurtrier du pays », écrit CDLlife.com , un site dédié au camionnage commercial.«Les camionneurs sont passés l’année dernière en première ligne face à la pandémie mondiale et aux manifestations. Beaucoup ont peur de ce qui pourrait arriver si la police était dissoute ou non-financée. »CDL Life, qui dispose d’une application mobile, a mené un sondage qui a demandé aux camionneurs s’ils livreraient dans les villes où les services de police ont été non-financés ou supprimés. Jusqu’à présent, 77% des répondants ont déclaré qu’ils refuseraient de s’y rendre.Comme l’explique CDLlife.com, certaines des réponses des camionneurs sont :

– Je ne livrerai pas dans une zone avec une police dissoute. Ma vie compte et je le fais pour faire vivre ma famille. Nous sommes déjà à la merci de ces villes et villages, ou est entretenue la haine contre nous, lors des stationnements, de la prise de repas ou même l’utilisation des toilettes.

– Pour ma propre sécurité et celle des chargements de mes clients, j’ai déjà informé mon mandataire que je refuserai tous les chargements pour les villes qui ont supprimée les services de police.

-… si quelque chose devait arriver et que vous deviez vous défendre, vous risqueriez d’être poursuivi pour vous être protégé.

Comme je l’ai écrit en janvier de cette année dans une histoire importante, qui mettait en garde contre une «super crise des chaînes d’approvisionnement» frappant les villes américaines :

Des groupes terroristes radicaux de gauche, comme les Antifas, organisent régulièrement des agressions physiques contre des partisans de Trump à travers l’Amérique, en utilisant les armes et la violence, pour commettre des actes d’intimidation contre leurs opposants politiques. L’idée que ces groupes radicaux de gauche pourraient rapidement intensifier leurs tactiques de déstabilisation, de meurtre et de chaos dans toute les villes, n’est pas imaginaire. Cela semble être leur plan.

Oui, je l’ai écrit en janvier. Alors ne croyez pas ceux qui disent: «Personne n’a vu venir ça.» Nous l’avons vu venir !

Sans approvisionnements, une ville s’effondre dans un chaos total en 96 heuresEn démantelant ou en abolissant la police, les démocrates de gauche radicaux («DEMONcrats») poussent délibérément leurs propres villes vers l’effondrement et le chaos, afin qu’ils puissent ensuite blâmer Trump pour tous les problèmes  causés.

Les villes s’effondrent dans le chaos en moins de 96 heures si les camions cessent de les approvisionner. Les magasins d’alimentation, par exemple, ne stockent que suffisamment de nourriture pour environ 2-3 jours. Une fois les livraisons coupées, l’augmentation soudaine des achats par les habitants videra les rayons en moins de 24 heures.

Si vous pensiez que les émeutes de George Floyd étaient mauvaises, ce n’était qu’un petit aperçu de ce que vous verrez une fois que les livraisons de nourriture, de carburant, de médicaments et de biens de consommation seront interrompues.

Cela soulève également une question : qui sera assez stupide pour conduire des camions pleins de marchandises dans des villes de gauche effondrées, dans le chaos de zones autonomes dirigées par des «seigneur de guerre», où la police est interdite ?

Personne, bien sûr.

Peut-être que les membres du conseil municipal, qui ont voté pour l’abolition de la police, peuvent essayer de trouver des camions pour effectuer eux-mêmes des livraisons, mais ce ne sera pas suffisant. Les villes ont besoin d’un approvisionnement continu de très gros volumes. Imaginez la panique totale lorsque des villes comme Los Angeles manquent de papier toilette et de burritos congelés !

Et avec Walmart, faisant maintenant don de 100 millions de dollars à des groupes liés au terrorisme de gauche, il semble que même les entreprises américaines soient devenues si stupides qu’elles habiliteront les mêmes terroristes qui vont détruire les villes et vider leurs propres magasins de détail, qui seront pillés.

Voici votre nouvelle «utopie» libérale décrite dans cette vidéo, alors que des pillards saccagent le magasin Target local. C’est ce qui arrive dans chaque ville d’Amérique dirigée par des démocrates, soutenant le terrorisme :

Voici une autre scène de ce à quoi vous pouvez vous attendre si vous vivez dans une ville dirigée par des démocrates, un parti politique qui soutient désormais ouvertement les terroristes de gauche et l’anarchie : https://youtu.be/ljS_W-pRxeA

Et voici une scène des émeutes d’Oakland, d’il y a quelques années, lorsque des pillards ont saccagé un camion et incendié des bus. Ce n’est qu’un petit avant-goût de ce qui arrivera dans les villes démocratiques américaines.

Cela souligne l’urgence de sortir des villes tant que vous pouvez
En détruisant l’état de droit, les démocrates rendent leurs villes dangereuses pour l’exécution des services de base, dont les citoyens dépendent pour leur survie. Une ville sans protection policière, dirigée par des chefs de guerre de gauche et des gangs terroristes de Black Lives Matter, est une ville qui ne peut pas fonctionner. Pourtant, c’est exactement ce que les démocrates font délibérément, y compris le maire de Seattle et le gouverneur de Washington, qui soutiennent activement les cellules terroristes de gauche qui ont déjà saisi six pâtés de maisons du centre-ville de Seattle et se sont déclarées « nouvelle nation souveraine ».La leçon essentielle à tirer est que chaque personne vivant dans une ville américaine doit redoubler d’efforts pour sortir de ces villes, ce, le plus rapidement possible. Ce n’est pas une escapade temporaire d’un week-end; il doit s’agir d’une réinstallation permanente hors des villes et des zones rurales à faible densité. Les villes s’effondrent rapidement, dans un niveau d’anarchie qui conduira bientôt à un effondrement des approvisionnements alimentaires. Et une fois que cela se produira, tout tombera dans le chaos et la guerre des gangs. La police ne pourra pas vous protéger.Les «dirigeants» des villes démocrates, si vous pouvez même les appeler ainsi, ont déjà prouvé qu’ils prendront le parti des terroristes de gauche, plutôt que de protéger leurs propres citoyens. Même si les Américains qui vivent dans les villes paient des impôts fonciers exorbitants, qui sont censés s’attendre à des services tels qu’une réponse de la police au 911, la police est maintenant abolie. Certaines parties des villes – comme à Seattle – sont complètement sous le contrôle des groupes terroristes comme Black Lives Matter, qui prône ouvertement le meurtre de policiers et les exécutions de Blancs.

Ainsi, même si vous payez les taxes foncières de la ville, vous n’obtiendrez plus les services de la ville. Au lieu de cela, vos villes sont remises à des cellules terroristes radicales.

Seule l’Amérique rurale ripostera contre les groupes terroristes de gaucheÉtant donné que vous ne pouvez pas compter sur les démocrates désemparés pour affirmer la primauté du droit, votre seul issue à ce stade est de sortir des villes et de créer une distance physique entre vous et les hordes de pillards affamés qui tenteront bientôt de parcourir la campagne, à la recherche de nourriture et d’abri.

Une fois que les terroristes de Black Lives Matter quitteront les villes et quitteront la protection des maires démocrates corrompus, ils entreront dans les comtés ruraux, où ils recevront une réponse écrasante des citoyens ruraux armés et des services du shérif. Les groupes terroristes de Black Lives Matter ne peuvent pas survivre en Amérique rurale, parce que les Américains ruraux riposteront et défendront leur territoire, contrairement aux citadins de gauche qui ont été désarmés et transformés en méduses de «culpabilité blanche», à la volonté faible, qui s’inclinent et léchent les bottes de groupes terroristes extrémistes noirs comme BLM.

Si vous souhaitez survivre à l’effondrement des villes, votre fenêtre d’opportunité se réduit rapidement.

En 2017, nous avons publié « ANALYSE: les grandes villes les plus susceptibles de sombrer dans la violence et les troubles sociaux ».

En 2015, nous avons publié: « Les villes américaines vont sombrer dans le chaos le jour où les cartes EBT cesseront de fonctionner .»

Au début de cette année, j’ai écrit sur la «super crise des chaînes d’approvisionnement», expliquant comment «les villes américaines peuvent s’effondrer dans des zones de guerre». Cette histoire a été publiée en janvier, avant même que la pandémie ne soit d’actualité :

James Lab a publié un communiqué de presse le 17 décembre, dans lequel il a mis en garde contre «des émeutes à l’échelle nationale, qui entraveront la capacité des camionneurs à livrer les produits destinés à la consommation». Ces fournitures comprennent de la nourriture, du carburant, des médicaments, des munitions et d’autres fournitures dont les Américains dépendent chaque jour.

Des groupes terroristes radicaux de gauche, comme les Antifas, organisent régulièrement des agressions physiques contre des partisans de Trump à travers l’Amérique, en utilisant des armes et la violence pour commettre des actes d’intimidation contre leurs opposants politiques. L’idée que ces groupes radicaux de gauche pourraient rapidement intensifier leurs tactiques dans le chaos, le meurtre et le chaos dans toute la ville n’est pas imaginaire. Cela semble être leur plan.

En d’autres termes, oui, nous avons vu tout cela venir. Pourquoi pensez-vous que je vis à la campagne, loin de toute ville, dans paysage rural accidenté ? C’est parce que mon ranch et son périmètre me sont parfaitement connus, ainsi que tous les angles de tir possibles. Les zombies n’iront pas loin dans le Texas rural.

Vous devriez vraiment regarder la série de «The Joy of Shooting» que j’ai filmée dans le centre du Texas, avec certains de mes copains militaires. Plusieurs épisodes vous enseignent les bases du tir et de l’autodéfense.

EN BANDE SON :

 

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :