BLACK LIVES MATTER

Acteurs, scénaristes et producteurs mettent en garde contre le « racisme inversé » dans l’industrie cinématographique

Acteurs, scénaristes et producteurs mettent en garde contre le « racisme inversé » dans l’industrie cinématographique

Crise d’identité à Hollywood : Acteurs, scénaristes et producteurs mettent en garde contre le « racisme inversé » dans l’industrie cinématographique, qui a créé un climat « toxique » pour tout homme blanc d’âge moyen.

Alors que les planches de bois sont enlevées des façades des magasins et que les studios reprennent lentement vie, Hollywood est plongé dans une vague de chaleur hors saison.

Les célèbres boulevards scintillent dans une brume de 40°C et les vents chauds de Santa Ana soufflent sur les manoirs de Beverly Hills.

Secouée par #MeToo, paralysée par le Covid-19, l’industrie cinématographique de 50 milliards de dollars sort enfin d’un confinement de quatre mois – pour trouver un monde nouveau et très différent, où la tension monte aussi sûrement que le thermomètre.

Car si les manifestations très publiques de Black Lives Matter ont polarisé l’Amérique, les retombées silencieuses ont maintenant atteint Hollywood.

La nouvelle intolérance : alors que les protestations de BLM font rage, les manifestants Refuse Fascism déversent de l’eau sur l’étoile de Donald Trump sur le Hollywood Walk of Fame de Los Angeles

Une révolution est en cours. Des acteurs blancs sont licenciés. Les décrets des patrons des studios précisent que seules les minorités – raciales et sexuelles – peuvent obtenir des emplois.

Une nouvelle vague de ce que certains qualifient de préjugés anti-blancs fait craindre aux écrivains, aux réalisateurs et aux producteurs de ne plus jamais travailler. L’un d’entre eux a décrit l’atmosphère actuelle comme « plus toxique que Tchernobyl », les principaux acteurs ayant peur de s’exprimer de peur d’être qualifiés de racistes.

Le premier signe est apparu avec l’un des plus puissants réalisateurs noirs d’Hollywood, Jordan Peele, lauréat d’un Oscar – l’homme derrière des succès au box-office tels que Get Out and Us – a déclaré en public qu’il ne voulait pas engager un acteur principal qui était blanc.

« Je ne me vois pas confier le rôle principal de mon film à un blanc », a déclaré Jordan Peele. « Ce n’est pas que je n’aime pas les Blancs. Mais j’ai déjà vu ce film. »

Un directeur de studio a répondu en privé : « Si un réalisateur blanc disait cela à propos de l’embauche d’un acteur noir, sa carrière serait terminée en un clin d’œil. » Peu en doutent.

Peele est plus loquace que la plupart des gens sur sa politique d’embauche, mais son point de vue est de plus en plus répandu. Des dizaines de producteurs, de scénaristes et d’acteurs ont parlé au Mail on Sunday de la vague de « racisme inversé » qui déferle sur l’industrie.

S’exprimant sous le couvert de l’anonymat, le directeur a confirmé que le climat est désormais toxique pour tout « homme blanc d’âge moyen dans le show-business ». Leur carrière « est pratiquement terminée ».

Ils ont poursuivi : « Nous embauchons seulement des personnes de couleur, des femmes ou des LGBT pour scénariser, jouer le rôle principal, produire, faire fonctionner les caméras, travailler dans les services d’artisanat. Si vous êtes blanc, vous ne pouvez pas vous exprimer parce que vous serez instantanément qualifié de “raciste” ou condamné pour “privilège blanc”. »

Le premier signe est venu de l’un des réalisateurs noirs les plus puissants d’Hollywood, Jordan Peele, lauréat d’un Oscar – l’homme derrière des succès au box-office tels que Get Out and Us – a déclaré en public qu’il ne voulait pas engager un acteur principal qui était blanc

« Le pendule a tellement tourné que tout le monde est paralysé par l’idée que tout ce que vous dites pourrait être mal interprété et que votre carrière s’arrêterait instantanément. Il y a beaucoup de conversations étouffées, mais publiquement, tout le monde est désespéré d’être perçu comme promouvant la diversité et trop terrifié pour s’exprimer. C’est l’implosion : un effondrement total. »

L’incapacité à nommer des acteurs de couleur pour les Oscars a été considérée comme une tache sur Hollywood ces dernières années. Mais il est à craindre que le pendule ne soit allé trop loin dans l’autre sens – et que les industries du cinéma et de la télévision ne soient « au bord de la dépression nerveuse collective ».

Le dernier mot à la mode à Tinseltown est « Bipoc » – un acronyme pour « Black, Indigenous and People of Colour » – et « Menemy », qui signifie un ennemi blanc et masculin du mouvement pour la diversité. « Tout le monde veut pouvoir cocher toutes les cases pour chaque nouvelle embauche », selon un initié nominé aux Oscars.

« Les réalisateurs ont normalement leur mot à dire sur les personnes qui participent à leur projet. Ce n’est plus le cas. Il s’agit de “l’embauche Bipoc”. » Et cela vient directement des directeurs de studios qui savent que leur travail est en jeu. Les hommes blancs d’âge moyen sont des dommages collatéraux. Ils sont les « Menemy ».

Un acteur d’une cinquantaine d’années qui a travaillé sur certains des plus grands spectacles de ces vingt dernières années a décrit comment, lors d’une récente audition, le directeur de casting lui a dit qu’il était « parfait pour le rôle » mais qu’ils avaient reçu l’ordre d’engager « une personne de couleur » pour le rôle. « J’ai compris, j’ai vraiment compris », a déclaré l’acteur.

« Je comprends qu’Hollywood a encore un long chemin à parcourir avant que les personnes de couleur soient correctement représentées à l’écran, mais comment suis-je censé payer mon hypothèque, mettre de la nourriture sur la table ? Tout le monde est terrifié. Et vous ne pouvez rien dire parce qu’alors vous vous exposez à la crucifixion publique. »

Nathan Lee Bush : « Toute personne qui ose parler est annulée. »

Rejetant ces plaintes, même si elles sont exprimées calmement, la réalisatrice de Selma, Ava DuVernay, qui est aujourd’hui l’une des femmes noires les plus puissantes d’Hollywood, a écrit sur Twitter : « Tout le monde a le droit d’avoir son opinion. Et nous, producteurs noirs ayant un pouvoir d’embauche, nous avons le droit de ne pas embaucher ceux qui nous diminuent. »

« Donc, pour les hommes blancs de ce fil… si vous n’obtenez pas le poste que vous souhaitiez, rappelez-vous… les préjugés peuvent aller dans les deux sens. C’est l’année 2020 qui parle. »

Ça peut sembler ironique, alors, qu’Hollywood ait longtemps été considéré comme le cœur de l’Amérique libérale. Les personnalités de l’industrie ont la réputation de donner des leçons au monde sur les questions des droits de l’homme, de la diversité et de l’environnement, de la campagne de George Clooney pour mettre fin au génocide au Darfour aux missives de Leonardo DiCaprio sur le réchauffement climatique.

Mais la « conscience » n’est pas seulement de plus en plus répandue, elle semble aussi impossible à gérer. La semaine dernière, Jodie Comer, de Killing Eve – célèbre pour avoir joué une assassin bisexuelle – a fait l’objet d’intenses critiques sur les médias sociaux pour être sortie avec le sportif américain James Burke, déclaré supporter de l’équipe Trump, au seul motif qu’il soutenait le président.

Et Halle Berry a dû s’excuser d’avoir « envisagé » de jouer le rôle d’un transsexuel dans un projet de film à venir (au lieu de le confier à un vrai transsexuel).

Le changement de culture est tel qu’un studio se prépare maintenant à tourner un film avec une équipe entièrement noire – un projet qui devrait normalement donner lieu à une célébration.

La réalisatrice de Selma, Ava DuVernay, aujourd’hui l’une des femmes noires les plus puissantes d’Hollywood, a écrit sur Twitter : « Tout le monde a le droit d’avoir son opinion. Et nous, producteurs noirs ayant un pouvoir d’embauche, nous avons le droit de ne pas embaucher ceux qui nous diminuent. Donc, pour les hommes blancs de ce fil… si vous n’obtenez pas le poste que vous souhaitiez, rappelez-vous… les préjugés peuvent aller dans les deux sens. C’est l’année 2020 qui parle. »

Mais lorsqu’une femme blanche, un cadre très respecté, a été chargée de « superviser » la production sur place, on lui a dit qu’elle ne recevrait aucun crédit à l’écran. Une source du studio à l’origine du projet a déclaré : « Les enfants qui font le film sont des jeunes, de nouveaux talents. Mais ce sont des enfants. Aucun d’entre eux n’a plus de 25 ans. La plupart d’entre eux n’ont jamais été sur un plateau de tournage, encore moins pour un film qui coûte 20 millions de dollars. Ils ne connaissent pas les bases du fonctionnement des règles syndicales, des pauses régulières ou du temps de tournage par jour. »

« Nous devons protéger notre investissement et nous assurer qu’ils se lèvent à temps et tournent ce dont ils ont besoin. Sinon, nous pourrions avoir un train de plusieurs millions de dollars hors de contrôle.

Nous envoyons cette femme, qui est brillante, pour diriger les choses sur le terrain. Mais elle n’aura pas de titre de propriété. Les gens ne veulent pas l’admettre, ils ne peuvent pas l’admettre, mais le racisme inverse est bel et bien présent. On pourrait dire que c’est une bonne chose, que ce balancement du pendule dans l’autre sens n’est juste qu’après des années de privilège blanc. Mais à quel prix ? Il est certainement préférable pour tout le monde que les gens soient embauchés sur la base de leur talent et de leurs capacités. Je peux vous dire que nous recrutons des gens sur la base de leur seule appartenance ethnique, de leur sexe et de leur profil dans les médias sociaux.

Si vous êtes noir, femme et gay, alors entrez. Nous recevons tous une formation sur la diversité. Nous marchons sur des œufs à chaque réunion de Zoom. On en est arrivé à un point où, s’il y a une personne de couleur dans la réunion, on ne peut pas raccrocher avant qu’elle ne le fasse, de peur que cela ne soit considéré comme offensant. »

Un monteur de film qui a osé s’exprimer a vu sa carrière pratiquement détruite. Nathan Lee Bush, qui a tourné des publicités pour des entreprises telles que Budweiser et Nike, a critiqué un post sur un groupe privé de Facebook qui disait : « J’ai besoin d’un monteur ! “Looking for Black Union Editors” (J’ai besoin d’un rédacteur en chef noir !). »

Bush, qui est blanc, a qualifié la publicité de « racisme anti-blanc » et a écrit : « Regardez ce que l’on nous demande de tolérer. Les personnes qui pratiquent ouvertement et fièrement le racisme sont celles qui appellent tous les racistes à les faire taire, et toute personne qui ose parler est annulée, son gagne-pain et ses rêves lui étant retirés par une foule en colère. »

Mais l’expression de ses préoccupations s’est avérée désastreuse. L’un des principaux clients de Bush, la chaîne de restaurants américaine Panera Bread, a juré de ne plus jamais travailler avec lui et Bush a depuis été obligé de s’excuser.

« J’étais littéralement en train de jouer à un jeu vidéo quand j’ai écrit ces mots avec désinvolture », a-t-il déclaré plus tard.

« Tout ce que j’essayais de dire, c’est : “L’antidote à la discrimination passée fondée sur la couleur de la peau est-il plus une discrimination rétributive fondée sur la couleur de la peau”, mais j’aurais dû me rendre compte que ce n’était pas le moment d’en parler. À tous ceux que j’ai offensés, je suis vraiment désolé. »

Il a fallu plusieurs années tumultueuses pour que cette tempête parfaite se rassemble. Elle a commencé avec le scandale sur Harvey Weinstein et le mouvement #MeToo. Aujourd’hui, comme le dit un initié, l’industrie est confrontée à un « tsunami qui a tout bouleversé ». Certains diront que le changement est attendu depuis longtemps car, malgré toutes les belles paroles, Hollywood reste une enclave privilégiée.

Il y a tout juste cinq ans, le manque de diversité lors de la cérémonie annuelle des Oscars a donné naissance au hashtag #OscarsSoWhite.

Les personnalités du secteur ont la réputation de donner des leçons au monde sur les droits de l’homme, la diversité et l’environnement, de la campagne de George Clooney pour mettre fin au génocide au Darfour aux missives de Leonardo DiCaprio sur le réchauffement climatique.

Alors que les succès au box-office de l’année dernière – des films comme Black PantherGet Out et Crazy Rich Asians – ont été un énorme succès, leurs acteurs, principalement noirs et asiatiques, n’ont pas été représentés dans les principaux prix d’interprétation. Les lauréats de cette année – Brad Pitt, Joaquin Phoenix, Renee Zellweger et Laura Dern – étaient tous blancs.

Puis est venue la série Black Lives Matter, née à la suite des protestations contre le meurtre de George Floyd en mai dernier, après qu’un policier de Minneapolis se soit agenouillé sur son cou pendant près de neuf minutes.

Des manifestations ont eu lieu dans toute l’Amérique, le drapeau confédéré a été brûlé et des statues « racistes » ont été renversées, tandis que sur le Hollywood Walk of Fame, les manifestants se sont mêlés aux stars (majoritairement blanches) immortalisées sur les trottoirs.

Des studios comme Disney, Warner Bros, CBS et Netflix ont partagé des messages de soutien au mouvement BLM et ont promis de dépenser des millions pour promouvoir la diversité et l’inclusion. Reggie Ugwu, écrivain du New York Times, a déclaré : « L’industrie est en proie à une crise d’identité extrêmement publique, dans laquelle l’image multiculturelle et fraîche à laquelle elle aspire est sapée par les preuves observables. »

Mais si les intentions sont sans aucun doute bonnes, beaucoup craignent que cela n’ait l’effet inverse. Un écrivain blanc nominé aux Emmy Awards a déclaré : « Je n’ai jamais connu de gens aussi craintifs. Des maisons sont mises en vente. Les gens déménagent parce que même lorsque les choses reviendront à la normale après la pandémie, il n’y aura pas de travail. »

« C’est une question d’équité », a déclaré un autre écrivain. « J’ai passé les trois dernières années à encadrer de jeunes écrivains noirs. Mais maintenant, je n’ai plus de travail et cela n’a rien à voir avec mes capacités d’écrivain. Les gens pensent qu’Hollywood est un endroit où les rêves se réalisent, mais pour des gens comme moi, c’est devenu un cauchemar”. »

Maintenant, l’armée de bébés trop grands qui disent que tout le monde doit penser comme eux envahit nos chambres, dit Douglas Murray après la tentative d’« annulation » de la star de Killing Eve, Jodie Comer

Croyez-vous au crime de pensée ? En enlevant les gens, un par un, jusqu’à ce que tout le monde soit d’accord avec un seul point de vue ? Chaque semaine, nous voyons ce monde se rapprocher un peu plus.

Beaucoup de victimes sont célèbres. Mais des gens qui ne sont pas du tout connus m’écrivent chaque semaine pour me dire qu’eux aussi craignent désormais pour leurs moyens de subsistance.

D’autres encore gardent la tête basse, craignant ce qui se passera s’ils osent s’élever contre les dogmes de l’époque et les nouveaux totalitaires qui les promeuvent.

Ces dernières années, la marée du conformisme n’a cessé de monter. De plus en plus, on nous dit ce que nous sommes autorisés à dire, à entendre, à voir et à savoir.

La foule de gauche qui envahit l’internet mène une campagne pour faire taire les voix dissidentes et faire en sorte que les libres-penseurs soient licenciés. Et ils ont réussi. Maintenant, les wokerati veulent entrer dans la chambre à coucher et dire avec qui nous pouvons aussi coucher.

Prenez la tentative de la semaine dernière d’« annuler » l’actrice Jodie Comer. Son crime ? Rien de ce qu’elle a dit ou pensé.

Jodie Comer, l’actrice de Killing Eve, est photographiée avec son nouveau petit ami James Burke. M. Burke serait un républicain enregistré et un partisan de Donald Trump. Il y a eu une crise d’Internet et des militants ont demandé que Comer soit empêché de travailler à nouveau. C’est ridicule.

Au lieu de cela, les trolls en ligne étaient enragés de découvrir avec qui elle sortait. Le coupable présumé est un joueur de crosse américain appelé James Burke.

Son crime ? M. Burke est présumé être un républicain enregistré et un partisan de Donald Trump. Il est à l’origine d’une crise d’Internet et d’une demande des militants pour que Comer soit empêché de travailler à nouveau.

C’est ridicule. Comment peut-on exiger que nous nous limitions à des partenaires qui sont à 100 % en accord idéologique avec les vues d’une secte de gauche ?

L’intimidation de Jodie Comer inoffensive est dingue, mais je l’ai vu venir depuis un certain temps.

Il y a deux ans, un pilote de course de 26 ans, Conor Daly, a perdu ses sponsors à cause d’une déclaration faite dans les années 1980. Conor Daly participe à la série de courses de Nascar, la National Association for Stock Car Auto Racing, qui est très appréciée dans le sud des États-Unis.

Pourtant, il faut y réfléchir : Daly n’était pas vivant au moment de l’infraction présumée. Comment s’était-il mal exprimé avant même sa naissance ?

La réponse est qu’il ne l’avait pas fait. Daly a perdu son parrainage parce que son père, pilote de course automobile, aurait tenu des propos racistes trois décennies plus tôt. Et il n’y a pas eu de sursis.

Cet instinct totalitaire s’est emparé de nous avec une facilité déconcertante. Il est le produit d’un gauchisme vindicatif qui ne résidait auparavant que sur certains campus universitaires américains.

Daly participe à la série de courses organisée par Nascar – l’association nationale des courses de stock-car – qui est très appréciée dans le sud des États-Unis. Pourtant, il faut y réfléchir : Daly n’était pas vivant au moment de l’infraction présumée. Comment s’était-il mal exprimé avant même sa naissance ? La réponse est qu’il ne l’avait pas fait. Daly a perdu son parrainage parce que son père, pilote de course automobile, aurait tenu des propos racistes trois décennies plus tôt. Les deux hommes sont photographiés ci-dessus.

Pourtant, aujourd’hui, sous l’impulsion d’Internet, cette idéologie à moitié cuite, tribale et dogmatique, obsédée par le langage de la politique raciale, sexuelle et de genre, se déchaîne.

Toutes les attitudes décentes, et notamment l’idée britannique du fair-play, ont été chassées. Il est tout à fait normal d’avoir un point de vue et de le défendre. Il est parfaitement normal de détester et même de mépriser certaines idées. Qui ne les aime pas ?

Mais personne n’a le droit de faire licencier ou de rendre inemployables des personnes en raison de points de vue différents des siens, et encore moins en raison de ceux de leur partenaire.

Ce n’est ni démocratique ni acceptable. C’est du fascisme. Du fascisme rouge, mais du fascisme tout de même.

Il est important que nous fassions face à cela. L’extrémisme peut se manifester dans tous les camps politiques. Chaque mouvement politique et religieux peut devenir un foyer pour les personnes amères et les mécontents radicaux. Mais à notre époque, les totalitaristes intimidateurs viennent d’une gauche politique de plus en plus affirmée.

Prenez la lettre de la semaine dernière au magazine Harper’s, signée par 153 artistes, écrivains et universitaires. Cette lettre appelle à mettre fin à la « cancel culture », qui voit des foules en ligne tenter d’intimider et de « dé-plateformer » les gens simplement à cause de leurs opinions.

Il se trouve que la lettre était de gauche, y compris l’attaque obligatoire contre le président Trump. De même, les signataires étaient presque tous de gauche, ce qui laisse entendre qu’ils n’avaient guère envie de « passer de l’autre côté de l’allée ». Mais il était difficile de ne pas être d’accord avec ces sentiments, du moins c’est ce que l’on aurait pu penser.

Les personnalités nommées au bas de la lettre ont été choisies une par une. Savaient-elles qu’elles signaient leur nom aux côtés de l’épouvantable « transphobe »J. K. Rowling ? Savaient-ils qu’un conservateur solitaire, l’ancien rédacteur de discours de George W Bush, David Frum, avait signé la lettre ? Très vite, certains signataires se sont excusés d’avoir signé en premier lieu.

À un certain stade de notre croissance, la plupart d’entre nous en viennent à comprendre qu’un accord mondial avec nos propres opinions personnelles n’est pas réalisable, même s’il était souhaitable. Ce qui n’est pas le cas.

Aujourd’hui, cependant, nous avons affaire à une armée de bébés trop grands qui n’ont jamais pris conscience de cette réalité. Ils n’ont jamais appris que le monde est divers dans ses opinions.

À l’université, on leur a dit une chose positivement dangereuse : que les gens qui ne sont pas d’accord avec eux n’ont pas seulement tort, qu’ils ne sont pas simplement ignorants, mais qu’ils sont des fanatiques mal informés. Et que, pour obtenir justice, ces personnes doivent être écartées.

Le monde que ces militants sont en train de créer est vengeur et vicieux, et de plus en plus ennuyeux.

La semaine dernière, un extrait d’une récente émission comique de la BBCThe Mash Report, a été mis en ligne. Même pour ceux d’entre nous qui, il y a longtemps, ont cessé de se donner la peine de trouver quoi que ce soit de drôle sur la BBC, c’était d’une horreur stupéfiante.

Elle comprenait un segment de deux comédiens peu drôles qui s’accordaient de manière peu drôle.

À un moment donné, la comédienne a déclaré que « la liberté d’expression est désormais un moyen pour les adultes de dire des choses racistes sans aucune conséquence ». Il n’y avait aucune pointe d’ironie.

Une telle certitude erronée ruine la comédie comme bien d’autres choses, comme l’a dit Ricky Gervais il y a quelques jours à peine. Qui oserait faire une blague dangereuse aujourd’hui ? Il est bien plus sûr de faire des sermons politiques sur la BBC sous le couvert de l’« humour ».

Certaines personnes – surtout si elles sont blanches et masculines – pensent que la meilleure façon de surmonter cette folie est de fermer les yeux et de jurer allégeance aux gros mensonges et aux présomptions de l’époque. Ils ont vu comment la foule vient pour quiconque dit quelque chose de controversé.

Aujourd’hui, les organisations caritatives, les organismes du secteur public et des entreprises entières sont de plus en plus remplies de personnes à qui l’on a dit ce qu’elles devaient dire et ce qu’elles devaient croire. Certains se sont fait dire par leur patron quels livres ils devaient lire – une évolution sinistre.

Le mois dernier, j’ai reçu une lettre qui a fait l’objet d’une fuite et qui a été envoyée par un patron du NHS à Birmingham. Elle avait dit à ses subordonnés de lire quatre livres sur le « privilège blanc » pour qu’ils puissent « corriger » leur attitude.

C’est une erreur, et les gens devraient s’y opposer tant que nous en avons l’occasion. Les guerriers éveillés pourraient aimer que nous vivions dans une dictature dirigée par eux. Mais ce n’est pas le cas – pas encore, en tout cas.

Nous vivons dans une démocratie. Une démocratie dans laquelle les gens ont le droit d’exprimer leurs opinions et ont toujours le droit de fréquenter des individus libres d’esprit qui ne sont pas d’accord avec la foule.

Les brutes veulent nous empêcher de parler ou de penser. Il est temps que nous répondions.

À un moment donné, la comédienne a déclaré que « la liberté d’expression est désormais un moyen pour les adultes de dire des choses racistes sans aucune conséquence ». Il n’y avait aucune ironie. Une telle certitude erronée ruine la comédie comme bien d’autres choses, comme l’a dit Ricky Gervais il y a quelques jours.

Ce que ça fait d’être ANNULÉ: C’est l’arme de choix de la foule – essayant de priver la victime de ses moyens de subsistance – c’est même arrivé au caricaturiste du Communist Morning Star et à l’organisateur d’un défilé de la fierté gay

Par Nick Craven pour le Mail on Sunday

Les Chinois disposaient d’un remède brutal pour ceux qui transgressaient les enseignements du président Mao. Les rebelles étaient entraînés dans ce qu’on appelait des « séances de lutte », où ils étaient soumis à des abus vicieux de la part d’un public de vrais croyants.

Les délinquants qui n’ont pas présenté d’excuses grotesques pour leurs opinions erronées étaient, à tout le moins, rejetés par la société. En d’autres termes, ils étaient « annulés ».

La foule en ligne si désireuse d’effacer l’auteure de Harry Potter, J. K. Rowling, pour avoir pris position sur la politique des transsexuels, utilise maintenant une tactique tout aussi moche pour faire taire les dissidents. Peu importe les subtilités du cas de Rowling, ce qui compte, c’est de la dénoncer.

Le Mail on Sunday s’est entretenu avec certaines des victimes de “l’annulation de la culture” pour en savoir plus.

Le débat sur les trans n’est qu’un front dans une guerre culturelle entre les militants acharnés – dont beaucoup sont de gauche – et ceux qui osent être en désaccord avec eux. Parmi les autres champs de bataille récents, citons la race, le Brexit et l’immigration.

Toby Young, fondateur de la Free Speech Union, qui reçoit quotidiennement des demandes de personnes qui ont été – ou craignent d’être – « annulées », compare l’atmosphère qui règne à certains des épisodes les plus sombres de l’histoire.

« Ce qui est troublant dans l’annulation de la culture, c’est que nous l’avons déjà vue à de nombreuses reprises : à Salem au 17e siècle, à Paris après la Révolution française, en Amérique à l’époque de McCarthy, en Chine dans les années 1960 », dit-il.

C’est comme si un groupe de personnes revivait certains des pires moments de l’histoire de l’humanité, mais parce qu’ils ne tuent pas vraiment quelqu’un, ils pensent que c’est normal.

Mais qu’est-ce que cela fait de se retrouver catégorisé comme cela ? Le Mail on Sunday s’est entretenu avec certaines des victimes de l’« annulation de la culture » pour le savoir.

Le dessinateur de gauche

La fonctionnaire Stella Perrett avait fourni des caricatures à la limite de l’acceptable pour le journal communiste Morning Star pendant des années, jusqu’en février 2020, lorsqu’elle a découvert qu’être à gauche n’est pas une protection contre l’annulation.

Féministe de longue date, elle avait des opinions bien arrêtées sur l’autorisation des femmes transgenres « qui s’identifient comme telles » dans des espaces réservés aux femmes, comme les refuges pour victimes de violence domestique et les toilettes.

Elle a voulu souligner les dangers de la « promesse » faite par trois candidates à la direction du parti travailliste, qui soutenaient que l’auto-identification devait être inscrite dans la loi. Elle a donc dessiné une caricature d’un crocodile glissant dans une piscine et racontant à plusieurs tritons inquiets : « Ne vous inquiétez pas ! Je suis en transition en tant que triton ! »

La fonctionnaire Stella Perrett a fourni des dessins animés pour le journal communiste Morning Star pendant des années jusqu’en février 2020, date à laquelle elle a découvert qu’être à gauche n’est pas une protection contre l’annulation.

Mme Perrett, 60 ans, a également inclus une note pour la publication expliquant que lorsqu’elle était une fille, elle était convaincue qu’elle était vraiment un garçon, mais qu’elle réalise maintenant que ce n’était qu’une phase.

Elle se demande si dans le climat actuel, elle aurait été encouragée à changer de sexe, ce qui aurait eu des conséquences désastreuses.

Le Morning Star n’a pas publié sa note, mais il a publié le dessin – et a dû faire face à une féroce réaction de rejet menée sur les médias sociaux par le chroniqueur du Guardian Owen Jones, qui l’a décrit comme « vicieux ».

D’autres se sont joints à la lutte, notamment les membres des syndicats qui financent le Morning Star, dont le tirage est en baisse de quelques milliers d’exemplaires. Sans en informer Mme Perrett – qui est handicapée par une maladie appelée paralysie d’Erb – le Morning Star a immédiatement publié des excuses, mais certains des plus grands syndicats, dont Unison, ont été mécontents même après cela.

Selon certains initiés, il a même été question de débrancher le journal en difficulté, de sorte qu’en quelques jours, des excuses de 600 mots ont été adressées à ses lecteurs et une promesse aux syndicats en coulisse de ne plus faire appel à Mme Perrett.

Un appel téléphonique de la police a suivi après qu’un « crime haineux » ait été signalé et enregistré, mais la police a confirmé hier qu’aucune autre mesure n’avait été prise.

Ensuite, un membre du syndicat des fonctionnaires du PCS, pour lequel Mme Perrett était une fonctionnaire non rémunérée, a commencé à réclamer son renvoi de son poste. Elle a été convoquée à une audience disciplinaire.

« J’étais proche de la retraite, et bien que j’aime mon travail syndical, j’ai décidé de démissionner », a déclaré Mme Perrett au Mail on Sunday.

Féministe de longue date, elle était fermement convaincue que les femmes transgenres « qui s’identifient comme telles » devaient être admises dans des espaces réservés aux femmes, tels que les refuges pour victimes de violence domestique et les toilettes.

« Toute cette affaire a été extrêmement stressante. Je me suis sentie très déçue par le journal et par le syndicat. Ils m’ont tous les deux jetée sous le bus. »

« Les dessins sont censés être audacieux – voire offensants – pour provoquer un débat, mais de nos jours, certaines personnes semblent vouloir étouffer des points de vue différents des leurs. » Le Morning Star a refusé de commenter.

L’animateur du talk-show

Le présentateur de Manx Radio, Stuart Peters, a été suspendu le mois dernier, suite à une dispute avec un auditeur à l’antenne, au cours de laquelle le diffuseur a déclaré qu’il n’avait pas bénéficié du privilège blanc.

Le présentateur de Manx Radio, Stuart Peters, a été suspendu le mois dernier, suite à une dispute avec un auditeur à l’antenne, au cours de laquelle le diffuseur a déclaré qu’il n’avait pas bénéficié du privilège blanc.

Elle faisait suite à un billet de blog de M. Peters, 65 ans, dans lequel il avait déclaré que « les vies blanches comptent » en réponse aux manifestations mondiales de Black Lives Matter. Il a déclaré que sa suspension, suite aux plaintes de 13 personnes mais aussi aux messages de soutien de 27 auditeurs, équivalait à une « tentative orwellienne de contrôle de l’esprit et de la parole ».

Quelques semaines plus tard, il a été blanchi par la commission des communications de l’île de Man, qui a déclaré que, bien qu’elle considère ses commentaires comme insensibles, ils n’étaient pas faits pour « attiser la haine raciale » et ne violaient pas son code de diffusion. M. Peters est revenu au début de ce mois, mais sous une forme quelque peu muselée, la partie de son émission consacrée aux appels téléphoniques ayant été volontairement supprimée.

Il a déclaré : « Je crois que la grande majorité des gens sont gentils, attentionnés et ouverts d’esprit, et j’ai bien l’intention de faire en sorte que leur voix soit entendue. »

« Mais je ne m’exposerai pas, ni Manx Radio, ni personne d’autre, aux commentaires et aux abus de ces trois dernières semaines, et j’ai demandé à la station de supprimer la partie de mon émission consacrée aux appels téléphoniques en direct. »

L’organisateur du défilé de la gay pride

Charlie Shakespeare a vu ses plans pour une parade virtuelle de la gay pride au début de l’année torpillés parce qu’il avait retweeté les déclarations de Nigel Farage et du militant de la liberté d’expression Toby Young.

Des militants de gauche dirigés par le conseiller du parti travailliste pour la diversité ont annoncé un boycott lorsque des messages anonymes sur Twitter ont révélé qu’il était un partisan des conservateurs qui avait appelé à un « Brexit de rupture nette ».

Linda Riley, l’éditrice du magazine Diva, qui a été nommée conseillère LGBT+ par Jeremy Corbyn en 2017, a déclaré aux organisateurs de l’événement : « Ma marque ne sera pas associée aux personnes qui ont retweté Toby Young et Nigel Farage. »

Riley a par la suite écrit dans Diva que c’était là la « rupture de l’accord » mais qu’elle avait d’autres préoccupations.

M. Shakespeare a déclaré : « Une fois que l’événement a déraillé, nous n’avons pas reçu l’argent promis pour le parrainage et nos propres fonds, que nous avions mis dans l’événement jusqu’à ce moment, ont été perdus. »

Ses employeurs d’un théâtre pour enfants dans le sud de Londres ont également reçu des courriels leur demandant de le licencier, mais ils ont refusé.

Il a déclaré : « Nous avons essayé de créer un événement édifiant, qui permettrait de collecter des fonds pour des œuvres de charité, avec des actes qui demandent des heures de travail. »

« Nous ne saurons jamais ce que nous aurions pu accomplir, car mon annulation était bien plus importante pour eux que le bonheur de la communauté LGBT+ envers qui j’avais consacré des heures de travail à représenter. »

L’universitaire de la liberté d’expression

Le Dr Adam Perkins, spécialisé dans la neurobiologie de la personnalité, était impatient de s’adresser aux invités de son université, le King’s College London, sur le thème de la liberté d’expression, mais l’événement a été reporté il y a deux ans après que les organisateurs aient déclaré que sa sécurité ne pouvait être garantie.

Une conférence antérieure controversée avait été abandonnée lorsqu’elle a été perturbée par des manifestants, et bien qu’une nouvelle date ait été proposée, le Dr Perkins n’était pas disponible et la conférence n’a jamais eu lieu.

Le King’s, surnommé « Cancel College » par un de ses universitaires dans un récent article anonyme du magazine The Critic, a été accusé de devenir une institution particulièrement « éveillée ».

Dans un livre intitulé The Welfare Trait, le Dr Perkins a fait valoir que les enfants dont les familles dépendent des allocations ont tendance à être moins motivés et plus résistants à l’emploi que leurs parents.

Il a recommandé de modifier les politiques afin que l’État-providence n’encourage pas les familles des ménages défavorisés à avoir plus d’enfants.

Son point de vue a suscité des plaintes auprès de ses employeurs, une réponse qui, selon le Dr Perkins, est une voie privilégiée pour l’annulation.

« Depuis la publication de mon livre, il y a eu cinq plaintes distinctes alléguant, par exemple, que je possède “un petit esprit étroit” ou que j’ai du “mépris” pour les gens de la classe ouvrière », a-t-il déclaré.

« La malheureuse vérité est que les scientifiques comme moi sont autorisés à travailler en paix, à condition que leurs découvertes se limitent à des journaux obscurs, mais dès que nous blasphémons publiquement, nous sommes pris pour cible par les généraux sorciers de l’académie.

Pour être juste envers King’s, le fait que j’y occupe toujours un poste malgré les multiples tentatives de la foule libérale de me faire virer montre qu’elle défend effectivement la liberté académique. On ne peut pas en dire autant des autres universités, qui ont cédé et licencié des universitaires après les campagnes menées par des foules de gauchistes en ligne. »

Un porte-parole de King’s College a déclaré : « Nous prenons au sérieux nos propres engagements en faveur de la liberté d’expression. Les universités en particulier ont un défi unique à relever pour créer des environnements dans lesquels un débat ouvert et non censuré de toutes parts… peut avoir lieu sans crainte d’intimidation et dans le cadre de la loi. »

« Nous travaillons dur pour assumer ces responsabilités et n’avons annulé aucun événement. »

Le conférencier sur Twitter

Le Dr Mike McCulloch a fait l’objet d’une enquête de la part de ses employeurs à l’université de Plymouth pour avoir « aimé » des tweets affirmant que « toutes les vies comptent » et que « le genre est réel » sur son compte Twitter.

Le professeur de physique au doctorat a clairement indiqué que « les opinions sont les miennes et non celles de mon employeur », mais cela n’a pas satisfait ceux qui étaient en colère contre son désaccord avec l’orthodoxie académique libérale.

Au début de ce mois, l’ancien membre du Parti travailliste, âgé de 51 ans, a été convoqué à une audience après qu’un collègue ait envoyé des copies de son fil Twitter à ses patrons.

« J’ai été dénoncé à l’équipe de l’égalité sur des tweets que j’aurais aimé recevoir, notamment celui sur “toutes les vies comptent” et un autre sur l’opposition à l’immigration de masse », a déclaré le Dr McCulloch, qui travaille à l’université depuis une décennie. « On m’a dit qu’il y aurait une enquête menée par un collègue de haut rang avec un panel, et je pouvais sentir ma carrière s’envoler. »

« Je sentais qu’ils allaient me demander de promettre de ne pas exprimer mes opinions politiques sur Twitter, et je n’aime pas que les gens me disent ce que je peux dire ou penser, et j’aurais dû dire non. »

Son épreuve s’est terminée lorsque l’Union pour la liberté d’expression a trouvé un avocat pour le Dr McCulloch qui a souligné que les universités sont tenues de protéger le droit à la liberté d’expression de leur personnel en vertu de la loi sur les droits de l’homme de 1998.

« Lorsque l’avocat a écrit à l’université pour demander quelle règle j’avais réellement enfreinte, ils ont abandonné l’affaire le lendemain », a déclaré l’universitaire. « C’est très sinistre si les gens me disent maintenant ce que j’ai le droit d’”aimer”.

Il semble qu’il soit possible pour une seule personne anonyme, n’importe où dans le monde, de détruire la carrière de quelqu’un. Toute notre société devient hystérique, ce qui est très dangereux. »

L’université de Plymouth a déclaré qu’elle « respecte pleinement la liberté d’expression et la liberté académique ».

Source : Daily Mail – Traduit par Anguille sous roche

LES LECTEURS RASSIS DU SUPPOSÉ CONSERVATEUR LE FIGARO DOIVENT AVALER BIEN DES COULEUVRES. DERRIÈRE L’EXUTOIRE DU FIGARO VOX QUI PERMET À UNE PARTIE DU LECTORAT DE SE DÉFOULER, NOMBRE D’ARTICLES NE SONT GUÈRE DIFFÉRENTS DE CE QUE L’ON PEUT LIRE DANS LIBÉRATION. UN EXEMPLE AVEC LA CRITIQUE DE CINÉMA TENUE PAR UN CERTAIN ROBIN CANNONE, PARUE LE 7 JUILLET 2020 SOUS LE TITRE « LE CINÉMA FRANÇAIS A‑T-IL PEUR DU NOIR ? ». PETITE VISITE GUIDÉE DU CONFORMISME BOURGEOIS, MÉTISSÉ, MÉTISSEUR ET MÉTISSANT.

LE TABOU, MON BON MONSIEUR, LE TABOU

Non, ce n’est pas le nom de la célèbre boîte de nuit sise au 33 rue Christine et fermée en 1962. Non, c’est la « question noire » qui « reste un tabou dans le monde du septième art ». D’ailleurs ce « manque de diversité dans le cinéma hexagonal » avait été dénoncé en février 2020 lors de la 45e cérémonie des César. Et l’ami Robin ne peut que constater avec regret « la force des préjugés » qui infecte le cinéma.

ALORS, ON SE MÉTISSE QUAND ?

Pourtant la solution existe, elle est à portée de main comme le dit un comédien camerounais en parlant de l’industrie du cinéma : « elle ne s’adapte pas à l’évolution de la société et reste dans un entre-soi qui fait que le métissage qu’on observe dans les rues n’est pas représenté à l’écran ». Il suffisait d’y penser, que le cinéma (puis le théâtre, l’art, l’université, les pouvoirs publics, Romorantin et in fine la France toute entière) ressemble au 9–3 alias le 9 cube où il fait si bon vivre.

LA COULEUR EST UNE CONSTRUCTION SOCIALE

Dans tout article qui veut faire sérieux, il faut un sociologue, mieux une sociologue, encore mieux une sociologue dont on devine qu’elle est d’origine africaine ou proche de l’Afrique. Marie-France Malonga est une « sociologue spécialiste des minorités » et explique-t-elle doctement « le problème du stéréotype, c’est qu’on l’intériorise » il s’inscrit « dans nos imaginaires et nos représentations sociales… il s’agit en fait d’une construction sociale ». Tout bien réfléchi et en retournant le propos, si Robin Cannone est blanc (supposition de notre part) c’est par construction sociale et il pourrait jouer avantageusement le rôle de Béhanzin roi d’Abomey (1845–1906).

SECRET DE POLICHINELLE

Un lourd secret pèse sur le cinéma français, Robin le révèle au lecteur effaré, un acteur noir n’est « pas assez rentable pour une agence ». La réalisatrice (de talent) Claire Denis l’a entendu dire, « un rôle principal tenu par un homme ou une femme noire pouvait être un handicap pour un film ». Elle exonère un peu sa profession de cette lourde responsabilité, la renvoyant à la France entière : « Il faut poser la question aux Français : comment se sentent-ils dans leur pays ? ». Une question sympathique mais peut-être naïve, voire dangereuse à un moment où ces derniers ont parfois l’impression d’habiter un pays étranger.

Heureusement « les choses changent au pays des Lumières », Omar Sy va jouer Arsène Lupin au ravissement du Cannone de service. « Il ne reste plus qu’à faire passer le message au reste de l’industrie cinématographique ». Allons plus loin, il y a vraiment trop de visages pâles dans la rubrique cinéma du Figaro. Robin, un bon geste : démissionne et fais-toi remplacer par une jeune consœur noire. C’est pour la cause, on compte sur toi.

Guy Debord et l’apocalypse occidentale (en 1988) : : Non seulement on fait croire aux assujettis qu’ils sont encore, pour l’essentiel, dans un monde que l’on a fait disparaître, mais les gouvernants eux-mêmes souffrent parfois de l’inconséquence de s’y croire encore par quelques côtés. Il leur arrive de penser à une part de ce qu’ils ont supprimé, comme si c’était demeuré une réalité, et qui devrait rester présente dans leurs calculs. Ce retard ne se prolongera pas beaucoup. Qui a pu en faire tant sans peine ira forcément plus loin. On ne doit pas croire que puissent se maintenir durablement, comme un archaïsme, dans les environs du pouvoir réel, ceux qui n’auraient pas assez vite compris toute la plasticité des nouvelles règles de leur jeu, et son espèce de grandeur barbare. Le destin du spectacle n’est certainement pas de finir en despotisme éclairé.

EN BANDE SON :

4 réponses »

  1. Bon alors je suis pas noir ni jaune , blanc mais j’ai pas choisi , pas homo , ni bi et encore moins tri sexuel , pas de gauche ni de droite , je crois pas en ‘dieu’ qui soit chrétien musulman juif ou autre , j’aime la viande , rarement un peu d’alcool …. j’ai pas participer à l’esclavage, à la colonisation , au génocide des juifs …. alors c’est grave docteur du politique-bureau ? sur quelle planète je dois être évacué ? d’ailleurs quand ont va en trouver une ont va y envoyer qui pour la peupler ? …. un noir ? LGBT ? végan ? une personne de petite taille ? …. allô Huston , ont à un problème …. bon il me reste qu’à faire comme Mikael Jackson … ha non moi c’est me mettre de la crème pour me ‘noicir’ …. puis même si je suis encore en forme pour me ‘reproduire’ vue que je trouve pas de ‘galinette’ j’aurais au moins participer involontairement a ‘l’extermination’ de ma ‘race’ … BLANCHE … c’était une belle aventure , bon allez , souhaitons un futur radieux aux …noir, végan, trans, bi, de gauche …. et n’oubliez pas d’aller voter … mais surtout pas blanc.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s