REBLOG

Niall Ferguson : Joe Biden pourrait devenir un président en temps de guerre

Les candidats démocrates à la présidence des États-Unis font invariablement campagne en promettant des bienfaits et une amélioration de la situation morale. Ils finissent presque toujours par mener leur pays à la guerre.

Joe Biden peut-il être une rare exception à cette règle, s’il réussit à battre Donald Trump le 3 novembre ? Cela ne dépendra pas seulement de la manière dont lui et son équipe de sécurité nationale mèneront la politique étrangère américaine. Cela dépendra également de la stabilité du monde qui les entoure.

La mauvaise nouvelle, c’est que la paix post-pandémique est une autre rareté historique.

Tout d’abord, l’étonnant bilan du Parti démocrate, plus que centenaire, en matière de politique progressiste, puis de guerre. Prenons le cas de Woodrow Wilson, décrié par les progressistes d’aujourd’hui pour ses opinions racistes, mais nommé et élu en 1912 en tant que progressiste.

Le discours d’acceptation de Wilson à la convention démocrate de Baltimore était un classique dans le genre de l’ascension américaine. « Nous devons parler », a-t-il dit aux délégués, « non pas pour capter des votes, mais pour satisfaire la pensée et la conscience d’un peuple profondément remué par la conviction qu’il est arrivé à un tournant critique de son développement moral et politique. Nous sommes en présence d’une Nation en éveil, impatiente de faire semblant d’être partisane. … Le pays n’a jamais été aussi sensible aux appels désintéressés aux hauts arguments d’une justice sincère ».

« La nation a été inutilement, déraisonnablement, en guerre en son sein », a déclaré Wilson. Mais à présent, « les forces de la nation s’opposent à toute forme de privilège spécial et de contrôle privé, et cherchent à réaliser des choses plus importantes que ce qu’elles ont jamais fait jusqu’à présent. Elles balayent ce qui est injuste afin de revendiquer une fois de plus les droits essentiels de la vie humaine ».

Au cours de son mandat, Wilson a également proposé une politique progressiste. Son programme « Nouvelle liberté » a permis de réduire les tarifs protectionnistes, d’introduire le premier impôt fédéral sur le revenu, d’adopter la loi antitrust Clayton et de créer la Commission fédérale du commerce, sans parler de la Réserve fédérale. Réélu en partie sur la base d’une promesse de maintenir les États-Unis en dehors de la Première Guerre mondiale, il a cependant fait exactement le contraire en avril 1917.

Le schéma s’est répété pendant les cent années suivantes. Franklin Delano Roosevelt (FDR) a été porté au pouvoir au milieu de la Grande Dépression avec la promesse d’un New Deal.

« Prenons maintenant et ici la ferme résolution », a déclaré FDR à ses collègues démocrates lors de leur congrès de 1932 à Chicago, « de reprendre la marche interrompue du pays sur la voie du progrès réel, de la justice réelle et de l’égalité réelle pour tous nos citoyens, grands ou petits ».

Cette reprise a été dûment suivie par une série de lois visant à réduire la pauvreté et les inégalités en augmentant le pouvoir du gouvernement fédéral. Malgré un sentiment anti-guerre encore plus fort que celui de Wilson, Roosevelt a mené les États-Unis à la Seconde Guerre mondiale en 1941.

Le discours d’acceptation d’Harry Truman à Philadelphie, en juillet 1948, a perpétué la tradition :

« Le parti démocrate est le parti du peuple, et le parti républicain est le parti d’intérêt particulier, et il l’a toujours été et le sera toujours. … En 1932, nous attaquions la citadelle des privilèges spéciaux et de la cupidité. Nous nous battions pour chasser les changeurs de monnaie du temple. Aujourd’hui, en 1948, nous sommes les défenseurs du bastion de la démocratie et de l’égalité des chances, le refuge des gens ordinaires de ce pays et non des classes favorisées ou des quelques puissants ».

Après avoir remporté une célèbre victoire surprise sur Thomas E. Dewey, Truman a dévoilé son « Fair Deal » national au début de 1949. Moins de 18 mois plus tard, la Corée du Nord envahit la Corée du Sud et l’Amérique est de nouveau en guerre.

John F. Kennedy et Lyndon Johnson établissent ensemble de nouvelles normes en matière de rhétorique (Kennedy) et de législation progressiste (Johnson). Pourtant, en 1968, ni sa législation sur les droits civils ni la Grande société ne pouvaient sauver la présidence de Johnson des décombres de la guerre du Vietnam.

Les présidents démocrates qui ont suivi se sont efforcés d’éviter le sort de LBJ. Pourtant, le monde ne voulait pas laisser Jimmy Carter, Bill Clinton et Barack Obama en paix pour poursuivre leurs programmes nationaux. La présidence de Carter a reçu des coups fatals lors de la crise des otages après la révolution iranienne de février 1979 et l’invasion soviétique de l’Afghanistan dix mois plus tard. Clinton a passé des années à essayer d’éviter les enchevêtrements avec l’étranger, en Somalie, au Rwanda et en Bosnie, jusqu’à ce que ces derniers le contraignent à une intervention militaire. Obama peut encore croire que sa décision de ne pas intervenir dans la guerre civile syrienne était l’une de ses meilleures, mais la ligne rouge sur l’utilisation des armes chimiques – qui s’est avérée être une ligne pointillée rose – a été en vérité le chapitre le plus ignoble de sa présidence.

Le discours de Joe Biden jeudi soir s’inscrivait dans la continuité d’une très longue tradition de noble rhétorique démocrate, remontant jusqu’à Thomas Jefferson.

« Si vous me confiez la présidence », a déclaré Biden, « je ferai appel au meilleur d’entre nous et non au pire. Je serai un allié de la lumière et non des ténèbres. Il est temps pour nous, pour Nous le peuple, de nous rassembler. Car ne vous y trompez pas. Unis, nous pouvons et nous allons surmonter cette saison d’obscurité en Amérique. Nous choisirons l’espoir plutôt que la peur, les faits plutôt que la fiction, l’équité plutôt que les privilèges ».

Celui qui a écrit ce discours avait fait ses devoirs. Je me suis parfois demandé si un algorithme avait fait une compilation de tous les discours d’acceptation démocrates précédents.

Le point commun de tous les discours d’acceptation démocrates depuis 1912, sauf un, est la faible proportion consacrée à la politique étrangère. L’exception est le discours « New Frontier » de John F. Kennedy à Los Angeles en 1960, qui était à peu près la moitié de la rhétorique de la guerre froide conçue pour déborder Richard Nixon sur la sécurité nationale. Biden n’y est pas allé. Moins de 3 % de son discours d’acceptation portait sur la politique étrangère, et il était à la fois concis et bromure.

Biden s’est engagé à « se tenir aux côtés de nos alliés et amis », à cesser de « se rapprocher des dictateurs » (sans mentionner de noms), et à ne pas « fermer les yeux sur les primes russes sur la tête des soldats américains » ou sur « l’ingérence étrangère » dans les élections américaines.

C’est tout. La seule mention de la Chine concernait la nécessité de rendre l’Amérique moins dépendante des fournitures médicales et des équipements de protection fabriqués par les Chinois. À écouter le discours de Biden, on ne saurait dire que les États-Unis sont déjà à la traîne dans la deuxième guerre froide, comme je l’ai souligné à maintes reprises ici et ailleurs.

Il ne fait aucun doute que la majorité des personnes qui ont écouté le discours de Biden partagent son souhait tacite que cette seconde guerre froide disparaisse tout simplement au moment où il prête serment.

C’est Biden qui a lancé sa candidature à l’investiture démocrate en faisant remarquer que les Chinois étaient « pas mal, les gens » et « ne nous faisaient pas concurrence » – et qui, au début de ce mois, semblait prêt à promettre la fin des droits de douane américains sur les importations chinoises.

J’ai de mauvaises nouvelles. Ce n’est pas Donald Trump qui a lancé la deuxième guerre froide, c’est Xi Jinping. Et, comme je l’ai souligné il y a deux semaines, sa vision d’une Chine renaissante défiant les États-Unis non seulement sur le plan économique mais aussi sur le plan idéologique et géopolitique est largement partagée par les intellectuels chinois et (bien qu’il soit difficile d’en être sûr) par de nombreux Chinois ordinaires. Notez également que le sentiment anti-chinois aux États-Unis a augmenté presque autant chez les démocrates que chez les républicains ces dernières années.

Quelle est la probabilité que le monde soit un endroit paisible entre 2021 et 2024, le premier et probablement le seul mandat d’une présidence Biden ? Non sans raison, le discours de Biden jeudi dernier a mis l’accent sur l’impact négatif que la pandémie de Covid-19 a eu sur les États-Unis. Pourtant, la question clé pour le prochain gouvernement Biden ne sera pas de savoir quoi faire face à la pandémie, car je soupçonne – on ne peut en être certain – qu’elle sera en grande partie terminée d’ici janvier de l’année prochaine. La question clé ne sera pas – comme le pensent de nombreux démocrates – de savoir comment dépenser au mieux tout l’argent que les États-Unis peuvent éventuellement emprunter, maintenant que toutes les restrictions budgétaires et monétaires ont été mises de côté. Les questions clés seront de savoir à quel point le monde post-pandémique sera généralement instable et à quel point la relation sino-américaine sera spécifiquement toxique.

L’histoire ne laisse pas beaucoup de place à l’optimisme sur ces points. Le plus souvent, comme en 1918-19, les périodes de guerre ont été suivies par des périodes de peste, mais la direction de la causalité a également été inversée. Les grands fléaux du monde antique – la variole dans l’Athènes de Périclès (429-426 av. J.-C.) ou les fléaux Antonin et Justinien qui ont frappé l’Empire romain – n’ont pas inauguré de périodes de paix. Pour ne citer qu’un exemple, peu de temps après que la peste bubonique ait balayé son empire, à partir de 541 après J.-C., l’empereur Justinien a mené avec succès une campagne pour reprendre l’Italie aux Ostrogoths, ainsi que sa guerre contre l’empire sassanide (persan).

La peste noire des années 1340 a été l’une des pandémies les plus désastreuses de l’histoire, tuant entre un tiers et trois cinquièmes de la population européenne. Elle n’a pourtant pas empêché le déclenchement de l’un des conflits les plus longs de l’histoire. La guerre de Cent Ans entre l’Angleterre et la France a commencé le 24 juin 1340, avec la destruction de la flotte française à la bataille de Sluys par l’expédition navale d’Edward III. Six ans plus tard, malgré les ravages de la peste, Edouard lance une invasion de l’autre côté de la Manche, s’empare de Caen et marche sur les Flandres, infligeant une lourde défaite à l’armée de Philippe VI à Crécy, et s’engage dans la conquête de Calais. L’allié du roi de France, David II d’Écosse, envahit alors l’Angleterre, mais il est vaincu. En 1355, le fils d’Édouard III, le « Prince noir », mène une autre force en France, remportant une victoire importante à Poitiers. Une troisième invasion anglaise se déroula moins bien, conduisant à une paix temporaire en 1360, mais la guerre reprit en 1369 et se poursuivit par intermittence jusqu’en 1453.

À l’époque, personne ne savait que les deux pays s’engageaient dans une « guerre de Cent Ans ». Cette expression n’a été inventée par les historiens qu’en 1823. Mais telle est l’histoire. La plupart des gens ne comprennent toujours pas que la deuxième guerre froide a commencé. La première guerre froide a duré quarante ans. Mais qui peut dire que le conflit entre les États-Unis et la Chine ne sera pas une autre guerre de cent ans ?

Une catastrophe en entraîne une autre. Une pandémie crée une succession de problèmes économiques, sociaux et politiques qui, à leur tour, peuvent souvent précipiter des conflits transfrontaliers. Regardez, par exemple, comment l’interruption de la production alimentaire par COVID-19 dans l’ensemble du monde en développement, mais surtout en Afrique, entraîne non seulement la faim, mais aussi des déplacements de population et des frictions politiques.

D’ailleurs, regardez autour de vous ce qui se passe déjà. Depuis l’apparition de COVID-19, la Russie et la Turquie ont effectivement partitionné la Libye, des soldats chinois et indiens se sont affrontés au corps à corps à leur frontière, le port de Beyrouth a explosé, renversant le gouvernement libanais, une révolution a éclaté en Biélorussie et un coup d’État militaire a eu lieu au Mali. La paix est-elle à portée de main ? Il y a eu une avancée inattendue au Moyen-Orient, avec la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis (un accord pour lequel Jared Kushner mérite plus de crédit qu’il n’en reçoit). Mais quiconque pense que l’Iran va suspendre ses activités néfastes dans la région juste parce que Joe Biden est à la Maison Blanche ne comprend pas le régime de Téhéran.

L’enjeu central entre les États-Unis et la Chine n’est pas les tarifs douaniers de Trumps, ni sa tentative de faire racheter TikTok par une entreprise technologique américaine, ni la suppression par Xi du mouvement pro-démocratique à Hong Kong, ni sa politique génocidaire contre les Ouïgours dans le Xinjiang – ni même l’étendue de la culpabilité de la Chine dans la pandémie de Covid-19. La question centrale est celle de Taïwan et elle devrait exploser dans quelques semaines, lorsque de nouvelles réglementations américaines entreront en vigueur qui couperont Huawei de tous les semi-conducteurs importés fabriqués avec des technologies ou des logiciels américains.

Comme mon collègue de Bloomberg Opinion, Tim Culpanl’a fait valoir la semaine dernière, il s’agit vraiment de « l’option nucléaire », car elle « menace de tuer la société, ce qui invite à des représailles de la part de Pékin ».

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le Japon a attaqué Pearl Harbor en décembre 1941 ?

Comme Graham Allison, de Harvard, nous l’a récemment rappelé, c’est à cause des intolérables sanctions économiques imposées par les États-Unis. Oui, c’est vrai : sous le président démocrate Joe Biden, la plupart des gens veulent être associés à cette affaire.

La convention virtuelle de la semaine dernière a été une grande occasion de haïr les républicains, et en particulier Donald Trump. Mais malgré ses nombreux défauts, Trump a maintenu une grande tradition du Parti Républicain (GOP) – celle de ne pas déclencher de guerres étrangères. L’exception à la règle de l’audiovisuel républicain au cours du siècle dernier a bien sûr été George W. Bush, qui a entraîné l’Amérique dans deux guerres, en Afghanistan et en Irak. (La guerre de George H. W. Bush pour libérer le Koweït était bismarckienne par sa courte durée et son faible coût en vies humaines). Les autres – Harding, Coolidge, Hoover, Eisenhower, Nixon et Reagan – se sont distingués par le petit nombre de jeunes Américains qu’ils ont envoyés au combat : beaucoup moins que leurs homologues démocrates.

« Timeo Danaos et dona ferentes » est une phrase de Virgile, généralement traduite par « Méfiez-vous des Grecs porteurs de cadeaux ».

Je ressens la même chose à propos des démocrates lorsqu’ils font des discours édifiants pleins de promesses sur des milliards (pardon, des billions) de dollars à dépenser pour la santé publique, l’éducation, les soins de santé et les infrastructures.

S’il est un homme que je peux facilement imaginer – par inadvertance, bien sûr, et avec les meilleures intentions et la rhétorique la plus édifiante – transformer la Seconde Guerre froide en Troisième Guerre mondiale, c’est bien l’héritier autoproclamé de FDR, Joseph Robinette Biden Jr.

Source : Ferguson : Joe Biden pourrait devenir un président en temps de guerre

Catégories :REBLOG

Tagué:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s