1984

Article du Jour : Révélation de l’avenir totalitaire que souhaitent les mondialistes pour le monde entier Par Brandon Smith

Révélation de l’avenir totalitaire que souhaitent les mondialistes pour le monde entier

Depuis le 11 septembre 2001, le monde occidental a fait des pas en avant vers ce que de nombreux défenseurs des libertés qualifieraient « d’État policier », un système dans lequel les gouvernements ne sont plus limités par les frontières des libertés civiles et ont le pouvoir de faire à peu près tout ce qu’ils veulent au nom de la sécurité publique.

Le recours à « la loi » comme outil pour injecter la tyrannie dans une culture est la première tactique de tous les dictateurs.

L’idée est qu’en inscrivant simplement la criminalité gouvernementale dans les manuels de droit, cette criminalité devient en quelque sorte justifiée en vertu de la reconnaissance légale. Tout cela est très circulaire. Chaque fois que le gouvernement abuse de la population, c’est toujours au nom de ce qui est « le mieux pour la société dans son ensemble ». Pour sauver la société, les individus qui la composent doivent être sacrifiés ou décimés. Cette mentalité est à l’opposé de ce pour quoi les Pères fondateurs en Amérique se sont battus et sont morts, mais comme Thomas Jefferson l’a dit un jour :

« La liberté légitime est une action sans entrave selon notre volonté dans les limites tracées autour de nous par l’égalité des droits des autres. Je n’ajoute pas ‘dans les limites de la loi’ parce que la loi n’est souvent que la volonté du tyran, et toujours lorsqu’elle viole les droits de l’individu ».

Dans des pays comme l’Australie, qui prétendent valoriser les principes démocratiques occidentaux de liberté et de gouvernement par le peuple, la perception est que les droits civils sont codifiés dans le cadre juridique tout comme ils le sont aux États-Unis. Cependant, il existe des différences et des problèmes flagrants ; en particulier, les citoyens australiens (comme de nombreux citoyens européens) n’ont absolument aucun moyen de contraindre leur gouvernement ou les élites qui influencent leur gouvernement à se limiter. Ce sont ces nations, dans lesquelles les populations ont été pour la plupart désarmées et pacifiées, qui seront les premières à établir un programme de tyrannie. Mais nous y viendrons dans un instant…

Ne vous méprenez pas, il existe un programme très OUVERT et facilement identifiable de la part des mondialistes visant à établir un système d’État policier fortement centralisé dans tous les pays où ils sont en mesure de le faire. Ce n’est pas une « théorie du complot », c’est un fait de conspiration.

Depuis de nombreuses années maintenant, de nombreux analystes, économistes et experts géopolitiques des médias alternatifs ont prédit et mis en garde le public contre la stratégie mondialiste de « l’ordre à partir du chaos ». En d’autres termes, les courtiers en pouvoir ultra-riches qui exercent une influence sur la plupart des gouvernements de la planète cherchent à « remodeler » l’ordre social existant en créant des crises et des catastrophes. En provoquant le désespoir du public, ils espèrent nous inciter à accepter des restrictions de nos libertés que nous n’aurions jamais envisagées autrement.

L’objectif d’une économie mondiale et d’un gouvernement unique a été évoqué à maintes reprises par les élites, mais il est encore appelé aujourd’hui « théorie du complot » ou « illusion paranoïaque ». Je pourrais citer ces élites et leurs organisations toute la journée, mais je vais citer quelques déclarations de choix pour faire valoir mon point de vue.

Comme l’a écrit Strobe Talbot, ancien secrétaire d’État adjoint sous la présidence de Clinton et membre du Council on Foreign Relations, dans un article de Time Magazine en 1992 intitulé « America Abroad: The Birth Of The Global Nation » (L’Amérique à l’étranger : la naissance de la nation mondiale) :

« Au siècle prochain, les nations telles que nous les connaissons seront obsolètes ; tous les États reconnaîtront une autorité unique et mondiale. La souveraineté nationale n’était pas une si bonne idée après tout ».

Comme le souligne l’élitiste et socialiste de la société Fabienne HG Wells dans son traité non fictif intitulé « Le nouvel ordre mondial » :

« …Lorsque la lutte semble dériver définitivement vers une social-démocratie mondiale, il peut encore y avoir de très grands retards et de grandes déceptions avant qu’elle ne devienne un système mondial efficace et bénéfique. D’innombrables personnes … haïront le nouvel ordre mondial … et mourront en protestant contre lui. Lorsque nous tentons d’évaluer ses promesses, nous devons garder à l’esprit la détresse d’une génération ou plus de mécontents, dont beaucoup sont des personnes assez galantes et gracieuses ».

Et que dire d’une de mes citations révélatrices préférées, celle de Richard N. Gardner, membre de la Commission trilatérale, ancien sous-secrétaire d’État adjoint aux organisations internationales sous Kennedy et Johnson ? Il a écrit dans le numéro d’avril 1974 de la revue Foreign Affairs du Council on Foreign Relation (CFR) (p. 558) un article intitulé « The Hard Road To World Order » :

En bref, la « maison de l’ordre mondial » devra être construite de bas en haut plutôt que de haut en bas. Cela ressemblera à une grande « confusion bourdonnante », pour reprendre la célèbre description de la réalité de William James, mais une course contre la souveraineté nationale, l’érodant morceau par morceau, accomplira bien plus que l’assaut frontal à l’ancienne ».

Les membres de fondations et de groupes de réflexion mondialistes comme le CFR ont habité presque tous les bureaux du gouvernement américain et les cabinets présidentiels au cours des dernières décennies. Cela inclut la vingtaine de membres du CFR dans le cabinet de Donald Trump. Drainage du marais ? Cela n’arrivera pas.

Comme le magazine Harpers l’a franchement révélé dans un article de 1958 intitulé « School For Statesmen » :

« La clique la plus puissante de ces groupes (CFR) a un objectif commun, ils veulent provoquer l’abandon de la souveraineté et de l’indépendance nationale des États-Unis. Ils veulent mettre fin aux frontières nationales et aux loyautés raciales et ethniques, soi-disant pour accroître les affaires et assurer la paix mondiale. Ce à quoi ils aspirent conduirait inévitablement à la dictature et à la perte des libertés par le peuple. Le CFR a été fondé « dans le but de promouvoir le désarmement et la submersion de la souveraineté et de l’indépendance nationale des États-Unis dans un gouvernement mondial unique et tout puissant ».

La méthode la plus facile pour les mondialistes d’obtenir ce qu’ils disent ouvertement vouloir est soit de conjurer une crise, soit d’exploiter une crise existante afin d’ »éroder la souveraineté ». La pandémie actuelle correspond parfaitement à ce plan, mais avant de pouvoir éliminer la souveraineté au niveau national, ils doivent d’abord saper la souveraineté au niveau individuel.

Les actions menées aux États-Unis et dans les pays alliés aux États-Unis laissent penser qu’une attaque accélérée contre les libertés individuelles est à portée de main.

Il existe des fondations sœurs du CFR dans de nombreux autres pays. En Australie, par exemple, il y a le Strategic Policy Institute, très bien implanté et très influent, qui n’a cessé de plaider en faveur d’une centralisation complète du pouvoir gouvernemental à la suite de la pandémie de coronavirus. Leur plan déclaré est de concentrer l’administration des politiques dans les mains d’une nouvelle « commission » ou « département » composé des « esprits les plus brillants ». Cette commission ne serait pas chargée de ramener l’Australie à la normale, mais de convaincre le public d’ACCEPTER la « nouvelle normalité » à la suite de la pandémie.

L’ASPI annonce avec enthousiasme cette idée dans un article intitulé « Coronavirus Response A Chance To Reimagine Future For Australia » (« La réponse au coronavirus : une chance de redéfinir l’avenir de l’Australie ») :

« L’agenda d’un tel ministère ne consiste pas à ramener l’Australie à la normale après la pandémie. Il s’agit de redéfinir ce que l’Australie peut être et comment nous pouvons prospérer dans notre avenir au-delà du coronavirus et à la lumière de la sécheresse, des feux de brousse et du changement climatique. Pensez au type de nouvelle économie que nous pouvons avoir après l’adoption forcée et rapide du travail à domicile et de la scolarité dispersés grâce aux moyens numériques. Nous pouvons être la première économie numérique que le Premier ministre souhaitait avant la pandémie, non pas d’ici 2030 mais bien plus tôt ».

Cela me rappelle immédiatement les efforts déployés après le 11 septembre pour supprimer rapidement les protections constitutionnelles alors que le public était aveuglé par la peur et la confusion. Comme le dirait le mondialiste américain Rahm Emanuel :

« On ne veut jamais qu’une crise grave soit gâchée. Et ce que j’entends par là, c’est une opportunité de faire des choses que vous pensez ne pas pouvoir faire auparavant ».

L’ASPI révèle le véritable programme, qui est la fédéralisation complète et l’application unilatérale de la loi sans l’approbation du public. Le plan est de le faire en exploitant au maximum le potentiel de la pandémie et en appliquant ensuite les changements sociétaux rapides dans la structure gouvernementale. Ces changements seront ensuite poursuivis longtemps après la disparition du coronavirus au nom de l’économie, des programmes sociaux et du soi-disant « réchauffement climatique ». La réponse à la pandémie n’est qu’un moyen pour atteindre une fin, et la finalité est la domination totale de la population.

Je me concentre sur l’Australie et les régions environnantes en particulier, car c’est là que les mondialistes semblent appliquer en premier lieu des politiques technocratiques. Ou, à tout le moins, ils testent leur stratégie et utilisent les Australiens comme cobayes. Lorsque l’ASPI affirme qu’ils prévoient de maintenir les changements de la pandémie en place bien après la disparition du virus, ils ne parlent pas seulement de passer à une économie numérique.

En ce moment même, l’Australie et la Nouvelle-Zélande imposent à leurs citoyens les mesures peut-être les plus draconiennes jamais prises dans le monde occidental. Il s’agit de politiques que les élites veulent introduire partout, mais elles sont en plein essor en Australie, et la situation ne fait qu’empirer.

Dans diverses régions d’Australie, des mesures de lutte de « niveau 4 » ont été mises en place pour au moins les six prochaines semaines, notamment des couvre-feux, des politiques strictes en matière de masques, y compris l’obligation de porter des masques à l’EXTERIEUR (contrairement à tout ce que la science et la virologie disent sur la faible possibilité de transmission en plein soleil et en plein air), les résidents ne sont pas autorisés à voyager à plus de 5 km de leur domicile et une seule personne d’un ménage est autorisée à partir à tout moment. Les citoyens qui enfreignent ces règles sont passibles d’une amende de 10 000 dollars ou d’une arrestation. Et oui, des personnes sont arrêtées simplement parce qu’elles ne portent pas de masque ou parce qu’elles sont trop loin de chez elles.

En Nouvelle-Zélande, la situation est devenue extrêmement sinistre et je pense qu’elle devrait être considérée comme un avertissement aux Américains, en particulier en ce qui concerne notre avenir potentiel si nous permettons que le discours sur la « sécurité de la santé publique » soit transformé en un véhicule de tyrannie.

Alors que l’Australie a utilisé des installations de quarantaine pour obliger les personnes considérées à haut risque à s’isoler, les camps de quarantaine de la Nouvelle-Zélande sont maintenant entièrement sous le contrôle des militaires, et TOUS les citoyens dont le test est positif ou qui sont soupçonnés d’avoir contracté le Covid peuvent être séparés de leur famille et placés dans les camps, qui sont des hôtels transformés en prisons.

C’est l’effacement complet des libertés individuelles, tout cela en raison d’une augmentation des cas qui s’est élevée à seulement 525 morts en Australie et 22 morts en Nouvelle-Zélande.

Je pense que la raison pour laquelle l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont été les premières visées par ce niveau de restrictions est qu’elles ont été presque entièrement désarmées et qu’elles n’ont aucun moyen de se défendre contre les excès du gouvernement. Cela dit, je vois des signes que des mesures similaires seront également tentées aux États-Unis. Dans des États comme New York, il existe des programmes de faible envergure visant à mettre en place des points de contrôle pour le Covid pour arrêter et contrôler les véhicules entrant dans l’État. C’est là que commencent les restrictions plus lourdes.

Tout d’abord, des points de contrôle seront mis en place pour empêcher les personnes infectées d’entrer dans un État ou une ville. Ensuite, ces mêmes points de contrôle seront utilisés pour empêcher les gens de quitter un État ou une ville. Ensuite, des points de contrôle seront mis en place au hasard pour tester les personnes pour la fièvre ou les symptômes de maladie. Si on les laisse continuer, la progression naturelle des points de contrôle est de terrifier la population et de l’empêcher de voyager pour quelque raison que ce soit. Comme en Australie et en Nouvelle-Zélande, les gens seront effectivement emprisonnés chez eux. À ce stade, il sera plus facile de faire adopter des lois ou des décrets punissant les personnes qui quittent leur domicile ; de toute façon, elles se seront déjà habituées à être piégées chez elles.

En outre, les élites et les mondialistes américains réclament des mesures de confinement sévères pendant au moins six semaines, à l’instar des mesures d’enfermement de niveau 4 en Australie. Neel Kashkari, membre de la Réserve fédérale, a récemment affirmé que les Américains économisent davantage et qu’ils devraient donc être soumis à un verrouillage strict « parce qu’ils peuvent se le permettre ».

La Virginie prévoit de rendre obligatoire la vaccination contre le Covid, même si les vaccins contre des virus comme le SRAS se sont avérés impossibles à mettre au point dans le passé, et que les vaccins précipités ont pour habitude de nuire ou de tuer les gens plutôt que de les protéger. Mettez de côté la question selon laquelle il est immoral de donner au gouvernement le pouvoir de forcer les citoyens à s’injecter quoi que ce soit dans leur corps.

Quelle est la prochaine étape ? Des camps pour les gens infectés par le Covid ? Eh bien, oui, à moins que les Américains ne prennent une position ferme. Les grands médias suggèrent cette stratégie depuis des mois. Le Washington Post a applaudi l’utilisation de camps d’isolement forcé dans d’autres pays et se demande pourquoi les États-Unis ne les ont pas encore utilisés au-delà des ports pour les voyageurs étrangers ? La raison est la suivante : Beaucoup d’Américains n’accepteront pas de telles mesures et utiliseront la force en nature contre quiconque tentera de les enfermer à cause d’un virus qui représente une menace modérée, tout au plus pour un petit pourcentage de la population.

Cela dit, ne supposez pas que l’establishment ne va pas finir par essayer ici. Ils le feront. Soyez prêts quand ils le feront. Regardez les actions menées dans des endroits comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande et demandez-vous si je suis prêt à les suivre. Et si oui, pour combien de temps ? Parce que les mondialistes veulent que ces restrictions deviennent la « nouvelle normalité ». Ils veulent que ce cauchemar dure pour toujours.

Traduction de Alt-Market.com par Aube Digitale

Victoria, Australie : Le régime propose de prolonger l’état d’urgence pour une année supplémentaire

Des groupes juridiques ont mis en garde contre le projet de Victoria de prolonger l’état d’urgence de 12 mois, arguant que pour se conformer aux obligations en matière de droits de l’homme, le Parlement devrait privilégier « l’option la plus limitée possible » lors de l’octroi de pouvoirs extraordinaires.

La loi victorienne permet actuellement au gouvernement de déclarer un état d’urgence pour quatre semaines à la fois et de prolonger cette déclaration jusqu’à six mois.

Le gouvernement de l’État a déclaré l’état d’urgence en raison de la pandémie de coronavirus le 16 mars et l’a renouvelé six fois par tranches de quatre semaines.

La déclaration actuelle de l’état d’urgence expire le 13 septembre, soit trois jours avant l’expiration du délai de six mois.

Lundi, le Premier ministre, Daniel Andrews, a déclaré qu’il demanderait au Parlement de prolonger la période autorisée pour l’état d’urgence à 12 mois, puis de la renouveler, ce qui permettrait à Victoria de rester en état d’urgence jusqu’en septembre prochain.

Par ailleurs, il a indiqué que la grande finale de l’AFL se tiendrait pour la première fois en dehors de Melbourne.

En effet, l’État de Victoria a signalé 15 décès et 116 nouveaux cas de Covid, soit la plus faible augmentation quotidienne du nombre de cas en sept semaines. À ce jour, 517 personnes sont mortes en Australie après avoir été testées positives au Covid-19, dont plus de 400 lors de la deuxième vague dans l’État de Victoria.

La Nouvelle-Galles du Sud a signalé trois nouveaux cas, deux en quarantaine dans des hôtels et une personne qui était un contact proche d’un cas déjà identifié. De plus, un agent de sécurité de la quarantaine d’un hôtel qui a été testé positif au Covid-19 la semaine dernière a été condamné à deux amendes pour avoir prétendument enfreint les règles d’auto-isolement. Un cas a été signalé dans le Queensland.

La déclaration de l’état d’urgence, faite en vertu de la loi de 2008 sur la santé publique et le bien-être du Victoria, permet au responsable de la santé publique d’émettre des directives de santé publique exécutoires – comme les ordres de rester chez soi, les règles concernant les rassemblements de masse, l’obligation pour les personnes atteintes du virus de s’isoler et l’obligation de porter un masque.

L’obligation pour les voyageurs internationaux de s’isoler pendant 14 jours est également appliquée dans le cadre des pouvoirs d’état d’urgence.

« Nous ne pouvons tout simplement pas avoir ces règles importantes et le cadre juridique qui les sous-tend, nous ne pouvons pas avoir cette fin le 13 septembre car cela n’aura pas pris fin le 13 septembre », a déclaré M. Andrews aux journalistes.

M. Andrews a déclaré qu’il ne s’agissait « pas d’une prolongation illimitée » et que le gouvernement continuerait à devoir appliquer l’ordonnance par blocs de quatre semaines. Mais il a ajouté que si un vaccin n’est pas trouvé d’ici septembre 2021, il faudra peut-être le prolonger à nouveau.

« S’il y a un vaccin avant cette date, ou si les circonstances changent radicalement, vous ajusterez toujours vos règles en fonction de cela », a-t-il déclaré. « Mais je pense que nous devons accepter le fait que cela nous concerne depuis longtemps, sous une forme ou une autre ».

[…]

Anthony Kelly, du Police Accountability Project, a déclaré qu’il avait vu « trop d’incidents de police discriminatoire », y compris le confinement total de neuf tours de logements publics, pour être à l’aise avec une prolongation de 12 mois. « Tant que le gouvernement ne sera pas en mesure de garantir une réponse à la crise qui soit véritablement respectueuse et axée sur la santé, et qui soit pleinement conforme aux normes internationales en matière de droits de l’homme, les prolongations à court terme seront plus sûres pour nous tous », a-t-il déclaré.

[…]

La ministre de la santé, Jenny Mikakos, a déclaré que le gouvernement du Victoria commencerait à publier des données publiques sur les lieux des épidémies de coronavirus et à nommer les « lieux à haut risque », plutôt que de se contenter de chiffres généraux sur le nombre de cas actifs par zone de gouvernement local. Cela permettra au Victoria de s’aligner sur les autres États qui, depuis des mois, répertorient publiquement les lieux visités par les cas actifs de Covid-19.

« Par exemple, les gens pourront chercher et voir si un cas connu s’est produit dans le centre commercial local, le café local, le lieu de travail ou un autre endroit », a déclaré M. Mikakos.

Traduction de The Guardian par Aube Digitale

« LA LIBERTÉ CONSISTE MOINS À FAIRE SA VOLONTÉ QU’À N’ÊTRE PAS SOUMIS À CELLE D’AUTRUI »

On a beau vouloir confondre l’indépendance et la liberté. Ces deux choses sont si différentes que même elles s’excluent mutuellement. Quand chacun fait ce qu’il lui plaît, on fait souvent ce qui déplaît à d’autres, et cela ne s’appelle pas un état libre. La liberté consiste moins à faire sa volonté qu’à n’être pas soumis à celle d’autrui ; elle consiste encore à ne pas soumettre la volonté d’autrui à la nôtre. […]

 

Il y a peu d’hommes d’un cœur assez sain pour savoir aimer la liberté. Tous veulent commander ; à ce prix, nul ne craint d’obéir. […] Je ne connais de volonté vraiment libre que celle à laquelle nul n’a droit d’opposer de la résistance ; dans la liberté commune, nul n’a droit de faire ce que la liberté d’un autre lui interdit, et la vraie liberté n’est jamais destructive d’elle-même. Ainsi la liberté sans la justice est une véritable contradiction ; car, comme qu’on s’y prenne, tout gêne dans l’exécution d’une volonté désordonnée.

 

Il n’y a donc point de liberté sans Lois, ni où quelqu’un est au-dessus des Lois : dans l’état même de nature l’homme n’est libre qu’à la faveur de la Loi naturelle qui commande à tous. Un peuple libre obéit, mais il ne sert pas ; il a des chefs, et non pas des maîtres ; il obéit aux Lois, mais il n’obéit qu’aux Lois, et c’est par la force des Lois qu’il n’obéit pas aux hommes. [..] Un peuple est libre, quelque forme qu’ait son Gouvernement, quand, dans celui qui le gouverne, il ne voit point l’homme, mais l’organe de la Loi. En un mot, la liberté suit toujours le sort des Lois, elle règne ou périt avec elles ; je ne sache rien de plus certain.

Jean-Jacques Rousseau – Lettres écrites de la Montagne (1764)

EN BANDE SON :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s