REBLOG

Trump envisagerait d’accuser la Chine de « génocide » pour le traitement des Ouïghours

Alors que l’administration Trump s’efforce de maintenir le flux de titres agressifs sur la Chine dans les médias sociaux, Politico a rapporté mardi que l’administration pesait la possibilité de qualifier de « génocide » le traitement de la minorité musulmane ouïghoure par Pékin.

Bien sûr, pour que cette étiquette ait un réel pouvoir ou un effet, il faudrait qu’elle soit soutenue par le Conseil de sécurité de l’ONU. Et comme la Chine dispose d’un siège permanent et d’un droit de veto, les chances que cela se produise un jour aux Nations unies sont pratiquement nulles.

Pourtant, cette histoire – qui suscitera presque certainement une réprimande de la part de Pékin et/ou de la presse contrôlée par l’État – trace également d’autres alternatives plus probables qui soulignent le fait que l’administration du Trump prend très au sérieux la question des violations des droits de l’homme des Ouïghours par un régime qui n’a pas de comptes à rendre.

Le contraste est évident : Trump se bat pour préserver le statut de l’Amérique en tant que bastion de la liberté aux yeux du monde, tandis que des étudiants blancs travaillent avec des criminels et d’autres « radicaux » malavisés pour saper l’ordre et la confiance dans les États-Unis, en faisant valoir que l’élection de Trump était un tel « affront à la démocratie », que rien de ce qu’il dit ou fait ne fait de différence.

Via Politico :

Les Etats-Unis sont en train de peser le pour et le contre en qualifiant officiellement de « génocide » la répression brutale de la Chine contre la minorité ethnique musulmane des Ouïghours, ont déclaré deux responsables de l’administration Trump.

Les militants et les législateurs ont fait pression pour que le génocide soit désigné ces derniers mois, mais le simple fait d’envisager cette possibilité par le gouvernement américain pourrait nuire davantage aux liens très ténus entre Pékin et Washington. Cette décision intervient également dans le contexte de la campagne présidentielle de 2020, au cours de laquelle les deux parties se sont affrontées pour savoir quel candidat serait le plus sévère envers la Chine. Un porte-parole de Joe Biden a fait remarquer que l’ancien vice-président soutient l’étiquette – un facteur qui pourrait influencer les calculs du président Donald Trump.

La discussion, qui impliquerait plusieurs départements de l’exécutif ainsi que le Comité national de sécurité et la Maison Blanche, en serait encore à ses « débuts ».

Les discussions de l’administration interne en sont encore à leurs débuts, impliquant des fonctionnaires de niveau opérationnel du Département d’État, du Conseil national de sécurité et du Département de la sécurité intérieure, selon les fonctionnaires de l’administration qui se sont entretenus avec la POLITIQUE sous le couvert de l’anonymat. S’il n’y a pas suffisamment de consensus pour utiliser le terme de génocide, l’administration pourrait plutôt accuser les dirigeants chinois d’autres atrocités, telles que des « crimes contre l’humanité » ou de « nettoyage ethnique ».

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Robert O’Brien, a accusé les dirigeants communistes chinois de diriger des « camps de concentration » pour les Ouïghours dans le Xinjiang, une province du nord-ouest qui abrite des millions de Ouïghours. Un membre d’un groupe d’experts des Nations unies sur les droits de l’homme a déclaré en 2018 que la Chine avait « transformé la région autonome ouïghoure en quelque chose qui ressemble à un camp d’internement massif », où les gens sont détenus sans accusation et n’ont que peu de recours pour obtenir une représentation légale afin d’être libérés. Plus d’un million de Ouïghours seraient détenus dans de tels établissements.

Les groupes de défense des droits des Ouïghours ont accusé le gouvernement chinois de torturer de nombreux Ouïghours, de forcer les femmes ouïghoures à se faire avorter et à être stérilisées, de mal nourrir certains détenus et d’essayer d’effacer leur culture ethnique distincte, notamment en forçant nombre d’entre eux à dénoncer l’islam et à scander des slogans du parti communiste. Pékin utilise également une technologie de surveillance extensive pour traquer les Ouïghours.

Les déclarations de génocide sont rares, délicates sur le plan juridique et très sensibles sur le plan politique. Les responsables américains ont parfois essayé d’éviter de telles déclarations dans le passé, notamment parce que, en théorie, le droit international obligerait les États-Unis à intervenir d’une manière ou d’une autre – mais pas nécessairement de manière militaire.

Étant donné que Politico n’est pas un lieu fréquent de révélation de la part de l’administration, il est possible que celui qui a divulgué cette histoire ait une dent contre le secrétaire d’État Mike Pompeo. Il s’agit peut-être d’un bureaucrate en croisade, frustré par l’approche de realpolitik du secrétaire d’État.

Le porte-parole du Comité national de sécurité, John Ullyot, n’a pas non plus abordé la question du génocide, mais l’a dit dans une déclaration : « Les atrocités commises par le Parti communiste chinois comprennent également la plus grande incarcération d’une minorité ethnique depuis la Seconde Guerre mondiale. Là où l’administration précédente et de nombreux autres dirigeants mondiaux ont prononcé des discours et des discours creux, le président Trump a pris des mesures audacieuses ». Un porte-parole du DHS a refusé de commenter.

Le terme « nettoyage ethnique » ne figure pas dans le droit international, il est donc en fait dénué de sens. Mais les États-Unis l’ont utilisé pour dénoncer la violence ethnique dans le passé. Par exemple, la Maison Blanche de Trump l’a déjà utilisée pour dénoncer la persécution des musulmans rohingyas au Myanmar par le gouvernement dirigé par la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi. Apparemment, le secrétaire d’État Mike Pompeo a repoussé l’idée de qualifier la persécution des Rohingyas de génocide de peur que cela ne rapproche le Myanmar de Pékin.

Mais même Politico a du mal à concilier le soutien indéfectible de Trump aux Ouïghours, un groupe minoritaire musulman dans une région qui n’est pas étrangère à la terreur, avec les allégations d’ »islamophobie » fréquemment formulées à l’encontre de Trump et de son administration.

Il n’est pas surprenant que cette histoire n’ait pas été reprise par CNN, ni par aucun autre organe de presse.

Source : Trump envisagerait d’accuser la Chine de « génocide » pour le traitement des Ouïghours

Catégories :REBLOG

3 réponses »

  1. Le vrai génocide est celui des Indiens d’Amérique! Par contre toutes ces histoires de camp de concentration sont des mensonges. La Chine fait tout ce qu’elle peut pour développer la région et donner une vie confortable aux Ouïgours. Mais c’est vrai que de nombreux Ouïgours ont rejoint les rangs de Daesh en Syrie! Et il y a eu des attentats sanglants en Chine perpétrés par les islamistes du Xinjiang!!!

    J'aime

  2. Ce serait presque comique, mais la situation mondiale et celle des US ne prêtent pas vraiment à rire, d’entendre les USA accuser d’autres pays de génocide ! Ils ont tués tant de monde de par la terre avec un tel cynisme et sans se cacher ! Honte à eux les pires cannibales de leurs frères humains.

    J'aime

  3. Pourquoi les US n’ont ils pas eu la même réaction pour le cas du Tibet ! Tout ça est tellement artificiel ! Et la catastrophe de la guerre d’Irak, oserait-on même faire une remarque aux Us ?!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s