REBLOG

Elections US : Facebook censure ses débats internes alors que de plus en plus d’employés démissionnent en guise de protestation / Facebook a censuré une pub sur Biden concernant son augmentation des impôts malgré le fait qu’un factchecker ait contredit sa propre évaluation “majoritairement fausse”

Facebook censure ses débats internes alors que de plus en plus d’employés démissionnent en guise de protestation

Après qu’une poignée d’employés ont démissionné pour pouvoir parler du manque de justice sociale et de “woke-ness” en interne sur Facebook, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a finalement décidé de la manière dont il allait gérer ce qui a été décrit comme une rébellion.

La montée du sentiment hostile envers le dirigeant au sein de l’entreprise a probablement été provoquée par des accusations, diffusées par la presse grand public, concernant le rôle présumé de Facebook dans la diffusion de la désinformation “russe” pour aider à influencer l’élection du président Trump, un récit que le New Yorker – une publication presque vénérée par les intellectuels américains – a discrètement admis avoir été de la c***erie il y a quelques jours à peine.

Bien que Facebook, comme d’autres entreprises de médias sociaux, se soit attaqué aux conservateurs, il est évident que les voix conservatrices ont plus de place sur la plateforme de l’entreprise. Ce n’est pas faux, c’est simplement en accord avec les principes américains sur la liberté de la presse.

Zuckerberg a fait preuve d’une étonnante détermination dans le traitement de ces accusations, jusqu’à ce qu’il cède finalement, récemment, en ordonnant une “interdiction” si inefficace – et presque humoristique – des nouvelles publicités politiques pendant la dernière semaine de la campagne présidentielle Américaine.

Et maintenant, l’entreprise a informé les employés, dans une note de service qui a également été rapidement divulguée à la presse, qu’elle a décidé d’une nouvelle stratégie pour traiter les dissidences internes. Car si les États-Unis sont régis par la Constitution, à l’intérieur de Facebook, c’est Zuckerberg qui mène la danse. Et il a décidé de faire taire toute discussion sur des sujets “sensibles” avec le système de messagerie interne de l’entreprise, a rapporté CNBC.

Ironiquement, Zuckerberg aurait décrit ces nouvelles règles, qui identifieront explicitement où les conversations sur certains sujets peuvent être tenues, comme donnant plus de liberté aux employés de l’entreprise, et non moins. Facebook présente cette mesure comme donnant aux employés “l’option” de participer à certains débats, plutôt que de les laisser alimenter leurs discussions.

Même lorsque ces conversations ont lieu, elles seront “soigneusement surveillées”.

“Nous accordons une grande importance à la liberté d’expression et aux discussions ouvertes. Ce que nous avons entendu de la part de nos employés, c’est qu’ils veulent avoir la possibilité de se joindre à des débats sur des questions sociales et politiques plutôt que de les voir inopinément dans leur flux de travail”, a déclaré le porte-parole de Facebook, Joe Osborne, à CNBC. “Nous mettons à jour nos politiques et nos outils de travail pour nous assurer que notre culture reste respectueuse et inclusive”.

A partir de maintenant, les conversations dites “tendues” – comme Zuckerberg lui-même les a décrites – n’auront plus lieu sur Facebook. Les employés n’auront donc plus de raison de se mettre en colère.

Parce que c’est comme ça que nous faisons les choses dans l’Amérique contemporaine.

La nouvelle arrive au moment où Businessweek de Bloomberg a publié un profil de Zuckerberg, qui reproche à Facebook de diffuser de la “désinformation”.

Facebook a censuré une pub sur Biden concernant son augmentation des impôts malgré le fait qu’un factchecker ait contredit sa propre évaluation “majoritairement fausse”

Facebook a censuré une publicité pro-Trump malgré le fait que PolitiFact, qui vérifie les faits, contredise sa propre évaluation “majoritairement fausse” avec une logique de bretzel.

Comme l’a dit John Bickley du Daily Wire, la publicité lancée le 4 août a reçu une note “majoritairement fausse” de la part de l’enquêteur partisan, et a ensuite été interdite par Facebook.

L’annonce cite directement Biden déclarant : “Si vous m’élisez, vos impôts vont être augmentés, pas réduits”, et prévient que son plan va augmenter les impôts “sur toutes les catégories de revenus”. –Daily Wire

Regardez l’annonce :

PolitiFact se donne ensuite beaucoup de mal pour discréditer la publicité – la qualifiant de “majoritairement fausse” parce que le PAC (Comité d’action politique) qui l’a produite, America First, “manquait de contexte” et donnait une “mauvaise impression” de ce que Biden voulait dire.

Le “fact-checker” a ensuite inséré sa propre logique, affirmant que seuls les “plus gros revenus” seraient plus durement touchés par le plan de Biden, tandis que les augmentations sur les groupes à faible revenu “seraient relativement faibles”.

Sauf que PolitiFact l’admet : “Certains experts fiscaux estiment que le plan de Biden entraînerait une augmentation moyenne des impôts pour toutes les catégories de revenus“.

En d’autres termes, Biden a littéralement dit à un public que ses impôts allaient augmenter – ce que “certains experts fiscaux” ont confirmé, mais PolitiFact a pris sur lui de “clarifier” – et Facebook a interdit la publicité ci-dessus à ce sujet.

Plus via le Daily Wire :

* * *

En d’autres termes, PolitiFact utilise un point de vue démocrate sur le fait que les riches paient plus pour tenter de détourner l’attention du fait que la prétention de la publicité est en fait vraie.

Voici comment débute la vérification des faits (c’est nous qui soulignons) :

Une nouvelle publicité d’un super PAC pro-Trump utilise des images hors contexte de Joe Biden pour affirmer que l’ancien vice-président veut augmenter les impôts pour tous les Américains.

Des versions de l’annonce d’America First Action ont commencé à être diffusées le 4 août sur Facebook et sur des écrans de télévision dans le Wisconsin et en Caroline du Nord. Elles se concentrent en grande partie sur un commentaire que Biden a fait en réponse à un électeur lors d’un arrêt de campagne en Caroline du Sud en février.

Mais la publicité d’America First Action présente cette remarque hors contexte. Et si certains experts fiscaux estiment que le plan de M. Biden entraînerait une augmentation moyenne des impôts pour toutes les catégories de revenus, ces augmentations seraient relativement faibles pour tous, sauf pour les plus gros revenus.

Dans sa tentative de faire valoir que la publicité est “en grande partie fausse”, PolitiFact cite spécifiquement un “responsable de la campagne de Biden” comme preuve supposée de l’intention du démocrate :

L’échange complet montre que Biden disait que son plan augmenterait les impôts des personnes qui, selon ses propres termes, “bénéficiaient” de la loi de 2017 sur les réductions d’impôts et l’emploi du Parti Républicain. Un responsable de la campagne de M. Biden a déclaré que les riches – pas tous les Américains – ne bénéficieraient pas de son plan.

L’image que donne la publicité de l’échange laisse une impression différente.

La vérification des faits se poursuit en mettant en avant un argument tout aussi peu convaincant contre l’inclusion dans la publicité de l’avertissement de M. Biden selon lequel ses augmentations d’impôts pourraient “grimper en flèche”. La citation suivante de Biden est censée prouver que cette information est “en grande partie fausse” :

“Nous devrions faire payer aux gens le même taux d’imposition sur les plus-values que leur taux d’imposition”, a déclaré M. Biden. “Et je pense que nous devrions augmenter le taux d’imposition pour, par exemple, le ramener au niveau où il était avant qu’il ne soit réduit. Il pourrait être plus élevé”.

* * *

Lisez le reste du rapport ici.

Citation de Julian Assange : « Quelles sont les différences entre Mark Zuckerberg et moi ? Regardons. Je vous donne des informations privées sur les grandes entreprises gratuitement. Et c’est moi le méchant. Mark Zuckerberg donne vos informations privées à ces grandes entreprises en échange d’argent et il est l’Homme de l’Année. »

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s