REBLOG

USA : Un enquêteur du DoJ spécialisé dans les fraudes électorales démissionne après l’autorisation de l’enquête par le procureur général William Barr/ La GSA déclare à la campagne de Biden : Pas de transfert de pouvoir tant qu’un “vainqueur clair et constitutionnel” reste à déterminer

Un enquêteur du DoJ spécialisé dans les fraudes électorales démissionne après l’autorisation de l’enquête par le procureur général William Barr

PAR ASR · 10 NOVEMBRE 2020

En réponse à la décision de M. Barr, le NYTimes rapporte que Richard Pilger – qui supervise les enquêtes sur la fraude électorale – a démissionné :

« Après m’être familiarisé avec la nouvelle politique et ses ramifications… Je dois à regret démissionner de mon rôle de directeur de la direction des crimes électoraux. »

N’est-il pas étrange que lorsqu’on lui demande d’enquêter sur la fraude électorale, le monsieur qui est chargé de cette enquête choisisse de démissionner plutôt que de faire son put*** de travail ?

C’est peut-être son implication présumée dans la débâcle des groupes Tea Party qui a déclenché cette démission?

* * *

À l’heure où de nombreux procès ont été intentés pour contester le résultat de l’élection présidentielle, et où d’éminents républicains comme Mitch McConnell ont finalement soutenu l’affirmation de Trump selon laquelle l’élection était truquée, tard dans la journée de lundi, le procureur général William Barr a autorisé le ministère de la Justice à lancer une enquête sur des « allégations substantielles » de fraude électorale lors de l’élection de 2020, a d’abord rapporté l’AP.

Dans une lettre adressée aux avocats américains de tout le pays, Barr a déclaré qu’ils pourraient mener des enquêtes « s’il y a des allégations claires et apparemment crédibles d’irrégularités qui, si elles sont vraies, pourraient potentiellement avoir un impact sur le résultat d’une élection fédérale dans un état individuel ».

Cliquez pour agrandir

Selon le Washington Times, il s’agit d’une démarche inhabituelle, puisque la politique du ministère de la Justice interdit toute action susceptible d’influencer le résultat d’une élection jusqu’à ce que le vote soit officiellement certifié. Mais le ministère de la justice est chargé de garantir l’intégrité des élections fédérales.

Le mémo de M. Barr intervient quelques jours après que le président présumé élu Joseph R. Biden ait été déclaré vainqueur par plusieurs médias de l’élection présidentielle de 2020. Le président Trump n’a pas cédé et a lancé plusieurs actions en justice pour contester les résultats dans les États où les marges de vote sont très minces. En accordant aux procureurs le pouvoir de poursuivre de telles affaires, les avocats américains de tout le pays pourraient donner à M. Trump plus de munitions pour son procès.

L’action du DOJ, que de nombreux républicains diront qu’elle est attendue depuis longtemps, intervient après que les républicains aient, ces derniers jours, mis la pression sur Barr pour qu’il prenne des mesures en réponse aux allégations de fraude électorale. Plus tôt dans la journée de lundi, M. Barr aurait rencontré M. McConnell.

Vendredi, près de 40 membres républicains du Congrès ont envoyé une lettre à William Barr lui demandant de faire toute la lumière sur les allégations de fraude électorale.

« Que faites-vous pour assurer l’intégrité du processus de vote et de dépouillement en ce moment ? », ont demandé les républicains à M. Barr dans leur lettre. Les législateurs ont également demandé au procureur général de s’engager à « utiliser toutes les ressources » à sa disposition pour garantir que seuls les votes légaux soient comptés « de manière totalement transparente ».

La semaine dernière également, le parti républicain du Nevada a envoyé une saisine pénale au ministère de la justice, affirmant avoir reçu des rapports faisant état d’au moins 3 062 cas de fraude électorale dans l’État du champ de bataille.

« Nous nous attendons à ce que ce nombre augmente de manière substantielle », a déclaré le parti dans un tweet. « Des milliers d’individus ont été identifiés qui semblent avoir violé la loi en déposant des bulletins de vote après avoir quitté le NV. »

La campagne Trump a intenté des procès dans plusieurs États clés du champ de bataille que Biden a gagnés, demandant aux juges locaux d’invalider ou d’arrêter de compter les bulletins de vote par correspondance, dont un nombre record a été déposé cette année dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

Plus tôt dans la journée, plusieurs républicains éminents ont soutenu les allégations de fraude électorale de M. Trump ou son droit de contester le décompte, notamment le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell : « De toute évidence, aucun État n’a encore certifié ses résultats électoraux. Nous avons au moins un ou deux États qui sont déjà en voie de recomptage et je pense que le président pourrait avoir des contestations judiciaires en cours dans au moins cinq États », a déclaré M. McConnell lors d’un discours lundi.

L’administration Trump a également accusé les responsables locaux des élections de ne pas permettre à leurs représentants de surveiller le décompte des voix et de prétendre que des votes illégaux ont été exprimés dans des États tels que le Michigan, le Nevada et la Pennsylvanie.

« Vous ne prenez pas ces positions parce que vous voulez une élection honnête », a déclaré l’attachée de presse de la Maison Blanche Kayleigh McEnany lors d’une conférence de presse lundi. « Ce que nous demandons en ce moment, c’est de la patience alors que nous explorons ces demandes de protection égale parmi d’autres. »

Pour rappel, les États ont jusqu’au 8 décembre pour résoudre les questions électorales, y compris les recomptages et les batailles juridiques. Les membres du Collège électoral se réunissent le 14 décembre pour finaliser les résultats.

Un enquêteur du DoJ spécialisé dans les fraudes électorales démissionne après l’autorisation de l’enquête par le procureur général William Barr

La GSA déclare à la campagne de Biden : Pas de transfert de pouvoir tant qu’un “vainqueur clair et constitutionnel” reste à déterminer

Alors que la campagne de Joe Biden tente de faire pression sur l’Administration des services généraux (GSA) pour qu’elle approuve un transfert de pouvoir, l’agence a déclaré qu’elle n’avait pas fait d’évaluation de la situation.

“Une constatation n’a pas encore été faite. La GSA et son administrateur continueront à se conformer et à remplir toutes les exigences de la loi”, a déclaré un porte-parole de la GSA à Epoch Times lundi matin.

L’agence a déclaré que l’administratrice de la GSA, Emily Murphy, n’initiera la transition que lorsqu’un “vainqueur clair sera désigné sur la base du processus établi dans la Constitution”.

 

“La vérification de l’administratrice est faite dans le but de rendre disponibles les services prévus par la [Loi sur la transition présidentielle]”, a ajouté le porte-parole.

“Jusqu’à ce qu’une vérification soit faite, la loi permet à l’équipe de transition Biden de continuer à recevoir les services préélectoraux du gouvernement (par exemple, des bureaux limités, des ordinateurs, des enquêtes de fond pour les habilitations de sécurité). La GSA a satisfait à toutes les exigences légales de l’APT pour ce cycle électoral et continuera à le faire”.

Un certain nombre de médias ont projeté que Biden, un démocrate, était le vainqueur, bien que l’équipe de Trump ait intenté des poursuites dans les principaux États du champ de bataille, alléguant des irrégularités et des fraudes électorales. Et dans d’autres, le décompte des votes est toujours en cours.

Epoch Times ne déclarera pas un vainqueur de l’élection présidentielle de 2020 tant que tous les résultats n’auront pas été certifiés et que les éventuelles contestations judiciaires n’auront pas été résolues. Les deux candidats ont revendiqué la victoire dans certains États, mais il semble de plus en plus probable que cette élection sera résolue devant les tribunaux.

Le bâtiment du siège de l’Administration des services généraux (GSA) à Washington le 21 novembre 2016. (Saul Loeb/AFP/Getty Images)

La campagne de Trump a également incité à des recomptages et à des enquêtes dans plusieurs États comme le Wisconsin et la Géorgie. L’équipe de Trump a déclaré qu’elle fournirait davantage de preuves et annoncerait d’autres poursuites.

Selon Reuters, si la GSA approuvait le plan de transition, elle fournirait à la campagne de Biden des fonds fédéraux pour les déplacements et les salaires.

Le sénateur Gerry Connolly (Démocrate-Virginie.), président de la sous-commission des opérations de la Chambre des représentants, a déclaré à Reuters qu’il fallait accélérer le processus de transition en raison de la pandémie.

“L’administratrice joue un rôle essentiel dans le transfert pacifique du pouvoir et veille à ce que les services vitaux du gouvernement ne soient pas perturbés. Cela est d’autant plus important dans le contexte d’une pandémie mortelle”, a ajouté M. Connolly.

Dans une loi de 1963 (pdf), l’administration de la GSA décidera du moment où un gagnant sera déterminé. Elle ouvre ensuite les portes aux agences fédérales américaines et leur fournit un financement opérationnel. L’administration entrante a ensuite eu environ deux mois pour s’organiser avant le 20 janvier.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s