REBLOG

Donc, c’est quoi le “Grand Reset” ?/Le NYTimes déclare que le “Grand Reset” est une “théorie du complot” le même jour où le Forum économique mondial le célèbre/La “quatrième révolution industrielle” dystopique sera très différente de la première

Donc, c’est quoi le “Grand Reset” ?

PAR JADE · PUBLIÉ 21 NOVEMBRE 2020 · MIS À JOUR 21 NOVEMBRE 2020

Internet a beaucoup parlé du “Grand Reset” ou de la “Grande Réinitialisation” ou “Grande Remise à Zéro” ces derniers temps. Ce terme a fait son apparition sur Facebook et Twitter, et le New York Times a même publié un article le rejetant comme une “théorie du complot”. Mais ce n’est certainement pas une théorie du complot. J’étais déterminé à aller au fond des choses, et je vais vous faire part des faits que le New York Times n’a pas pu trouver ou a refusé de partager.

Il s’avère que “le Grand Reset” est en fait une initiative lancée par le Forum économique mondial (FEM) qui vise à amener “les acteurs mondiaux à coopérer pour gérer simultanément les conséquences directes de la crise COVID-19”.

Ce qui suit provient directement du site officiel du Forum économique mondial

Il est urgent que les acteurs mondiaux coopèrent pour gérer simultanément les conséquences directes de la crise COVID-19. Pour améliorer l’état du monde, le Forum économique mondial lance l’initiative “du Grand Reset”.

Le New York Times a donc publié une fausse nouvelle en nous disant que “le Grand Reset” n’est qu’une “théorie du complot” et qu’il nous doit à tous des excuses importantes.

Selon le Forum économique mondial, “le Grand Reset” est une “fenêtre d’opportunité unique” pour les dirigeants mondiaux de façonner “l’état futur des relations mondiales, l’orientation des économies nationales, les priorités des sociétés, la nature des modèles commerciaux et la gestion d’un bien commun mondial”…

Alors que nous entrons dans une période unique pour façonner la reprise, cette initiative offrira des perspectives qui aideront à informer tous ceux qui déterminent l’état futur des relations mondiales, l’orientation des économies nationales, les priorités des sociétés, la nature des modèles commerciaux et la gestion d’un bien commun mondial. S’inspirant de la vision et de la vaste expertise des dirigeants engagés dans les communautés du Forum, l’initiative du Grand Reset comporte un ensemble de dimensions pour construire un nouveau contrat social qui honore la dignité de chaque être humain.

En d’autres termes, “le Grand Reset” n’est essentiellement qu’un plan actualisé pour un nouvel ordre mondial.

L’homme derrière “la Grande Reset” s’appelle Klaus Schwab. Il est le fondateur et le président exécutif du Forum économique mondial, et le site officiel du WEF contient un article de Schwab intitulé “Il est maintenant l’heure d’un ‘Grand Reset’”. Voici un extrait de cet article…

Pour obtenir de meilleurs résultats, le monde doit agir conjointement et rapidement pour réorganiser tous les aspects de nos sociétés et de nos économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail. Tous les pays, des États-Unis à la Chine, doivent participer et toutes les industries, du pétrole et du gaz à la technologie, doivent être transformées. En bref, nous avons besoin d’un “Grand Reset” du capitalisme.

Il est très ouvert sur le fait qu’il veut “relancer tous les aspects de nos sociétés et de nos économies”. Cela signifie que tous les aspects de l’activité humaine relèveraient de son plan.

Mais en particulier, il souhaite vivement un “Grand Reset” du capitalisme.

Cela déclenche certainement des signaux d’alarme.

Lorsque les gens commencent à parler de changements radicaux dans le capitalisme, ils veulent généralement dire que nous devrions aller encore plus loin dans la direction du socialisme.

Selon Schwab, le “Grand Reset” comporte trois éléments principaux.

Le premier consiste à réformer nos systèmes économiques afin qu’ils “favorisent des résultats plus équitables”

En outre, les gouvernements devraient mettre en œuvre des réformes attendues depuis longtemps qui favorisent des résultats plus équitables. Selon les pays, ces réformes peuvent inclure des modifications de l’impôt sur la fortune, la suppression des subventions aux combustibles fossiles et de nouvelles règles régissant la propriété intellectuelle, le commerce et la concurrence.

Malheureusement, je pense qu’il veut dire exactement la même chose qu’Alexandria Ocasio-Cortez quand elle parle de “résultats plus équitables”.

Deuxièmement, M. Schwab affirme que l’un des principaux éléments du “Grand Reset” impliquerait des investissements gouvernementaux massifs dans des infrastructures urbaines “vertes” et d’autres projets similaires…

Le deuxième volet du programme du Grand Reset permettrait de s’assurer que les investissements font progresser les objectifs communs, tels que l’égalité et la durabilité. À cet égard, les programmes de dépenses à grande échelle que de nombreux gouvernements mettent en œuvre représentent une opportunité majeure de progrès. La Commission européenne, par exemple, a dévoilé des plans pour un fonds de relance de 750 milliards d’euros (826 milliards de dollars). Les États-Unis, la Chine et le Japon ont également des plans de relance économique ambitieux.

Plutôt que d’utiliser ces fonds, ainsi que les investissements des entités privées et des fonds de pension, pour combler les lacunes de l’ancien système, nous devrions les utiliser pour en créer un nouveau qui soit plus résistant, plus équitable et plus durable à long terme. Cela implique, par exemple, de construire des infrastructures urbaines “vertes” et d’inciter les industries à améliorer leurs résultats en matière de mesures environnementales, sociales et de gouvernance (ESG).

Cela ne ressemble-t-il pas beaucoup au “Green New Deal” que beaucoup de gens de gauche ont mis en avant ici aux États-Unis ?

Troisièmement, M. Schwab envisage d’appliquer les “innovations” dont nous avons été témoins pendant la pandémie de COVID comme un modèle pour “chaque secteur” de la société

La troisième et dernière priorité du programme du Grand Reset est d’exploiter les innovations de la quatrième révolution industrielle pour soutenir le bien public, notamment en s’attaquant aux problèmes sanitaires et sociaux. Pendant la crise COVID-19, les entreprises, les universités et d’autres acteurs ont uni leurs forces pour développer des diagnostics, des thérapies et d’éventuels vaccins, établir des centres de test, créer des mécanismes de traçage des infections et fournir des services de télémédecine. Imaginez ce qui pourrait être possible si des efforts concertés similaires étaient déployés dans tous les secteurs.

En d’autres termes, M. Schwab pense que la réponse mondiale à la pandémie de COVID peut servir de modèle pour régir tous les domaines de notre vie en allant de l’avant.

N’est-ce pas merveilleux ?

Bien sûr, pour que les mondialistes puissent rallier les États-Unis à ce “Grand Reset”, ils devront d’abord écarter Donald Trump, et ils pensent qu’ils sont très proches d’atteindre cet objectif.

Les mondialistes envisagent un avenir “durable” dans lequel toutes les formes d’activité humaine sont très étroitement surveillées et contrôlées pour “le bien de la planète”. Ils sont entièrement convaincus qu’un système mondial dans lequel toutes les nations du monde sont de plus en plus intégrées est ce qu’il y a de mieux pour l’humanité, mais ceux d’entre nous qui résistent aux mondialistes comprennent qu’un système mondial unique se transformera inévitablement en un cauchemar mondial complet et total.

Les publications mondialistes telles que le New York Times continueront à essayer de nous convaincre que des plans tels que le “Grand Reset” n’existent même pas, alors même que des organisations mondialistes telles que le Forum économique mondial annoncent publiquement leurs plans au grand jour.

Dans des moments comme celui-ci, il est absolument impératif de penser par soi-même, car la tromperie est partout et ceux qui disent la vérité sont souvent grandement ridiculisés.

Traduction de TheMostImportantNews.com par Aube Digitale

Le NYTimes déclare que le “Grand Reset” est une “théorie du complot” le même jour où le Forum économique mondial le célèbre

Le jour même où le Forum économique mondial a annoncé “Le Grand Reset” comme un moyen positif de construire “la résilience future aux risques mondiaux”, le New York Times a déclaré que tout cela n’était qu’une “théorie du complot”.

Ce n’est pas une blague, non.

Le NYT était apparemment contrarié par la tendance du “Grand Reset” sur Twitter et a publié un article déclarant qu’il s’agissait d’”une théorie du complot sans fondement sur le coronavirus”.

En réalité, le Forum Economique Mondial (WEF), les ONG et les dirigeants mondiaux ont depuis des mois insisté sur la nécessité d’exploiter “l’opportunité”, selon les termes de Justin Trudeau, fournie par la pandémie pour réaliser “le Grand Reset”.

Le rapport du NYT a mentionné Trudeau, mais a enterré le fait qu’il avait ouvertement qualifié le COVID-19 d’”opportunité” lors d’une vidéoconférence avec l’ONU.

Le même jour, le Times affirmait que la question était un rêve fébrile des “commentateurs d’Internet d’extrême droite”, le Forum économique mondial lui-même célébrait “le Grand Reset” comme un moyen de construire “la résilience future aux risques mondiaux”.

Le rapport du NYT qualifie ensuite de “rumeur infondée” le fait que les élites utilisent la pandémie “pour imposer leur contrôle économique mondial aux masses”, malgré le fait que le mondialiste de Davos Karl Schwab annonce spécifiquement ce même programme dans son récent livre, “COVID-19 : The Great Reset.”

Comme nous l’avons souligné précédemment, Schwab approuve aussi ouvertement une dictature technocratique dans laquelle les gens accepteraient des puces implantables qui peuvent lire leurs pensées ainsi que des scanners cérébraux pour être autorisés à voyager.

Il suffit de dire que le NY Times a complètement omis de mentionner le livre de Schwab.

Le NYT a alors manifestement contacté Twitter et Facebook pour tenter d’obtenir la suppression des informations sur “le Grand Reset”, mais Twitter a refusé de le faire et Facebook n’a pas répondu.

En d’autres termes, dans sa tentative de persuader les gens que l’élite ne poursuit pas un “Grand Reset” malfaisant, le journal élitiste a fait pression pour que les informations sur cette “théorie du complot” (qui n’en est pas une) soient retirées du domaine public.

Oui, cela va vraiment les convaincre.

John Kerry déclare qu’un “Grand Reset” est nécessaire pour stopper la montée du populisme

L’ancien secrétaire d’État John Kerry a participé à une table ronde au Forum économique mondial au cours de laquelle il a affirmé qu’un grand reset était nécessaire de toute urgence pour arrêter la montée du populisme.

Kerry a juré que sous l’administration Biden, l’Amérique rejoindrait l’accord de Paris sur le climat, néfaste pour les emplois, mais que cela n’était “pas suffisant”.

“La notion de reset est plus importante que jamais”, a déclaré Kerry.

“Je crois personnellement… que nous sommes à l’aube d’une période extrêmement palpitante.”

L’ancien sénateur a clairement indiqué que ce “reset”, qui n’est qu’un changement de marque du même nouvel ordre mondial qui a rencontré une forte résistance au cours des deux dernières décennies, est nécessaire pour éradiquer le populisme.

“Je pense que l’Europe doit envisager cela avec Brexit et la montée du populisme national – le populisme nationaliste”, a déclaré Kerry.

“C’est vraiment l’une des priorités que nous devons tous aborder. Vous ne pouvez pas l’ignorer”.

En parlant de la façon dont Trump a obtenu plus de votes en 2020, Kerry a noté : “Ce qui me surprend, c’est qu’autant de personnes ont encore voté pour le niveau de chaos et de non-respect de la loi et de l’ordre et pour la violation des normes et … Je pense que, la raison sous-jacente de cela est quelque chose que tout le monde doit examiner”.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a également salué la perspective de voir Biden comme un “ami de la Maison Blanche” pour les mondialistes et a déclaré que les deux entités travailleraient sur “un nouveau règlement pour l’économie et la société numériques”.

“La nécessité d’une coopération mondiale et cette accélération du changement seront toutes deux les moteurs du Grand Reset. Et je vois cela comme une opportunité sans précédent”, a déclaré Mme von der Leyen.

Comme nous l’avons documenté de manière exhaustive, “Le Grand Reset” n’est que la dernière incarnation du programme visant à centraliser le pouvoir entre les mains d’une minuscule élite, en privant les Américains et Européens de leurs droits, en abaissant leur niveau de vie et en les obligeant à se soumettre à un système de crédit social à la chinoise qui éliminera toute vie privée et toute autonomie personnelle.

Comme nous l’avons signalé hier, les anciens médias comme le New York Times continuent de prétendre que le “Grand Reset” est une “théorie du complot”, même si des dirigeants du monde le proclament publiquement.

La “quatrième révolution industrielle” dystopique sera très différente de la première

Si l’on prend les publications du Forum économique mondial (WEF) comme indication de la manière dont la “quatrième révolution industrielle” va changer la société, le monde est confronté à une attaque massive contre la liberté individuelle et la propriété privée. Un nouveau type de collectivisme est sur le point d’émerger. Comme le communisme du passé, le nouveau projet s’adresse au public avec l’assurance d’un progrès technologique et d’une inclusion sociale. En outre, la durabilité écologique et la promesse de longévité, voire d’immortalité, sont utilisées pour séduire le public. En réalité, cependant, ces promesses sont profondément dystopiques.
 

La quatrième révolution industrielle

Selon Klaus Schwab, le fondateur et actuel président exécutif du Forum économique mondial (WEF), la “quatrième révolution industrielle” (2016) représente une nouvelle étape des avancées technologiques perturbatrices qui ont commencé vers la fin du XVIIIe siècle avec l’industrie textile et l’utilisation de l’énergie à vapeur. La deuxième révolution industrielle a eu lieu dans les décennies avant et après 1900. Elle a créé une pléthore de nouveaux biens de consommation et de technologies de production qui ont permis la production de masse. La troisième révolution industrielle a commencé vers 1950 avec les percées dans les technologies numériques. Aujourd’hui, selon Klaus Schwab, la quatrième révolution industrielle signifie que le monde se dirige vers “une véritable civilisation mondiale”.

La quatrième révolution industrielle offre le potentiel “de robotiser l’humanité, et donc de compromettre nos sources traditionnelles de sens – le travail, la communauté, la famille, l’identité”. Schwab prédit que la quatrième révolution industrielle “élèvera l’humanité vers une nouvelle conscience collective et morale”.

Le transhumanisme fait partie de la transformation qui accompagne la quatrième révolution industrielle, car l’intelligence artificielle (IA) surpassera même les meilleures performances humaines dans des tâches spécifiques. Les nouvelles technologies “ne s’arrêteront pas à faire partie du monde physique qui nous entoure – elles deviendront une partie de nous, déclare Schwab.

Dans la préface du dernier livre de Schwab, Façonner l’avenir de la quatrième révolution industrielle (2018), le PDG de Microsoft, Satya Nadella, déclare que l’évolution des nouvelles technologies “est tout à fait en notre pouvoir”. Microsoft et les autres sociétés de haute technologie “parient sur la convergence de plusieurs évolutions technologiques importantes – réalité mixte, intelligence artificielle et informatique quantique”.

Satya Nadella informe les lecteurs que Microsoft, Amazon, Google, Facebook et IBM vont coopérer dans le cadre d’un partenariat d’IA qui travaillera à développer et à tester la technologie dans des domaines tels que “l’automobile et les soins de santé, la collaboration entre l’homme et l’IA, le déplacement économique, et la manière dont l’IA peut être utilisée pour le bien social”.

Une transformation globale

Dans la préface de son dernier livre, Klaus Schwab prédit que la quatrième révolution industrielle va “bouleverser les manières existantes de sentir, calculer, organiser, agir et livrer”. Il affirme que “les externalités négatives” de l’économie mondiale actuelle nuisent “à l’environnement naturel et aux populations vulnérables”.

Les changements qui accompagnent les nouvelles technologies seront globaux et bouleverseront “la façon dont nous produisons et transportons les biens et les services”. La révolution bouleversera “notre façon de communiquer, notre façon de collaborer et notre façon de vivre le monde qui nous entoure”. Le changement sera si profond que les progrès des neurotechnologies et des biotechnologies “nous obligent à nous interroger sur ce que signifie être humain”.

Tout comme l’avant-propos de Satya Nadella, le texte de Schwab réitère à plusieurs reprises l’affirmation selon laquelle “l’évolution de la quatrième révolution industrielle” est “entièrement en notre pouvoir” lorsque “nous” utilisons la “fenêtre d’opportunité” et que nous cherchons à “nous autonomiser”. Le “nous” dont parlent les deux auteurs est l’élite technocratique mondiale qui réclame un contrôle central et un interventionnisme de l’État (appelé “façonner l’avenir”) dans un nouveau système caractérisé par une coopération étroite entre les entreprises et le gouvernement ou, plus précisément, entre la haute technologie et une poignée d’États clés.

La page web du Forum économique mondial sur le “Grand Reset” proclame que “la crise du Covid-19” présente “une fenêtre d’opportunité unique pour façonner la reprise”. En ce “carrefour historique”, les dirigeants du monde doivent s’attaquer “aux incohérences, aux insuffisances et aux contradictions” dans les domaines de la santé, de l’éducation, des finances et de l’énergie. Le forum définit le “développement durable” comme l’objectif central des activités de gestion mondiale.

Le “Grand Reset” appelle à une coopération mondiale pour atteindre des objectifs tels que “exploiter la quatrième révolution industrielle”, “restaurer la santé de l’environnement”, “redéfinir les contrats sociaux, les compétences et les emplois” et “façonner la reprise économique”. Comme l’a souligné le Sommet de la relance de l’emploi du 20 au 23 octobre 2020, une “reprise verte” après la crise de la Covid-19 promet un “horizon vert”. Le sommet du WEF en janvier 2021 abordera spécifiquement les transformations à venir. Les principaux thèmes abordés sont “un climat stable”, “le développement durable”, une économie “zéro carbone” et une production agricole qui réduirait l’élevage de bétail en accord avec la réduction mondiale de la consommation de viande.

L’alternative

L’augmentation du niveau de vie et la croissance de la population mondiale ont été rendues possibles grâce à la révolution industrielle. Ceux qui veulent faire tomber la société et l’économie capitalistes doivent nécessairement opter pour la baisse du niveau de vie et la dépopulation. Les promoteurs des plans visant à instaurer un nouvel ordre mondial avec la force de l’État nient que le capitalisme radical pourrait bien mieux fournir les moyens de passer à un monde meilleur, comme cela a été le cas depuis le début de la première révolution industrielle.

Les révolutions industrielles du passé ont été provoquées par le libre marché et le choix individuel. Comme l’explique Mises, c’est l’idéologie du laissez-faire qui a produit la première révolution industrielle. Il y a eu d’abord une révolution spirituelle qui a mis fin à “l’ordre social dans lequel un nombre sans cesse croissant de personnes étaient condamnées à un besoin abject et à la misère” et où l’activité manufacturière “avait presque exclusivement répondu aux besoins des plus aisés” et leur “expansion était limitée par la quantité de luxes que les couches les plus riches de la population pouvaient se permettre”.

L’idéologie du Forum économique mondial est celle de l’ère préindustrielle. Alors que le site web du forum (WEF) regorge de termes tels que “pouvoir”, “organisation” et “développement durable” géré, des concepts tels que “liberté”, “coordination du marché” et “choix individuel” sont manifestement absents. Le forum dissimule le fait qu’au lieu du progrès humain, c’est l’appauvrissement et la suppression qui est l’avenir de l’humanité. La conséquence implicite de l’”économie écologique” planifiée est la réduction drastique de la population mondiale.

Avec l’abolition des marchés et la suppression du choix individuel, que les plans collectivistes du WEF proposent, une nouvelle ère noire allait s’ouvrir. Contrairement à ce que les planificateurs présument, le progrès technologique lui-même s’arrêterait. Sans la créativité humaine issue de l’individualisme, aucun progrès économique n’a jamais été possible.

Conclusion

Les nouvelles technologies qui accompagnent la quatrième révolution industrielle peuvent apporter un immense bénéfice à l’humanité. Ce ne sont pas les technologies en elles-mêmes qui posent problème, mais la manière dont elles sont utilisées. Un avenir dystopique nous attend si l’élite mondiale du Forum économique mondial a son mot à dire. Il en résulterait un régime de terreur technocratique masqué comme un gouvernement mondial bienveillant. Pourtant, il existe une alternative. Comme cela a été largement prouvé au cours des deux derniers siècles, les marchés libres et le choix individuel sont les sources du progrès technologique, du progrès humain et de la prospérité économique. Il n’y a aucune raison rationnelle de penser que la quatrième révolution industrielle nécessiterait le collectivisme.

Les marchés libres sont le meilleur moyen de faire face aux défis qui accompagnent les nouvelles technologies. La réponse n’est pas moins mais plus de capitalisme.

Traduction de The Mises Institute par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s