REBLOG

Article du Jour : Le nouvel ordre qui approche

Le nouvel ordre qui approche

PAR JADE · PUBLIÉ 22 JANVIER 2021 · MIS À JOUR 22 JANVIER 2021

Pendant de nombreuses années, une poignée de personnes ont postulé que ceux qui contrôlent l’industrie, la finance et les gouvernements sont essentiellement les mêmes personnes – une sorte de cabale qui, au fil des générations, a solidifié leurs relations afin d’obtenir plus de richesse et de pouvoir, tout en rendant systématiquement les choses encore plus difficiles pour le libre marché.

Mais pourquoi en serait-il ainsi ? Les chefs d’entreprise sont certainement plus ardemment capitalistes que n’importe qui d’autre.

Eh bien, en apparence, cela peut sembler logique, mais une fois qu’une position de pouvoir significative a été atteinte, ceux qui y sont parvenus reconnaissent que, puisqu’ils ont déjà atteint le sommet, la préoccupation première change. À partir de là, la préoccupation première devient l’assurance que personne d’autre ne pourra gravir autant d’échelons qu’eux.

À ce stade, ils réalisent que leur principal effort doit être de pousser au corporatisme – la fusion du pouvoir entre le gouvernement et les entreprises.

C’est un mariage naturel. Le monde politique est un monde parasitaire. Il repose sur un flux continu de financement. Le monde des grandes entreprises est une étude en exclusivité – la capacité de rendre impossible l’émergence de prétendants au trône. Ainsi, les grandes entreprises fournissent l’argent ; le gouvernement fournit une législation protectrice qui garantit la préférence pour ceux qui sont au sommet.

Dans la plupart des cas, cette seconde moitié de l’équation ne signifie pas un monopole pour une seule entreprise, mais un monopole pour une cabale – un groupe d’entreprises issues de l’élite.

Cette relation corporatiste a des racines profondes aux États-Unis, remontant à plus de cent ans. Aujourd’hui encore, ces familles d’élite qui ont pris le contrôle du pétrole, de l’acier, des banques, des véhicules automobiles et d’autres industries il y a un siècle, ont rapidement créé une mainmise sur l’enseignement supérieur (universités), la santé (Big Pharma) et la “Défense” (le complexe militaro-industriel).

Par le biais de la législation, les États-Unis ont ensuite été transformés pour garantir que tous ces intérêts seraient pris en compte, créant des générations de contrôle et de profit.

Bien sûr, le “profit” ne devrait pas être un mot maléfique, mais sous le capitalisme de copinage, il devient une abomination – une distorsion du marché libre et la mort du laissez-faire économique.

Ce type de collectivisme n’est certainement pas ce que Karl Marx avait à l’esprit lorsqu’il rêvait d’un paradis des travailleurs dans lequel les chefs d’entreprise conserveraient tous les risques et les responsabilités de la création et de la construction d’entreprises, tandis que les travailleurs auraient le dernier mot sur la manière dont les revenus seraient distribués aux travailleurs eux-mêmes.

Monsieur Marx n’a pas été assez objectif pour comprendre que si le créateur d’entreprise prenait tous les risques et toutes les responsabilités mais renonçait à la possibilité de décider de l’utilisation des revenus, il ne se donnerait jamais la peine de créer une entreprise. Même un cireur de chaussures rejetterait une telle idée et choisirait de partir au chômage plutôt que de travailler.

Pourtant, il a involontairement créé une nouvelle idée – le collectivisme d’entreprise – dans laquelle les personnes qu’il cherchait à avilir ont utilisé l’attrait de la rhétorique collectiviste pour diminuer les libertés et la richesse du travailleur moyen.

À première vue, cela peut sembler difficile à vendre – pour faire entrer le hoi polloi dans le filet – mais en fait, c’est assez facile et cela a toujours été efficace.

Le Nouvel Ordre d’Hitler était une telle construction – la promesse de rendre à l’Allemagne sa grandeur et au peuple allemand sa prospérité grâce à des lois de plus en plus draconiennes, à la guerre et à une porte tournante économique entre le gouvernement et l’industrie.

Bien sûr, un afflux important de capitaux était nécessaire – des milliards de dollars – et il a été fourni avec empressement par l’industrie et les banques américaines. Les dirigeants des banques new-yorkaises ne finançaient pas seulement l’industrie nazie ; des familles comme les Ford, les Rockefeller, les Morgan, etc.

L’effort nazi a échoué, car ils ont sous-estimé la volonté russe de se battre jusqu’à la mort. (Quatre-vingt pour cent de tous les décès de l’armée allemande étaient dus à la campagne de Russie).

Mais ceux de New York ont pu se regrouper et être les premiers dans la file d’attente pour la restructuration de l’industrie allemande après la guerre et, en fin de compte, en ont largement profité.

Mais surtout, l’idée du collectivisme corporatiste n’est pas morte. Même avant la guerre, le même groupe de familles et de sociétés avait élaboré le plan du New Deal de Franklin Roosevelt.

Monsieur Roosevelt était un homme de Wall Street et un directeur de banques new-yorkaises. Dans les années 1930 et au début des années 1940, il a créé, en tant que président, une porte tournante qui favorisait les grandes entreprises, tandis que l’Américain moyen était maintenu consciemment au niveau de subsistance grâce aux droits du gouvernement.

L’escroquerie a fonctionné. Les Américains myopes n’étaient pas seulement reconnaissants, ils l’ont déifié pour cela.

De même, New Frontier de John Kennedy a cherché à revitaliser le concept, tout comme la Great Society de Lyndon Johnson : Donner aux petites gens des droits qui les maintiennent dans l’ignorance. Taxer les petites entreprises et créer un flux d’impôts vers les industries d’élite, qui, à leur tour, fournissent des faveurs monétaires à la classe politique.

Le Green New Deal n’est que le dernier projet collectiviste d’entreprise sur la liste.

Le collectivisme d’entreprise peut être défini comme un système dans lequel les quelques personnes qui détiennent les monopoles légaux de la finance et de l’industrie obtiennent un contrôle prépondérant sur toutes les autres, et ce faisant, en extraient systématiquement la richesse.

Aujourd’hui, ce système s’est tellement affiné que, bien que l’Américain moyen possède une télévision à écran plat et un smartphone coûteux, il ne peut pas réunir 400 dollars pour couvrir une urgence qui survient dans sa vie. Il est, à toutes fins pratiques, constamment en faillite, mais continue de fonctionner dans une existence de type zombie et de dépendance continue.

En apparence, cela ne semble pas si dangereux que cela, mais ceux qui ne peuvent pas s’acheter un moyen de se sortir d’une petite urgence sont faciles à contrôler. Il suffit de créer une urgence telle qu’un uber-virus et ce fait sera rapidement mis en lumière.

Afin de maximiser la conformité d’une population, il faut maximiser sa dépendance.

Comme indiqué ci-dessus, cet effort est en jeu depuis des générations. Mais il est maintenant en augmentation. Il est maintenant à la hauteur dans la plupart des pays de l’ancien monde libre et ceux qui en tiennent les rênes sont prêts à faire un grand pas en avant dans le collectivisme des entreprises.

Dans l’année à venir, nous verrons des changements spectaculaires apparaître à un rythme vertigineux. Le contrôle des capitaux, le contrôle des migrations, le contrôle des mouvements internes, les augmentations d’impôts, la confiscation des biens et la suppression des droits “inaliénables” entreront tous en vigueur – si rapidement qu’avant même que la population ne puisse saisir les dernières restrictions, de nouvelles seront accumulées.

Au fur et à mesure, nous assisterons à l’érosion de l’État-nation. Les contrôles viendront des autorités mondiales, telles que l’ONU, le FMI et le FEM. Les organisations qui n’ont aucune autorité formelle sur les nations seront de plus en plus nombreuses à prendre les décisions et les gens se demanderont comment cela est possible. Les élus deviendront de plus en plus de simples collecteurs de fonds, aux ordres d’une classe dirigeante non élue.

Les changements qui se produiront ne seront pas sans rappeler la couverture qui est jetée sur l’humanité.

La question sera alors de savoir s’il faut a) céder à cette force, b) la combattre et en être très probablement victime, ou c) chercher un moyen de sortir du périmètre de la couverture.

Traduction de InternationalMan.com par Aube Digitale

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. 05/02/2021 – https://wp.me/p4Im0Q-4xi
    – Vous connaissez la dernière de la souricière du dard-malin ? Ses agents infiltrés, rapportent qu’au dernier coloc (se faisant la nuit pour avoir la couleur uniforme gris, en opposition au bleu-marine) quand on a demandé qui s’était déjà fait vacciner, l’une des participantes a répondu « ça va pas, non, ils n’ont pas fini les essais sur les humains »….Preuve qu’elles sont plus futées que nous !

  2. C’est toujours agaçant de lire des propos faux sur Marx que cela en est fatiguant alors qu’il voulait néantiser cette « merde de l’économie politique », voulant la ruine de l’Etat, de la monnaie et du salariat. Pff…

Laisser un commentaire