A PROPOS

BRI: Les marchés sont découplés de l’économie (Avec commentaire de Bruno Bertez)

BRI:  Les marchés sont découplés de l’économie (Avec commentaire de Bruno Bertez)

Permalien de l'image intégrée

Permalien de l'image intégrée

Selon la Banque des règlements internationaux (BRI), l’économie affiche des signes encourageants, mais des déséquilibres persistent. La Suisse montre des signes de surchauffe

L’économie mondiale a affiché l’an dernier des signes «encourageants», mais des déséquilibres persistent. Dans son 84e rapport annuel, la Banque des règlements internationaux (BRI) qualifie le redressement actuel de l’économie mondiale de «précieuse opportunité qu’il ne faut pas manquer».

«L’économie mondiale peine à sortir de l’ombre projetée par la grande crise financière», observe le rapport. Il faut moins compter sur la stimulation traditionnelle de la demande globale et miser davantage sur l’assainissement des bilans et les réformes structurelles, conseille la BRI.

«Impression déconcertante»

L’institut relève la «sensibilité extrême» des marchés financiers à la politique monétaire, tant effective qu’anticipée. L’année écoulée laisse une «impression déconcertante de découplage entre le dynamisme des marchés et l’évolution sous-jacente de l’économie mondiale», souligne-t-il.

A titre d’exemple, l’indice S&P 500 aux Etats-Unis a gagné près de 20% sur les douze mois allant jusqu’à mai 2014, alors que les bénéfices anticipés des sociétés ont, eux, crû de moins de 8% sur cette période.

Au sujet de la dette, la BRI est d’avis que cette problématique ne concerne pas que les économies les plus touchées par la crise financière de 2007 à 2009 mais aussi celles qui y ont échappé. Dans un chapitre consacré à la dette et au cycle financier, l’institut évalue le risque de crise financière à l’aide d’une série d’indicateurs avancés. L’un des objectifs est d’estimer dans quelle mesure les ménages et les entreprises doivent réduire leur endettement par rapport au PIB pour revenir à des niveaux plus viables.

La Suisse, pays émergent

La BRI emploie le ratio crédit/PIB (déviation du ratio crédit/PIB par rapport à sa tendance à long terme) ainsi que les écarts des prix de l’immobilier, aussi par rapport à leur moyenne de long terme.

Dans plusieurs pays, les indicateurs avancés envoient des «signaux inquiétants», juge la BRI. La Suisse est citée. «Dans de nombreuses économies émergentes ainsi qu’en Suisse, l’écart du ratio crédit/PIB se situe largement au-dessus du seuil annonçant d’éventuels problèmes», selon la BRI.

Dans un tableau, l’institut distingue entre trois catégories d’économies: les pays en expansion, ceux qui envoient des signaux mixtes et ceux qui subissent une contraction. La Suisse figure dans la première catégorie aux côtés du Brésil, de la Chine ou de la Turquie notamment. L’Allemagne, la France, les Etats-Unis, le Japon font notamment partie de la deuxième catégorie.

Pour mettre fin aux déséquilibres résultant de la politique monétaire «trop sollicitée depuis trop longtemps», l’institut juge qu’il sera «difficile de résoudre la question du calendrier et du rythme idéals de la normalisation des politiques».

Cette transition sera sans doute «complexe et mouvementée», «quels que soient les efforts déployés en matière de communication», prévient la BRI.

PAR YVES HULMANN  ZURICH/Le Temps 30/6/2014

A PROPOS Par Bruno Bertez

Le Rapport de la BRI et la mère de toutes les bulles.

Permalien de l'image intégrée

J’ai lu le rapport de la BRI et j’ai été tenté de le commenter. Je me suis dit que sous la forme de commentaire cela n’apporterai rien de nouveau aux lecteurs de Lupus:

Ils savent que la croissance est faible et en partie bidon!

Ils savent que risque financier est élevé et que les prises de risques provoquées par la répression financière sont dangereuse!

Ils savent que traditionnellement la BRI est la bonne conscience de la finance et des banques centrales, leur garde-fou! 

La BRI c’est le royaume des elfes, des gnomes noirs! Elle pratique l’hommage du vice à la vertu pour faire durer le vice. Bernanke a travaillé à la BRI c’est tout dire!

La BRI défend l’idée que nos lecteurs connaissent bien, tellement nous la rabâchons, de la déconnexion entre la Sphère Réelle et la Sphère Financière. Elle suggère que les banques centrales ont soufflé une nouvelle bulle pour échapper à la crise de 2008/2009.

Elle pourra dire un de ces jours, dans le futur: nous vous l’avions bien dit!

La BRI souligne les limites de ces politiques et les côtés destructeurs, mais elle plaide pour une accentuation des fameuses réformes chères également au FMI. La BRI est étriquée, elle ne se pose pas la question de l’acceptation sociale de ces politiques de réformes, ou de leur efficacité. La destruction du capital social d’un pays, cela a un coût, et la BRI ne l’inclut pas dans ses analyses. A quoi sert d’essayer de sauver le système par la finance s’il périt par la dislocation sociale?

La BRI n’ose pas dire que la constitution d’une nouvelle bulle est le prix à payer pour tenter de faire semblant de sortir de la crise car elle pratique la pensée positive, non dialectique: c’est une pensée de fonctionnaire, énumérative. La réalité est que les deux sont indissolublement liées, le Bien est inséparable du Mal c’est à dire qu’éviter l’effondrement à un coût en terme de risque d’abord et en terme de destruction systémique ensuite.

Je n’ai pas commenté, mais vous avez raison de souligner que, sous une forme "soft", dédiabolisée, la BRI évoque la question de la destruction du fonds d’épargne institutionnelle et privé. Elle pense, et ceci est à l’opposé de la pensée des kleptos que l’on ne pourra pas continuer le modèle de croissance par l’accumulation de dettes. Elle est, disons pour simplifier un peu plus orthodoxe, mais seulement un peu plus. Les anglo-saxons, eux veulent que l’on se mette en position de pouvoir créer 100 trillions de dettes de plus ces prochaines années! De beaux jours pour les agences de rating en perspective!

Permalien de l'image intégrée

Permalien de l'image intégrée

En fait ce Rapport m’a inspiré une nouvelle réflexion sur la mère de toutes les bulles, celle qui englobe toutes les autres et est tellement énorme qu’elle est inaperçue, la bulle des finances publiques mondiales. c’est la mère de toutes les bulles, mais comme l’air que l’on respire, on ne s’aperçoit pas de son existence.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Le couple Banque centrale/Trésor Public est en fait un agent économique comme les autres, à l’échelle de la planète et en tant que tel, il ne peut échapper à ses limites et contradictions. Ce qui s’est passé à l’échelle de l’agent économique grec "Banque Centrale/Gouvernement" est le modèle de ce qui se passera à une échelle plus vaste, planétaire. Autrement dit, on n’échappe pas à la Loi de la Valeur. On a beau être passé de la valeur d’usage à la valeur d’échange et maintenant à la valeur désir, la valeur de la production constitue l’horizon sur lequel se fracassera la fuite en avant actuelle. Que ce soit sous forme de déflation c’est à dire destruction des signes et assets excédentaires ou sous forme d’inflation c’est à dire leur avilissement hyperinflationniste.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

9 replies »

  1. Les gouvernements du monde entier ne laisseront jamais une déflation se produire. Une déflation, c’est bon pour quelqu’un qui n’est pas endetté. Ne restera que l’autre alternative, à mon humble avis…

    J'aime

    • L’un n’ira pas sans l’autre comme les 2 faces d’une même pièce…Les Banques centrales ne font que retarder les échéances qui grossissent au fil du temps!

      J'aime

  2. Parole, paroles paroles paroles, toujours des paroles…que tous ces mots là

    Donc Renzi a gagné, il a fait fléchir les Allemands sur le Pacte de stabilité: Quant à Hollande, il a remporté une grande victoire. Nos deux héros ont réussi à faire assouplir le fameux Pacte de la rigueur Allemande.

    Schauble vient de s’exprimer, jeudi, à un meeting de son parti, la CDU: "je n’ai nul besoin d’examiner la question de la flexibilité du Pacte de Stabilité qui est inclus dans les Traités Européens. je n’ai qu’une seule à faire, veiller à ce qu’ils soient appliqués. je n’ai qu’à mettre en pratique ce qui a été décidé … nous ne changerons pas les Traités, nous ne changerons pas le Pacte de Stabilité, ce debat est sans intérêt".

    Le problème de l’Europe est là, sous nos yeux. Les uns disent une chose, les autres disent le contraire, comment gérer, inspirer confiance, être crédible?

    La politique consiste à mentir pour persuader les citoyens. Cela marche quand on est dans un seul pays avec des médias dominants, à la botte et des classes politiques complices. Hélas quand il y a plusieurs pays, les politiques de communication/propagande/mensonges/ sont cacophoniques et la vérité transparait.

    Le problème de la Com en Europe est là. Une Com, pour marcher doit délivrer des messages ciblés et parier sur le fait que seules les cibles visées les liront. Dans un ensemble comme l’ensemble Européen on ne peut jamais être sûr que ce que l’on dit en France ou en Allemagne ou en Italie ne sera pas contredit.

    J'aime

    • OUI, le problème de l’Europe est qu’elle a voulu grandir trop vite, 28 pays est absolument une aberration. Par conséquent ils mènent une politique et une logique de l’absurde!

      Mais bon pas de quoi s’étonner car ON ne fait que payer les conséquences favorables aux Américains dont la stratégie a long terme a toujours été de couper toute communication entre l’Europe de sa principale source d’énergie non arabe.

      Merci à vous BB,

      Depuis Madrid je vous salue,
      Marian

      J'aime

  3. Nouvelles du Front
    L’Allemagne, laquelle joue double jeu en Ukraine, vient de demander le durcissement des sanctions contre la Russie après que Merkel ait embrassé Poutine sur la bouche! Le patronat Allemand proteste.
    Le nouveau ministre Ukrainien de la Défense a assuré devant le parlement que l’Ukraine reprendrait la Crimée et qu’il y aurait une grande parade de victoire à Sevastopol.

    J'aime

  4. Nous sommes dans un système que les quartiers dit "sensibles" connaissent bien :

    - une clientèle accro à la consommation et aux loisirs nous pouvons les comparer à des drogués
    - les états qui distribuent les "tickets" pour la consommation et les loisirs nous pouvons les comparer à des dealers
    - les banques qui alimentent les états "en tickets à consommation" nous pouvons les comparer aux grossistes pourvoyeur de drogues
    - les banques centrales producteur "de tickets" nous pouvons les comparer aux producteurs de drogues …..
    - les cartels oligarchie qui contrôlent la production, les détaillants et à la distribution.

    Dans ce monde là il n’y a pas de place pour l’équité et la raison, encore moins pour la liberté, non la puissance et la brutalité sont forces de loi et la faiblesse celle de l’asservissement !…

    J'aime

  5. Un décalage , non je ne le croit pas ! Maintenant que c’est patent pour tout le monde la BRI , nous l’annonce .
    On est heureux d’avoir des institutions ( constituée comment ? par qui , pourquoi ,au juste ?) qui nous préviennent , et ont pris les dispositions adéquates bien sur .
    çà porte un nom çà je crois , quand le monde s’écroule et que les guides le découvrent aprés , vu que c’est eux qui le pompent le monde : la décadence , le début de la fin .

    J'aime

  6. Merci pour VOTRE analyse , la BRI passe le message qu’elle veut ..avec ses distorsions et ses altérations intentionnelles .Comme presque tout aujourd’hui.

    Un grand bonjour depuis Madrid,
    Marian

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s