Indicateur des Marchés

Marché Obligataire : Berlin emprunte à un taux historiquement bas

Marché Obligataire : Berlin emprunte à un taux historiquement bas

L’Allemagne a émis avec succès 5 milliards d’euros d’obligations mercredi, à un taux historiquement bas, la demande dépassant l’offre, signe que les investisseurs, inquiets de la situation économique mondiale, se reportent sur des actifs jugés moins risqués.

PLUS DE BUND EN SUIVANT :

Au total 5,010 milliards d’euros d’obligations à 10 ans, à échéance le 4 septembre 2020, ont été empruntés au taux record de 2,37%, la demande ayant représenté 1,6 fois le montant proposé, selon un communiqué de la Bundesbank, la banque centrale allemande.

La dernière adjudication comparable s’était réalisée au taux de 2,74% avec une demande 1,4 fois supérieur à l’offre.

«Cela s’est bien passé, surtout au regard du gros +rally+ (achats massifs d’obligations sur le marché, ndlr) qu’on a eu récemment», a commenté Cyril Régnat, stratégiste obligataire chez Natixis.

«Le Trésor allemand n’a jamais émis dans de meilleures conditions, à échéance 10 ans», souligne-t-il. Sur le marché secondaire, où s’échangent les titres déjà émis, le Bund, obligation allemande à 10 ans, a en effet atteint son plus bas historique le 16 août à 2,330%.

Dans la foulée de l’émission du jour, vers 12H00 (10H00 GMT), le Bund baissait à 2,357%. Le taux à 30 ans profitait également de la tendance, à 2,980%, passant sous les 3% pour la première fois de son histoire.

Pour M. Régnat, ces phénomènes sont le signe que «les marchés intègrent de plus en plus un scénario de ralentissement macroéconomique pour la seconde partie de l’année».

Ces craintes sur la reprise pénalisent les actifs risqués comme les actions, ainsi que les obligations des pays les plus fragiles (Espagne et Grèce), au bénéfice des titres de dettes allemands et français, jugés plus sûrs.

Le stratégiste estime même que «l’environnement devrait rester favorable pour les obligations allemandes à 10 ans».

Face à des taux peu rémunérateurs sur les obligations allemandes de court terme, les investisseurs, à la recherche d’un placement rémunérateur et peu risqué, sont donc obligés de se tourner vers les échéances les plus longues, à 10 ou 30 ans, explique-t-il.

source agence aout10

Laisser un commentaire