Emploi, formation, qualification, salaire

Business as usual : Vers une année record pour les bonus à Wall Street

Business as usual :  Vers une année record pour les bonus à Wall Street

Wall Street ne semble avoir tiré aucun enseignement de la crise financière !… Si l’on en croit une enquête du ‘Wall Street Journal’, les rémunérations (salaires et bonus cumulés) dans les plus grandes sociétés financières américaines devraient atteindre un nouveau record historique cette année…

Au total, Wall Street versera 32 % de son chiffre d’affaires à ses employés sous forme de bonus…

Les institutions financières de Wall Street s’apprêtent à verser un montant record de 144 milliards de dollars de rémunérations variables à leurs dirigeants et employés cette année….

PLUS DE BONUS POUR LES BANKSTERS EN SUIVANT :

Ce chiffre, qui porte sur les primes, bonus et autres stock-options des dirigeants et employés de Wall Street, dépasse de 4 % le montant versé pour l’année 2009, qui s’élevait à 139 milliards de dollars, précise le quotidien américain.

L’étude porte sur 35 institutions financières, banques, fonds d’investissements, maisons de courtages et sociétés de services financiers.

Le chiffre d’affaires de 29 de ces institutions est également en hausse (3 %), à 448 milliards de dollars, contre 433 milliards l’an dernier, poursuit l’étude. En revanche, les bénéfices de ces sociétés, estimés à 61,3 milliards de dollars cette année, demeurent 20 % en deçà du record de 82 milliards de dollars établi en 2006, soit l’année précédant le début de la crise.

Au total, Wall Street versera 32 % de son chiffre d’affaires à ses employés, soit le même pourcentage que l’an dernier. Ce chiffre était de 36 % en 2007.

 Wall Street ne semble avoir tiré aucun enseignement de la crise financière !…  les rémunérations (salaires et bonus cumulés) dans les plus grandes sociétés financières américaines devraient atteindre un nouveau record historique cette année…

Seule évolution notable : depuis la crise, la part des éléments variables, liée aux performances de la banque, a augmenté par rapport aux salaires fixes. Le ‘WSJ’ estime ainsi que les rémunérations cumulées dans 35 grandes banques, firmes de courtage, et gestionnaires de fonds américains, devraient atteindre 144 Milliards de Dollars cette année, en hausse de 4% par rapport à 2009, qui avait déjà constitué une année record après la crise de 2008…

Le quotidien américain souligne que cette hausse serait supérieure à la progression attendue des chiffres d’affaires de ces firmes, prévue à 3% cette année, à 448 Mds$. Mais ces rémunérations ne manqueront pas de choquer l’opinion publique, d’autant que les bénéfices de ces banques, prévus cette année à 61,3 Mds$, restent en baisse de 20% par rapport à leur record de 2006 à 82 Mds$. Or, sur cette même période, les rémunérations des banquiers ont augmenté de … 23% !

Les entreprises financières préfèrent même tailler dans leurs effectifs plutôt que de diminuer les rémunérations individuelles, souligne le ‘WSJ’, de peur de voir leurs meilleurs éléments faire défection vers des concurrents. Ce fut notamment le cas chez Goldman Sachs  et Crédit Suisse à Londres en 2009, après l’adoption d’une taxe exceptionnelle sur les salaires des banquiers de la City.

En l’absence de législation réellement contraignante en la matière, le directeur du Weinberg Center for Corporate Governance, cité par le quotidien américain commente, de façon un peu désabusée : Trends.be, ave« tant que l’objectif de ces institutions n’évoluera pas de la création de volume d’affaires à la création de valeur à long terme pour les actionnaires, nous continuerons de voir ces payes et compensations scandaleuses ! »

source afp oct10

EN COMPLEMENT : Une vaste majorité attend une hausse des bonus pour 2010 (enquête)

– « Malgré le spectre grandissant de nouveaux licenciements à New-York et à Londres, une vaste majorité des 5.671 banquiers et professionnels des services financiers interrogés à l’échelle mondiale par eFinancialCareers.com tablent sur une augmentation de leur bonus au titre de l’année 2010 », révèle le site d’informations financières. « 57% des professionnels de la finance au Royaume-Uni et 50% de ceux basés aux Etats-Unis s’attendent à un bonus 2010 plus élevé que celui de l’an passé. »

« Au Royaume-Uni, près d’un répondant sur cinq (17%) pense que son bonus au titre de l’année 2010 connaîtra une hausse de plus de 50% par rapport à celui de l’an dernier. Les professionnels interrogés aux Etats-Unis sont un peu plus modérés avec un sur dix s’attendant à une augmentation de cet ordre. »

Malgré les recommandations visant à limiter les paiements en cash à moins de 50% de la somme totale du bonus (quel que soit le montant de celui-ci), les résultats de l’enquête suggèrent que cette pratique est encore peu développée. »

« En effet, plus de la moitié des professionnels anglais interrogés travaillant dans des sociétés financières réglementées (par exemple les banques de financement et d’investissement) pensent qu’une grande partie de leur bonus 2010 sera payée en cash. Ce pourcentage s’élève à 80% pour les répondants évoluant dans des sociétés non réglementées (par exemple, les Hedge Funds). »

« De la même manière aux Etats-Unis, les professionnels travaillant dans des entités réglementées et tablant sur un bonus cette année s’attendent à ce que plus des trois quarts de leur bonus soient payés en cash. »

« L’enquête démontre également que la connaissance (ou du moins l’usage) des paiements conditionnels (malus) et des paiements différés varie selon les pays. Ainsi, aux Etats-Unis, 70% des professionnels interrogés espérant recevoir un bonus sont convaincus qu’aucune partie ne sera différée. En revanche, au Royaume-Uni, la moitié de ceux qui tablent sur un bonus s’attendent à ce que celui-ci soit soumis à un paiement différé. »

« En ce qui concerne les sommes dont le versement est conditionnel (malus), moins d’un professionnel sur cinq interrogé aux Etats-Unis sait que son entreprise a mis en place une politique de ce type. Au Royaume-Uni, 28% des répondants ont connaissance de ce type de mesures au sein de leur société. »

« La majorité des professionnels interrogés opérant sur les places financières d’Asie-Pacifique tablent sur une augmentation de leur bonus : ils sont 71% à Hong Kong, 69% à Singapour et 55% en Australie à s’attendre à un bonus plus élevé que l’an passé. »

« 14 à 15% des professionnels de Hong Kong et de Singapour pensent que cette augmentation pourra s’élever à plus de 50% par rapport à leur bonus de l’an passé. Les professionnels en Australie sont un peu moins optimistes puisque 11% envisagent une hausse de cet ordre. »

« A Hong Kong et à Singapour, les professionnels travaillant dans des entités réglementées et tablant sur un bonus cette année s’attendent à ce que plus des trois quarts de leur bonus soient payés en cash. De plus, près des deux tiers des professionnels interrogés en Australie, à Singapour ou encore à Hong Kong pensent qu’il n’y aura pas de partie différée. »

« En Australie et à Hong Kong, moins d’un répondant sur cinq est au courant que son entreprise a mis en place une politique de versement conditionnel, une proportion équivalente à celle observée aux Etats-Unis. »

« L’enquête d’eFinancialCareers.com a été menée aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Australie, à Hong Kong et à Singapour entre le 15 et le 28 septembre 2010 auprès de 5.671 banquiers et professionnels de la finance (dont 2.145 professionnels aux USA et 537 au Royaume-Uni). »

source aof oct10

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s